Sep 2

ISRAELVALLEY. GOLAN TELECOM A GAGNE LA GRANDE BATAILLE DU MOBILE. Bezeq-Pelephone, Cellcom et Orange, qui se partageaient le marché de la téléphonie portable, vont devoir revoir leur stratégie.

Authors picture

David Jortner | Économie

Jusqu’à la mi-mai, 3 opérateurs se partageaient le marché de la téléphonique mobile en Israël : Cellcom (groupe IDB), Partner (qui détient la licence de la marque Orange, mais sans rapport avec l’opérateur français) et Pelephone (filiale de la compagnie nationale Bezeq). Ces trois « poids lourds » étaient alors persuadés que ce marché de 25 milliards de shekels était saturé : avec plus de 9 millions de lignes téléphoniques et un taux de pénétration de 132 %, ils n’imaginaient pas qu’on puisse les bousculer.

De la place pour tout le monde
Avec l’arrivée de Golan Telecom, qui a appliqué en Israël la même stratégie que Free en France, tout a changé : en proposant un forfait illimité à 99 shekels par mois, avec 2 Go d’accès à Internet et 29 destinations à l’international, Michaël Golan raflait en un mois près de 100 000 clients aux opérateurs historiques. Il fut aussitôt imité par HOT Mobile, qui proposa un forfait plus bas encore : 89 shekels mensuels ! Dans la foulée, certain qu’il y aurait de la place pour tout le monde, Rami Lévy, qui a su se faire un nom dans la distribution alimentaire, annonçait qu’il lance sa propre compagnie de téléphonie portable avec pour objectif 5 % du marché. Trois mois plus tard, il aura convaincu 67 000 nouveaux clients !
20 à 30 % de pertes

Conséquence directe de ces révolutions encouragées par le ministère des Télécommunications : désormais, pour les opérateurs historiques, l’avenir est moins rose. Dans son rapport financier du second trimestre de 2012, Bezeq (Pelephone qui reconnaît avoir perdu 33 000 lignes) fait état d’une baisse de 20 % de son bénéfice d’exploitation. Pour rassurer les investisseurs, le groupe annonce une distribution de 1,5 milliard de dollars de dividendes. Mais les agences de notation créditent l’action Bezeq de la note la plus basse jamais obtenue.

Chez Partner et Cellcom, les pertes sont encore plus sensibles : le premier accuse une baisse de 24 % de ses résultats, qui se monte à 30 % pour le second ! Nir Stern, l’un des dirigeants de Cellcom a d’ailleurs annoncé que la compagnie devra réduire ses dépenses de 600 millions de shekels, et envisager de nombreux licenciements. En revanche, pour les consommateurs, la nouvelle donne a des effets positifs : en moins de deux mois, le prix moyen des forfaits est passé de 212 à 159 shekels.
Se refaire grâce à la TNT ?

Alors que l’insatisfaction des Israéliens croît (ils sont 54 % à affirmer vouloir changer de compagnie contre 37 % l’année passée), pour les opérateurs historiques la question est de savoir comment compenser ces pertes. Très pragmatique, Partner choisit d’ouvrir son capital à l’investissement étranger.

Pour d’autres, la stratégie qui semble se dessiner consisterait à investir de nouvelles niches, liées à la technologie cellulaire, et notamment la télévision sur Internet. Ils seraient aidés en cela par la prochaine décision du ministre des Communications, Moché Ka’hlon, d’ouvrir à la concurrence le marché des câblo-opérateurs de TV. En Israël, pour accéder au réseau de télévision, il faut obligatoirement s’abonner auprès d’un câblo-opérateur. Il n’en existe que deux (Hot et Yes) qui pratiquent des marges très élevées.

En ouvrant une infrastructure TNT (télévision numérique terrestre), Moché Ka’hlon les court-circuiterait en proposant des abonnements 50 % moins chers. Selon les estimations ministérielles, 250 000 clients seraient prêts à opter pour la TNT dès son lancement.

Moché Ka’hlon, qui a réussi à faire baisser les prix des télécommunications, semble prêt s’engager dans un nouveau pari, pour ouvrir un second marché à la concurrence !

En attendant, pour fidéliser une clientèle de plus en plus volatile, Bezeq lance son projet de Free Wifi. En utilisant les routeurs des habitants comme bornes émettrices, chacun pourra, où qu’il se trouve, se connecter en toute sécurité : « Le but est que chacun donne un peu pour que tout le monde y gagne » a déclaré Ran Goaron, directeur du marketing. « Parmi nos clients, 850 000 possèdent un routeur Bezeq. Il n’y a jamais eu en Israël de tentative de réseau télécom social. Aussi avons-nous imaginé un nouveau concept : une communauté de partage. » Expression totalement inattendue de la part d’un opérateur qui, il n’y a pas si longtemps, se satisfaisait parfaitement de sa position dominante sur le marché…

Source: Hamodia (Copyrights)

La plupart des grandes compagnies internationales, comme Air France, ont mis un arrêt a tout vol vers Israël. Premier impact immédiat et majeur sur l'économie de l'Etat Hébreu : l'arrêt des visites des touristes étrangers dans les hôtels du pays. Des millions d'euros de pertes pour toute une industrie qui se voit obligée de se séparer d'une grande partie de son personnel. Deuxième impact : a...

Jonathan Friedman (Tel Aviv) | Économie

La banque privée basée à Zurich Julius Baer a annoncé lundi son intention d'acheter les activités de banque privée de la Banque Leumi au Luxembourg et en Suisse. Le deal porterait sur une somme de 70 millions de francs suisses (78 millions de dollars). Julius Baer est actuellement soumis à une enquête des autorités américaines qui soupçonnent la banque suisse d'aider de riches Américains à...

Avner Myers | Économie

Selon Globes et l'Israel Hotel Association (Association des Hoteliers d'Israel), 30 à 40% d'annulation de séjours de touristes étrangers dans les hôtels a été enregistré depuis le début de la crise en juillet. Cette chute se fait sentir notamment dans le Sud du pays mais aussi a Tel Aviv (-30%). Pour le Directeur de l'Israel Tourist and Travel As...

Lionel Bobot | Économie

Des chiffres publiés par le journal turc Zaman samedi, citant l'Institut turc de statistique, révèlent que, malgré la position officiellement anti-israélienne envers Israël, les échanges commerciaux entre les deux pays fleurissent - et cette croissance devrait se poursuivre cette année. Le volume des échanges commerciaux entre les deux pays du Moyen-Orient a atteint plus de 5 milliards de do...

i24News | Économie

Mauvaise passe pour une des grandes banques israéliennes qui durant des années à tenté de valoriser dans ses publicités clinquantes son réseau international. BANQUE. Changement majeur dans la stratégie de la Banque Leumi en Europe. La Banque Suisse Julius Baer devrait racheter la Banque Leumi de Genève. Plus de 100 employés de la banque israélienne vont perdre leur job. Les ennuis de la Leu...

Eyal Friedman (Tel Aviv) | Économie

Mais l'offensive terrestre va sérieusement augmenter la facture pour les industriels. L'Association des Industriels d'Israël (MAI : Manufacturers Association of Israel) indique que le sud du pays a payé le plus lourd tribut. 60% des pertes ont cependant pour origine d'autres zones géographiques. Une hausse des achats en ligne a été enregistrée chez les habit...

Avner Myers | Économie

Les opérations menées par Tsahal dans la Bande de Gaza vont accélérer le ralentissement économique qui menaçait déjà Israël avant le déclenchement du conflit. La prolongation des opérations militaires paralyse l’activité économique du Sud du pays : commerce, artisans, PME, usines, etc., des milliers de professionnels sont privés de ressources depuis le début du conflit. *PERTES ÉCONOMI...

Jacques Bendelac | Économie

La croissance des commandes sur internet avec livraison à domicile atteint plus de 40% depuis le début du conflit. Imaginez la situation que vivent de nombreux israéliens. Vous habitez Beersheva où Ashdod et vous souhaitez avoir votre réfrigérateur plein. Mais la situation sécuritaire vous "interdit" de sortir de chez vous pour faire vos emplettes. Vous pouvez toujours commander vos denrées...

Eric Shiran (Tel Aviv) | Économie

D’habitude peu enclins aux états d’âme, c’est avec une certaine nostalgie que les économistes israéliens font le point sur l’agriculture de l’Etat hébreu. La raison ? Alors qu’en 1949, l’agriculture générait 12 % du PIB et 65 % des exportations israéliennes, en 2011 celle-ci ne représentait plus que 1,7 % du PIB et 2 % du total des exportations. Cette diminution des chiffres ne signifie pas...

David Jortner | Économie

Six entreprises israéliennes ont fait leur entrée sur le plus grand marché boursier américain en 2014. Elles ont levé en cumulé plus de 500 millions de dollars lors de leur introduction. A la même période en 2013, seules deux sociétés israéliennes avaient menées cette opération financière pour une cotation de titres d'un montant total de 77 millions de dollars. Kite Pharma, une société amér...

Avner Myers | Économie

En Israël, l’armée est l’un des creusets de la « start-up nation ». Tel-Aviv est un centre mondial d’innovations. L’armée a souvent permis aux entrepreneurs de se rencontrer. Les liens avec la Silicon Valley sont étroits. La Croix (Extraits) : "Ils sont des milliers de juifs chaque année à choisir de s’installer en Israël. « Ce flux contribue à faire d’Israël un monde en miniature, avec une ...

Pierre COCHEZ (à Tel-Aviv) | Économie

Du volume, de la lumière, des teintes douces et des matériaux élégants : dès l’entrée du King David Lounge d’El Al, le passager en transit sait qu’il va passer un moment agréable. D’autant plus que le salon, réparti sur deux étages avec une large vue sur les pistes, offre un panel assez étendu de services : ordinateurs, imprimantes, fax et scans, mais aussi sièges massants, Havana Club pour...

IsraelValley Desk | Économie

IsraelValley à l'habitude de rencontrer de nouveaux immigrants qui sont euphoriques les premiers mois de leur Alyah. Ils aiment le soleil, la joie de vivre. Le temps passe et ils regrettent très souvent un des éléments clé de la culture du travail de l'Hexagone : le temps exceptionnel réservé aux vacances et surtout le nombre d'heures de travail assez leger en comparaison de celui d' Israël...

Youval Krieff | Économie

Inutile de le dire, mais les commerçants de tout Israël, et surtout du Sud, vivent dans une inquiétude justifiée. Depuis le début du conflit tout change. Les israéliens accumulent à la maison du cash et réduisent leurs achats. Ils se terrent pour ne pas subir l'affront de courrir paniqués vers les abris (si ceux-ci sont ouverts). La chute de 18% (chiifre officiel publié hier) des transactio...

Yaïr Friedman-Sharah | Économie

SPECIAL EDITO. Les espoirs de développement économique de la bande de Gaza s’effondrent: les dégâts de la guerre vont faire revenir les Gazaouis une décennie en arrière. La guerre qui se déroule sur la bande de Gaza aggrave la détresse de la population locale ; avec un taux de chômage de 40% et une pauvreté généralisée, la population gazaouite voit s’évanouir ses espoirs d’amélioration de ...

Jacques Bendelac | Économie