Aug 29

ISRAELVALLEY. ISRAËL, GRAND OUBLIE AU SOMMET DE LA FRANCOPHONIE. François Hollande sera en Octobre au Sommet de Kinshasa.

Authors picture

François Rubin (Tel-Aviv) | Éditorial

Headline image

François Hollande se rendra en Octobre au prochain Sommet de la francophonie, à Kinshasa. Une présence qui devrait lui permettre de dévoiler sa politique africaine. François Hollande a très peu de chances de parler de l’exclusion d’Israël de cette organisation (qui fait figure de “dinosaure politique” par de nombreux pays). L’Etat Hébreu, non invité comme Etat Membre au Congo, fait partie de certaine commissions, mais, malgré tous les efforts d’hommes politiques francophones, rien n’y fait.

Les israéliens sont écartés malgré ses 20% de francophones alors que son voisin, l’Egypte y adhère avec 2% sans oublier l’Albanie et les Iles Seychelles avec moins de 1%. Que faire ? Une expression en hébreu résume bien les choses sous l’angle israélien : “haval a la zmane” (dommage de perdre de perdre du temps sur un dossier qui n’en vaut pas la peine).

En France tout le monde sait que la “francophonie officielle” ne porte pas trop dans son coeur Israël. Le mot d’ordre des politiques Français qui promettent souvent “aux bons amis israéliens que nous aimons beaucoup” pourrait être : “Rien ne presse, soyez calmes et résignés”. Selon Jacques Benillouche : “La France, marraine de cette organisation, déçoit en faisant preuve de retenue et en se cachant derrière l’alibi des statuts”.

ISRAELVALLEY PLUS DANS NOS ARCHIVES
Jacques Benillouche : "La présidente de la Confédération suisse Doris Leuthard et le secrétaire général de la Francophonie Abdou Diouf ont accueilli le 23 octobre les chefs d’Etat et de gouvernement participant au XIIIe sommet de la Francophonie de Montreux. Une quarantaine de dirigeants étrangers sont présents sur les bords du Léman à l’exception d’Israël qui, à ce jour, n’a pas été admis parmi les défenseurs de la langue de Molière. Le président français Nicolas Sarkozy était attendu en dernier.

Abdou Diouf s’était plaint dans le journal « Le Monde » du «désamour, désintérêt des Français pour la francophonie » sans pouvoir expliquer les causes. M. Diouf feint d’ignorer que les soixante-dix Etats, répartis sur l’ensemble des continents, se sont comportés en fossoyeurs de l’organisation en la politisant. Au lieu de promouvoir la langue et la culture françaises et de combattre l’impérialisme de la culture anglo-américaine, les Sommets de la francophonie ont toujours eu des ordres du jour strictement politiques : paix et droits de l’homme, démocratie et économie, technologie et environnement. Le thème de cette année ne déroge pas à la règle : le développement durable, les relations internationales et enfin l’éducation, prouvant que la politique et l’idéologie priment sur la culture et la linguistique. Les hommes politiques devraient être exclus des réunions où seules les joutes littéraires seraient admises.

Israël, malgré ses centaines de milliers d’originaires des anciennes colonies françaises, est exclu de l’organisation par suite du véto de certains pays dont la haine politique vis-à-vis du pays hébreu va jusqu’à s’en prendre à la culture. M. Diouf a pourtant précisé à juste titre que la «langue française appartient à ceux qui ont choisi de la féconder aux accents de leurs cultures, de leurs imaginaires, de leurs talents ». Cette volonté de mêler la politique à la culture ne trouve aucun justificatif tangible alors que rien n’est fait par l’Organisation pour considérer que la défense et la diffusion des textes de Zola, Balzac ou Victor Hugo priment sur les intérêts politiques des dirigeants. La culture est un espace de liberté et de paix où les amoureux des mots et des phrases bien faites devraient se retrouver dans le seul combat pour la défense du talent et de la liberté de penser et d’écrire.

Israël ne mérite pas, selon certains diplomates représentant souvent des régimes verrouillés, de figurer parmi cette caste qui n’ignore pas que Malraux et Sartre défendaient d’abord le combat littéraire avant la lutte politique. La France, marraine de cette organisation, déçoit en faisant preuve de retenue et en se cachant derrière l’alibi des statuts. On modifie des pans entiers de Constitutions et l’on hésite à abroger quelques articles d’un règlement obsolète. Israël est exclu de cette organisation malgré ses 20% de francophones alors que son voisin, l’Egypte y adhère avec 2% sans oublier l’Albanie et les Iles Seychelles avec moins de 1%.

Ses membres devraient s’inspirer des idéaux de culture pour faire asseoir à la même table des ennemis dont le seul ordre du jour serait de lutter pour la prééminence de la langue française face à l’anglo-saxonne. Mais pour cela, il faudrait exiger du réalisme avant de faire preuve d’intelligence qui consiste à comprendre que la culture peut souvent générer des liens humains purs et désintéressés conduisant des ennemis potentiels à se parler, puis à se connaître et enfin à s’apprécier.

Les politiques français, de tous bords, ne se mouillent pas. Ils refusent de se prononcer sur une anomalie qui met Israël au ban de la culture française malgré les nombreuses publications françaises qui naissent au fil des amours des Israéliens avec le texte et les mots. La langue française doit être considérée comme une espèce protégée alors que paradoxalement Israël, selon le souhait d’Abdou Diouf, est le seul à « faire l’effort de se penser dans un ensemble linguistique dynamique et créateur de diversité culturelle ».—

Les relations entre l’État d’Israël et Cuba sont aujourd’hui au plus bas. Pourtant, pendant presque une décennie, de 1959, année de la reconnaissance officielle d’Israël par Cuba et de l’établissement de relations diplomatiques entre les deux pays, à 1966, année de la Conférence de création de la Tricontinentale, mouvement révolutionnaire, né à La Havane, regroupant des pays d’Amérique latine, ...

Elias Levy | Éditorial

L’entreprise israélienne "One World Cannabis" (OWC) basée en Israël fera bientôt son entrée en bourse à Wall Street, selon les médias israéliens. Spécialisée dans la recherche et le développement pour les traitements à base de marijuana, OWC a récemment levé 2 millions de dollars de fonds auprès d’investisseurs privés en Israël, aux Etats-Unis et à Singapour. La valeur de l’entreprise sur...

i24News | Éditorial

Les Israéliens adorent les beignets, surtout pendant la fête de Hanouca (fête des lumières). Qu’ils soient sucrés, au chocolat ou fourrés à la confiture, ils sont incontournables en Israël. Nous ne savons pas encore le nombre de tonnes de beignets qui seront consommées par les familles juives israéliennes, mais nous savons que l'an dernier plus de 18 millions de soufganioth (beignets) avaient é...

Samuel Nathan (Tel Aviv) | Éditorial

Une Organisation Anti-drogue Israélienne S'oppose à la Légalisation du Cannabis. L'association souhaite convaincre médias et autres décideurs de repenser le discours permissif actuel sur l'usage des drogues. L'Autorité israélienne antidrogue (IADA) est de plus en plus préoccupée sur la façon dont le débat public sur l'assouplissement des restrictions sur l'utilisation de la marijuana, a une ...

Avner Myers | Éditorial

Pour le CEO de Teva (Israël), "la stagnation est la nouvelle croissance". Le patron du numéro un mondial du médicament générique, Erez Vigodman, prépare le terrain pour 2015: pour compenser une perte de marché en termes de brevets, les acquisitions seront une composante plus importante l'année prochaine de l'activité du géant israélien. Avec la mise en œuvre d'un plan d'efficacité en févrie...

Avner Myers | Éditorial

Le quotidien économique israélien Globes a annoncé que deux nouveaux accélérateurs de startups vont voir le jour dans des villes arabes d’Israël. Le premier va s’installer à Nazareth où l’accélérateur NazareTECH est déjà opérationnel. Le second dans la ville arabe-israélienne de Baqa al-Gharbiyye. Ils coûteront 150 000 $ (121 000 €) chacun et seront financés par Citi Foundation, une associa...

Elad Ratson (SiliconWadi) | Éditorial

Israël se prépare à émettre de nouvelles cartes d'identité pour les enfants nés de couples du même sexe, a rapporté le site d'information Ynet, lundi. Ces nouveaux documents permettront notamment aux pères ou aux mères de ces enfants d'être enregistrés comme parents même s'ils ne sont pas le parent biologique. Selon l'Autorité de la population, de l'immigration et des frontières (PIBA), c...

i24News | Éditorial

Selon l'agence Bloomberg la Banque Leumi, accusée de faciliter l'évasion fiscale auprès de riches américains, devait payer une amende record de 400 millions de dollars. Depuis hier une autre annonce a été faite : le montant est revu à la baisse. Il devrait tourner autour de 355 millions de dollars. LE DOSSIER LEUMI. La banque israélienne Leumi avait indiqué récemment que sa filiale suisse ét...

Ilana Dreyfus | Éditorial

SPECIAL ISRAELVALLEY. Une banque française était récemment en Israël pour explorer les opportunités d'affaires du pays dans le domaine de la securité et la lutte internet. Il s'agissait d'une visite de découverte. En toute confidentialité les 15 personnes de la délégation ont eu l'occasion de rencontrer des personnalités incontournables du high tech de la "Start up Nation". Alors que les a...

Ilana Dreyfus | Éditorial

Des témoignages affluent à IsraelValley pour démontrer que les hommes politiques israéliens, pris dans leur "folie électorale" sont aveugles sur le drame écologique qui se déroule sous leurs yeux. Netanyahou est sous le feu des critiques : 5 jours après le drame de Evrona, il a enfin consacré quelques minutes (35 Mnutes!) pour survoler en hélicoptère la zone sinistrée. Selon i24News (Copyrig...

Ilan Friedman-Cohen | Éditorial

Le hall de l'aéroport Ben Gourion est vide. Au loin les sirènes sonnent. Et les avions atterrissent ailleurs qu'en Israël. Cette situation a eu lieu le dernier été avec la Guerre de Gaza. Hier des informations ont été transmisent à IsraelValley pour nous informer que l'aéroport Ilan Ramon (de remplacement de Ben Gourion Airport), situé à quelques kilomètres de Eilat, sera un "aéroport milit...

Daniel Rouach | Éditorial

Après 67 années passées dans la fonction publique israélienne, l'ancien président Shimon Peres peut aujourd'hui facturer ses frais d'apparition à 6 chiffres. C'est l'agence américaine Harry Walker basée à New York qui représente Peres dans le cadre de ses circuits de conférences. Si vous souhaitez réserver Shimon Peres pour votre prochaine conférence, voici ses thèmes de prédilection: Comm...

Avner Myers | Éditorial

Les députés israéliens ont voté lundi soir la dissolution du Parlement, ouvrant la voie à la tenue d'élections anticipées le 17 mars, après le limogeage de ministres centristes par le Premier ministre Benjamin Netanyahu. Quatre-vingt-treize députés ont voté en faveur de la dissolution, et aucun contre. La Knesset compte 120 parlementaires. La dissolution --soutenue par l'opposition-- a ét...

IsraelValley Desk | Éditorial

Limor Livnat, née le 22 septembre 1950 à Haifa, est une femme politique israélienne membre du Likoud. Elle réside à Tel Aviv, est mariée et a deux enfants. Ce jour elle a annoncé son départ de la scène politique. Netanyahou va la regretter. ISRAELVALLEY PLUS EN 2010. Selon un communiqué officiel reçu par IsraelValley: "A la faveur des rencontres internationales de la culture, de l’économie ...

IsraelValley Desk | Éditorial

Le secrétaire d’Etat à la formation, à la recherche et à l’innovation Mauro Dell’Ambrogio se déplacera du 6 au 10 décembre 2014 en Israël pour une mission consacrée aux start-up et aux structures de promotion. Il est accompagné par l’ambassadeur Livia Leu du Secrétariat d’Etat à l’économie SECO et d’une délégation de représentants des milieux scientifiques et économiques suisses. Le séjo...

IsraelValley Desk | Éditorial