Aug 29

ISRAELVALLEY. ISRAËL, GRAND OUBLIE AU SOMMET DE LA FRANCOPHONIE. François Hollande sera en Octobre au Sommet de Kinshasa.

Authors picture

François Rubin (Tel-Aviv) | Éditorial

Headline image

François Hollande se rendra en Octobre au prochain Sommet de la francophonie, à Kinshasa. Une présence qui devrait lui permettre de dévoiler sa politique africaine. François Hollande a très peu de chances de parler de l’exclusion d’Israël de cette organisation (qui fait figure de “dinosaure politique” par de nombreux pays). L’Etat Hébreu, non invité comme Etat Membre au Congo, fait partie de certaine commissions, mais, malgré tous les efforts d’hommes politiques francophones, rien n’y fait.

Les israéliens sont écartés malgré ses 20% de francophones alors que son voisin, l’Egypte y adhère avec 2% sans oublier l’Albanie et les Iles Seychelles avec moins de 1%. Que faire ? Une expression en hébreu résume bien les choses sous l’angle israélien : “haval a la zmane” (dommage de perdre de perdre du temps sur un dossier qui n’en vaut pas la peine).

En France tout le monde sait que la “francophonie officielle” ne porte pas trop dans son coeur Israël. Le mot d’ordre des politiques Français qui promettent souvent “aux bons amis israéliens que nous aimons beaucoup” pourrait être : “Rien ne presse, soyez calmes et résignés”. Selon Jacques Benillouche : “La France, marraine de cette organisation, déçoit en faisant preuve de retenue et en se cachant derrière l’alibi des statuts”.

ISRAELVALLEY PLUS DANS NOS ARCHIVES
Jacques Benillouche : "La présidente de la Confédération suisse Doris Leuthard et le secrétaire général de la Francophonie Abdou Diouf ont accueilli le 23 octobre les chefs d’Etat et de gouvernement participant au XIIIe sommet de la Francophonie de Montreux. Une quarantaine de dirigeants étrangers sont présents sur les bords du Léman à l’exception d’Israël qui, à ce jour, n’a pas été admis parmi les défenseurs de la langue de Molière. Le président français Nicolas Sarkozy était attendu en dernier.

Abdou Diouf s’était plaint dans le journal « Le Monde » du «désamour, désintérêt des Français pour la francophonie » sans pouvoir expliquer les causes. M. Diouf feint d’ignorer que les soixante-dix Etats, répartis sur l’ensemble des continents, se sont comportés en fossoyeurs de l’organisation en la politisant. Au lieu de promouvoir la langue et la culture françaises et de combattre l’impérialisme de la culture anglo-américaine, les Sommets de la francophonie ont toujours eu des ordres du jour strictement politiques : paix et droits de l’homme, démocratie et économie, technologie et environnement. Le thème de cette année ne déroge pas à la règle : le développement durable, les relations internationales et enfin l’éducation, prouvant que la politique et l’idéologie priment sur la culture et la linguistique. Les hommes politiques devraient être exclus des réunions où seules les joutes littéraires seraient admises.

Israël, malgré ses centaines de milliers d’originaires des anciennes colonies françaises, est exclu de l’organisation par suite du véto de certains pays dont la haine politique vis-à-vis du pays hébreu va jusqu’à s’en prendre à la culture. M. Diouf a pourtant précisé à juste titre que la «langue française appartient à ceux qui ont choisi de la féconder aux accents de leurs cultures, de leurs imaginaires, de leurs talents ». Cette volonté de mêler la politique à la culture ne trouve aucun justificatif tangible alors que rien n’est fait par l’Organisation pour considérer que la défense et la diffusion des textes de Zola, Balzac ou Victor Hugo priment sur les intérêts politiques des dirigeants. La culture est un espace de liberté et de paix où les amoureux des mots et des phrases bien faites devraient se retrouver dans le seul combat pour la défense du talent et de la liberté de penser et d’écrire.

Israël ne mérite pas, selon certains diplomates représentant souvent des régimes verrouillés, de figurer parmi cette caste qui n’ignore pas que Malraux et Sartre défendaient d’abord le combat littéraire avant la lutte politique. La France, marraine de cette organisation, déçoit en faisant preuve de retenue et en se cachant derrière l’alibi des statuts. On modifie des pans entiers de Constitutions et l’on hésite à abroger quelques articles d’un règlement obsolète. Israël est exclu de cette organisation malgré ses 20% de francophones alors que son voisin, l’Egypte y adhère avec 2% sans oublier l’Albanie et les Iles Seychelles avec moins de 1%.

Ses membres devraient s’inspirer des idéaux de culture pour faire asseoir à la même table des ennemis dont le seul ordre du jour serait de lutter pour la prééminence de la langue française face à l’anglo-saxonne. Mais pour cela, il faudrait exiger du réalisme avant de faire preuve d’intelligence qui consiste à comprendre que la culture peut souvent générer des liens humains purs et désintéressés conduisant des ennemis potentiels à se parler, puis à se connaître et enfin à s’apprécier.

Les politiques français, de tous bords, ne se mouillent pas. Ils refusent de se prononcer sur une anomalie qui met Israël au ban de la culture française malgré les nombreuses publications françaises qui naissent au fil des amours des Israéliens avec le texte et les mots. La langue française doit être considérée comme une espèce protégée alors que paradoxalement Israël, selon le souhait d’Abdou Diouf, est le seul à « faire l’effort de se penser dans un ensemble linguistique dynamique et créateur de diversité culturelle ».—

Les relations israélo-turques s'étaient progressivement détériorées au cours des années 2000, avant d'être réduites de manière drastique en 2010 en réaction à l'assaut meurtrier lancé par des commandos israéliens contre le Mavi Marmara, un navire affrété par une ONG humanitaire turque pour tenter de briser le blocus imposé par Israël à la bande de Gaza. Cette opération s'était soldée par la mor...

IsraelValley Plus | Éditorial

EDITORIAL. Brexit oblige, le Royaume-Uni va devoir renégocier ses accords commerciaux avec l'ensemble de ses partenaires, y compris ceux qui ne sont pas membres de l'Union européenne comme Israël. En Israël, Jérusalem était très silencieux ce Shabbat. Pas de déclarations intempestives. A SAVOIR. Les israéliens étaient satisfaits de David Cameron (qui démissionne suite au Brexit) qui a eu des...

Dan Rosh (Tel Aviv) | Éditorial

RESULTATS DU BREXIT. VU D'ISRAËL. "La démission de Cameron est très regrettable. C'est un gentleman et un ami véritable d'Israël" a déclaré ce matin le ministre Likoud Gilad Erdan. Le Conservateur Boris Johnson, qui pourrait prendre sa suite est aussi un ami d'Israël. (A.J) Avec 51,9% des voix, la victoire des partisans du Brexit est nette: il y a près d'un million de voix d'écart. Les journ...

Eyal Aviv (Paris) | Éditorial

Facebook va déployer pour tous ses utilisateurs une fonction de prévention des suicides qui permet de signaler les statuts suicidaires et d'obtenir de l'aide, a annoncé le réseau social. "Avec l'aide de ces nouveaux outils, si quelqu'un publie sur Facebook quelque chose qui vous inquiète, vous pouvez contacter cet ami directement et vous pouvez aussi nous le signaler. Nous avons des équipes ...

i24News | Éditorial

Zaka, fondé en 1989 par Yehouda Meshi-Zahav est un organisme de secours qui s’occupe aussi d’enterrer convenablement les corps de victimes d’attentats ou d’accidents, selon les règles de la loi juive. L’ONG apporte son aide également lors de catastrophes naturelles dans le monde entier, ce qui l’a fait connaitre des instances internationales. A SAVOIR. Zaka est reconnue comme membre observat...

IsraelValley Plus | Éditorial

Le nouveau ministre brésilien des Affaires étrangères, José Serra, a déclaré que son pays est désormais opposé au texte de la résolution sur Jérusalem telle qu’adoptée au mois d’avril à l’Unesco. “Cette résolution est partielle et déséquilibrée” a déclaré le chef de la diplomatie brésilienne, “car elle ne reconnait pas le lien entre le peuple juif et le mont du Temple”. José Serra a aussi in...

IsraelValley Plus | Éditorial

"Douze heures après la nuit sanglante, des centaines de personnes se pressaient à Sarona. Une foule venue exprimer sa solidarité mais aussi sa volonté de retourner le plus vite possible à la normale et fréquenter à nouveau cet espace de plus de 8 000 m2, ouvert il y a moins d'un an, et où se côtoient un marché couvert, des restaurants, cafés et boutiques chics, comme celle de Fauchon, très appr...

IsraelValley Plus | Éditorial

Daniel Zajfman est né en Belgique en 1959. De ses parents juifs ashkénazes, il reçoit une éducation tout à fait laïque. « Mon identité juive a été forgée à l’Hashomer Hatzaïr plus qu’à la maison », confie celui qui fréquentera douze ans le mouvement jeunesse, en suivant sa scolarité à l’Athénée Robert Catteau. « C’est à l’Hashomer que j’ai tout appris : diriger, partager, comprendre les gens, p...

IsraelValley Plus | Éditorial

La société exploitant et commercialisant l'eau minérale du Golan sous la marque Mey Eden a été vendue à Cott Corporation. Mey Eden, créée en1983, vend de l'eau minérale en bouteilles ainsi que des bombonnes aux entreprises et aux particuliers. Elle est aussi active sur le marché européen où elle distribue des bombonnes d'eau pour les bureaux. SELON AGEFI (Copyrights) : "Le groupe canadien ...

Damien Dreyfus | Éditorial

"Les Canadiens sont intéressés à travailler avec Israël ; ce sont les Israéliens qui sont moins intéressés par le Canada", selon Henri Rothschild, dirigeant de la Fondation pour la recherche et le développement industriels Canada-Israël, qui cherche à rassembler les entreprises canadiennes et israéliennes en proposant des financements de 400 000 dollars en moyenne. « Nous avons réalisé que l...

IsraelValley Desk | Éditorial

Le Gouverneur de New-York, Andrew Cuomo, a donné en juin l’ordre à toutes les structures se trouvant sous son contrôle, de se retirer des entreprises et des organisations liées à un mouvement de boycott d’Israël. Andrew Cuomo a fait son annonce dans un discours au Harvard Club à Manhattan devant un public comprenant des responsables juifs locaux et des législateurs, et a décrit le B.D.S. co...

Tribune Juive | Éditorial

Spécialisée dans l’aide psychologique et membre fondateur de la Coalition israélienne du trauma, l’association ERAN vient de tirer la sonnette d’alarme. Dans l’Etat hébreu, les nouveaux immigrants (Olim) forment une population à risque. Fondé en 1971, cet organisme qui emploie 1.100 volontaires au sein de ses 10 centres d’assistance téléphonique reçoit chaque année quelque 18.000 appels provena...

IsraelValley Plus | Éditorial

Dans la mire des organisations qui défendent une cohabitation harmonieuse entre Juifs et Arabes : le traditionnel défilé prévu dans les rues de la Vieille ville, accompagné d’une « danse des drapeaux », pour commémorer la reconquête de la partie orientale (arabe) de Jérusalem à l’issue de la guerre des Six-Jours. Selon l’association Ir Amim (« Ville des peuples », en hébreu), ce rassemblement ...

IsraelValley Plus | Éditorial

Comment lutter contre l'antisémitisme sur le net ? La World Zionist Organization (WZO) a annoncé au Ynet (site leader en Israël) qu'elle va lancer une nouvelle application destinée à repérer plus facilement des propos antisémites sur le web. Selon Marc Knobel : "L’expression de l’antisémitisme sur le Net ne cesse de croître. Explosion des propos négationnistes, complotistes, racistes sur le...

Eyal Aviv (Paris) | Éditorial

"La campagne hostile à la commercialisation des dattes en provenance d'Israël a porté ses fruits", titre ce mercredi 1er juin Akhbar Al Yaoum, journal proche du PJD, qui se fait l'avocat de cette cause à l'approche du Ramadan. Cette campagne a, en effet, reçu l'adhésion de nombreux commerçants à Rabat, Casablanca, Salé et Mohammédia, rapporte le quotidien qui insiste sur le fait que les dattes ...

IsraelValley Plus | Éditorial