Aug 26

ISRAELVALLEY. LA PEUR DE LA GUERRE FAIT-ELLE VENDRE PLUS ? UN CHERCHEUR ISRAELIEN EXPLIQUE LA SUR-CONSOMMATION DE CEUX QUI SONT EN ETAT D'ANXIETE.

Authors picture

Youval Barzilaï (Tel-Aviv) | News

Headline image

Selon (1) : "Cela s’appelle la théorie du management de la terreur (TMT). Et cela dit, pour schématiser, que l’homme moderne, qui n’a plus autant que par le passé à se battre pour sa survie au jour le jour, passe beaucoup de temps à raffiner les constructions symboliques (culture, estime de soi) qui servent de paravents à sa peur de mourir.

Comme une version sophistiquée de l’instinct de préservation qui ne l’a jamais quitté. Plus de deux cents études expérimentales ont, au cours de ces quinze dernières années, confirmé différents aspects de cette théorie. Notamment le fait qu’à toute manifestation de la mort, chacun combat cette angoisse primordiale en renforçant les comportements valorisés par sa culture. Or, dans notre culture occidentale, la possession de biens matériels constitue un élément fondamental du système de valeurs. La conclusion logique consiste à prédire qu’une plus grande présence de la Camarde renforcera les comportements de consommation.

Une confirmation semble en avoir été apportée après les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis. Comme l’a rappelé en 2007 une étude française, suite au 11-Septembre, “les Américains ont acheté des biens immobiliers et des automobiles en quantité record et se sont arraché de l’électroménager, des meubles et des gadgets électroniques, au point que d’octobre à décembre, la consommation grimpa à un rythme de croissance de 6 %. Or, ces faits peuvent être interprétés au regard de la théorie du management de la terreur : pour soulager un état d’anxiété face à la mort, subtilement présent aux franges de la conscience dans les jours et les semaines qui suivirent ces événements dramatiques, les citoyens américains ont tenu, en moyenne, à se valoriser au sein de leur culture en adoptant des comportements sous-tendus par les valeurs solidement ancrées dans la culture américaine, telles que le matérialisme. Cette valorisation aurait pour effet d’augmenter l’estime de soi, et de soulager ainsi l’anxiété face à la mort en atteignant une forme d’ « immortalité symbolique ».”

Je dépense donc je suis. Pour tester cette hypothèse, le chercheur israélien Ilan Dar-Nimrod (université de Rochester, Etats-Unis) s’est focalisé sur le lieu où mort et incitation à la consommation se concentrent le plus : la télévision. Les Américains en consomment en moyenne plus de 5 heures par jour tandis que les Français se contentent (si l’on peut dire) de 3 heures et 47 minutes. Des deux côtés de l’Atlantique, les séries policières sont légion sur les petits écrans, ainsi que les documentaires ou magazines consacrés à des faits divers, sans oublier les journaux télévisés et leur content – leur quota ? – de crimes, attentats, accidents, etc (un livre déjà ancien, paru en 1992, Big World, Small Screen, estimait qu’au moment de quitter l’école primaire, un enfant américain avait en moyenne assisté à 8 000 meurtres sur petit écran). Et, évidemment, toutes ces émissions sont encadrées voire découpées en tranches par des publicités.

Pour estimer l’impact de la mort “vue à la télé” sur l’efficacité des réclames et l’envie d’acheter, Ilan Dar-Nimrod a mené la petite expérience suivante avec une centaine de cobayes canadiens. Comme il l’explique dans l’étude qu’il a publiée dans le numéro daté mars-avril du Journal of Social Psychology, les participants à l’expérience ont d’abord regardé une vidéo de 10 minutes extraite de la série A la Maison blanche, ne contenant aucune allusion à la mort, suivie de la diffusion de quatre spots publicitaires (pour une voiture allemande, une voiture sud-coréenne, un fast-food et des jeans). Ensuite, ils ont visionné un extrait de la série Six Feet Under, au cours duquel un bébé succombait au syndrome de la mort subite du nourrisson, suivi là encore de quatre réclames (pour une autre marque de voitures allemandes, une autre auto sud-coréenne, une autre chaîne de restauration rapide et d’autres jeans). Au terme de chacune de ces deux parties, les personnes commençaient par mettre une note à l’extrait regardé. Puis elles évaluaient l’attractivité des produits présentés dans les publicités et leur désir de les acquérir. Ceux visionnés après l’extrait de Six Feet Under ont été jugés plus attractifs que les autres. Un indice favorable à la théorie de la TMT.

Mais Ilan Dar-Nimrod a craint un biais : le passage de Six Feet Under ayant été plus apprécié que celui d’A la Maison blanche, cela a pu déteindre sur l’envie d’acheter les produits vantés dans les publicités. Le chercheur israélien a donc mené une autre expérience, cette fois avec des extraits de films : un morceau de Forrest Gump (pour l’extrait sans mort) et le passage final de Voyage au bout de l’enfer, au cours duquel le personnage interprété par Christopher Walken se tire une balle dans la tête lors d’une séance de roulette russe. A chaque fois, une série de spots publicitaires suivait l’extrait. Pendant les évaluations, Ilan Dar-Nimrod a glissé un test supplémentaire afin de vérifier si l’idée de mort s’était imprimée dans l’esprit des participants : il s’agissait de compléter 14 mots auxquels manquait une ou plusieurs lettres. Dans 6 cas sur 14, la solution pouvait être soit un mot neutre, soit un mot en rapport avec la mort. Par exemple, _RAVE pouvait être résolu en BRAVE ou en GRAVE (qui, en anglais, signifie la tombe). Après avoir vu l’extrait de Voyage au bout de l’enfer, les cobayes trouvaient davantage de mots liés à la mort qu’après l’extrait de Forrest Gump. Et les publicités ayant suivi la roulette russe fatale leur semblaient plus efficaces, alors même qu’ils n’avaient pas préféré ce passage…

Consommer en réaction à la mort, pour montrer qu’on est bien vivant. Avoir pour être, en quelque sorte. Si d’autres études confirment les résultats d’Ilan Dar-Nimrod, il est permis d’imaginer que de grandes marques auront l’idée de financer la production de nouveaux feuilletons remplis de tueurs en série tous plus performants les uns que les autres… Il n’y a pas loin de la théorie du management de la terreur au marketing par la mort".

Source: http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2012/05/03/la-mort-a-la-tele-donne-envie-dacheter/

Sans avoir à se cacher, les boycotteurs d'Israël pourront à présent acheter les merveilleux produits "Ahava". Ils pourront s'en passer plain le corps sans crier des slogans racistes et antisémites. (Dan Rosh) Arié Azoulay : "Le conglomérat de Chine continentale, Fosun International, qui respecte le "Made In Israel", va finalement acquérir la société israélienne de cosmétique Ahava. Fosun a ...

Arié Azoulay | News

Julien Bahloul est journaliste et présentateur à i24news : "Ce week-end, le journal Le Monde titrait en pleine page : “Être gay en Israël : un combat de tous les jours”. En y regardant de plus près on se rend compte que la citation exacte de la militante interviewée était : “Être gay à Jérusalem est un combat de tous les jours”. Au-delà de cette manipulation malhonnête des mots de la part du jo...

Julien Bahloul | News

Que deviennent les messages innombrables inscrits sur un bout de papier et glissés entre les pierres du Kotel par des fidèles ou des visiteurs, israéliens ou touristes ? La place manque et il faut donc, de temps à autre, les retirer pour laisser la place à d’autres plus récents. Mais que fait-on de ces vœux que les visiteurs placent avec tant de ferveur dans le Mur ? Ils sont régulièrement d...

Claire Dana-Picard | News

Benjamin Netanyahu a été critiqué ce mardi par des orthodoxes juifs pour avoir mangé dans un restaurant non-casher lors d’un voyage en Italie. Des membres de la Liste unifiée de la Torah, l’un des partis ultra-orthodoxe formant la majorité gouvernementale, ont dénoncé une transgression « inacceptable » de la part d’un Premier ministre israélien, a indiqué un site d’information ultra-orthodox...

IsraelValley Desk | News

La Suisse a exprimé des regrets après que son ambassadeur en Iran a utilisé un dessin représentant deux colombes déféquant sur la tête du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. C'est à l'occasion d'un discours adressé à des centaines de responsables économiques suisses et iraniens dans un hôtel de Zurich que l'ambassadeur Giulio Haas a montré la caricature qui a choqué Israël. Le Départ...

IsraelValley Desk | News

Les professionnels de la mode ont distingué l’école Shenkar comme étant "l’école la plus influente au monde hors New York ou Londres", et la place au 11ème rang à l’échelle mondiale. Un des élèves célèbres est Alber Elbaz, un créateur de mode israélo-américainn, reconnu par le milieu de la mode pour son travail effectué dans la maison Lanvin. Il a été nommée aux Globes de Cristal en 2015 dans l...

IsraelValley Desk | News

Des troupes de spectacles de théâtre venant du monde entier ont eu l'occasion d'exposer à Tel Aviv la nudité des acteurs et actrices. La presse israélienne parle assez sobrement du "Festival de Performances de Nudité urbaine" qu a lieu actuellement en Suisse. La ville suisse de Bienne, connue comme la capitale mondiale de l’industrie horlogère et de la mécanique de précision, s’est converti...

Eyal Dayan (Tel Aviv) | News

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, lance la construction d'un nouveau siège de l’Autorité palestinienne. La construction du "Palais d’Abbas" durera deux ans et atteindra une superficie de 27.000 mètres carrés de terrain pour un bâtiment de 4.700 mètres carrés. Non loin du siège de l'AP, se tiendra un autre bâtiment pour l’administration présidentielle et les gardes. Deux...

IsraelValley Desk | News

Le rapport 2015 du The Earth Institute à l’Université Columbia a été publié. Le bonheur est mesuré par une variété de paramètres, dont l’espérance de vie, la mortalité infantile, le statut socio-économique et l’éducation. Selon le professeur John Helliwell, économiste à l’Université Columbia qui a rédigé le rapport, l’indice de bonheur s’est amélioré entre 2005 et aujourd’hui. Selon jerusal...

IsraelValley Desk | News

La semaine dernière, les voyageurs ont été attristés d'apprendre que American Airlines supprimait sa ligne Tel Aviv-Philadelphie, l’unique vol direct de la compagnie aérienne vers les États-Unis. La compagnie aérienne a déclaré que la décision était financière, mais un article dans The Marker, citant des sources anonymes "dans l'industrie de l'aviation", a affirmé que la décision était polit...

(A.H) Ariel Aviv | News

Spécial IsraelValley Buzz. La course est lancée dans la capitale économique d'Israël. De nombreux jeunes experts israéliens de la CyberTech (le pays en regorge) tentent de gagner une prime de $500 000 promise par la police de Toronto. Selon Presse Citron :" A moins que vous ayez passé votre week-end dans une grotte, vous devez certainement déjà être au courant que des pirates ont volé des d...

IsraelValley Desk | News

Le saviez-vous ? Un ancien apprenti israélien chez un confiseur parisien (dont il a tiré l’essentiel de son savoir gourmet) Oded Brenner a crée avec un ami un "empire " du chocolat dans le monde. Du Made in Israel avec un zest de France. La chaîne Max Brenner appartient au Strauss Group (Israël) et possède 50 magasins-restaurants dans le monde (dont 38 en Australie). HISTOIRE. La chaîne de M...

Ilan Rosenthal (Eilat) | News

Certaines marques israéliennes à fort succès ont décidé de s’étendre à l’international. Une étape naturelle selon les spécialistes. Illustration à l’appui avec l’exemple de quelques enseignes phares qui ont mené leur expansion avec succès. MODE ET FASHION. Parmi les boutiques de mode qui ont connu le succès à l’étranger, Fox a déjà ouvert des boutiques en Chine, en Thaïlande, au Panama, en...

Eyal Dayan (Tel Aviv) | News

Ruth Porat, ex-vice-présidente exécutive et directrice financière de la banque d'investissement américaine Morgan Stanley, où elle a passé la majeure partie de sa carrière attire beaucoup l'attention des milieux d'affaires israéliens. Elle est devenue directrice financière de Google en mars dernier et occupera le même rôle au sein d'Alphabet. Le père de Ruth Porat a vu l’entrée d’Hitler en Autr...

Eyal Dayan (Tel Aviv) | News

1. "Flux : l’invention israélienne ultime pour les jardiniers Bio AgriTech" (Sarah Mergui). La start-up israélienne Flux a mis au point un appareil capable de détecter les besoins d’une culture hydroponique. L’hydroponie est une technique de culture de plantes en dehors du sol, c’est-à-dire sans plantation nécessaire dans la terre. Les végétaux poussent dans des bacs remplis d’eau et d’engr...

IsraelValley Desk | News