Aug 26

ISRAELVALLEY - LES STARTUPISTES ISRAELIENS ADMIRENT "AIRBNB". Nouveau leader de la location saisonnière sur Internet cette startup inspire une nouvelle génération de créateurs en Israël.

Authors picture

Youval Barzilaï (Tel-Aviv) | High-Tech

Headline image

IsraelValley, dans sa volonté de réaliser une veille permanente sur ce qui se passe dans le hightech israélien, tombe de plus en plus souvent sur des cas de startup-perles nées en dehors d’Israël et qui inspirent les créateurs du monde entier. C’est le cas de Airbnb. Selon (1) : " Au commencement étaient la nécessité et le désir. La nécessité de gagner un peu d’argent pour payer un loyer brutalement augmenté par un propriétaire peu philanthrope. Le désir d’être son propre patron et de monter son entreprise. Plus de dix ans après le premier éclatement de la bulle Internet, les fondateurs d’Airbnb, nouveau leader de la location saisonnière sur Internet, montrent que les start-ups ont encore de belles pages à écrire.

Formés à l’école de design de Providence et colocataires à San Francisco, les jeunes Joe Gebbia et Brian Chesky ont eu l’idée, pas forcément originale, mais en tout cas efficace, de transformer une chambre inutilisée en “bed and breakfast” pour arrondir leurs fins de mois. Le moment est bien choisi : une énorme conférence sur le design se déroule à proximité et ils savent que beaucoup de participants sont à la recherche de solutions d’hébergement peu chères.

On est en 2007. La convention démocrate de Denver approche et là encore, Gebbia et Chesky pensent que le besoin de logement se fera sentir. Peu à peu, l’idée de transformer une simple activité d’appoint en véritable entreprise murit dans la tête des deux compères, biberonnés à l’entrepreunariat made in Silicon Valley.

A leurs débuts, Gebbia et Chesky n’ont pas grand chose en poche. Mettant à profit la campagne électorale de 2007, ils créent des céréales à l’effigie des candidats (les désormais célèbres Obama O’s et Cap’n McCain’s), ce qui leur permet de récolter 40 000 dollars pour mettre en ligne un petit site Internet professionnel.

La société Airbnb est créée l’année suivante, en 2008, et connaît un formidable coup d’accélérateur lorsqu’elle est sélectionnée au printemps 2009 par le prestigieux incubateur d’entreprises californien Y Combinator, qui lui permet de lever 8 millions de dollars assez rapidement.

“Les conventions, les conférences, c’est bien, mais Brian et Joe ont vite vu qu’il y avait un marché potentiel beaucoup plus important : celui des gens qui ont envie de voyager autrement”, raconte Olivier Grémillon, directeur du bureau de Paris, qui a ouvert au début de l’année. “Les voyageurs veulent aller au-delà du touristique : vivre comme un Parisien à Paris, comme un New-Yorkais à New York, pourquoi ne pas alors proposer aux particuliers d’ouvrir leur maison ?”

Vivre à Paris comme un Parisien, c’est exactement ce que propose Bertrand Z., trentenaire urbain qui complète ses revenus depuis deux ans en ouvrant à la location son coquet deux-pièces du Marais. “J’habite un 40 m² qui offre une très jolie vue sur les toits de Paris, explique-t-il. Au loin on aperçoit le Sacré-Cœur illuminé la nuit.” Des atouts qui font de son logement une cible très prisée des touristes : “J’ai des réservations jusqu’à Noël, principalement des Américains et des Australiens, et surtout des couples à la recherche d’un séjour romantique.”

“Le concept de location de courte durée n’est pas nouveau, reconnaît Olivier Grémillon, mais lorsqu’on écoute les voyageurs raconter leur expérience, ils ne nous parlent pas tant du logement que du quartier, de l’hôte, des liens qui se tissent.”

La convivialité aide en effet à créer la rencontre : “Je laisse systématiquement une bouteille de vin et deux verres sur la table du balcon à mes hôtes, ajoute Bertrand, j’ai compilé une dizaine d’adresses de restaurants sympathiques dans le quartier et je m’occupe même des réservations quand ils ne parlent pas français.”

Se sentir un peu chez soi grâce à un accueil, une décoration ou un quartier original, voilà de quoi convaincre les plus blasés. La formule séduit même les voyageurs en déplacement pour affaires. Jean-François Rhéault, consultant basé à Montréal, opte de plus en plus souvent pour cette solution. “Je passe beaucoup de temps en voyage d’affaires, alors Airbnb me donne presque l’impression d’être en vacances, raconte-t-il avec enthousiasme. Cela permet de sortir des zones touristiques, et certains appartements sont vraiment très stylés.”

Au point d’en faire une formule pour voyage d’affaires en groupe : “lors d’une conférence en juin à Vancouver, mes collègues avec lesquels je m’entends très bien et moi avons décidé de prendre un appartement tous ensemble plutôt que des chambres d’hôtel séparées”. L’histoire ne dit pas si la productivité du groupe fut à l’avenant, mais en tout cas, la possibilité d’une alternative à l’hôtel classique s’est durablement installée dans les esprits.

MOITIÉ MOINS CHER QUE L’HÔTEL
Autre avantage, et pas des moindres : le prix. Selon les calculs de Bertrand, “un hôtel offrant le même niveau de prestation (balcon, vue, quartier) facturerait une chambre (et pas une suite !) au prix minimum de 280 euros par nuit, alors que mon tarif est d’environ la moitié, pour un deux-pièces avec cuisine”. Heidi Bailey, qui vit aux Etats-Unis dans le Connecticut, a quant à elle fourni aux invités de son mariage une liste d’habitats sélectionnés par ses soins, afin que chacun puisse trouver le logement qui lui convenait, au prix le plus ajusté à son budget. “Toute ma famille était logée dans des maisons qui étaient parfois voisines les unes des autres, c’était assez surréaliste !”

Si les hôtes enregistrés sur Airbnb sont libres de fixer leurs tarifs comme ils l’entendent, ils bénéficient toutefois d’outils de comparaison consultables sur la plateforme afin d’avoir un “pricing” compétitif. Airbnb leur conseille de commencer pas trop haut et d’augmenter le tarif jusqu’à ce que les réservations se tarissent, quitte à baisser ensuite pour d’arriver doucement au point d’équilibre offre/demande. Du côté de la plateforme, le modèle économique se base sur un système de commission prélevée à la fois du côté de l’hébergeur (3 % de frais de transaction prélevés sur le prix de la nuitée) et du locataire (6 à 12 % sur le prix de la nuitée).

Mais l’argent n’est pas toujours la motivation première des hébergeurs : “L’un de nos hôtes, basé à Clamart, loue ses chambres à 20 euros la nuit, mais il n’accueille que des gens venus d’Asie du Sud-Est, raconte Olivier Grémillon. Il a vécu plusieurs années là-bas et a surtout envie de parler la langue, d’évoquer ses souvenirs plutôt que de gagner de l’argent.”

Côté sécurité, la plateforme s’efforce d’offrir un maximum de garanties. Tous les utilisateurs doivent créer un profil, donner une adresse électronique et un numéro de téléphone qui seront vérifiés. Par ailleurs, comme sur eBay, les membres sont “notés” à l’aide de commentaires laissés par leurs pairs. Les photos des lieux à louer peuvent également être prises par un photographe professionnel engagé par Airbnb, afin d’obtenir le statut de “vérifiées”. Intrusif ? “C’est un parti pris, explique Oliver Grémillon, nous voulons garantir aux voyageurs et aux hébergeurs l’accès à un maximum d’informations avant qu’ils ne confirment la réservation.”

Cette organisation, en forme de réseau social, implique une grande part de développement informatique afin d’améliorer les fonctionnalités du site et d’en créer de nouvelles, ainsi qu’une forte présence des “community managers”. Ils sont trois à Paris : deux d’entre eux travaillent “hors ligne” et s’occupent d’organiser des événements, des ateliers, des soirées pour que les membres se rencontrent et rencontrent l’équipe d’Airbnb.

INGÉNIERIE ET DÉVELOPPEMENT INFORMATIQUE DE POINTE

Les ingénieurs sont la clé de voûte du site, qui a pour objectif d’offrir une expérience entièrement intégrée : “Tout se fait sur un même site, insiste Olivier Grémillon, du moment où vous fouillez pour trouver un endroit où aller, jusqu’au paiement, qui se fait en ligne. Que vous veniez de Montpellier ou de Sao Paulo, la transaction est aussi facile.” Le paiement en ligne est un casse-tête, du fait des taux de change et du traitement des transactions, mais il représente un vrai plus pour les voyageurs.

La déclinaison du site sur smartphones est également plébiscitée des utilisateurs. “Je trouve l’application presque plus facile à utiliser que le site”, pointe Julie F., une utilisatrice du Sud-Ouest, qui a parcouru l’Asie en réservant au fur et à mesure des chambres dans les grandes villes, directement sur son téléphone. Plus d’une réservation sur dix se fait directement sur l’application.

Airbnb n’est pas un bébé de la Silicon Valley pour rien : innovation, développement informatique et design inventif sont à la source du succès de la start-up, qui a ouvert au début de l’année une dizaine de bureaux à l’étranger. Leader sur son segment, la jeune pousse compte sur ses ingénieurs et designers à San Francisco pour garder son avance. Et cela paie : en juillet 2011, Airbnb a opéré une levée de fonds de près de 112 millions de dollars (91 millions d’euros) avec de grands noms du capital investissement (Sequoia Capital, Greylock partners…).

Pas encore bénéficiaire, Airbnb peut néanmoins compter sur un soutien sans faille de ses actionnaires. “Nous sommes assez proches du seuil de rentabilité, mais nos actionnaires ne nous mettent aucune pression, ils nous poussent à nous développer.” Le pari semble en effet peu risqué : avec un nombre de nuitées passées de 1 million en février 2011 à 5 millions en janvier 2012, puis 10 millions en juin 2012, la croissance de la plateforme est exponentielle.

Audrey Fournier

Source: (1) http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/08/19/airbnb-petite-start-up-deviendra-grande_1742148_3234.html?google_editors_picks=true

Comment créer "the next big thing" ? Le fondateur de Waze, la start-up israélienne rachetée par Google, explique les avantages et inconvénient d'un écosystème comme celui d'Israël par rapport à la Silicon Valley. Un articlede Nora Poggi : "Noam Bardin, le fondateur de Waze, la startup israélienne rachetée par Google pour 1,1 milliard de dollars, veut faire profiter le monde de son expérien...

IsraelValley Desk | High-Tech

La start-up Pulse Play a lancé une campagne sur Indiegogo pour financer son bracelet connecté capable de remplacer l'arbitre au tennis. Les objets connectés sont déjà nombreux sur les cours de tennis : des capteurs Sony qui se fixent sur le manche de la raquette, au dispositif Shot Stats qui se fixes sur le cordage, en passant par la raquette de tennis connectée de Babolat, tous les moyens so...

Nathalie Hamou (Tel-Aviv) | High-Tech

Coca Cola Israël a conçu un algorithme permettant de générer un design différent pour 2 millions d'étiquettes apposées sur ses bouteilles de Diet Coke. L'innovation technologique, permettant l'impression de milliers d'étiquettes différentes est née en Israël, grâce à un partenariat avec la division locale de HP : Indigo. Le Diet Coke a bénéficié d'une édition limitée sur 2 millions de boutei...

IsraelValley Desk | High-Tech

Aucun hasard si le Groupe Publicis (France) est très actif en Israël en matière de veille technologique. Le "Made in Israel" prend un tournant radical dans la"AdTech". Outbrain, Taboola, IronSource, SimilarWeb, Crossrider, Matomy, Kenshoo,... vous connaissez ? Le journal Les Echos posait récemment cette question : "L'« advertising technology » (« Ad Tech ») est-elle en train de devenir la nouve...

Eyal Dayan (Tel Aviv) | High-Tech

SPECIAL ISRAELVALLEY. IronSource dans le software et Infinidat (data storage) sont deux startups israéliennes qui entrent dans le Club très fermé des 131 "Unicorn" firmes (en Français "le Groupe Licorne, startups dont la valorisation dépasse le milliard de dollars) du New York Times. IRONSOURCE. En janvier 2012, la société IronSource comptait à peine 40 employés. Ce nombre s’élève à présen...

Dan Rosh (Yavné) | High-Tech

A Beit Yanai en Israël, des villageois palestiniens vivant dans des zones désertiques sans réseau en Cisjordanie ont commencé à utiliser le biogaz fourni par des générateurs israéliens qui délivrent une énergie gratuite et propre en avalant des déchets organiques. La technologie de « digestion anaérobie » produite par la start-up israélienne HomeBioGas transforme les restes de nourriture et ...

(A.H) Ariel Aviv | High-Tech

La guerre à l’innovation et dépôts de brevets fait rage pour celui qui remportera l’industrialisation des batteries prochaine génération. Et quand on pense innovation on pense tout de suite aux USA avec ses énormes capitaux, mais aussi à Israel, un pays grand comme 3 pouces qui est l’inventeur de la clé USB et de Waze le GPS intelligent qui propose des trajets alternatifs pour éviter les embout...

IsraelValley Desk | High-Tech

Israël depuis quelques années regorge de milliardaires qui portent des Rolex de manière ostentatoire (pas tous!) et habitent dans les fameuses "Tours de Riches" de Tel Aviv. L'un d'entre eux est très célèbre : Teddy Sagi. Ses amis habitent dans a Tour "Yoo Tel Aviv" qui est un ensemble de gratte-ciel résidentiel construit à Tel Aviv de 2004 à 2007. Il est composé de deux tours (Yoo 1 de 128...

IsraelValley Desk & IsraPresse | High-Tech

Google est à l'origine d'un micro-incident diplomatique avec Israël, après avoir rebaptisé sa page pour les territoires palestiniens en "Google Palestine". Un petit détail d’affichage sur la page d’accueil du moteur de recherche, mais qui donne au territoire un statut d’État. Cette initiative a beaucoup plu aux autorités palestiniennes. Beaucoup moins aux Israéliens qui considèrent que la compa...

IsraelValley Desk | High-Tech

1. Créée par Dr. Ricardo Osiroff et Fernando Patolsky en 2007, la startup « Tracense Systems » a mis au point un système de détection par l’odeur 100 à 1000 fois supérieur à celui des chiens. Issu de la nanotechnologie, il permet d’identifier une grande variété d’explosifs ou de matières dangereuses ou interdites, même en présence d’une très faible quantité. Le système fonctionne grâce à une...

Tel Avivre | High-Tech

Israël rejoint le club des puissances coopérant en vue d'améliorer la circulation des objets dans l'espace. La coopération en matière de sécurité entre les Etats-Unis et Israël s'élargit dorénavant au domaine spatial, rapporte mardi le journal Haaretz. Les deux pays ont signé récemment un accord de coopération sur le traçage de d'objets en mouvement dans l'espace, qu'ils aient été fabriqués par...

i24News | High-Tech

Intel a annoncé que la technologie de traitement rapide en 3-D largement développée par les équipes d'Intel en Israël sera à l’origine d’une collaboration avec les équipes de Google dans le cadre du projet Tango. Ce projet est une technologie développée par Google pour utiliser les smartphones et tablettes pour enregistrer la profondeur en 3-D d’un environnement. En ajoutant de nouveaux o...

(A.H) Ariel Aviv | High-Tech

Un casque avec un affichage intégré, qui permet au conducteur de lire l'état du véhicule, sans détourner les yeux de la route, a été réalisé par les étudiants d'ingénierie pour la troisième édition des Championnats de Formule 1 du Technion Israel Institute of Technology qui se tiendra à Arno, en Italie en Septembre. C’est la troisième voiture de course construite par des étudiants du Technio...

(A.H) Ariel Aviv | High-Tech

C'est un robot capable de secourir les sinistrés sur les lieux d’un désastre, d’aider les personnes handicapées et de soigner des blessés. Son nom ? "LePartenaire". Un robot futuriste construit par des ingénieurs de l’Armée de l’Air et de la Marine israéliennes pendant leur temps libre. Au Salon Machanet (high-tech) il était impossible de manquer "LePartenaire". C’est dans ce salon que les p...

Youval Barzilaï (Holon) | High-Tech

Des jeunes « cerveaux » venus de soixante-dix pays ainsi qu’une quinzaine de prix Nobel seront en Israël du 15 au 22 août pour un rendez-vous scientifique mondial premier du genre : le Word Science Conference Israel (WSCI). Ce congrès qui aura lieu à l’Université hébraïque de Jérusalem incluera divers colloques sur des sujets scientifiques et technologiques ainsi que de nombreux séminaires. ...

Shraga Blum (LPH) | High-Tech