Aug 26

ISRAELVALLEY - LES STARTUPISTES ISRAELIENS ADMIRENT "AIRBNB". Nouveau leader de la location saisonnière sur Internet cette startup inspire une nouvelle génération de créateurs en Israël.

Authors picture

Youval Barzilaï (Tel-Aviv) | High-Tech

Headline image

IsraelValley, dans sa volonté de réaliser une veille permanente sur ce qui se passe dans le hightech israélien, tombe de plus en plus souvent sur des cas de startup-perles nées en dehors d’Israël et qui inspirent les créateurs du monde entier. C’est le cas de Airbnb. Selon (1) : " Au commencement étaient la nécessité et le désir. La nécessité de gagner un peu d’argent pour payer un loyer brutalement augmenté par un propriétaire peu philanthrope. Le désir d’être son propre patron et de monter son entreprise. Plus de dix ans après le premier éclatement de la bulle Internet, les fondateurs d’Airbnb, nouveau leader de la location saisonnière sur Internet, montrent que les start-ups ont encore de belles pages à écrire.

Formés à l’école de design de Providence et colocataires à San Francisco, les jeunes Joe Gebbia et Brian Chesky ont eu l’idée, pas forcément originale, mais en tout cas efficace, de transformer une chambre inutilisée en “bed and breakfast” pour arrondir leurs fins de mois. Le moment est bien choisi : une énorme conférence sur le design se déroule à proximité et ils savent que beaucoup de participants sont à la recherche de solutions d’hébergement peu chères.

On est en 2007. La convention démocrate de Denver approche et là encore, Gebbia et Chesky pensent que le besoin de logement se fera sentir. Peu à peu, l’idée de transformer une simple activité d’appoint en véritable entreprise murit dans la tête des deux compères, biberonnés à l’entrepreunariat made in Silicon Valley.

A leurs débuts, Gebbia et Chesky n’ont pas grand chose en poche. Mettant à profit la campagne électorale de 2007, ils créent des céréales à l’effigie des candidats (les désormais célèbres Obama O’s et Cap’n McCain’s), ce qui leur permet de récolter 40 000 dollars pour mettre en ligne un petit site Internet professionnel.

La société Airbnb est créée l’année suivante, en 2008, et connaît un formidable coup d’accélérateur lorsqu’elle est sélectionnée au printemps 2009 par le prestigieux incubateur d’entreprises californien Y Combinator, qui lui permet de lever 8 millions de dollars assez rapidement.

“Les conventions, les conférences, c’est bien, mais Brian et Joe ont vite vu qu’il y avait un marché potentiel beaucoup plus important : celui des gens qui ont envie de voyager autrement”, raconte Olivier Grémillon, directeur du bureau de Paris, qui a ouvert au début de l’année. “Les voyageurs veulent aller au-delà du touristique : vivre comme un Parisien à Paris, comme un New-Yorkais à New York, pourquoi ne pas alors proposer aux particuliers d’ouvrir leur maison ?”

Vivre à Paris comme un Parisien, c’est exactement ce que propose Bertrand Z., trentenaire urbain qui complète ses revenus depuis deux ans en ouvrant à la location son coquet deux-pièces du Marais. “J’habite un 40 m² qui offre une très jolie vue sur les toits de Paris, explique-t-il. Au loin on aperçoit le Sacré-Cœur illuminé la nuit.” Des atouts qui font de son logement une cible très prisée des touristes : “J’ai des réservations jusqu’à Noël, principalement des Américains et des Australiens, et surtout des couples à la recherche d’un séjour romantique.”

“Le concept de location de courte durée n’est pas nouveau, reconnaît Olivier Grémillon, mais lorsqu’on écoute les voyageurs raconter leur expérience, ils ne nous parlent pas tant du logement que du quartier, de l’hôte, des liens qui se tissent.”

La convivialité aide en effet à créer la rencontre : “Je laisse systématiquement une bouteille de vin et deux verres sur la table du balcon à mes hôtes, ajoute Bertrand, j’ai compilé une dizaine d’adresses de restaurants sympathiques dans le quartier et je m’occupe même des réservations quand ils ne parlent pas français.”

Se sentir un peu chez soi grâce à un accueil, une décoration ou un quartier original, voilà de quoi convaincre les plus blasés. La formule séduit même les voyageurs en déplacement pour affaires. Jean-François Rhéault, consultant basé à Montréal, opte de plus en plus souvent pour cette solution. “Je passe beaucoup de temps en voyage d’affaires, alors Airbnb me donne presque l’impression d’être en vacances, raconte-t-il avec enthousiasme. Cela permet de sortir des zones touristiques, et certains appartements sont vraiment très stylés.”

Au point d’en faire une formule pour voyage d’affaires en groupe : “lors d’une conférence en juin à Vancouver, mes collègues avec lesquels je m’entends très bien et moi avons décidé de prendre un appartement tous ensemble plutôt que des chambres d’hôtel séparées”. L’histoire ne dit pas si la productivité du groupe fut à l’avenant, mais en tout cas, la possibilité d’une alternative à l’hôtel classique s’est durablement installée dans les esprits.

MOITIÉ MOINS CHER QUE L’HÔTEL
Autre avantage, et pas des moindres : le prix. Selon les calculs de Bertrand, “un hôtel offrant le même niveau de prestation (balcon, vue, quartier) facturerait une chambre (et pas une suite !) au prix minimum de 280 euros par nuit, alors que mon tarif est d’environ la moitié, pour un deux-pièces avec cuisine”. Heidi Bailey, qui vit aux Etats-Unis dans le Connecticut, a quant à elle fourni aux invités de son mariage une liste d’habitats sélectionnés par ses soins, afin que chacun puisse trouver le logement qui lui convenait, au prix le plus ajusté à son budget. “Toute ma famille était logée dans des maisons qui étaient parfois voisines les unes des autres, c’était assez surréaliste !”

Si les hôtes enregistrés sur Airbnb sont libres de fixer leurs tarifs comme ils l’entendent, ils bénéficient toutefois d’outils de comparaison consultables sur la plateforme afin d’avoir un “pricing” compétitif. Airbnb leur conseille de commencer pas trop haut et d’augmenter le tarif jusqu’à ce que les réservations se tarissent, quitte à baisser ensuite pour d’arriver doucement au point d’équilibre offre/demande. Du côté de la plateforme, le modèle économique se base sur un système de commission prélevée à la fois du côté de l’hébergeur (3 % de frais de transaction prélevés sur le prix de la nuitée) et du locataire (6 à 12 % sur le prix de la nuitée).

Mais l’argent n’est pas toujours la motivation première des hébergeurs : “L’un de nos hôtes, basé à Clamart, loue ses chambres à 20 euros la nuit, mais il n’accueille que des gens venus d’Asie du Sud-Est, raconte Olivier Grémillon. Il a vécu plusieurs années là-bas et a surtout envie de parler la langue, d’évoquer ses souvenirs plutôt que de gagner de l’argent.”

Côté sécurité, la plateforme s’efforce d’offrir un maximum de garanties. Tous les utilisateurs doivent créer un profil, donner une adresse électronique et un numéro de téléphone qui seront vérifiés. Par ailleurs, comme sur eBay, les membres sont “notés” à l’aide de commentaires laissés par leurs pairs. Les photos des lieux à louer peuvent également être prises par un photographe professionnel engagé par Airbnb, afin d’obtenir le statut de “vérifiées”. Intrusif ? “C’est un parti pris, explique Oliver Grémillon, nous voulons garantir aux voyageurs et aux hébergeurs l’accès à un maximum d’informations avant qu’ils ne confirment la réservation.”

Cette organisation, en forme de réseau social, implique une grande part de développement informatique afin d’améliorer les fonctionnalités du site et d’en créer de nouvelles, ainsi qu’une forte présence des “community managers”. Ils sont trois à Paris : deux d’entre eux travaillent “hors ligne” et s’occupent d’organiser des événements, des ateliers, des soirées pour que les membres se rencontrent et rencontrent l’équipe d’Airbnb.

INGÉNIERIE ET DÉVELOPPEMENT INFORMATIQUE DE POINTE

Les ingénieurs sont la clé de voûte du site, qui a pour objectif d’offrir une expérience entièrement intégrée : “Tout se fait sur un même site, insiste Olivier Grémillon, du moment où vous fouillez pour trouver un endroit où aller, jusqu’au paiement, qui se fait en ligne. Que vous veniez de Montpellier ou de Sao Paulo, la transaction est aussi facile.” Le paiement en ligne est un casse-tête, du fait des taux de change et du traitement des transactions, mais il représente un vrai plus pour les voyageurs.

La déclinaison du site sur smartphones est également plébiscitée des utilisateurs. “Je trouve l’application presque plus facile à utiliser que le site”, pointe Julie F., une utilisatrice du Sud-Ouest, qui a parcouru l’Asie en réservant au fur et à mesure des chambres dans les grandes villes, directement sur son téléphone. Plus d’une réservation sur dix se fait directement sur l’application.

Airbnb n’est pas un bébé de la Silicon Valley pour rien : innovation, développement informatique et design inventif sont à la source du succès de la start-up, qui a ouvert au début de l’année une dizaine de bureaux à l’étranger. Leader sur son segment, la jeune pousse compte sur ses ingénieurs et designers à San Francisco pour garder son avance. Et cela paie : en juillet 2011, Airbnb a opéré une levée de fonds de près de 112 millions de dollars (91 millions d’euros) avec de grands noms du capital investissement (Sequoia Capital, Greylock partners…).

Pas encore bénéficiaire, Airbnb peut néanmoins compter sur un soutien sans faille de ses actionnaires. “Nous sommes assez proches du seuil de rentabilité, mais nos actionnaires ne nous mettent aucune pression, ils nous poussent à nous développer.” Le pari semble en effet peu risqué : avec un nombre de nuitées passées de 1 million en février 2011 à 5 millions en janvier 2012, puis 10 millions en juin 2012, la croissance de la plateforme est exponentielle.

Audrey Fournier

Source: (1) http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/08/19/airbnb-petite-start-up-deviendra-grande_1742148_3234.html?google_editors_picks=true

Voici 5 raisons pour lesquelles les startups israéliennes réussissent : 1. Israël, une mentalité de « survie » Située dans une région aride, pauvre en ressources naturelles et sous menaces permanentes, le pays a immédiatement été fondé dans son ensemble sous une mentalité de « survie », qui s’efforce de progresser et qui accepte de faire face à de gros dilemmes. Cette atti...

IsraelValley Desk | High-Tech

Des scientifiques israéliens ont conçu des membranes spéciales à partir de composants organiques qui sont capables de purifier l’eau en filtrant de grands et même de petits virus. Les filtres à eau sont un sujet largement évoqué aujourd'hui. Les chercheurs ont manifesté des progrès importants dans ce domaine. Selon l'article publié dans la revue Water Research (Science Direct...

Ilanit Hayut | High-Tech

Sur Europe1, Anicet Mbida offre chaque matin ce qui se fait de mieux en matière d'innovation : "Encore une technologie surprenante ce matin, des hauts parleurs qui dirigent le son directement vers nos oreilles. C’est à peine croyable. Par exemple : vous posez votre téléphone sur la table, vous le mettez sur haut-parleur. Mais il n’y a que vous qui l’entendez. Vous pouvez bouger, v...

Eyal Koren | High-Tech

SPECIAL ISRAELVALLEY. Ils sont sur Sdérot Rothshild, en plein coeur de la StartUp Nation. Les nombreux très jeunes chercheurs de Facebook à Tel Aviv sont concentrés sur les concepts du futur. Un excellent article est paru dans Les Echos sur les recherches du géant américain (sans citer Tel Aviv) : "Communiquer par la pensée et entendre par la peau, les nouveaux paris fous de Facebook...

Eyal Koren | High-Tech

Rien de nouveau dans le ciel de la Startup Nation. Une firme israélienne a été rachetée par un leader américain du "M-Ticketing". SeatGeek rachète la firme israélienne TopTix, leader mondial dans le domaine du software dédié aux ventes de billets. Le M-Ticketing, comme mobile-ticketing, est un concept qui permet de se servir de son téléphone mobile comme d'un ticket « papier » ...

Dan Rosh (Tel Aviv) | High-Tech

Excellente nouvelle pour le hightech israélien. La firme américaine Flex va embaucher des ingénieurs sytèmes en Israël. Un centre de conception va ouvrir dans la Startup Nation. HISTOIRE DE FLEX. La firme américaine avait à l'origine offert une solution de développement créée par Macromedia en 2004 puis reprise par Adobe en 2006, permettant de créer et de déployer des application...

Dan Rosch (Paris) | High-Tech

Depuis plus de deux ans, la magazine suisse Bilan a sélectionné les plus prometteurs Baby Entrepreneurs : ces jeunes fondateurs d’entreprise romands ont osé se lancer très jeunes dans l’aventure de l’entrepreneuriat, certains avant même d’avoir fini leur cursus. En partenariat avec Procter & Gamble est né le Baby Entrepreneurs Challenge 2017 : 20 jeunes pousses parmi les plus ...

IsraelValley Desk | High-Tech

Avec 2,7 milliards d'euros levés en 2016, la France s'est hissée au deuxième rang des "start-up nations" européennes, juste derrière le Royaume-Uni. Et pourtant, même si le montant est énorme à l'échelle française, il reste minuscule en comparaison des montants levés aux Etats-Unis. "Ce n'est pas grave. Les fonds ne sont pas nécessaires, estime Loïc Le Meur, entrepreneur franç...

IsraelValley Desk | High-Tech

Pascale Zonszain pour AJ : "Barkid, une start-up israélienne propose un bracelet intelligent pour permettre aux parents de savoir à tout moment où se trouvent leurs enfants. « Le fondateur de Barkid habite à Beer-Sheva et ce n'est pas un hasard. Eliav Elhadad n'a pas oublié ce jour de juillet 2014, quand un Grad du Hamas s'est abattu sur la capitale du Néguev et que les parents, terr...

IsraelValley Desk | High-Tech

Un article de Cyril Cohen-Solal : "Au-delà d’un énième robot qu’on voit circuler dans les salons high-tech, Elli-Q est un compagnon doté d’une Intelligence Artificielle qui est capable d’intéragir et d’apprendre de son entourage (Machine Learning). Surtout, Elli-Q est animé d’émotions, d’humour (même si ce n’est pas encore du Gad Elmaleh) et d’une capacité de sugg...

IsraelValley Desk | High-Tech

Le quatrième homme le plus riche du monde, le Mexicain Carlos Slim, a affirmé récemment qu’Israël constitue un défi majeur pour les États-Unis dans l’industrie des hautes technologies. « Vous [les Américains] êtes les leaders mondiaux dans les hautes technologies mais des pays comme la Chine ou Israël défie en la matière le leadership des États-Unis », a déclaré l’homme...

IsraelValley Desk | High-Tech

Bonjour chers auditeurs de Radio J. Bonjour Jacquot. Je suis actuellement en Israël, et le temps est superbe. Tout d'abord, heureux Pessah à tous. Les nouvelles hightech de la semaine : 1. FRUTAROM. Le fabricant israélien d'arômes et d'additifs Frutarom Industries a annoncé l'acquisition du laboratoire français René Laurent pour 20,0 millions d'euros. Fondée en 1885 et spécialisée...

Dan Rosh (Tel Aviv) | High-Tech

Dans les bureaux d'Epicenter, un regroupement suédois d'entreprises en démarrage, des employés munis de micropuces numériques implantées dans leur corps peuvent ouvrir les portes, activer les imprimantes ou même s'acheter des smoothies simplement en agitant la main. D'une grosseur comparable à celle d'un grain de riz, la micropuce proposée aux employés et membres d'Epicenter fait l'...

IsraelValley Desk | High-Tech

Israël, terre d'élection du véhicule intelligent ? Le pari paraissait voilà peu improbable dans un pays dépourvu d'industrie automobile, à l'exception de la production anecdotique de la Sussita, un véhicule à la carrosserie en fibre de verre fabriqué dans les années 1950 dans une usine située près du port de Haïfa… Et pourtant, il a suffi d'une petite décennie pour que la Si...

IsraelValley Desk | High-Tech

Boaz Mamo (à gauche sur la photo), fondateur d'EcoMotion, communauté israélienne des transports intelligents vient de créer Drive, un centre d'innovation doublé d'un accélérateur, lancé à Tel-Aviv en partenariat avec Honda, Volvo et la société de location Hertz. (Nathalie Hamou pour Les Echos) Les systèmes de transport intelligents (STI) (en anglais intelligent transportation sys...

Ilan Kotel (Tel Aviv) | High-Tech