Aug 26

ISRAELVALLEY - LES STARTUPISTES ISRAELIENS ADMIRENT "AIRBNB". Nouveau leader de la location saisonnière sur Internet cette startup inspire une nouvelle génération de créateurs en Israël.

Authors picture

Youval Barzilaï (Tel-Aviv) | High-Tech

Headline image

IsraelValley, dans sa volonté de réaliser une veille permanente sur ce qui se passe dans le hightech israélien, tombe de plus en plus souvent sur des cas de startup-perles nées en dehors d’Israël et qui inspirent les créateurs du monde entier. C’est le cas de Airbnb. Selon (1) : " Au commencement étaient la nécessité et le désir. La nécessité de gagner un peu d’argent pour payer un loyer brutalement augmenté par un propriétaire peu philanthrope. Le désir d’être son propre patron et de monter son entreprise. Plus de dix ans après le premier éclatement de la bulle Internet, les fondateurs d’Airbnb, nouveau leader de la location saisonnière sur Internet, montrent que les start-ups ont encore de belles pages à écrire.

Formés à l’école de design de Providence et colocataires à San Francisco, les jeunes Joe Gebbia et Brian Chesky ont eu l’idée, pas forcément originale, mais en tout cas efficace, de transformer une chambre inutilisée en “bed and breakfast” pour arrondir leurs fins de mois. Le moment est bien choisi : une énorme conférence sur le design se déroule à proximité et ils savent que beaucoup de participants sont à la recherche de solutions d’hébergement peu chères.

On est en 2007. La convention démocrate de Denver approche et là encore, Gebbia et Chesky pensent que le besoin de logement se fera sentir. Peu à peu, l’idée de transformer une simple activité d’appoint en véritable entreprise murit dans la tête des deux compères, biberonnés à l’entrepreunariat made in Silicon Valley.

A leurs débuts, Gebbia et Chesky n’ont pas grand chose en poche. Mettant à profit la campagne électorale de 2007, ils créent des céréales à l’effigie des candidats (les désormais célèbres Obama O’s et Cap’n McCain’s), ce qui leur permet de récolter 40 000 dollars pour mettre en ligne un petit site Internet professionnel.

La société Airbnb est créée l’année suivante, en 2008, et connaît un formidable coup d’accélérateur lorsqu’elle est sélectionnée au printemps 2009 par le prestigieux incubateur d’entreprises californien Y Combinator, qui lui permet de lever 8 millions de dollars assez rapidement.

“Les conventions, les conférences, c’est bien, mais Brian et Joe ont vite vu qu’il y avait un marché potentiel beaucoup plus important : celui des gens qui ont envie de voyager autrement”, raconte Olivier Grémillon, directeur du bureau de Paris, qui a ouvert au début de l’année. “Les voyageurs veulent aller au-delà du touristique : vivre comme un Parisien à Paris, comme un New-Yorkais à New York, pourquoi ne pas alors proposer aux particuliers d’ouvrir leur maison ?”

Vivre à Paris comme un Parisien, c’est exactement ce que propose Bertrand Z., trentenaire urbain qui complète ses revenus depuis deux ans en ouvrant à la location son coquet deux-pièces du Marais. “J’habite un 40 m² qui offre une très jolie vue sur les toits de Paris, explique-t-il. Au loin on aperçoit le Sacré-Cœur illuminé la nuit.” Des atouts qui font de son logement une cible très prisée des touristes : “J’ai des réservations jusqu’à Noël, principalement des Américains et des Australiens, et surtout des couples à la recherche d’un séjour romantique.”

“Le concept de location de courte durée n’est pas nouveau, reconnaît Olivier Grémillon, mais lorsqu’on écoute les voyageurs raconter leur expérience, ils ne nous parlent pas tant du logement que du quartier, de l’hôte, des liens qui se tissent.”

La convivialité aide en effet à créer la rencontre : “Je laisse systématiquement une bouteille de vin et deux verres sur la table du balcon à mes hôtes, ajoute Bertrand, j’ai compilé une dizaine d’adresses de restaurants sympathiques dans le quartier et je m’occupe même des réservations quand ils ne parlent pas français.”

Se sentir un peu chez soi grâce à un accueil, une décoration ou un quartier original, voilà de quoi convaincre les plus blasés. La formule séduit même les voyageurs en déplacement pour affaires. Jean-François Rhéault, consultant basé à Montréal, opte de plus en plus souvent pour cette solution. “Je passe beaucoup de temps en voyage d’affaires, alors Airbnb me donne presque l’impression d’être en vacances, raconte-t-il avec enthousiasme. Cela permet de sortir des zones touristiques, et certains appartements sont vraiment très stylés.”

Au point d’en faire une formule pour voyage d’affaires en groupe : “lors d’une conférence en juin à Vancouver, mes collègues avec lesquels je m’entends très bien et moi avons décidé de prendre un appartement tous ensemble plutôt que des chambres d’hôtel séparées”. L’histoire ne dit pas si la productivité du groupe fut à l’avenant, mais en tout cas, la possibilité d’une alternative à l’hôtel classique s’est durablement installée dans les esprits.

MOITIÉ MOINS CHER QUE L’HÔTEL
Autre avantage, et pas des moindres : le prix. Selon les calculs de Bertrand, “un hôtel offrant le même niveau de prestation (balcon, vue, quartier) facturerait une chambre (et pas une suite !) au prix minimum de 280 euros par nuit, alors que mon tarif est d’environ la moitié, pour un deux-pièces avec cuisine”. Heidi Bailey, qui vit aux Etats-Unis dans le Connecticut, a quant à elle fourni aux invités de son mariage une liste d’habitats sélectionnés par ses soins, afin que chacun puisse trouver le logement qui lui convenait, au prix le plus ajusté à son budget. “Toute ma famille était logée dans des maisons qui étaient parfois voisines les unes des autres, c’était assez surréaliste !”

Si les hôtes enregistrés sur Airbnb sont libres de fixer leurs tarifs comme ils l’entendent, ils bénéficient toutefois d’outils de comparaison consultables sur la plateforme afin d’avoir un “pricing” compétitif. Airbnb leur conseille de commencer pas trop haut et d’augmenter le tarif jusqu’à ce que les réservations se tarissent, quitte à baisser ensuite pour d’arriver doucement au point d’équilibre offre/demande. Du côté de la plateforme, le modèle économique se base sur un système de commission prélevée à la fois du côté de l’hébergeur (3 % de frais de transaction prélevés sur le prix de la nuitée) et du locataire (6 à 12 % sur le prix de la nuitée).

Mais l’argent n’est pas toujours la motivation première des hébergeurs : “L’un de nos hôtes, basé à Clamart, loue ses chambres à 20 euros la nuit, mais il n’accueille que des gens venus d’Asie du Sud-Est, raconte Olivier Grémillon. Il a vécu plusieurs années là-bas et a surtout envie de parler la langue, d’évoquer ses souvenirs plutôt que de gagner de l’argent.”

Côté sécurité, la plateforme s’efforce d’offrir un maximum de garanties. Tous les utilisateurs doivent créer un profil, donner une adresse électronique et un numéro de téléphone qui seront vérifiés. Par ailleurs, comme sur eBay, les membres sont “notés” à l’aide de commentaires laissés par leurs pairs. Les photos des lieux à louer peuvent également être prises par un photographe professionnel engagé par Airbnb, afin d’obtenir le statut de “vérifiées”. Intrusif ? “C’est un parti pris, explique Oliver Grémillon, nous voulons garantir aux voyageurs et aux hébergeurs l’accès à un maximum d’informations avant qu’ils ne confirment la réservation.”

Cette organisation, en forme de réseau social, implique une grande part de développement informatique afin d’améliorer les fonctionnalités du site et d’en créer de nouvelles, ainsi qu’une forte présence des “community managers”. Ils sont trois à Paris : deux d’entre eux travaillent “hors ligne” et s’occupent d’organiser des événements, des ateliers, des soirées pour que les membres se rencontrent et rencontrent l’équipe d’Airbnb.

INGÉNIERIE ET DÉVELOPPEMENT INFORMATIQUE DE POINTE

Les ingénieurs sont la clé de voûte du site, qui a pour objectif d’offrir une expérience entièrement intégrée : “Tout se fait sur un même site, insiste Olivier Grémillon, du moment où vous fouillez pour trouver un endroit où aller, jusqu’au paiement, qui se fait en ligne. Que vous veniez de Montpellier ou de Sao Paulo, la transaction est aussi facile.” Le paiement en ligne est un casse-tête, du fait des taux de change et du traitement des transactions, mais il représente un vrai plus pour les voyageurs.

La déclinaison du site sur smartphones est également plébiscitée des utilisateurs. “Je trouve l’application presque plus facile à utiliser que le site”, pointe Julie F., une utilisatrice du Sud-Ouest, qui a parcouru l’Asie en réservant au fur et à mesure des chambres dans les grandes villes, directement sur son téléphone. Plus d’une réservation sur dix se fait directement sur l’application.

Airbnb n’est pas un bébé de la Silicon Valley pour rien : innovation, développement informatique et design inventif sont à la source du succès de la start-up, qui a ouvert au début de l’année une dizaine de bureaux à l’étranger. Leader sur son segment, la jeune pousse compte sur ses ingénieurs et designers à San Francisco pour garder son avance. Et cela paie : en juillet 2011, Airbnb a opéré une levée de fonds de près de 112 millions de dollars (91 millions d’euros) avec de grands noms du capital investissement (Sequoia Capital, Greylock partners…).

Pas encore bénéficiaire, Airbnb peut néanmoins compter sur un soutien sans faille de ses actionnaires. “Nous sommes assez proches du seuil de rentabilité, mais nos actionnaires ne nous mettent aucune pression, ils nous poussent à nous développer.” Le pari semble en effet peu risqué : avec un nombre de nuitées passées de 1 million en février 2011 à 5 millions en janvier 2012, puis 10 millions en juin 2012, la croissance de la plateforme est exponentielle.

Audrey Fournier

Source: (1) http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/08/19/airbnb-petite-start-up-deviendra-grande_1742148_3234.html?google_editors_picks=true

Du 30 juin au 2 juillet, Paris devient la capitale mondiale des start-up. Elles sont 5.000, venues du monde entier, à présenter leurs projets dans les locaux de Paris-Expo à la Porte de Versailles. Organisé par le groupe Les Echos et Publicis, cet événement qui va accueillir plus de 60 start up israéliennes est assuré d'être un succès. Les Echos : "Dans une Europe vieillissante, qui donne c...

IsraelValley Plus | High-Tech

Cisco Systems est sur le point d’acquérir l’israélien CloudLock, spécialisé dans la sécurité du Cloud Copmuting. Cisco débourserait 293 millions de dollars et proposerait des actions et d’autres mesures incitatives pour les employés désireux de les rejoindre. Cette acquisition devrait être conclue au cours du premier trimestre de 2017. Possédant son siège à Waltham (Massachusets) et un centr...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | High-Tech

La Fondation BIRD Israël-États Unis (Binational Industrial Research and Development) a récemment approuvé le financement à hauteur de 7,5 millions de dollars de neuf projets issus de partenariats entres des sociétés américaines et israéliennes. Des financements en provenance du secteur privé s’additionneront à celui du BIRD, pour atteindre les 21,5 millions de dollars. Depuis près de quaran...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | High-Tech

Le gourou de la highTech israéliennne sera présent à Paris pour Viva Technology. Du 30 juin au 2 juillet 2016, au Parc des Expositions, Porte de Versailles, Publicis Groupe & le Groupe Les Echos organisent VIVA TECHNOLOGY START UP CONNECT, à Paris, le rassemblement de tous les acteurs de la transformation digitale. Yossi Vardi. Investisseur providentiel dans une dizaine de startups, Yossi V...

Dan Rosh (Tel Aviv) | High-Tech

REPORTAGE. Ce jeudi 23 juin, dans l’enceinte somptueuse de la Porter School of environmental studies de l’Université de Tel Aviv s’est déroulée la conférence Meet the leaders : “How does Israel take part in the automobile revolution ?”. Une cinquantaine d’entrepreneurs, institutionnels ou particuliers intéressés ont pu appréhender les enjeux de la révolution du transport intelligent en Israë...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | High-Tech

C'est un fait. L'industrie technologique londonienne craint que le Brexit incite les entreprises internationales à s'installer plutôt à Berlin, à Paris ou à Stockholm plutôt qu'à Londres. Et pourquoi pas à Tel Aviv ? Dans le jeu des prévisions pour le futur, et ceci avant le Brexit, il était quasi-certain que Londres allait devenir, loin devant Tel Aviv, un pôle de startups très attractif pour...

Ilan Dreyfus (Paris) | High-Tech

Comment identifier les terroristes sur les vidéos publiées par l’État islamique ? Des chercheurs jordaniens de l’université de Mutah ont un début de solution : grâce à leurs doigts, qui sont souvent totalement découverts lorsque les djihadistes brandissent le V de la victoire avec leur index et leur majeur. Les scientifiques ont donc créé un algorithme capable d’analyser l’angle entre les d...

IsraelValley Plus | High-Tech

Preempt a levé 8 millions de dollars auprès de General Catalyst Partners et d’autres investisseurs, dont Mickey Boodaei et Rakesh Loonkar, les fondateurs de Trusteer et Paul Sagan, l’ex-PDG d’Akamai Technologies. Preempt a lancé le premier firewall (pare-feu informatique) de l’industrie basé sur le suivi du comportement des utilisateurs allié à une capacité automatisée pour réagir instantanéme...

IsraelValley Plus | High-Tech

Selon Silicon.fr :"Accenture renforce son pôle sécurité. La société de conseils et services en solutions numériques annonce l’acquisition de Maglan Group. Créée en 1998, cette société israélienne basée à Tel Aviv est spécialisée dans la simulation de cyber-défense avancée, la recherche de vulnérabilités et les moyens pour les combler, l’analyse des malwares et, plus généralement, concentre sa r...

IsraelValley Plus | High-Tech

Huit start-ups israéliennes ont participé à Tel Aviv a une sélection pour pouvoir participer à la finale des Global Innovation Awards 2016, qui se tiendra à Pékin en août. L’enjeu était de taille : une récompense d’1,5 million de dollars en cash et l’opportunité de recevoir des investissements de Shengjing Group, une entreprise chinoise de conseils en management, ont déclaré la firme israélienn...

IsraelValley Plus | High-Tech

EVENEMENT "MEET THE LEADER" LE 23/06/2016. Soyons francs, les chances sont minces pour que les routes de Tel Aviv se transforment en havres de paix à moyen terme. Aucune technologie, aussi révolutionnaire qu’elle soit, ne saurait effacer les "road rages" quotidiens entre Allenby, Dizengoff ou Derech Begin. C’est pourtant dans cette même ville que s’imaginent aujourd’hui, les transports de d...

IsraelValley | High-Tech

La "Palestinian Start Up Nation" est encore embryonnaire. Cependant de bonnes nouvelles émèrgent pour le High Tech palestinien. Un exemple. Les employés de Mellanox Technologies (Israël) sont pour 10% des arabes. La firme israélienne a décidé depuis longtemps de recruter des ingénieurs palestiniens et externalise une partie de ses activités à Ramallah. Selon des chiffres de IsraelValley : ...

Youval Barzilaï (Paris) | High-Tech

Des concepteurs israéliens ont inventé Foldimate, un robot qui repasse et plie les vêtements. Les machines automatisant le processus de pliage et de repassage existant sur le marché sont conçues pour les milieux industriels alors que Foldimate est destiné aux particuliers... La machine est extrêmement simple d’utilisation : il suffit d’attacher le linge comme sur un étendoir à la verticale e...

IsraelValley Plus | High-Tech

La start-up israélienne Brayola a eu l’idée de lancer un réseau social spécialisé dans les sous-vêtements féminins. Le site exerce aussi d’autres activités telles que la vente et la livraison de soutiens-gorge et a reçu un investissement de 2,5 millions de dollars au premier tour de table, de la part de HDS capital et FirstTime Capital. Derrière cette jeune entreprise, basée à Tel Aviv, se ...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | High-Tech

Si au niveau mondial, la High-Tech semble connaître un léger ralentissement, cela n'empêche en rien les start-up israéliennes de lever des fonds. Pour la seule première semaine de juillet, treize d'entre elles ont réussi à lever un total impressionnant de 237 millions de dollars. Une semaine spectaculaire à la suite d'un mois de mai plus qu'honorable : 300 millions de dollars pour Gett (ex-GetT...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | High-Tech