Aug 26

ISRAELVALLEY - LES STARTUPISTES ISRAELIENS ADMIRENT "AIRBNB". Nouveau leader de la location saisonnière sur Internet cette startup inspire une nouvelle génération de créateurs en Israël.

Authors picture

Youval Barzilaï (Tel-Aviv) | High-Tech

Headline image

IsraelValley, dans sa volonté de réaliser une veille permanente sur ce qui se passe dans le hightech israélien, tombe de plus en plus souvent sur des cas de startup-perles nées en dehors d’Israël et qui inspirent les créateurs du monde entier. C’est le cas de Airbnb. Selon (1) : " Au commencement étaient la nécessité et le désir. La nécessité de gagner un peu d’argent pour payer un loyer brutalement augmenté par un propriétaire peu philanthrope. Le désir d’être son propre patron et de monter son entreprise. Plus de dix ans après le premier éclatement de la bulle Internet, les fondateurs d’Airbnb, nouveau leader de la location saisonnière sur Internet, montrent que les start-ups ont encore de belles pages à écrire.

Formés à l’école de design de Providence et colocataires à San Francisco, les jeunes Joe Gebbia et Brian Chesky ont eu l’idée, pas forcément originale, mais en tout cas efficace, de transformer une chambre inutilisée en “bed and breakfast” pour arrondir leurs fins de mois. Le moment est bien choisi : une énorme conférence sur le design se déroule à proximité et ils savent que beaucoup de participants sont à la recherche de solutions d’hébergement peu chères.

On est en 2007. La convention démocrate de Denver approche et là encore, Gebbia et Chesky pensent que le besoin de logement se fera sentir. Peu à peu, l’idée de transformer une simple activité d’appoint en véritable entreprise murit dans la tête des deux compères, biberonnés à l’entrepreunariat made in Silicon Valley.

A leurs débuts, Gebbia et Chesky n’ont pas grand chose en poche. Mettant à profit la campagne électorale de 2007, ils créent des céréales à l’effigie des candidats (les désormais célèbres Obama O’s et Cap’n McCain’s), ce qui leur permet de récolter 40 000 dollars pour mettre en ligne un petit site Internet professionnel.

La société Airbnb est créée l’année suivante, en 2008, et connaît un formidable coup d’accélérateur lorsqu’elle est sélectionnée au printemps 2009 par le prestigieux incubateur d’entreprises californien Y Combinator, qui lui permet de lever 8 millions de dollars assez rapidement.

“Les conventions, les conférences, c’est bien, mais Brian et Joe ont vite vu qu’il y avait un marché potentiel beaucoup plus important : celui des gens qui ont envie de voyager autrement”, raconte Olivier Grémillon, directeur du bureau de Paris, qui a ouvert au début de l’année. “Les voyageurs veulent aller au-delà du touristique : vivre comme un Parisien à Paris, comme un New-Yorkais à New York, pourquoi ne pas alors proposer aux particuliers d’ouvrir leur maison ?”

Vivre à Paris comme un Parisien, c’est exactement ce que propose Bertrand Z., trentenaire urbain qui complète ses revenus depuis deux ans en ouvrant à la location son coquet deux-pièces du Marais. “J’habite un 40 m² qui offre une très jolie vue sur les toits de Paris, explique-t-il. Au loin on aperçoit le Sacré-Cœur illuminé la nuit.” Des atouts qui font de son logement une cible très prisée des touristes : “J’ai des réservations jusqu’à Noël, principalement des Américains et des Australiens, et surtout des couples à la recherche d’un séjour romantique.”

“Le concept de location de courte durée n’est pas nouveau, reconnaît Olivier Grémillon, mais lorsqu’on écoute les voyageurs raconter leur expérience, ils ne nous parlent pas tant du logement que du quartier, de l’hôte, des liens qui se tissent.”

La convivialité aide en effet à créer la rencontre : “Je laisse systématiquement une bouteille de vin et deux verres sur la table du balcon à mes hôtes, ajoute Bertrand, j’ai compilé une dizaine d’adresses de restaurants sympathiques dans le quartier et je m’occupe même des réservations quand ils ne parlent pas français.”

Se sentir un peu chez soi grâce à un accueil, une décoration ou un quartier original, voilà de quoi convaincre les plus blasés. La formule séduit même les voyageurs en déplacement pour affaires. Jean-François Rhéault, consultant basé à Montréal, opte de plus en plus souvent pour cette solution. “Je passe beaucoup de temps en voyage d’affaires, alors Airbnb me donne presque l’impression d’être en vacances, raconte-t-il avec enthousiasme. Cela permet de sortir des zones touristiques, et certains appartements sont vraiment très stylés.”

Au point d’en faire une formule pour voyage d’affaires en groupe : “lors d’une conférence en juin à Vancouver, mes collègues avec lesquels je m’entends très bien et moi avons décidé de prendre un appartement tous ensemble plutôt que des chambres d’hôtel séparées”. L’histoire ne dit pas si la productivité du groupe fut à l’avenant, mais en tout cas, la possibilité d’une alternative à l’hôtel classique s’est durablement installée dans les esprits.

MOITIÉ MOINS CHER QUE L’HÔTEL
Autre avantage, et pas des moindres : le prix. Selon les calculs de Bertrand, “un hôtel offrant le même niveau de prestation (balcon, vue, quartier) facturerait une chambre (et pas une suite !) au prix minimum de 280 euros par nuit, alors que mon tarif est d’environ la moitié, pour un deux-pièces avec cuisine”. Heidi Bailey, qui vit aux Etats-Unis dans le Connecticut, a quant à elle fourni aux invités de son mariage une liste d’habitats sélectionnés par ses soins, afin que chacun puisse trouver le logement qui lui convenait, au prix le plus ajusté à son budget. “Toute ma famille était logée dans des maisons qui étaient parfois voisines les unes des autres, c’était assez surréaliste !”

Si les hôtes enregistrés sur Airbnb sont libres de fixer leurs tarifs comme ils l’entendent, ils bénéficient toutefois d’outils de comparaison consultables sur la plateforme afin d’avoir un “pricing” compétitif. Airbnb leur conseille de commencer pas trop haut et d’augmenter le tarif jusqu’à ce que les réservations se tarissent, quitte à baisser ensuite pour d’arriver doucement au point d’équilibre offre/demande. Du côté de la plateforme, le modèle économique se base sur un système de commission prélevée à la fois du côté de l’hébergeur (3 % de frais de transaction prélevés sur le prix de la nuitée) et du locataire (6 à 12 % sur le prix de la nuitée).

Mais l’argent n’est pas toujours la motivation première des hébergeurs : “L’un de nos hôtes, basé à Clamart, loue ses chambres à 20 euros la nuit, mais il n’accueille que des gens venus d’Asie du Sud-Est, raconte Olivier Grémillon. Il a vécu plusieurs années là-bas et a surtout envie de parler la langue, d’évoquer ses souvenirs plutôt que de gagner de l’argent.”

Côté sécurité, la plateforme s’efforce d’offrir un maximum de garanties. Tous les utilisateurs doivent créer un profil, donner une adresse électronique et un numéro de téléphone qui seront vérifiés. Par ailleurs, comme sur eBay, les membres sont “notés” à l’aide de commentaires laissés par leurs pairs. Les photos des lieux à louer peuvent également être prises par un photographe professionnel engagé par Airbnb, afin d’obtenir le statut de “vérifiées”. Intrusif ? “C’est un parti pris, explique Oliver Grémillon, nous voulons garantir aux voyageurs et aux hébergeurs l’accès à un maximum d’informations avant qu’ils ne confirment la réservation.”

Cette organisation, en forme de réseau social, implique une grande part de développement informatique afin d’améliorer les fonctionnalités du site et d’en créer de nouvelles, ainsi qu’une forte présence des “community managers”. Ils sont trois à Paris : deux d’entre eux travaillent “hors ligne” et s’occupent d’organiser des événements, des ateliers, des soirées pour que les membres se rencontrent et rencontrent l’équipe d’Airbnb.

INGÉNIERIE ET DÉVELOPPEMENT INFORMATIQUE DE POINTE

Les ingénieurs sont la clé de voûte du site, qui a pour objectif d’offrir une expérience entièrement intégrée : “Tout se fait sur un même site, insiste Olivier Grémillon, du moment où vous fouillez pour trouver un endroit où aller, jusqu’au paiement, qui se fait en ligne. Que vous veniez de Montpellier ou de Sao Paulo, la transaction est aussi facile.” Le paiement en ligne est un casse-tête, du fait des taux de change et du traitement des transactions, mais il représente un vrai plus pour les voyageurs.

La déclinaison du site sur smartphones est également plébiscitée des utilisateurs. “Je trouve l’application presque plus facile à utiliser que le site”, pointe Julie F., une utilisatrice du Sud-Ouest, qui a parcouru l’Asie en réservant au fur et à mesure des chambres dans les grandes villes, directement sur son téléphone. Plus d’une réservation sur dix se fait directement sur l’application.

Airbnb n’est pas un bébé de la Silicon Valley pour rien : innovation, développement informatique et design inventif sont à la source du succès de la start-up, qui a ouvert au début de l’année une dizaine de bureaux à l’étranger. Leader sur son segment, la jeune pousse compte sur ses ingénieurs et designers à San Francisco pour garder son avance. Et cela paie : en juillet 2011, Airbnb a opéré une levée de fonds de près de 112 millions de dollars (91 millions d’euros) avec de grands noms du capital investissement (Sequoia Capital, Greylock partners…).

Pas encore bénéficiaire, Airbnb peut néanmoins compter sur un soutien sans faille de ses actionnaires. “Nous sommes assez proches du seuil de rentabilité, mais nos actionnaires ne nous mettent aucune pression, ils nous poussent à nous développer.” Le pari semble en effet peu risqué : avec un nombre de nuitées passées de 1 million en février 2011 à 5 millions en janvier 2012, puis 10 millions en juin 2012, la croissance de la plateforme est exponentielle.

Audrey Fournier

Source: (1) http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/08/19/airbnb-petite-start-up-deviendra-grande_1742148_3234.html?google_editors_picks=true

High Tech. Mêler le business à l'entraide avec le projet "Ultra super Buzz" En collaboration avec l’agence "All Is Possible":http://www.allispossibleagency.com, l’association "Haï Bahem":http://www.haibahem.org/ lance le projet “Ultra Super Buzz” qui associe Business et entraide, projet encouragé par l’ICB (business Club de Raanana) "Ultra Super Buzz" : explications. Une entreprise (ou u...

Talia Blum | High-Tech

Après un lancement réussi au NAMM en Californie, la start up franco-israélienne Syncsing fondée par Jean-Louis Lasseri, basée à Paris et Tel Aviv, a présenté pour la première fois au public français, Newzik, lecteur intelligent de partitions digitales sur iPad & iPhone, lors du salon Musicora au cours d’une conférence de presse organisée à la Grande Halle de la Villette. En Israël, cette...

IsraelScienceInfo | High-Tech

IsraelValley (site officiel de la CCFI) a repéré depuis deux ans les activités de veille technologique de Havas dans la Startup Nation. Lors du Gala de la CCFI (2015), André Maarek : "Tous les métiers du groupe HAVAS ont été révolutionné par le numérique. C’est pour cette raison que HAVAS est présent a Tel Aviv au sein de la start-up nation sous forme d’un laboratoire de recherche opérationnell...

IsraelValley Desk | High-Tech

Le Figaro :"Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron a dit jeudi qu'il annoncerait "dans quelques semaines" des mesures destinées à financer plus facilement l'innovation, et notamment une sorte de fonds de pension alimenté par des assurances-vie. "On va (...) procéder à des aménagements, je les annoncerai dans quelques semaines, pour créer ce que j'ai appelé une espèce de fonds de pension à...

IsraelValley Desk | High-Tech

CCIIF & BUSINESSFRANCE. La startup Guest online sera présente lors de la semaine de la gastronomie du 7 au 12 février 2016 et sera présente pour l'évènement FOODTECH co-animé par Challengy et qui se tendra le 8 février 2016 à 18 heures à Tel Aviv (informations talia@cciif.org). Développé par TableOnline, GuestOnline est un logiciel de gestion de réservations, de gestion de la relation client...

Talia Blum | High-Tech

Qualcomm Incorporated est un leader mondial de la 3G et des technologies mobiles de prochaine génération. Qualcomm, qui est le plus grand fabricant mondial de puces informatiques pour appareils mobiles, vient d'annoncer le licenciement de plusieurs dizaine 'd'employés en Israël. La firme américaine n'est pas en forme. Selon Usine-Digitale : "Qualcomm a terminé l’année 2015 avec des résultats...

Dan Rosh (Tel Aviv) | High-Tech

Excellente nouvelle pour la Startup Nation. Le jeune et célèbre patron multi-milliardaire Adam Neumann de WeWork (israélo-américain) annonce cette semaine le lancement d'un centre de R&D dans la capitale économique du pays. LE PLUS. SELON SLATE.FR STARTUP & INNOVATION. L’entreprise WeWork, déjà bien implantée dans le secteur des espaces de travail partagés aux États-Unis (son premier espace...

Eyal Cohen (Rehovot) | High-Tech

Malgré des critiques des médias (surtout le Haaretz) totalement injustifiées, Michael Golan est toujours là en 2016. Et sa gamme de produits attire toujours autant les israéliens. Le secteur de la téléphonie cellulaire est en pleine ébullition. En 2015, la guerre des prix entre les sept opérateurs a porté ses fruits ; en cours d’année, ce sont 2,5 millions d’Israéliens qui ont changé d’opérateu...

Jacques Bendelac | High-Tech

Un guichet muni d’un appareil aux allures de distribanque a été placé devant le domicile du Rav Haïm Kaniewsky à Bné Brak pour les donateurs souhaitant recevoir une bénédiction. L’ordinateur se trouve au centre d’un stand où est exposée une grande photo du Rav près d’un texte rappelant que les donateurs contribuent ainsi au développement des institutions « Shoutafim Latora » qui gèrent des K...

Claire Dana-Picard | High-Tech

EXCLUSIF. Excellente nouvelle pour la Startup Nation qui reçoit d'un géant mondial une marque de confiance indéniable dans son savoir-faire technologique. Philip Morris International a décidé d'investir dans une startup israélienne Syqe Medical qui développe un savoir-faire dans le domaine médical (aide à l'inhalation). Pour la journaliste Nathalie Hamou (Les Echos) : "Si le dynamisme des s...

Dan Rosh (Paris) | High-Tech

Dix projets distingués par le Forum Netexplo, qui recense chaque année les dernières tendances de l’innovation, sont dévoilés aujourd’hui à Paris. Les prix seront remis début février. Selon (1) : "Comment se repérer dans le déluge d’innovations qui caractérise la période actuelle ? L’essor des technologies numériques, l’engouement pour les start-up, la multiplication des incubateurs ou des F...

IsraelValley Desk | High-Tech

L’industrie israélienne du high-tech a établi un nouveau record en 2015, rapporte le site Globes. En effet, 4,43 milliards de dollars ont été investis pour un total de 708 contrats lors de l’année 2015, soit une augmentation de 30% par rapport à l’année 2014 (3,42 milliards de dollars) qui avait déjà établi le record à l’époque. Les chiffres, publiés par le centre israélien de recherche IVC ...

i24News | High-Tech

Le complexe, baptisé CyberSpark, a été inauguré il y a deux ans par le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou. L'objectif : en faire un centre national de cyberdéfense, mais aussi l'un des pôles mondiaux de la sécurité informatique… tout en développant la région désertique du Néguev. La route file, monotone, à travers le désert. Elle longe des campements bédouins, dépasse un chapelet...

IsraelValley Desk | High-Tech

Tel-Aviv pour ceux qui ne le savent pas, c’est la Californie, la Silicon Valley Israélienne, a une différence près : la bas, les inventeurs ont les mains libres. Ce n’est pas le business qui est aux commandes mais l’imagination sans limite. economiematin.fr : "Prenez par exemple la start-up Zutalab : elle a inventé un objet connecté, gros comme une souris. Pour quoi faire ? Tout simplement p...

IsraelValley Desk | High-Tech

RegeneCure, une jeune start-up israélienne, propose une invention simple et efficace permettant une régénération osseuse. Ski, équitation, accident de voiture, glissade sur une peau de banane ou sur une flaque de miel… Les causes des fractures osseuses sont multiples. Le traitement usuel : un bon mois de plâtre. Mais savez-vous le pourquoi du plâtre ? Parce qu’il maintient les deux bouts d’o...

IsraelValley Desk | High-Tech