Aug 26

ISRAELVALLEY - FRANCE ISRAËL - SEQUANS POSSEDE DES EQUIPES EN ISRAËL. Elle est la 1ère firme française à avoir fait sonner la cloche du New York Stock Exchange depuis 10 ans.

Authors picture

Mike Rubin (Tel-Aviv) | High-Tech

Headline image

Chaque semaine notre journal en ligne IsraelValley assiste à un “coming-out” de firmes Françaises qui déclarent ouvertement travailler en Israël. Trop longtemps les Français "préféraient "ne pas mentionner leurs activités dans l’Etat Hébreu. Et puis un jour, tout change. Et si travailler en Israël devenait une véritable référence ?

Usine Nouvelle : Depuis le 15 avril, le concepteur français de puces pour la 4G mobile est coté au New York Stock Exchange. Un succès programmé. Georges Karam peut être fier. Sequans est la première entreprise française à faire sonner la cloche du New York Stock Exchange (NYSE) depuis 2002. La société, dont il est le PDG fondateur et qu’il a introduite à la Bourse américaine le 15 avril, n’a que sept ans. Elle a pourtant tout d’une grande. Elle tient la dragée haute aux Qualcomm, STMicroelectronics et autres Intel (division Infineon) avec ses puces à très haut débit (Wimax et LTE) pour mobiles. Elle vient de vendre son dix millionième composant et a signé des partenariats avec le chinois ZTE et le suédois Ericsson. Surtout, elle vient de lever 77 millions de dollars au NYSE.

Un joli début de parcours pour une pépite de silicium que la France découvre à peine… La force de Sequans est d’abord et avant tout technologique. L’entreprise s’est bâtie autour d’une équipe d’une vingtaine d’ingénieurs, dont les sept cofondateurs. Tous ont travaillé avec Georges Karam chez Alcatel dans les années 1990, puis l’ont suivi dans la start-up franco-américaine Pacific Broadband Communications, où Georges Karam assurait la direction de l’ingénierie. À la création de Sequans, c’est ensemble qu’ils ont pris, très vite, des décisions structurantes. Ils ont d’abord choisi de se concentrer sur les puces de télécommunications mobiles destinées à l’accès au réseau, plutôt que de fabriquer des systèmes complets, voire des téléphones. Puis, ils ont opté dès 2004 pour la 4G mobile, tout juste naissante (lire page 42).

La moitié de l’effectif en R & D

Le choix était risqué, mais justifié. « La différenciation technologique est votre chemin vers la victoire quand vous êtes petit », affirme Georges Karam, dont le débit de parole n’a rien à envier à celui de ses puces. Et à la parole, justement, il a joint les actes. Dès la première année, il se dote d’une R et D imposante, façon grand groupe : 160 personnes sur un effectif de 250, des installations dans six pays sur trois continents et un budget de 4 millions de dollars par trimestre, principalement pour payer les équipes. Les équipements techniques et les brevets, s’ils coûtent chers, sont vite amortis. Ainsi, 70 ingénieurs travaillent sur le développement et le test des puces et des plates-formes ; 70 autres sur le logiciel. « Depuis fin 2010, nous avons aussi une petite équipe de 20 personnes sur les solutions intégrées pour cibler le produit fini, directement prêtes à l’emploi embarquées dans une clé 4G pour un fabricant par exemple », ajoute Bertrand Debray, vice-président de l’ingénierie.

La force de la R&D de Sequans réside aussi dans sa cellule de veille technologique, digne d’un industriel aguerri. Un service indispensable dans un secteur des télécoms en mouvement perpétuel. Six experts de haut niveau prennent en permanence la température auprès des organismes de standardisation ou des opérateurs et des équipementiers. Bertrand Debray, qui dirige ce « CTO’s office » – le bureau du directeur de la R et D – précise : « Ils ont une vision transversale de la technologie, de l’infrastructure, du réseau, du système global… Même si nos produits entrent dans un cycle de vie classique, le CTO’s office affine la direction que nous voulons prendre. »

La majorité de cette équipe de R et D, soit une centaine de personnes, est installée au siège, à La Défense (Hauts-de-Seine). Sur les écrans, dans leurs bureaux, s’affichent des courbes de tests et des designs de puces. Dans certaines salles, des équipements réseaux empilés clignotent. Ils simulent les échanges entre réseau et puces. Mais une cinquantaine de salariés sont installés en Ukraine et en Angleterre. De plus petites équipes travaillent en Israël, en Chine, aux États-Unis et à Singapour.

S’assurer une forte présence à l’international a d’ailleurs été un autre des choix stratégiques de Georges Karam. Il a ouvert des bureaux en Asie et aux États-Unis dès 2004. Par la force des choses. Parmi ses clients, partenaires, fournisseurs… aucun n’est Français, à l’exception de Sagemcom. Aujourd’hui, la quasi-totalité de son chiffre d’affaires est réalisée à l’international avec les taïwanais Asus et HTC, les chinois Huawei et ZTE ou l’américain Cisco… Ce sont ses clients qui ont justement permis à Sequans des déploiements locaux rapides. Comme le raconte le PDG, il a été difficile de faire comprendre en Asie et aux États-Unis, pays du high-tech par excellence, que les Français aussi sauraient faire du silicium et qu’ils n’excellaient pas uniquement dans les parfums et les produits de luxe. « Nous sommes présents dans onze pays avec des employés de 37 nationalités, précise-t-il. C’est la nature des sociétés d’aujourd’hui. Vous êtes obligés d’être global même avec un effectif de 50 personnes. »

Aux États-Unis, Sequans s’attache surtout au support et au marketing local. Mais en Asie, l’entreprise a tenu à disposer d’une équipe pour superviser la fabrication de ses produits. Comme tous les designers de puces, elle se consacre en effet uniquement à la conception des systèmes et en soustraite la fabrication. En l’occurrence, ses puces sortent des usines du taïwanais TSMC, où elles sont habillées pour une intégration dans des systèmes complets et testées. « Nous allons nous étendre prochainement au nord de Singapour et en Chine, pour répartir les risques », précise Eddy Tang, vice-président des opérations industrielles. Le singapourien gère une équipe de six personnes qui s’occupe localement de la fabrication et de la logistique.

La vitrine de l’Expo de Shanghai

C’est sans doute cette combinaison de présence à l’international et d’expertise technologique qui a permis à Sequans de frapper son premier grand coup commercial en 2010. Il a équipé en puces LTE les clés USB de l’opérateur China Mobile lors de sa démonstration de 4G mobile à l’Exposition universelle de Shanghai. Un an plus tôt, alors que la technologie était encore balbutiante, le français avait répondu au cahier des charges du premier opérateur chinois. Un seul concurrent en face de lui : Innofidei, un chinois. Après un an de travail acharné, et sans aide financière de l’opérateur, c’est pourtant Sequans qui l’emporte. À l’accueil des bureaux de La Défense, dans une vitrine où sont exposés tous les modèles de puces du français, une lettre signée du patron de China Mobile trône désormais en bonne place. « Une lettre de remerciements », insiste fièrement Georges Karam. Le patron est bel et bien en passe de réaliser son rêve. Celui d’un ingénieur. « Je veux pouvoir me dire “j’avais une idée et je l’ai réalisée”. Maintenant, quand je rentre dans un café, je peux dire à ma fille : “tu vois le téléphone qui est là-bas, il y a une puce Sequans dedans”. »

Source: http://www.usinenouvelle.com/article/sequans-la-start-up-qui-seduit-wall-street.N153461

Avec les rachats de Cellcom au Liberia, des filiales d’Airtel au Burkina Faso et en Sierra Leone et de Tigo en République Démocratique Du Congo (RDC), Orange a renforcé ces derniers mois sa présence sur une zone Afrique et Moyen-Orient qui a dégagé un chiffre d’affaires de 3,9 milliards d’euros sur les neuf premiers mois de l’année, soit 12,8 % des revenus de l’opérateur té...

IsraelValley Desk | High-Tech

Comme prévu, le groupe Volkswagen a dévoilé au Techcrunch Disrupt de Londres sa nouvelle marque, Moia, avec laquelle il veut devenir un "fournisseur global de mobilité". Les ambitions du groupe Volkswagen dans les nouvelles formes de mobilité – location, auto-partage, covoiturage, VTC… - ont désormais un nom : "Moia". L'identité de la treizième marque du groupe a été dévoilé...

IsraelVallley Desk | High-Tech

La leçon vient du patron du Medef Pierre Gattaz, invité à Paris au colloque de l'Institut israélien Technion, une véritable success-story digitale. « La nécessité est mère d'invention », assène Peretz Lavie, président du Technion, rencontré lundi 5 décembre au colloque annuel parisien de cet institut universitaire israélien dédié aux nouvelles technologies digitales. Cet ins...

IsraelValley Desk | High-Tech

Selon Carlos Slim, le magnat des télécommunications mexicain, Israël représente un défi pour les États-Unis dans le leadership de l'industrie mondiale de la haute technologie. Lors d'une interview sur Bloomberg TV, Slim a déclaré : " Vous êtes les leaders de la technologie mais il y a d'autres pays qui risquent de prendre votre leadership, comme la Chine et Israël. Carlos Slim e...

IsraelVallley Desk | High-Tech

L’alerte a été lancée par la compagnie de sécurité informatique israélienne Check Point. Une nouvelle variante de logiciel malveillant sur Google, baptisé Gooligan, affecte la sécurité de plus d'un million de comptes Google. Un nouveau virus sévit sur Android. Une fois installé, ce dernier parvient à prendre le contrôle de l'appareil infecté, pour y installer des applications...

IsraelVallley Desk | High-Tech

Tesla Motors et Nvidia ne cachent pas leur ambition en matière de conduite autonome, avec un ambitieux projet de traversée des Etats-Unis prévu pour fin 2017. Mais ils ne sont pas les seuls dans la course. L’israélien MobilEye et l’américain Delphi feront la démonstration d'un prototype aux capacités de conduite évoluées lors du CES 2017, avec comme objectif une commercialisation e...

IsraelVallley Desk | High-Tech

Bon nombre de personnes ont une idée innovante en tête et rêvent de lancer leur propre start-up. Seulement voilà, elles ne savent pas par où commencer, se découragent et abandonnent. Que faut-il faire pour que ce rêve devienne réalité ? Avant tout, il est important de savoir que la personnalité de l’entrepreneur est un élément indispensable à la réussite de la start-up. On po...

Jessica Philippe | High-Tech

La grand-messe annuelle de la cybersécurité s'est tenue courant novembre 2016 à Tel-Aviv. Plus de 80 pays y étaient invités et 160 entreprises israéliennes présentées. L’Usine digitale a sélectionné cinq start-up innovantes et dynamiques. Plus de 300 entreprises israéliennes sont actives sur le marché de la cybersécurité. Un secteur qui a le vent en poupe en Israël et dont l...

Anthony LESME | High-Tech

Le ministre israélien des Affaires stratégiques et de la Diplomatie publique, Gilad Erdan, a rendu hommage à l'innovation d'Israël lors de la toute première Israeli Corporate Social Responsibility (CSR) Experience Conference organisée par Maala. «Aujourd'hui, près de 90% de nos eaux usées sont recyclées. C'est environ quatre fois plus que n'importe quel autre pays dans le monde. C'...

IsraelVallley Desk | High-Tech

Plarium, (TEL-AVIV) un développeur de jeux mobiles, sociaux, et sur navigateur comptant plus de 250 millions d'utilisateurs dans le monde entier, a annoncé aujourd'hui le lancement de son plus récent jeu de stratégie AAA massivement multijoueur (massively multiplayer online, MMO), Soldiers Inc : Guerre Mobile, pour supports Android et iOS. Business Wire : "L'action de ce titre militaire ...

IsraelVallley Desk | High-Tech

Les hackers auraient agi en réponse au projet de loi sur les muezzins. Les deux grands journaux télévisés israéliens du soir ont été piratées mardi soir par des hackers qui ont diffusé des menaces sur fond de muezzins appelant à la prière. Pendant l'interruption des chaînes Arutz 2 et Arutz 10, qui a duré environ 30 secondes, un message promettant "une punition divine" était af...

i24news | High-Tech

Elue meilleure start-up du Moyen-Orient aux derniers DigiWorld Awards, Pzartech a été fondée en 2015 par Jérémie Brabet-Adonajlo à Tel Aviv. Aider les industriels lorsqu'ils se retrouvent en face d'une de leurs machines en panne : tel est l'objectif de Pzartech, jeune start-up créée en 2015. "Le blocage d'une chaîne de montage automobile coûte en moyenne 1,3 million de dollars pa...

IsraelVallley Desk | High-Tech

Une entreprise israélienne a en effet mis au point une chaise roulante qui permet aux personnes handicapées de se tenir debout ! Le genre de détails qui change tout… La vie en position assise est faite de mille difficultés. Par exemple, se rendre à un guichet inaccessible ou assister à un concert avec une foule de gens qui vous barrent la vue. Mais, avec ce véhicule d’un nouveau g...

IsraelVallley Desk | High-Tech

Le fonds AXA Strategic Ventures lance une compétition dans le domaine de l'insurtech. AXA persiste et signe dans la Silicon Wadi. Par le biais de son fonds de capital-risque, AXA Strategic Ventures, créé en février 2015 et doté d'une enveloppe de 230 millions d'euros, le groupe d'assurances a en effet lancé, à Tel-Aviv, la première compétition israélienne de start-up dans le domaine d...

IsraelVallley Desk | High-Tech

Une société israélienne a inventé une machine, actuellement soumise à des essais avancés à grande échelle en Inde, qu’elle revendique instantanément la nuance des diamants polis. Le nouveau système révolutionnaire est susceptible d’être commercialisé à partir de mi-2017 par Sarine Technologies qui a des bureaux à Surat et Bombay et emploie environ 450 personnes. La machine...

Aharon Kahn (Jérusalem) | High-Tech