Aug 26

ISRAELVALLEY - FRANCE ISRAËL - SEQUANS POSSEDE DES EQUIPES EN ISRAËL. Elle est la 1ère firme française à avoir fait sonner la cloche du New York Stock Exchange depuis 10 ans.

Authors picture

Mike Rubin (Tel-Aviv) | High-Tech

Headline image

Chaque semaine notre journal en ligne IsraelValley assiste à un “coming-out” de firmes Françaises qui déclarent ouvertement travailler en Israël. Trop longtemps les Français "préféraient "ne pas mentionner leurs activités dans l’Etat Hébreu. Et puis un jour, tout change. Et si travailler en Israël devenait une véritable référence ?

Usine Nouvelle : Depuis le 15 avril, le concepteur français de puces pour la 4G mobile est coté au New York Stock Exchange. Un succès programmé. Georges Karam peut être fier. Sequans est la première entreprise française à faire sonner la cloche du New York Stock Exchange (NYSE) depuis 2002. La société, dont il est le PDG fondateur et qu’il a introduite à la Bourse américaine le 15 avril, n’a que sept ans. Elle a pourtant tout d’une grande. Elle tient la dragée haute aux Qualcomm, STMicroelectronics et autres Intel (division Infineon) avec ses puces à très haut débit (Wimax et LTE) pour mobiles. Elle vient de vendre son dix millionième composant et a signé des partenariats avec le chinois ZTE et le suédois Ericsson. Surtout, elle vient de lever 77 millions de dollars au NYSE.

Un joli début de parcours pour une pépite de silicium que la France découvre à peine… La force de Sequans est d’abord et avant tout technologique. L’entreprise s’est bâtie autour d’une équipe d’une vingtaine d’ingénieurs, dont les sept cofondateurs. Tous ont travaillé avec Georges Karam chez Alcatel dans les années 1990, puis l’ont suivi dans la start-up franco-américaine Pacific Broadband Communications, où Georges Karam assurait la direction de l’ingénierie. À la création de Sequans, c’est ensemble qu’ils ont pris, très vite, des décisions structurantes. Ils ont d’abord choisi de se concentrer sur les puces de télécommunications mobiles destinées à l’accès au réseau, plutôt que de fabriquer des systèmes complets, voire des téléphones. Puis, ils ont opté dès 2004 pour la 4G mobile, tout juste naissante (lire page 42).

La moitié de l’effectif en R & D

Le choix était risqué, mais justifié. « La différenciation technologique est votre chemin vers la victoire quand vous êtes petit », affirme Georges Karam, dont le débit de parole n’a rien à envier à celui de ses puces. Et à la parole, justement, il a joint les actes. Dès la première année, il se dote d’une R et D imposante, façon grand groupe : 160 personnes sur un effectif de 250, des installations dans six pays sur trois continents et un budget de 4 millions de dollars par trimestre, principalement pour payer les équipes. Les équipements techniques et les brevets, s’ils coûtent chers, sont vite amortis. Ainsi, 70 ingénieurs travaillent sur le développement et le test des puces et des plates-formes ; 70 autres sur le logiciel. « Depuis fin 2010, nous avons aussi une petite équipe de 20 personnes sur les solutions intégrées pour cibler le produit fini, directement prêtes à l’emploi embarquées dans une clé 4G pour un fabricant par exemple », ajoute Bertrand Debray, vice-président de l’ingénierie.

La force de la R&D de Sequans réside aussi dans sa cellule de veille technologique, digne d’un industriel aguerri. Un service indispensable dans un secteur des télécoms en mouvement perpétuel. Six experts de haut niveau prennent en permanence la température auprès des organismes de standardisation ou des opérateurs et des équipementiers. Bertrand Debray, qui dirige ce « CTO’s office » – le bureau du directeur de la R et D – précise : « Ils ont une vision transversale de la technologie, de l’infrastructure, du réseau, du système global… Même si nos produits entrent dans un cycle de vie classique, le CTO’s office affine la direction que nous voulons prendre. »

La majorité de cette équipe de R et D, soit une centaine de personnes, est installée au siège, à La Défense (Hauts-de-Seine). Sur les écrans, dans leurs bureaux, s’affichent des courbes de tests et des designs de puces. Dans certaines salles, des équipements réseaux empilés clignotent. Ils simulent les échanges entre réseau et puces. Mais une cinquantaine de salariés sont installés en Ukraine et en Angleterre. De plus petites équipes travaillent en Israël, en Chine, aux États-Unis et à Singapour.

S’assurer une forte présence à l’international a d’ailleurs été un autre des choix stratégiques de Georges Karam. Il a ouvert des bureaux en Asie et aux États-Unis dès 2004. Par la force des choses. Parmi ses clients, partenaires, fournisseurs… aucun n’est Français, à l’exception de Sagemcom. Aujourd’hui, la quasi-totalité de son chiffre d’affaires est réalisée à l’international avec les taïwanais Asus et HTC, les chinois Huawei et ZTE ou l’américain Cisco… Ce sont ses clients qui ont justement permis à Sequans des déploiements locaux rapides. Comme le raconte le PDG, il a été difficile de faire comprendre en Asie et aux États-Unis, pays du high-tech par excellence, que les Français aussi sauraient faire du silicium et qu’ils n’excellaient pas uniquement dans les parfums et les produits de luxe. « Nous sommes présents dans onze pays avec des employés de 37 nationalités, précise-t-il. C’est la nature des sociétés d’aujourd’hui. Vous êtes obligés d’être global même avec un effectif de 50 personnes. »

Aux États-Unis, Sequans s’attache surtout au support et au marketing local. Mais en Asie, l’entreprise a tenu à disposer d’une équipe pour superviser la fabrication de ses produits. Comme tous les designers de puces, elle se consacre en effet uniquement à la conception des systèmes et en soustraite la fabrication. En l’occurrence, ses puces sortent des usines du taïwanais TSMC, où elles sont habillées pour une intégration dans des systèmes complets et testées. « Nous allons nous étendre prochainement au nord de Singapour et en Chine, pour répartir les risques », précise Eddy Tang, vice-président des opérations industrielles. Le singapourien gère une équipe de six personnes qui s’occupe localement de la fabrication et de la logistique.

La vitrine de l’Expo de Shanghai

C’est sans doute cette combinaison de présence à l’international et d’expertise technologique qui a permis à Sequans de frapper son premier grand coup commercial en 2010. Il a équipé en puces LTE les clés USB de l’opérateur China Mobile lors de sa démonstration de 4G mobile à l’Exposition universelle de Shanghai. Un an plus tôt, alors que la technologie était encore balbutiante, le français avait répondu au cahier des charges du premier opérateur chinois. Un seul concurrent en face de lui : Innofidei, un chinois. Après un an de travail acharné, et sans aide financière de l’opérateur, c’est pourtant Sequans qui l’emporte. À l’accueil des bureaux de La Défense, dans une vitrine où sont exposés tous les modèles de puces du français, une lettre signée du patron de China Mobile trône désormais en bonne place. « Une lettre de remerciements », insiste fièrement Georges Karam. Le patron est bel et bien en passe de réaliser son rêve. Celui d’un ingénieur. « Je veux pouvoir me dire “j’avais une idée et je l’ai réalisée”. Maintenant, quand je rentre dans un café, je peux dire à ma fille : “tu vois le téléphone qui est là-bas, il y a une puce Sequans dedans”. »

Source: http://www.usinenouvelle.com/article/sequans-la-start-up-qui-seduit-wall-street.N153461

La mission annuelle de l’association Technion France, (ATF) vient de se dérouler sur le thème des BIG DATA. Jérémy Harroch de siliconwadi.fr était présent. Voici son compte-rendu en 2 parties. Israel Startup Nation est-il en train de devenir Israel Data Nation ? Le Technion, c’est un budget de 500 millions de dollars dont 9% seulement proviennent des frais de scolarité (environ 3000 euros...

Jérémy Harroch | High-Tech

SAVE THE DATE. Si tout va bien (pas de guerres, crises, grèves !) Tel-Aviv va célébrer l’innovation lors de la semaine du Festival « Digital Life Design » DLD Tel-Aviv Conférence qui se tiendra à la mi-septembre 2014 (du 13 au 20). De nombreux experts Français sont attendus dont Orange. L'avant-programme annonçé sur le site de DLD est exceptionnel (voir lien ci-dessous). La ville va accu...

Dan Rosh (Tel Aviv) | High-Tech

Dans la droite lignée des programmes Taglit /Birthright il est un programme tout à fait particulier (soutenu par l’Agence Juive) : Israel Tech Challenge. Déjà dans sa troisième année d’existence, ce programme sélectionne de jeunes ingénieurs informaticiens juifs issus des plus grandes universités du monde pour un voyage de 10 jours, un stage de 10 semaines ou encore 10 mois au cœur de la st...

Jeremy et Remy (Tel Aviv) | High-Tech

Avec des équipes souvent très jeunes, les startups israéliennes sont durement touchées par le recours massif de Tsahal aux réservistes. Pour autant le travail continue, avec une obligation d'efficacité et de créativité pour boucher les trous, respecter les délais et assurer les livraisons. Comme beaucoup d'Israéliens trentenaires,...

Avner Myers | High-Tech

Si vous détestez faire des trous dans votre mur à chaque fois que vous déplacez une photo ou accrochez une étagère, une start-up israélienne a une solution pour vous, basée sur le pouvoir des aimants (magnets). Une compagnie israélienne appelée Magnektik a créé une solution pour accrocher à la fois des objets légers tels que des photos sur un mur et des objets plus lourds tels que de larges ...

i24News | High-Tech

IsraelValley a rencontré ces derniers jours des patrons de startups assez nerveux mais résignés. Question d'habitude. La raison ? Tsahal a réquisitionné les meilleurs éléments des startups d'Israël. Ceci peut être problématique pour des startups de trois à cinq personnes qui sont par définition assez fragiles. Un exemple. L'Agence Reuters avait consacré un article à la "Bitcoin Embassy". Cet...

Yoram Rosenthal (Kfar Blum) | High-Tech

La nouvelle est tombée la semaine dernière : Israël a obtenu la 15ème place mondiale dans le classement annuel des pays innovateurs. Réalisé par l'Université de Cornell, l'école de commerce INSEAD et l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle, une agence des Nations Unies, le classement est le résultat d'une enquête sur 143 économies du monde et est basé s...

Julie Klein | High-Tech

Combien de temps s'est écoulé depuis le tir de la dernière roquette sur Israël ? Deux immigrants américains en Israël ont conçu une minuterie en ligne qui affiche le temps qui s'est écoulé depuis que la dernière roquette a été tirée. Pour un non israélien, il peut être difficile d'imaginer la fréquence avec laquelle les roquettes sont tirées vers Israël. Deux jeunes Israéliens ont créé da...

Avner Myers | High-Tech

Une nouvelle application (disponible sous Mac et Android), dénommée « Minyan Now », prévient son utilisateur désireux de prier avec le quorum règlementaire s’il y a d’autres personnes dans le coin qui voudraient faire de même. « Ceci marche très bien pour les aéroports, gares, événements sportifs et autres lieux où il y a très probablement dix hommes juifs ou plus mais pas de synagogues dans le...

Catherine Garson (A.J.) | High-Tech

Intel prévoit de transférer temporairement en Irlande une partie de son personnel de Kiryat Gat. La situation sécuritaire ne serait pas à l'origine de cette nouvelle affectation. Environ 300 employés de l'usine Intel à Kiryat Gat dans le sud d'Israël, spécialisée dans la production de de puces informatiques, pourraient être transférés temporairement dans les prochains mois dans des installat...

Avner Myers | High-Tech

Le groupe de capital risque israélien Gemini a investi dans la start-up JFrog, créatrice d’un véritable moteur de recherches pour programmeurs permettant d’isoler les lignes d’Open Source Code. JFrog a jusqu’aujourd’hui gardé profil bas malgré sa réussite. En effet, le programme de recherches de lignes de code développé par la société est utilisé par les géants de la technologie actuelle com...

Lionel Yrhi (Netanya). | High-Tech

Les chiffres sont impressionnnants : cette semaine 4 startups ont réussi à lever plus de 80 Millions de dollars.Le business du Venture Capital ne s'arrête pas, même en temps de crise. Zooz est active dans le secteur du paiement électronique. La startup Jfrog (60 personnes) est opérationnelle dans les moteur de recherches pour programmeurs permettant d’isoler les lignes d’Open Source Code. ...

Erez Koren | High-Tech

Les applications "spéciales guerre" cartonnent en Israël. Elles permettent notamment de suivre les alertes à la roquette en temps réel. Les applications liées à la sécurité, permettant notamment de suivre les alertes à la roquette en temps réel, font fureur auprès des Israéliens qui y voient une protection supplémentaire dans le conflit avec le Hamas qui s'apparente aussi à une guerre psycho...

IsraelValley Desk | High-Tech

Le ministère de la Communication a indiqué cette semaine aux différents opérateurs mobiles en Israël qu'ils pourraient désormais commencer à fournir "le très haut débit mobile", ou 4G. Cette 4ème génération de standards pour la téléphonie mobile utilisera des fréquences qui sont déjà autorisées à l'emploi. Cela signifie que les entreprises seront en mesure de commencer le déploiement immédia...

Avner Myers | High-Tech

« Copyleak » permet à des journalistes ou des avocats de savoir si leurs écrits ont été copiés et par qui. Dans un café du Boulevard Rothschild, Alan confie son ambition : « Nous voulons devenir une société globale », mais aussi l’intérêt de vivre à Tel-Aviv : « C’est facile ici de rencontrer du monde et de trouver des appuis. Je me sens au centre du monde ». Gil Friedlander vient de l’armé...

La Croix | High-Tech