Aug 26

ISRAELVALLEY - FRANCE ISRAËL - SEQUANS POSSEDE DES EQUIPES EN ISRAËL. Elle est la 1ère firme française à avoir fait sonner la cloche du New York Stock Exchange depuis 10 ans.

Authors picture

Mike Rubin (Tel-Aviv) | High-Tech

Headline image

Chaque semaine notre journal en ligne IsraelValley assiste à un “coming-out” de firmes Françaises qui déclarent ouvertement travailler en Israël. Trop longtemps les Français "préféraient "ne pas mentionner leurs activités dans l’Etat Hébreu. Et puis un jour, tout change. Et si travailler en Israël devenait une véritable référence ?

Usine Nouvelle : Depuis le 15 avril, le concepteur français de puces pour la 4G mobile est coté au New York Stock Exchange. Un succès programmé. Georges Karam peut être fier. Sequans est la première entreprise française à faire sonner la cloche du New York Stock Exchange (NYSE) depuis 2002. La société, dont il est le PDG fondateur et qu’il a introduite à la Bourse américaine le 15 avril, n’a que sept ans. Elle a pourtant tout d’une grande. Elle tient la dragée haute aux Qualcomm, STMicroelectronics et autres Intel (division Infineon) avec ses puces à très haut débit (Wimax et LTE) pour mobiles. Elle vient de vendre son dix millionième composant et a signé des partenariats avec le chinois ZTE et le suédois Ericsson. Surtout, elle vient de lever 77 millions de dollars au NYSE.

Un joli début de parcours pour une pépite de silicium que la France découvre à peine… La force de Sequans est d’abord et avant tout technologique. L’entreprise s’est bâtie autour d’une équipe d’une vingtaine d’ingénieurs, dont les sept cofondateurs. Tous ont travaillé avec Georges Karam chez Alcatel dans les années 1990, puis l’ont suivi dans la start-up franco-américaine Pacific Broadband Communications, où Georges Karam assurait la direction de l’ingénierie. À la création de Sequans, c’est ensemble qu’ils ont pris, très vite, des décisions structurantes. Ils ont d’abord choisi de se concentrer sur les puces de télécommunications mobiles destinées à l’accès au réseau, plutôt que de fabriquer des systèmes complets, voire des téléphones. Puis, ils ont opté dès 2004 pour la 4G mobile, tout juste naissante (lire page 42).

La moitié de l’effectif en R & D

Le choix était risqué, mais justifié. « La différenciation technologique est votre chemin vers la victoire quand vous êtes petit », affirme Georges Karam, dont le débit de parole n’a rien à envier à celui de ses puces. Et à la parole, justement, il a joint les actes. Dès la première année, il se dote d’une R et D imposante, façon grand groupe : 160 personnes sur un effectif de 250, des installations dans six pays sur trois continents et un budget de 4 millions de dollars par trimestre, principalement pour payer les équipes. Les équipements techniques et les brevets, s’ils coûtent chers, sont vite amortis. Ainsi, 70 ingénieurs travaillent sur le développement et le test des puces et des plates-formes ; 70 autres sur le logiciel. « Depuis fin 2010, nous avons aussi une petite équipe de 20 personnes sur les solutions intégrées pour cibler le produit fini, directement prêtes à l’emploi embarquées dans une clé 4G pour un fabricant par exemple », ajoute Bertrand Debray, vice-président de l’ingénierie.

La force de la R&D de Sequans réside aussi dans sa cellule de veille technologique, digne d’un industriel aguerri. Un service indispensable dans un secteur des télécoms en mouvement perpétuel. Six experts de haut niveau prennent en permanence la température auprès des organismes de standardisation ou des opérateurs et des équipementiers. Bertrand Debray, qui dirige ce « CTO’s office » – le bureau du directeur de la R et D – précise : « Ils ont une vision transversale de la technologie, de l’infrastructure, du réseau, du système global… Même si nos produits entrent dans un cycle de vie classique, le CTO’s office affine la direction que nous voulons prendre. »

La majorité de cette équipe de R et D, soit une centaine de personnes, est installée au siège, à La Défense (Hauts-de-Seine). Sur les écrans, dans leurs bureaux, s’affichent des courbes de tests et des designs de puces. Dans certaines salles, des équipements réseaux empilés clignotent. Ils simulent les échanges entre réseau et puces. Mais une cinquantaine de salariés sont installés en Ukraine et en Angleterre. De plus petites équipes travaillent en Israël, en Chine, aux États-Unis et à Singapour.

S’assurer une forte présence à l’international a d’ailleurs été un autre des choix stratégiques de Georges Karam. Il a ouvert des bureaux en Asie et aux États-Unis dès 2004. Par la force des choses. Parmi ses clients, partenaires, fournisseurs… aucun n’est Français, à l’exception de Sagemcom. Aujourd’hui, la quasi-totalité de son chiffre d’affaires est réalisée à l’international avec les taïwanais Asus et HTC, les chinois Huawei et ZTE ou l’américain Cisco… Ce sont ses clients qui ont justement permis à Sequans des déploiements locaux rapides. Comme le raconte le PDG, il a été difficile de faire comprendre en Asie et aux États-Unis, pays du high-tech par excellence, que les Français aussi sauraient faire du silicium et qu’ils n’excellaient pas uniquement dans les parfums et les produits de luxe. « Nous sommes présents dans onze pays avec des employés de 37 nationalités, précise-t-il. C’est la nature des sociétés d’aujourd’hui. Vous êtes obligés d’être global même avec un effectif de 50 personnes. »

Aux États-Unis, Sequans s’attache surtout au support et au marketing local. Mais en Asie, l’entreprise a tenu à disposer d’une équipe pour superviser la fabrication de ses produits. Comme tous les designers de puces, elle se consacre en effet uniquement à la conception des systèmes et en soustraite la fabrication. En l’occurrence, ses puces sortent des usines du taïwanais TSMC, où elles sont habillées pour une intégration dans des systèmes complets et testées. « Nous allons nous étendre prochainement au nord de Singapour et en Chine, pour répartir les risques », précise Eddy Tang, vice-président des opérations industrielles. Le singapourien gère une équipe de six personnes qui s’occupe localement de la fabrication et de la logistique.

La vitrine de l’Expo de Shanghai

C’est sans doute cette combinaison de présence à l’international et d’expertise technologique qui a permis à Sequans de frapper son premier grand coup commercial en 2010. Il a équipé en puces LTE les clés USB de l’opérateur China Mobile lors de sa démonstration de 4G mobile à l’Exposition universelle de Shanghai. Un an plus tôt, alors que la technologie était encore balbutiante, le français avait répondu au cahier des charges du premier opérateur chinois. Un seul concurrent en face de lui : Innofidei, un chinois. Après un an de travail acharné, et sans aide financière de l’opérateur, c’est pourtant Sequans qui l’emporte. À l’accueil des bureaux de La Défense, dans une vitrine où sont exposés tous les modèles de puces du français, une lettre signée du patron de China Mobile trône désormais en bonne place. « Une lettre de remerciements », insiste fièrement Georges Karam. Le patron est bel et bien en passe de réaliser son rêve. Celui d’un ingénieur. « Je veux pouvoir me dire “j’avais une idée et je l’ai réalisée”. Maintenant, quand je rentre dans un café, je peux dire à ma fille : “tu vois le téléphone qui est là-bas, il y a une puce Sequans dedans”. »

Source: http://www.usinenouvelle.com/article/sequans-la-start-up-qui-seduit-wall-street.N153461

Oracle (Oracle Corporation) est une entreprise américaine créée en 1977 par Larry Ellison. Ses produits phares sont Oracle Database (un système de gestion de base de données), Oracle Weblogic Server (un serveur d'applications) et Oracle E-Business Suite (un progiciel de gestion intégré). Oracle a annoncé à Paris le lancement en France de l’Oracle Start-up Cloud Accelerator. Object...

Eyal Aviv | High-Tech

Le Salon Biomed, une rencontre entre Sciences de la vie et Haute Technologie, entre grandes sociétés pharmaceutiques ou biotechnologiques et start-up innovantes a eu lieu. Pendant trois jours, conférences, séminaires thématiques et rendez-vous individuels ont permis aux visiteurs venus de 40 pays d’échanger autour des enjeux inhérents à la santé, aux équipements médicaux, à la ...

IsraelValley Desk | High-Tech

Selon Bloomberg, la lutte pour embaucher les meilleurs étudiants est devenue particulièrement serrée depuis que Google et Microsoft ont ouvert en Israël leurs centres de recherche et de développement. Il faut pratiquement se battre maintenant pour mettre la main sur les étudiants les plus talentueux a expliqué Bloomberg. Par ailleurs, le recrutement intervient à un stade beaucoup pl...

IsraelValley Desk | High-Tech

Dans les universités américaines et israéliennes, les salles informatiques traditionnelles ont laissé place à des espaces modulables, où les étudiants peuvent travailler aussi bien en groupe que seuls dans un canapé. Elles proposent en outre équipements divers et systèmes de prêt de matériel. Selon letudiant.fr : "Les salles informatiques ("computer labs") des campus américains,...

IsraelValley Desk | High-Tech

Au travers de sa structure T3, l'Institut Technion possède 50 sociétés dans son portfolio, auxquelles s'ajoutent 30 entreprises dont le Technion a licencié la technologie (et dans lesquelles il n'est pas actionnaire). Parmi les investissements qui ont payé, celui dans Invision Biometrics – dont le Technion avait 14% du capital, une société de capteurs 3D pour la reconnaissance gest...

IsraelValley Desk | High-Tech

Fondé en 2014, Hexadite a monté une plateforme visant à identifier les cyberattaques imminentes et a trouvé une parade rapidement. Avec un mot d’ordre : répondons aux assauts automatisés par des solutions automatisées. « Le seul moyen d’évoluer sur le terrain », estime l’éditeur. Selon itespresso.fr :"Celui-ci exploite des solutions de détection, d’analyse et de parade fa...

Ilan Kotel (Tel Aviv) | High-Tech

En 2016, plus de 4,7 milliards de dollars ont été investis dans la Tech israélienne au travers de 659 deals (d'après IVC), le Ministère de l'économie évalue la part des investissements étrangers «entre 60 et 80%» sur l'année. «L'opération la plus emblématique est bien sûr le rachat de Mobileye par l'Américain Intel (intervenue début 2017 ndlr) », précise le ministère. (Frenc...

IsraelValley Desk | High-Tech

Selon Sage, une société britannique de gestion d’entreprise, l’université de Tel Aviv est l’une des 10 universités au monde à avoir diplômé le plus grand nombre de fondateurs de start-up privées dont la valeur se calcule en milliards de dollars, également appelées « licornes ». Parmi les licornes fondées par les alumni Israéliens figurent ForeScout Technologies, une entre...

Ilan Dreyfus | High-Tech

Bonjour Chers auditeurs de RadioJ. 1. Le secteur de la technologie automobile en Israël compte actuellement environ 350 startups, selon IVC Research Center, et leDirecteur de IVC estime qu’il pourrait dépasser l’industrie de la cybersécurité. A titre d’exemple, Argus Cyber Secutiy, basé à Tel Aviv, a annoncé au mois de janvier un partenariat avec Qualcomm Technologies pour prot...

IsraelValley Desk | High-Tech

Genomic Vision organisera un second R&D Day à l’automne 2017, au cours duquel la direction présentera les avantages uniques de sa technologie pour le marché des Sciences de la Vie, notamment pour le contrôle qualité de l’édition du génome et la réplication de l’ADN. Genomic Vision, société de biotechnologies spécialisée dans le développement de tests diagnostic in vitro po...

IsraelValley Desk | High-Tech

Dans un excellent article publié dans Globes, le patron de Google R&D en Israël, Yossi Matias, explique la stratégie du groupe et son importance en Israël. Un chiffre en ressort : en dix ans Google Israël est passé de 1 à 700 personnes Ci-joint l'article deGlobes (Copyrights) : "Most of us know quite a bit about Google Israel, which handles the business activity of global giant Google...

Eyal Koren (Tel Aviv) | High-Tech

EXCLUSIF. Wix.com, Gilat Satellite Networks et Radware sont les trois leaders hightech d'Israël qui pourraient passer, selon des analystes, comme l'a été Mobileye, dans les mains d'investisseurs étrangers. Créée en 1992, la société Gilat Satcom fait partie du groupe Eurocom, le géant israélien des télécommunications. LE PLUS. Fournisseur de solutions de communication, Gilat Sat...

Jonathan Hess (Tel Aviv) | High-Tech

Basée en Israël, Cyber-Ark Software est une société de sécurité informatique qui développe et commercialise des coffres-forts numériques dans le but de sécuriser et gérer des informations sensibles au sein de grandes entreprises. Basée sur la technologie brevetée Vaulting Technology™, les produits de Cyber-Ark comprennent: Inter-Business Vault, infrastructure sécurisée p...

Eyal Aviv | High-Tech

De la Russie à l'Espagne et du Mexique au Vietnam, des dizaines de milliers d'ordinateurs, surtout en Europe, ont été infectés par un logiciel de rançon exploitant une faille dans les systèmes Windows. Israël, très bien préparé à des attaques de grande envergures, a pour l'instant été épargné. Aucune banque où Institution publique n'a signalé une attaque massive. Selon i24N...

Dan Rosh (Tel Aviv) | High-Tech

C'est un fait indéniable. Les relations entre le Canada et Israël sont exceptionnelles. Philippe Couillard et une très importante délégation du Québec sera dans quelques jours en Israël. BIO-EXPRESS. Philippe Couillard de Lespinay, dit Philippe Couillard né le 26 juin 1957 à Montréal (Québec), est un homme politique canadien, Premier ministre du Québec depuis avril 2014. Médecin...

Dan Rosh (Tel Aviv) | High-Tech