Aug 26

ISRAELVALLEY - FRANCE ISRAËL - SEQUANS POSSEDE DES EQUIPES EN ISRAËL. Elle est la 1ère firme française à avoir fait sonner la cloche du New York Stock Exchange depuis 10 ans.

Authors picture

Mike Rubin (Tel-Aviv) | High-Tech

Headline image

Chaque semaine notre journal en ligne IsraelValley assiste à un “coming-out” de firmes Françaises qui déclarent ouvertement travailler en Israël. Trop longtemps les Français "préféraient "ne pas mentionner leurs activités dans l’Etat Hébreu. Et puis un jour, tout change. Et si travailler en Israël devenait une véritable référence ?

Usine Nouvelle : Depuis le 15 avril, le concepteur français de puces pour la 4G mobile est coté au New York Stock Exchange. Un succès programmé. Georges Karam peut être fier. Sequans est la première entreprise française à faire sonner la cloche du New York Stock Exchange (NYSE) depuis 2002. La société, dont il est le PDG fondateur et qu’il a introduite à la Bourse américaine le 15 avril, n’a que sept ans. Elle a pourtant tout d’une grande. Elle tient la dragée haute aux Qualcomm, STMicroelectronics et autres Intel (division Infineon) avec ses puces à très haut débit (Wimax et LTE) pour mobiles. Elle vient de vendre son dix millionième composant et a signé des partenariats avec le chinois ZTE et le suédois Ericsson. Surtout, elle vient de lever 77 millions de dollars au NYSE.

Un joli début de parcours pour une pépite de silicium que la France découvre à peine… La force de Sequans est d’abord et avant tout technologique. L’entreprise s’est bâtie autour d’une équipe d’une vingtaine d’ingénieurs, dont les sept cofondateurs. Tous ont travaillé avec Georges Karam chez Alcatel dans les années 1990, puis l’ont suivi dans la start-up franco-américaine Pacific Broadband Communications, où Georges Karam assurait la direction de l’ingénierie. À la création de Sequans, c’est ensemble qu’ils ont pris, très vite, des décisions structurantes. Ils ont d’abord choisi de se concentrer sur les puces de télécommunications mobiles destinées à l’accès au réseau, plutôt que de fabriquer des systèmes complets, voire des téléphones. Puis, ils ont opté dès 2004 pour la 4G mobile, tout juste naissante (lire page 42).

La moitié de l’effectif en R & D

Le choix était risqué, mais justifié. « La différenciation technologique est votre chemin vers la victoire quand vous êtes petit », affirme Georges Karam, dont le débit de parole n’a rien à envier à celui de ses puces. Et à la parole, justement, il a joint les actes. Dès la première année, il se dote d’une R et D imposante, façon grand groupe : 160 personnes sur un effectif de 250, des installations dans six pays sur trois continents et un budget de 4 millions de dollars par trimestre, principalement pour payer les équipes. Les équipements techniques et les brevets, s’ils coûtent chers, sont vite amortis. Ainsi, 70 ingénieurs travaillent sur le développement et le test des puces et des plates-formes ; 70 autres sur le logiciel. « Depuis fin 2010, nous avons aussi une petite équipe de 20 personnes sur les solutions intégrées pour cibler le produit fini, directement prêtes à l’emploi embarquées dans une clé 4G pour un fabricant par exemple », ajoute Bertrand Debray, vice-président de l’ingénierie.

La force de la R&D de Sequans réside aussi dans sa cellule de veille technologique, digne d’un industriel aguerri. Un service indispensable dans un secteur des télécoms en mouvement perpétuel. Six experts de haut niveau prennent en permanence la température auprès des organismes de standardisation ou des opérateurs et des équipementiers. Bertrand Debray, qui dirige ce « CTO’s office » – le bureau du directeur de la R et D – précise : « Ils ont une vision transversale de la technologie, de l’infrastructure, du réseau, du système global… Même si nos produits entrent dans un cycle de vie classique, le CTO’s office affine la direction que nous voulons prendre. »

La majorité de cette équipe de R et D, soit une centaine de personnes, est installée au siège, à La Défense (Hauts-de-Seine). Sur les écrans, dans leurs bureaux, s’affichent des courbes de tests et des designs de puces. Dans certaines salles, des équipements réseaux empilés clignotent. Ils simulent les échanges entre réseau et puces. Mais une cinquantaine de salariés sont installés en Ukraine et en Angleterre. De plus petites équipes travaillent en Israël, en Chine, aux États-Unis et à Singapour.

S’assurer une forte présence à l’international a d’ailleurs été un autre des choix stratégiques de Georges Karam. Il a ouvert des bureaux en Asie et aux États-Unis dès 2004. Par la force des choses. Parmi ses clients, partenaires, fournisseurs… aucun n’est Français, à l’exception de Sagemcom. Aujourd’hui, la quasi-totalité de son chiffre d’affaires est réalisée à l’international avec les taïwanais Asus et HTC, les chinois Huawei et ZTE ou l’américain Cisco… Ce sont ses clients qui ont justement permis à Sequans des déploiements locaux rapides. Comme le raconte le PDG, il a été difficile de faire comprendre en Asie et aux États-Unis, pays du high-tech par excellence, que les Français aussi sauraient faire du silicium et qu’ils n’excellaient pas uniquement dans les parfums et les produits de luxe. « Nous sommes présents dans onze pays avec des employés de 37 nationalités, précise-t-il. C’est la nature des sociétés d’aujourd’hui. Vous êtes obligés d’être global même avec un effectif de 50 personnes. »

Aux États-Unis, Sequans s’attache surtout au support et au marketing local. Mais en Asie, l’entreprise a tenu à disposer d’une équipe pour superviser la fabrication de ses produits. Comme tous les designers de puces, elle se consacre en effet uniquement à la conception des systèmes et en soustraite la fabrication. En l’occurrence, ses puces sortent des usines du taïwanais TSMC, où elles sont habillées pour une intégration dans des systèmes complets et testées. « Nous allons nous étendre prochainement au nord de Singapour et en Chine, pour répartir les risques », précise Eddy Tang, vice-président des opérations industrielles. Le singapourien gère une équipe de six personnes qui s’occupe localement de la fabrication et de la logistique.

La vitrine de l’Expo de Shanghai

C’est sans doute cette combinaison de présence à l’international et d’expertise technologique qui a permis à Sequans de frapper son premier grand coup commercial en 2010. Il a équipé en puces LTE les clés USB de l’opérateur China Mobile lors de sa démonstration de 4G mobile à l’Exposition universelle de Shanghai. Un an plus tôt, alors que la technologie était encore balbutiante, le français avait répondu au cahier des charges du premier opérateur chinois. Un seul concurrent en face de lui : Innofidei, un chinois. Après un an de travail acharné, et sans aide financière de l’opérateur, c’est pourtant Sequans qui l’emporte. À l’accueil des bureaux de La Défense, dans une vitrine où sont exposés tous les modèles de puces du français, une lettre signée du patron de China Mobile trône désormais en bonne place. « Une lettre de remerciements », insiste fièrement Georges Karam. Le patron est bel et bien en passe de réaliser son rêve. Celui d’un ingénieur. « Je veux pouvoir me dire “j’avais une idée et je l’ai réalisée”. Maintenant, quand je rentre dans un café, je peux dire à ma fille : “tu vois le téléphone qui est là-bas, il y a une puce Sequans dedans”. »

Source: http://www.usinenouvelle.com/article/sequans-la-start-up-qui-seduit-wall-street.N153461

La Fondation BIRD Israël-États Unis (Binational Industrial Research and Development) a récemment approuvé le financement à hauteur de 7,5 millions de dollars de neuf projets issus de partenariats entres des sociétés américaines et israéliennes. Des financements en provenance du secteur privé s’additionneront à celui du BIRD, pour atteindre les 21,5 millions de dollars. Depuis près de quaran...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | High-Tech

Le gourou de la highTech israéliennne sera présent à Paris pour Viva Technology. Du 30 juin au 2 juillet 2016, au Parc des Expositions, Porte de Versailles, Publicis Groupe & le Groupe Les Echos organisent VIVA TECHNOLOGY START UP CONNECT, à Paris, le rassemblement de tous les acteurs de la transformation digitale. Yossi Vardi. Investisseur providentiel dans une dizaine de startups, Yossi V...

Dan Rosh (Tel Aviv) | High-Tech

REPORTAGE. Ce jeudi 23 juin, dans l’enceinte somptueuse de la Porter School of environmental studies de l’Université de Tel Aviv s’est déroulée la conférence Meet the leaders : “How does Israel take part in the automobile revolution ?”. Une cinquantaine d’entrepreneurs, institutionnels ou particuliers intéressés ont pu appréhender les enjeux de la révolution du transport intelligent en Israë...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | High-Tech

C'est un fait. L'industrie technologique londonienne craint que le Brexit incite les entreprises internationales à s'installer plutôt à Berlin, à Paris ou à Stockholm plutôt qu'à Londres. Et pourquoi pas à Tel Aviv ? Dans le jeu des prévisions pour le futur, et ceci avant le Brexit, il était quasi-certain que Londres allait devenir, loin devant Tel Aviv, un pôle de startups très attractif pour...

Ilan Dreyfus (Paris) | High-Tech

Comment identifier les terroristes sur les vidéos publiées par l’État islamique ? Des chercheurs jordaniens de l’université de Mutah ont un début de solution : grâce à leurs doigts, qui sont souvent totalement découverts lorsque les djihadistes brandissent le V de la victoire avec leur index et leur majeur. Les scientifiques ont donc créé un algorithme capable d’analyser l’angle entre les d...

IsraelValley Plus | High-Tech

Preempt a levé 8 millions de dollars auprès de General Catalyst Partners et d’autres investisseurs, dont Mickey Boodaei et Rakesh Loonkar, les fondateurs de Trusteer et Paul Sagan, l’ex-PDG d’Akamai Technologies. Preempt a lancé le premier firewall (pare-feu informatique) de l’industrie basé sur le suivi du comportement des utilisateurs allié à une capacité automatisée pour réagir instantanéme...

IsraelValley Plus | High-Tech

Selon Silicon.fr :"Accenture renforce son pôle sécurité. La société de conseils et services en solutions numériques annonce l’acquisition de Maglan Group. Créée en 1998, cette société israélienne basée à Tel Aviv est spécialisée dans la simulation de cyber-défense avancée, la recherche de vulnérabilités et les moyens pour les combler, l’analyse des malwares et, plus généralement, concentre sa r...

IsraelValley Plus | High-Tech

Huit start-ups israéliennes ont participé à Tel Aviv a une sélection pour pouvoir participer à la finale des Global Innovation Awards 2016, qui se tiendra à Pékin en août. L’enjeu était de taille : une récompense d’1,5 million de dollars en cash et l’opportunité de recevoir des investissements de Shengjing Group, une entreprise chinoise de conseils en management, ont déclaré la firme israélienn...

IsraelValley Plus | High-Tech

EVENEMENT "MEET THE LEADER" LE 23/06/2016. Soyons francs, les chances sont minces pour que les routes de Tel Aviv se transforment en havres de paix à moyen terme. Aucune technologie, aussi révolutionnaire qu’elle soit, ne saurait effacer les "road rages" quotidiens entre Allenby, Dizengoff ou Derech Begin. C’est pourtant dans cette même ville que s’imaginent aujourd’hui, les transports de d...

IsraelValley | High-Tech

La "Palestinian Start Up Nation" est encore embryonnaire. Cependant de bonnes nouvelles émèrgent pour le High Tech palestinien. Un exemple. Les employés de Mellanox Technologies (Israël) sont pour 10% des arabes. La firme israélienne a décidé depuis longtemps de recruter des ingénieurs palestiniens et externalise une partie de ses activités à Ramallah. Selon des chiffres de IsraelValley : ...

Youval Barzilaï (Paris) | High-Tech

Des concepteurs israéliens ont inventé Foldimate, un robot qui repasse et plie les vêtements. Les machines automatisant le processus de pliage et de repassage existant sur le marché sont conçues pour les milieux industriels alors que Foldimate est destiné aux particuliers... La machine est extrêmement simple d’utilisation : il suffit d’attacher le linge comme sur un étendoir à la verticale e...

IsraelValley Plus | High-Tech

La start-up israélienne Brayola a eu l’idée de lancer un réseau social spécialisé dans les sous-vêtements féminins. Le site exerce aussi d’autres activités telles que la vente et la livraison de soutiens-gorge et a reçu un investissement de 2,5 millions de dollars au premier tour de table, de la part de HDS capital et FirstTime Capital. Derrière cette jeune entreprise, basée à Tel Aviv, se ...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | High-Tech

Si au niveau mondial, la High-Tech semble connaître un léger ralentissement, cela n'empêche en rien les start-up israéliennes de lever des fonds. Pour la seule première semaine de juillet, treize d'entre elles ont réussi à lever un total impressionnant de 237 millions de dollars. Une semaine spectaculaire à la suite d'un mois de mai plus qu'honorable : 300 millions de dollars pour Gett (ex-GetT...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | High-Tech

Un centre pour le développement des jeunes entreprises, le Prague Startup Center, ouvre officiellement ses portes ce jeudi au palais Adria, dans le 1er arrondissement de Prague. Ce nouvel incubateur représentera désormais une structure d’accompagnement pour des entreprises innovantes, en leur proposant un soutien dans les domaines technique, administratif ou commercial. Il devrait devenir égale...

IsraelValley Plus | High-Tech

La firme israélienne Cupron utilise avec succès une propriété spécifique du cuivre dans la fabrication d’objets quotidiens : le métal élimine par contact les bactéries et les germes. La technologie développée par Cupron permet de lier les propriétés du cuivre aux tissus en fibres naturelles ou synthétiques, aux mousses et autres matériaux. La première grande entrée en scène du Cupron rem...

IsraelValley Desk | High-Tech