Aug 26

ISRAELVALLEY - FRANCE ISRAËL - SEQUANS POSSEDE DES EQUIPES EN ISRAËL. Elle est la 1ère firme française à avoir fait sonner la cloche du New York Stock Exchange depuis 10 ans.

Authors picture

Mike Rubin (Tel-Aviv) | High-Tech

Headline image

Chaque semaine notre journal en ligne IsraelValley assiste à un “coming-out” de firmes Françaises qui déclarent ouvertement travailler en Israël. Trop longtemps les Français "préféraient "ne pas mentionner leurs activités dans l’Etat Hébreu. Et puis un jour, tout change. Et si travailler en Israël devenait une véritable référence ?

Usine Nouvelle : Depuis le 15 avril, le concepteur français de puces pour la 4G mobile est coté au New York Stock Exchange. Un succès programmé. Georges Karam peut être fier. Sequans est la première entreprise française à faire sonner la cloche du New York Stock Exchange (NYSE) depuis 2002. La société, dont il est le PDG fondateur et qu’il a introduite à la Bourse américaine le 15 avril, n’a que sept ans. Elle a pourtant tout d’une grande. Elle tient la dragée haute aux Qualcomm, STMicroelectronics et autres Intel (division Infineon) avec ses puces à très haut débit (Wimax et LTE) pour mobiles. Elle vient de vendre son dix millionième composant et a signé des partenariats avec le chinois ZTE et le suédois Ericsson. Surtout, elle vient de lever 77 millions de dollars au NYSE.

Un joli début de parcours pour une pépite de silicium que la France découvre à peine… La force de Sequans est d’abord et avant tout technologique. L’entreprise s’est bâtie autour d’une équipe d’une vingtaine d’ingénieurs, dont les sept cofondateurs. Tous ont travaillé avec Georges Karam chez Alcatel dans les années 1990, puis l’ont suivi dans la start-up franco-américaine Pacific Broadband Communications, où Georges Karam assurait la direction de l’ingénierie. À la création de Sequans, c’est ensemble qu’ils ont pris, très vite, des décisions structurantes. Ils ont d’abord choisi de se concentrer sur les puces de télécommunications mobiles destinées à l’accès au réseau, plutôt que de fabriquer des systèmes complets, voire des téléphones. Puis, ils ont opté dès 2004 pour la 4G mobile, tout juste naissante (lire page 42).

La moitié de l’effectif en R & D

Le choix était risqué, mais justifié. « La différenciation technologique est votre chemin vers la victoire quand vous êtes petit », affirme Georges Karam, dont le débit de parole n’a rien à envier à celui de ses puces. Et à la parole, justement, il a joint les actes. Dès la première année, il se dote d’une R et D imposante, façon grand groupe : 160 personnes sur un effectif de 250, des installations dans six pays sur trois continents et un budget de 4 millions de dollars par trimestre, principalement pour payer les équipes. Les équipements techniques et les brevets, s’ils coûtent chers, sont vite amortis. Ainsi, 70 ingénieurs travaillent sur le développement et le test des puces et des plates-formes ; 70 autres sur le logiciel. « Depuis fin 2010, nous avons aussi une petite équipe de 20 personnes sur les solutions intégrées pour cibler le produit fini, directement prêtes à l’emploi embarquées dans une clé 4G pour un fabricant par exemple », ajoute Bertrand Debray, vice-président de l’ingénierie.

La force de la R&D de Sequans réside aussi dans sa cellule de veille technologique, digne d’un industriel aguerri. Un service indispensable dans un secteur des télécoms en mouvement perpétuel. Six experts de haut niveau prennent en permanence la température auprès des organismes de standardisation ou des opérateurs et des équipementiers. Bertrand Debray, qui dirige ce « CTO’s office » – le bureau du directeur de la R et D – précise : « Ils ont une vision transversale de la technologie, de l’infrastructure, du réseau, du système global… Même si nos produits entrent dans un cycle de vie classique, le CTO’s office affine la direction que nous voulons prendre. »

La majorité de cette équipe de R et D, soit une centaine de personnes, est installée au siège, à La Défense (Hauts-de-Seine). Sur les écrans, dans leurs bureaux, s’affichent des courbes de tests et des designs de puces. Dans certaines salles, des équipements réseaux empilés clignotent. Ils simulent les échanges entre réseau et puces. Mais une cinquantaine de salariés sont installés en Ukraine et en Angleterre. De plus petites équipes travaillent en Israël, en Chine, aux États-Unis et à Singapour.

S’assurer une forte présence à l’international a d’ailleurs été un autre des choix stratégiques de Georges Karam. Il a ouvert des bureaux en Asie et aux États-Unis dès 2004. Par la force des choses. Parmi ses clients, partenaires, fournisseurs… aucun n’est Français, à l’exception de Sagemcom. Aujourd’hui, la quasi-totalité de son chiffre d’affaires est réalisée à l’international avec les taïwanais Asus et HTC, les chinois Huawei et ZTE ou l’américain Cisco… Ce sont ses clients qui ont justement permis à Sequans des déploiements locaux rapides. Comme le raconte le PDG, il a été difficile de faire comprendre en Asie et aux États-Unis, pays du high-tech par excellence, que les Français aussi sauraient faire du silicium et qu’ils n’excellaient pas uniquement dans les parfums et les produits de luxe. « Nous sommes présents dans onze pays avec des employés de 37 nationalités, précise-t-il. C’est la nature des sociétés d’aujourd’hui. Vous êtes obligés d’être global même avec un effectif de 50 personnes. »

Aux États-Unis, Sequans s’attache surtout au support et au marketing local. Mais en Asie, l’entreprise a tenu à disposer d’une équipe pour superviser la fabrication de ses produits. Comme tous les designers de puces, elle se consacre en effet uniquement à la conception des systèmes et en soustraite la fabrication. En l’occurrence, ses puces sortent des usines du taïwanais TSMC, où elles sont habillées pour une intégration dans des systèmes complets et testées. « Nous allons nous étendre prochainement au nord de Singapour et en Chine, pour répartir les risques », précise Eddy Tang, vice-président des opérations industrielles. Le singapourien gère une équipe de six personnes qui s’occupe localement de la fabrication et de la logistique.

La vitrine de l’Expo de Shanghai

C’est sans doute cette combinaison de présence à l’international et d’expertise technologique qui a permis à Sequans de frapper son premier grand coup commercial en 2010. Il a équipé en puces LTE les clés USB de l’opérateur China Mobile lors de sa démonstration de 4G mobile à l’Exposition universelle de Shanghai. Un an plus tôt, alors que la technologie était encore balbutiante, le français avait répondu au cahier des charges du premier opérateur chinois. Un seul concurrent en face de lui : Innofidei, un chinois. Après un an de travail acharné, et sans aide financière de l’opérateur, c’est pourtant Sequans qui l’emporte. À l’accueil des bureaux de La Défense, dans une vitrine où sont exposés tous les modèles de puces du français, une lettre signée du patron de China Mobile trône désormais en bonne place. « Une lettre de remerciements », insiste fièrement Georges Karam. Le patron est bel et bien en passe de réaliser son rêve. Celui d’un ingénieur. « Je veux pouvoir me dire “j’avais une idée et je l’ai réalisée”. Maintenant, quand je rentre dans un café, je peux dire à ma fille : “tu vois le téléphone qui est là-bas, il y a une puce Sequans dedans”. »

Source: http://www.usinenouvelle.com/article/sequans-la-start-up-qui-seduit-wall-street.N153461

Bruno Askenazi (Copyrights) : "Basée à Dublin, la structure d’accompagnement de MasterCard va soutenir des start-up spécialisées dans les solutions de commerce innovantes. Elles sont 7, elles viennent du monde entier et elles inventent le commerce de demain. Et ces 7 start-up sont les heureuses élues sélectionnées par Mastercard, qui entend travailler « main dans la main » avec ces jeunes en...

Les Echos (Copyrights) | High-Tech

Dans la série Star Trek Voyager, le vaisseau spatial est équipé de poches de liquide biologique contenant un réseau artificiel de neurones. Celui-ci serait plus efficace et rapide qu’un ordinateur classique, en raison de sa grande complexité et de sa capacité à évoluer dynamiquement en fonction des besoins. Cette idée a inspiré plus d’un chercheur et des projets multinationaux comme le Human Br...

Dr Hendrik Eijsberg | High-Tech

Takwin Labs, un nouvel incubateur pour les entrepreneurs arabes-israéliens du secteur high-tech va ouvrir ses portes. La plateforme vient d'annoncer la levée de 4,5 millions de dollars. Le financement qui sera alloué au start-ups, permettra de recruter des mentors. Ce montant constitue le premier versement d'un budget total de 20 millions de dollars qui permettra d'accompagner les entrepreneurs...

Avner Myers | High-Tech

Avec le soutien du gouvernement israélien, le géant mondial des semi-conducteurs Intel va investir en Israël 6 milliards de dollars pour la création d’une usine de fabrication de microprocesseurs en 10 nm. L’Europe perd une nouvelle occasion d’accueillir une usine de semi-conducteurs dernier cri. Alors qu’Intel vient tout juste de lancer la production en volume de microprocesseurs en 14 nm, ...

IsraelValley Desk | High-Tech

Les jeunes israéliens se sont rués pour se payer la dernière merveille de Apple. Pour les fêtes de Rosh Hachana c'est l'un des cadeaux préférés. Les amoureux de l'iPhone6 qui portent des jeans trop serrés (très nombreux dans les Universités et écoles) risquent dêtre déçus. 20Minutes (Copyrights) : "Une question agite les interwebs: les iPhone 6, et surtout 6 Plus, sont-ils trop fins et trop...

Eyal Kaddosh (Tel Aviv) | High-Tech

Dans la série Star Trek Voyager, le vaisseau spatial est équipé de poches de liquide biologique contenant un réseau artificiel de neurones. Celui-ci serait plus efficace et rapide qu'un ordinateur classique [1], en raison de sa grande complexité et de sa capacité à évoluer dynamiquement en fonction des besoins. Cette idée a inspiré plus d'un chercheur et des projets multinationaux comme le Huma...

Dr Hendrik Eijsberg | High-Tech

Des emballages alimentaires innovants qui empêchent la formation de biofilms bactériens ont été développés à l'Université hébraïque de Jérusalem [1]. Cette innovation a été récompensée par le prix Kaye pour les inventions présentant un fort potentiel commercial. Les chercheurs s'attendent à des retombées économiques très importantes pour ce nouveau système d'emballage, qui est le premier à prop...

Dr Anne Fages. | High-Tech

Lyon est très intéressé par le MassChallenge. Sous la forme d'une organisation non lucrative, il s'agit du plus gros accélérateur de startup du monde. Il a été lancé en 2010 à Boston par John Harthorne and Akhil Nigam, deux anciens conseillers en entreprise. Chaque année, des centaines de startups postulent pour intégrer ce dispositif. En 2013, 128 sociétés ont été retenues. Durant quatre mo...

IsraelValley Desk | High-Tech

L’utilisation d’un téléphone au volant est interdit dans la plupart des pays développés du monde. Nousavions même découvert RodeDog, une application qui déclenche un aboiement et avertit des proches lorsque son utilisateurenvoie des SMS au volant. Cette fois-ci, c’est en Israël que la société Accel a développéVoyager, un Smartphone pour voiture qui se veut plus pratique et plus sécuritaire ...

IsraelValley Desk | High-Tech

Le test Octava Pik est déjà à l’essai en Israël et en Italie. L’examen de procédure FDA est en cours pour une utilisation aux États-Unis. Quatre mille cinq cent femmes environ sont diagnostiquées avec un cancer du sein chaque année en Israël et environ neuf cent meurent de la maladie. La clé, disent les experts, est la détection précoce qui peut porter le taux de survie à 90%. La mammograph...

H.P. Benhamou (Tel-Avivre) | High-Tech

Le rapport annuel Global Cleantech Innovation Index 2014, publié par le WWF (World Wildlife Fundation), première organisation mondiale de protection de la nature, et le Clean Tech Group a classé Israël au premier rang parmi les 40 pays au plus fort potentiel dans les Technologies propres “cleantech”. Les 40 pays ont été évalués sur la base d’une quinzaine d’indicateurs, se concentrant notamm...

Silicon Wadi | High-Tech

La Fab 28 d'Intel, implantée au sud de Tel Aviv, est la seule usine du groupe à graver en 22 nanomètres en dehors des Etats-Unis. C'est grâce à sa production qu'Intel Israël exporte pour 3,8 milliards de dollars par an. Le site pourrait accueillir la future ligne de production 10 nanomètres qu'Intel prévoit de construire prochainement. Selon usine-digitale.fr (Copyrights) : "Nous sommes en I...

Sophy Caulier | High-Tech

Un des géants français du vidéo à la demande - concurrent des Suédois - va se mordre les doigts d'avoir raté une occasion exceptionnelle de développement. C'est Ericsson qui a dégainé le premier et se paye un fleuron du hightech d'Israël Fabrix. LE DEAL. Ericsson est une entreprise suédoise de télécommunications fondée en 1876 par Lars Magnus Ericsson. Elle a créé en 2001, avec le groupe j...

Dan Rosh (Tel Aviv) | High-Tech

La société de crowdfunding Indiegogo a récemment ouvert un bureau en Israël pour promouvoir des projets israéliens sur son site Internet. Indiegogo est un site de financement participatif créé par Danae Ringelmann, Slava Rubin, et Eric Schell en 2008. Son siège est à San Francisco, Californie. Le crowdfunding, qui est devenu populaire ces dernières années, permet aux entreprises et à des per...

Dan Birenbaum | High-Tech

Une étude réalisée à l'hôpital Hadassa à partir d'un traitement mis au point par des chercheurs de l'université de Tel-Aviv a réussi pour la première fois, à stopper la progression de la sclérose latérale amyotrophique (SLA – ALS en anglais) ou maladie de Charcot, et même à provoquer une amélioration légère de l'état musculaire des malades. Selon ami-universite-telaviv.com : "Le traitement, ...

AFAUTA | High-Tech