Aug 26

ISRAELVALLEY - FRANCE ISRAËL - SEQUANS POSSEDE DES EQUIPES EN ISRAËL. Elle est la 1ère firme française à avoir fait sonner la cloche du New York Stock Exchange depuis 10 ans.

Authors picture

Mike Rubin (Tel-Aviv) | High-Tech

Headline image

Chaque semaine notre journal en ligne IsraelValley assiste à un “coming-out” de firmes Françaises qui déclarent ouvertement travailler en Israël. Trop longtemps les Français "préféraient "ne pas mentionner leurs activités dans l’Etat Hébreu. Et puis un jour, tout change. Et si travailler en Israël devenait une véritable référence ?

Usine Nouvelle : Depuis le 15 avril, le concepteur français de puces pour la 4G mobile est coté au New York Stock Exchange. Un succès programmé. Georges Karam peut être fier. Sequans est la première entreprise française à faire sonner la cloche du New York Stock Exchange (NYSE) depuis 2002. La société, dont il est le PDG fondateur et qu’il a introduite à la Bourse américaine le 15 avril, n’a que sept ans. Elle a pourtant tout d’une grande. Elle tient la dragée haute aux Qualcomm, STMicroelectronics et autres Intel (division Infineon) avec ses puces à très haut débit (Wimax et LTE) pour mobiles. Elle vient de vendre son dix millionième composant et a signé des partenariats avec le chinois ZTE et le suédois Ericsson. Surtout, elle vient de lever 77 millions de dollars au NYSE.

Un joli début de parcours pour une pépite de silicium que la France découvre à peine… La force de Sequans est d’abord et avant tout technologique. L’entreprise s’est bâtie autour d’une équipe d’une vingtaine d’ingénieurs, dont les sept cofondateurs. Tous ont travaillé avec Georges Karam chez Alcatel dans les années 1990, puis l’ont suivi dans la start-up franco-américaine Pacific Broadband Communications, où Georges Karam assurait la direction de l’ingénierie. À la création de Sequans, c’est ensemble qu’ils ont pris, très vite, des décisions structurantes. Ils ont d’abord choisi de se concentrer sur les puces de télécommunications mobiles destinées à l’accès au réseau, plutôt que de fabriquer des systèmes complets, voire des téléphones. Puis, ils ont opté dès 2004 pour la 4G mobile, tout juste naissante (lire page 42).

La moitié de l’effectif en R & D

Le choix était risqué, mais justifié. « La différenciation technologique est votre chemin vers la victoire quand vous êtes petit », affirme Georges Karam, dont le débit de parole n’a rien à envier à celui de ses puces. Et à la parole, justement, il a joint les actes. Dès la première année, il se dote d’une R et D imposante, façon grand groupe : 160 personnes sur un effectif de 250, des installations dans six pays sur trois continents et un budget de 4 millions de dollars par trimestre, principalement pour payer les équipes. Les équipements techniques et les brevets, s’ils coûtent chers, sont vite amortis. Ainsi, 70 ingénieurs travaillent sur le développement et le test des puces et des plates-formes ; 70 autres sur le logiciel. « Depuis fin 2010, nous avons aussi une petite équipe de 20 personnes sur les solutions intégrées pour cibler le produit fini, directement prêtes à l’emploi embarquées dans une clé 4G pour un fabricant par exemple », ajoute Bertrand Debray, vice-président de l’ingénierie.

La force de la R&D de Sequans réside aussi dans sa cellule de veille technologique, digne d’un industriel aguerri. Un service indispensable dans un secteur des télécoms en mouvement perpétuel. Six experts de haut niveau prennent en permanence la température auprès des organismes de standardisation ou des opérateurs et des équipementiers. Bertrand Debray, qui dirige ce « CTO’s office » – le bureau du directeur de la R et D – précise : « Ils ont une vision transversale de la technologie, de l’infrastructure, du réseau, du système global… Même si nos produits entrent dans un cycle de vie classique, le CTO’s office affine la direction que nous voulons prendre. »

La majorité de cette équipe de R et D, soit une centaine de personnes, est installée au siège, à La Défense (Hauts-de-Seine). Sur les écrans, dans leurs bureaux, s’affichent des courbes de tests et des designs de puces. Dans certaines salles, des équipements réseaux empilés clignotent. Ils simulent les échanges entre réseau et puces. Mais une cinquantaine de salariés sont installés en Ukraine et en Angleterre. De plus petites équipes travaillent en Israël, en Chine, aux États-Unis et à Singapour.

S’assurer une forte présence à l’international a d’ailleurs été un autre des choix stratégiques de Georges Karam. Il a ouvert des bureaux en Asie et aux États-Unis dès 2004. Par la force des choses. Parmi ses clients, partenaires, fournisseurs… aucun n’est Français, à l’exception de Sagemcom. Aujourd’hui, la quasi-totalité de son chiffre d’affaires est réalisée à l’international avec les taïwanais Asus et HTC, les chinois Huawei et ZTE ou l’américain Cisco… Ce sont ses clients qui ont justement permis à Sequans des déploiements locaux rapides. Comme le raconte le PDG, il a été difficile de faire comprendre en Asie et aux États-Unis, pays du high-tech par excellence, que les Français aussi sauraient faire du silicium et qu’ils n’excellaient pas uniquement dans les parfums et les produits de luxe. « Nous sommes présents dans onze pays avec des employés de 37 nationalités, précise-t-il. C’est la nature des sociétés d’aujourd’hui. Vous êtes obligés d’être global même avec un effectif de 50 personnes. »

Aux États-Unis, Sequans s’attache surtout au support et au marketing local. Mais en Asie, l’entreprise a tenu à disposer d’une équipe pour superviser la fabrication de ses produits. Comme tous les designers de puces, elle se consacre en effet uniquement à la conception des systèmes et en soustraite la fabrication. En l’occurrence, ses puces sortent des usines du taïwanais TSMC, où elles sont habillées pour une intégration dans des systèmes complets et testées. « Nous allons nous étendre prochainement au nord de Singapour et en Chine, pour répartir les risques », précise Eddy Tang, vice-président des opérations industrielles. Le singapourien gère une équipe de six personnes qui s’occupe localement de la fabrication et de la logistique.

La vitrine de l’Expo de Shanghai

C’est sans doute cette combinaison de présence à l’international et d’expertise technologique qui a permis à Sequans de frapper son premier grand coup commercial en 2010. Il a équipé en puces LTE les clés USB de l’opérateur China Mobile lors de sa démonstration de 4G mobile à l’Exposition universelle de Shanghai. Un an plus tôt, alors que la technologie était encore balbutiante, le français avait répondu au cahier des charges du premier opérateur chinois. Un seul concurrent en face de lui : Innofidei, un chinois. Après un an de travail acharné, et sans aide financière de l’opérateur, c’est pourtant Sequans qui l’emporte. À l’accueil des bureaux de La Défense, dans une vitrine où sont exposés tous les modèles de puces du français, une lettre signée du patron de China Mobile trône désormais en bonne place. « Une lettre de remerciements », insiste fièrement Georges Karam. Le patron est bel et bien en passe de réaliser son rêve. Celui d’un ingénieur. « Je veux pouvoir me dire “j’avais une idée et je l’ai réalisée”. Maintenant, quand je rentre dans un café, je peux dire à ma fille : “tu vois le téléphone qui est là-bas, il y a une puce Sequans dedans”. »

Source: http://www.usinenouvelle.com/article/sequans-la-start-up-qui-seduit-wall-street.N153461

L'office européen des brevets (OEB) a enregistré un nombre de dépôts record en 2014, à 274.000 demandes contre 266.000 un an plus tôt. Il faut toutefois noter que la plupart proviennent de l'extérieur de l'Europe. Israël se retrouve loin derrière les grands leaders. Selon boursier.com : "Les pays les plus présents cette année sont les Etats-Unis avec 26% de demandes, le Japon (18%), la Chine...

Yotan Frishman | High-Tech

Le patron de Gemalto (firme très active en Israël au travers d'activités de Recherche et Développement) reconnaît cette semaine les attaques des services secrets britanniques et américains et par la même écarte le Mossad israélien. Courrierinternational.com (Copyrights) : "Le groupe franco-néerlandais Gemalto, qui se présente comme le "leader mondial de la sécurité numérique", a admis qu'il ...

IsraelValley Desk | High-Tech

Alors que des prévisions pessimistes annoncent une pénurie de viande en 2050, une équipe de chercheurs israéliens travaille sur une viande analogue qui ressemble à du poulet. ... Agromedia (Copyrights) : "Bientôt de la viande in vitro dans votre assiette ? C'est dans ce sens que travaillent une équipe de scientifiques israéliens. Alors que la viande pourrait devenir un mets de luxe, pénurie ...

Agromedia | High-Tech

Tim Cook a rencontré le président Reuven Rivlin à sa résidence de Jérusalem. Une entrevue avec l’ancien président Shimon Peres est également au programme. Tim Cook est accompagné de Johny Srouji, vice-président d’Apple en charge des technologies matérielles. Natif d’Israël, Srouji supervise la conception de technologies de pointe, comme les processeurs et les contrôleurs de stockage. Un doma...

Macg.co | High-Tech

La start-up israélienne Taboola vient de lever 117 millions de dollars pour agrandir sa sphère d’activité. Cette start-up fondée par des geeks de l’armée israélienne se spécialise dans la recommandation d’articles et/ou de vidéos. En effet, selon le PDG et fondateur de Taboola, Adam Singolda : « les gens ne se réveillent pas le matin en pensant aux nouvelles vidéos ou articles qu’ils aimeraient...

Noga Bar Noye | High-Tech

Le Ghana est le berceau de vraies success stories et certaines startups comme Dropifi sont déjà parties à la conquête de la Silicon Valley. La Meltwater School of Technology (MEST) a été fondée en 2008 dans la capitale ghanéenne. En très peu de temps, elle s’est imposée comme l’incubateur des startups technologiques le plus inspirant de l’Afrique de l’Ouest. Mais ce n’est pas tout, la MEST e...

IsraelValley Desk | High-Tech

Au pied du mont Carmel, face à la mer, se trouve la plus grande concentration d'entreprises de haute technologie d'Israël : IBM, Intel, Phillips, Motorola, Microsoft, Hewlett-Packard, Yahoo, Google. Tous ces géants de l'industrie informatique et scientifique internationale ont choisi de s'installer dans le parc technologique Matam à Haïfa. Situé près des axes routiers et des grands centres d...

Laly Derai | High-Tech

SkyGiraffe lève 3 M$ (2,63 M€), lors d'un tour de table mené par Trilogy Equity Partners, auquel ont participé quelques 500 start-ups. SkyGiraffe a déjà précisé qu’elle allait investir dans la vente et le marketing. La compagnie israélienne fondée par Boaz Hecht et Itay Braun, possède son centre de développement à Ramat Gan, près de Tel-Aviv, et son siège à Menlo Park, en Californie. "SkyGi...

Econostrum | High-Tech

Une start-up israélienne au nom de Goji Food Solutions a développé un four micro-ondes révolutionnaire qui va servir à bien plus que simplement chauffer ou décongeler votre repas. Gabi Zada de Goji explique que les ondes diffusées dans le conteneur de votre four à micro-ondes explosent dans tous les sens et se réverbèrent sur les parois, atteignant de façon aléatoire votre repas froid. Imagi...

Tel Avivre | High-Tech

La “FoodTech Pitch Night” organisée par la Chambre de Commerce et d’Industrie Israël France à Tel Aviv et l’Agence Challengy a été un succès. Business France (Ubifrance Israël) était partenaire de cette opération. Plus de 180 personnes étaient présentes pour assister à une compétition réunissant 10 start-ups développant un projet alliant technologie et gastronomie. Le jury composé notamment ...

Anael Dahan (Tel Aviv) | High-Tech

Ouriel Ohayon s'est fait racheter les droits et l'utilisation de son application Appsfire par une société française. En effet, c'est l'un des leaders de la publicité française Mobile Network Group (MNG) qui s'est emparé de l'application de Ouriel Ohayon pour $30 millions. Mobile Network Group (MNG) espère pouvoir désormais, avec Appsfire, s'attaquer au marché américain. Mobile Network Group ...

Yaelle Krief | High-Tech

La coopération Israël-Inde est sur la sellette. Excellente nouvelle pour le hightech d'Israël. La startup Panaya, installée à Raanana (160 employés), et qui possède un savoir-faire unique en matière d'automatisation des logiciels de gestion pour les grandes entreprises, va passer dans les mains d'un leader mondial d'origine Indiennne. C'est Infosys qui a acheté cette firme israélienne d'excepti...

Dan Assayah (Tel-Aviv) | High-Tech

Pour faire face à la menace des cyberattaques, Israël lance une école contre le piratage informatique. Trois hackers cagoulés penchés sur leur écran d'ordinateur dans la salle de contrôle dernier cri testent les réactions d'employés d'entreprises israéliennes à repousser des cyberattaques. L'action se déroule dans un centre surnommé "cyber-gym", installé dans plusieurs petits bâtiments proch...

i24News | High-Tech

SPECIAL ISRAELVALLEY. Fondée en 1999 à Tel-Aviv par un psychologue israélien, Meir Morag, la société Game Along, renommée par la suite N-trig, commence par développer une table de jeu vidéo à partir d’un écran d’ordinateur posé horizontalement. Aujourd’hui, l’entreprise produit des “digitizers”, c’est-à-dire les équipements que l’on installe sur les écrans d’ordinateur pour les rendre tactil...

IsraelValley Desk | High-Tech

Le mercredi 12 novembre 2014, à 8h35 GMT, la sonde ROSETTA de l’Agence Spatiale Européenne (ESA) a lâché son module Philae en direction de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko. La descente a duré environ 7 heures, avec un signal confirmant la réception sur Terre autour de 16h00 GMT. La comète est éloignée de la Terre de plus de 500 millions de km. Il s’agit d’une masse de glace et de poussiè...

IsraelValley Desk | High-Tech