Aug 26

ISRAELVALLEY - FRANCE ISRAËL - SEQUANS POSSEDE DES EQUIPES EN ISRAËL. Elle est la 1ère firme française à avoir fait sonner la cloche du New York Stock Exchange depuis 10 ans.

Authors picture

Mike Rubin (Tel-Aviv) | High-Tech

Headline image

Chaque semaine notre journal en ligne IsraelValley assiste à un “coming-out” de firmes Françaises qui déclarent ouvertement travailler en Israël. Trop longtemps les Français "préféraient "ne pas mentionner leurs activités dans l’Etat Hébreu. Et puis un jour, tout change. Et si travailler en Israël devenait une véritable référence ?

Usine Nouvelle : Depuis le 15 avril, le concepteur français de puces pour la 4G mobile est coté au New York Stock Exchange. Un succès programmé. Georges Karam peut être fier. Sequans est la première entreprise française à faire sonner la cloche du New York Stock Exchange (NYSE) depuis 2002. La société, dont il est le PDG fondateur et qu’il a introduite à la Bourse américaine le 15 avril, n’a que sept ans. Elle a pourtant tout d’une grande. Elle tient la dragée haute aux Qualcomm, STMicroelectronics et autres Intel (division Infineon) avec ses puces à très haut débit (Wimax et LTE) pour mobiles. Elle vient de vendre son dix millionième composant et a signé des partenariats avec le chinois ZTE et le suédois Ericsson. Surtout, elle vient de lever 77 millions de dollars au NYSE.

Un joli début de parcours pour une pépite de silicium que la France découvre à peine… La force de Sequans est d’abord et avant tout technologique. L’entreprise s’est bâtie autour d’une équipe d’une vingtaine d’ingénieurs, dont les sept cofondateurs. Tous ont travaillé avec Georges Karam chez Alcatel dans les années 1990, puis l’ont suivi dans la start-up franco-américaine Pacific Broadband Communications, où Georges Karam assurait la direction de l’ingénierie. À la création de Sequans, c’est ensemble qu’ils ont pris, très vite, des décisions structurantes. Ils ont d’abord choisi de se concentrer sur les puces de télécommunications mobiles destinées à l’accès au réseau, plutôt que de fabriquer des systèmes complets, voire des téléphones. Puis, ils ont opté dès 2004 pour la 4G mobile, tout juste naissante (lire page 42).

La moitié de l’effectif en R & D

Le choix était risqué, mais justifié. « La différenciation technologique est votre chemin vers la victoire quand vous êtes petit », affirme Georges Karam, dont le débit de parole n’a rien à envier à celui de ses puces. Et à la parole, justement, il a joint les actes. Dès la première année, il se dote d’une R et D imposante, façon grand groupe : 160 personnes sur un effectif de 250, des installations dans six pays sur trois continents et un budget de 4 millions de dollars par trimestre, principalement pour payer les équipes. Les équipements techniques et les brevets, s’ils coûtent chers, sont vite amortis. Ainsi, 70 ingénieurs travaillent sur le développement et le test des puces et des plates-formes ; 70 autres sur le logiciel. « Depuis fin 2010, nous avons aussi une petite équipe de 20 personnes sur les solutions intégrées pour cibler le produit fini, directement prêtes à l’emploi embarquées dans une clé 4G pour un fabricant par exemple », ajoute Bertrand Debray, vice-président de l’ingénierie.

La force de la R&D de Sequans réside aussi dans sa cellule de veille technologique, digne d’un industriel aguerri. Un service indispensable dans un secteur des télécoms en mouvement perpétuel. Six experts de haut niveau prennent en permanence la température auprès des organismes de standardisation ou des opérateurs et des équipementiers. Bertrand Debray, qui dirige ce « CTO’s office » – le bureau du directeur de la R et D – précise : « Ils ont une vision transversale de la technologie, de l’infrastructure, du réseau, du système global… Même si nos produits entrent dans un cycle de vie classique, le CTO’s office affine la direction que nous voulons prendre. »

La majorité de cette équipe de R et D, soit une centaine de personnes, est installée au siège, à La Défense (Hauts-de-Seine). Sur les écrans, dans leurs bureaux, s’affichent des courbes de tests et des designs de puces. Dans certaines salles, des équipements réseaux empilés clignotent. Ils simulent les échanges entre réseau et puces. Mais une cinquantaine de salariés sont installés en Ukraine et en Angleterre. De plus petites équipes travaillent en Israël, en Chine, aux États-Unis et à Singapour.

S’assurer une forte présence à l’international a d’ailleurs été un autre des choix stratégiques de Georges Karam. Il a ouvert des bureaux en Asie et aux États-Unis dès 2004. Par la force des choses. Parmi ses clients, partenaires, fournisseurs… aucun n’est Français, à l’exception de Sagemcom. Aujourd’hui, la quasi-totalité de son chiffre d’affaires est réalisée à l’international avec les taïwanais Asus et HTC, les chinois Huawei et ZTE ou l’américain Cisco… Ce sont ses clients qui ont justement permis à Sequans des déploiements locaux rapides. Comme le raconte le PDG, il a été difficile de faire comprendre en Asie et aux États-Unis, pays du high-tech par excellence, que les Français aussi sauraient faire du silicium et qu’ils n’excellaient pas uniquement dans les parfums et les produits de luxe. « Nous sommes présents dans onze pays avec des employés de 37 nationalités, précise-t-il. C’est la nature des sociétés d’aujourd’hui. Vous êtes obligés d’être global même avec un effectif de 50 personnes. »

Aux États-Unis, Sequans s’attache surtout au support et au marketing local. Mais en Asie, l’entreprise a tenu à disposer d’une équipe pour superviser la fabrication de ses produits. Comme tous les designers de puces, elle se consacre en effet uniquement à la conception des systèmes et en soustraite la fabrication. En l’occurrence, ses puces sortent des usines du taïwanais TSMC, où elles sont habillées pour une intégration dans des systèmes complets et testées. « Nous allons nous étendre prochainement au nord de Singapour et en Chine, pour répartir les risques », précise Eddy Tang, vice-président des opérations industrielles. Le singapourien gère une équipe de six personnes qui s’occupe localement de la fabrication et de la logistique.

La vitrine de l’Expo de Shanghai

C’est sans doute cette combinaison de présence à l’international et d’expertise technologique qui a permis à Sequans de frapper son premier grand coup commercial en 2010. Il a équipé en puces LTE les clés USB de l’opérateur China Mobile lors de sa démonstration de 4G mobile à l’Exposition universelle de Shanghai. Un an plus tôt, alors que la technologie était encore balbutiante, le français avait répondu au cahier des charges du premier opérateur chinois. Un seul concurrent en face de lui : Innofidei, un chinois. Après un an de travail acharné, et sans aide financière de l’opérateur, c’est pourtant Sequans qui l’emporte. À l’accueil des bureaux de La Défense, dans une vitrine où sont exposés tous les modèles de puces du français, une lettre signée du patron de China Mobile trône désormais en bonne place. « Une lettre de remerciements », insiste fièrement Georges Karam. Le patron est bel et bien en passe de réaliser son rêve. Celui d’un ingénieur. « Je veux pouvoir me dire “j’avais une idée et je l’ai réalisée”. Maintenant, quand je rentre dans un café, je peux dire à ma fille : “tu vois le téléphone qui est là-bas, il y a une puce Sequans dedans”. »

Source: http://www.usinenouvelle.com/article/sequans-la-start-up-qui-seduit-wall-street.N153461

High Tech. Mêler le business à l'entraide avec le projet "Ultra super Buzz" En collaboration avec l’agence "All Is Possible":http://www.allispossibleagency.com, l’association "Haï Bahem":http://www.haibahem.org/ lance le projet “Ultra Super Buzz” qui associe Business et entraide, projet encouragé par l’ICB (business Club de Raanana) "Ultra Super Buzz" : explications. Une entreprise (ou u...

Talia Blum | High-Tech

Après un lancement réussi au NAMM en Californie, la start up franco-israélienne Syncsing fondée par Jean-Louis Lasseri, basée à Paris et Tel Aviv, a présenté pour la première fois au public français, Newzik, lecteur intelligent de partitions digitales sur iPad & iPhone, lors du salon Musicora au cours d’une conférence de presse organisée à la Grande Halle de la Villette. En Israël, cette...

IsraelScienceInfo | High-Tech

IsraelValley (site officiel de la CCFI) a repéré depuis deux ans les activités de veille technologique de Havas dans la Startup Nation. Lors du Gala de la CCFI (2015), André Maarek : "Tous les métiers du groupe HAVAS ont été révolutionné par le numérique. C’est pour cette raison que HAVAS est présent a Tel Aviv au sein de la start-up nation sous forme d’un laboratoire de recherche opérationnell...

IsraelValley Desk | High-Tech

Le Figaro :"Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron a dit jeudi qu'il annoncerait "dans quelques semaines" des mesures destinées à financer plus facilement l'innovation, et notamment une sorte de fonds de pension alimenté par des assurances-vie. "On va (...) procéder à des aménagements, je les annoncerai dans quelques semaines, pour créer ce que j'ai appelé une espèce de fonds de pension à...

IsraelValley Desk | High-Tech

CCIIF & BUSINESSFRANCE. La startup Guest online sera présente lors de la semaine de la gastronomie du 7 au 12 février 2016 et sera présente pour l'évènement FOODTECH co-animé par Challengy et qui se tendra le 8 février 2016 à 18 heures à Tel Aviv (informations talia@cciif.org). Développé par TableOnline, GuestOnline est un logiciel de gestion de réservations, de gestion de la relation client...

Talia Blum | High-Tech

Qualcomm Incorporated est un leader mondial de la 3G et des technologies mobiles de prochaine génération. Qualcomm, qui est le plus grand fabricant mondial de puces informatiques pour appareils mobiles, vient d'annoncer le licenciement de plusieurs dizaine 'd'employés en Israël. La firme américaine n'est pas en forme. Selon Usine-Digitale : "Qualcomm a terminé l’année 2015 avec des résultats...

Dan Rosh (Tel Aviv) | High-Tech

Excellente nouvelle pour la Startup Nation. Le jeune et célèbre patron multi-milliardaire Adam Neumann de WeWork (israélo-américain) annonce cette semaine le lancement d'un centre de R&D dans la capitale économique du pays. LE PLUS. SELON SLATE.FR STARTUP & INNOVATION. L’entreprise WeWork, déjà bien implantée dans le secteur des espaces de travail partagés aux États-Unis (son premier espace...

Eyal Cohen (Rehovot) | High-Tech

Malgré des critiques des médias (surtout le Haaretz) totalement injustifiées, Michael Golan est toujours là en 2016. Et sa gamme de produits attire toujours autant les israéliens. Le secteur de la téléphonie cellulaire est en pleine ébullition. En 2015, la guerre des prix entre les sept opérateurs a porté ses fruits ; en cours d’année, ce sont 2,5 millions d’Israéliens qui ont changé d’opérateu...

Jacques Bendelac | High-Tech

Un guichet muni d’un appareil aux allures de distribanque a été placé devant le domicile du Rav Haïm Kaniewsky à Bné Brak pour les donateurs souhaitant recevoir une bénédiction. L’ordinateur se trouve au centre d’un stand où est exposée une grande photo du Rav près d’un texte rappelant que les donateurs contribuent ainsi au développement des institutions « Shoutafim Latora » qui gèrent des K...

Claire Dana-Picard | High-Tech

EXCLUSIF. Excellente nouvelle pour la Startup Nation qui reçoit d'un géant mondial une marque de confiance indéniable dans son savoir-faire technologique. Philip Morris International a décidé d'investir dans une startup israélienne Syqe Medical qui développe un savoir-faire dans le domaine médical (aide à l'inhalation). Pour la journaliste Nathalie Hamou (Les Echos) : "Si le dynamisme des s...

Dan Rosh (Paris) | High-Tech

Dix projets distingués par le Forum Netexplo, qui recense chaque année les dernières tendances de l’innovation, sont dévoilés aujourd’hui à Paris. Les prix seront remis début février. Selon (1) : "Comment se repérer dans le déluge d’innovations qui caractérise la période actuelle ? L’essor des technologies numériques, l’engouement pour les start-up, la multiplication des incubateurs ou des F...

IsraelValley Desk | High-Tech

L’industrie israélienne du high-tech a établi un nouveau record en 2015, rapporte le site Globes. En effet, 4,43 milliards de dollars ont été investis pour un total de 708 contrats lors de l’année 2015, soit une augmentation de 30% par rapport à l’année 2014 (3,42 milliards de dollars) qui avait déjà établi le record à l’époque. Les chiffres, publiés par le centre israélien de recherche IVC ...

i24News | High-Tech

Le complexe, baptisé CyberSpark, a été inauguré il y a deux ans par le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou. L'objectif : en faire un centre national de cyberdéfense, mais aussi l'un des pôles mondiaux de la sécurité informatique… tout en développant la région désertique du Néguev. La route file, monotone, à travers le désert. Elle longe des campements bédouins, dépasse un chapelet...

IsraelValley Desk | High-Tech

Tel-Aviv pour ceux qui ne le savent pas, c’est la Californie, la Silicon Valley Israélienne, a une différence près : la bas, les inventeurs ont les mains libres. Ce n’est pas le business qui est aux commandes mais l’imagination sans limite. economiematin.fr : "Prenez par exemple la start-up Zutalab : elle a inventé un objet connecté, gros comme une souris. Pour quoi faire ? Tout simplement p...

IsraelValley Desk | High-Tech

RegeneCure, une jeune start-up israélienne, propose une invention simple et efficace permettant une régénération osseuse. Ski, équitation, accident de voiture, glissade sur une peau de banane ou sur une flaque de miel… Les causes des fractures osseuses sont multiples. Le traitement usuel : un bon mois de plâtre. Mais savez-vous le pourquoi du plâtre ? Parce qu’il maintient les deux bouts d’o...

IsraelValley Desk | High-Tech