Aug 26

ISRAELVALLEY - FRANCE ISRAËL - SEQUANS POSSEDE DES EQUIPES EN ISRAËL. Elle est la 1ère firme française à avoir fait sonner la cloche du New York Stock Exchange depuis 10 ans.

Authors picture

Mike Rubin (Tel-Aviv) | High-Tech

Headline image

Chaque semaine notre journal en ligne IsraelValley assiste à un “coming-out” de firmes Françaises qui déclarent ouvertement travailler en Israël. Trop longtemps les Français "préféraient "ne pas mentionner leurs activités dans l’Etat Hébreu. Et puis un jour, tout change. Et si travailler en Israël devenait une véritable référence ?

Usine Nouvelle : Depuis le 15 avril, le concepteur français de puces pour la 4G mobile est coté au New York Stock Exchange. Un succès programmé. Georges Karam peut être fier. Sequans est la première entreprise française à faire sonner la cloche du New York Stock Exchange (NYSE) depuis 2002. La société, dont il est le PDG fondateur et qu’il a introduite à la Bourse américaine le 15 avril, n’a que sept ans. Elle a pourtant tout d’une grande. Elle tient la dragée haute aux Qualcomm, STMicroelectronics et autres Intel (division Infineon) avec ses puces à très haut débit (Wimax et LTE) pour mobiles. Elle vient de vendre son dix millionième composant et a signé des partenariats avec le chinois ZTE et le suédois Ericsson. Surtout, elle vient de lever 77 millions de dollars au NYSE.

Un joli début de parcours pour une pépite de silicium que la France découvre à peine… La force de Sequans est d’abord et avant tout technologique. L’entreprise s’est bâtie autour d’une équipe d’une vingtaine d’ingénieurs, dont les sept cofondateurs. Tous ont travaillé avec Georges Karam chez Alcatel dans les années 1990, puis l’ont suivi dans la start-up franco-américaine Pacific Broadband Communications, où Georges Karam assurait la direction de l’ingénierie. À la création de Sequans, c’est ensemble qu’ils ont pris, très vite, des décisions structurantes. Ils ont d’abord choisi de se concentrer sur les puces de télécommunications mobiles destinées à l’accès au réseau, plutôt que de fabriquer des systèmes complets, voire des téléphones. Puis, ils ont opté dès 2004 pour la 4G mobile, tout juste naissante (lire page 42).

La moitié de l’effectif en R & D

Le choix était risqué, mais justifié. « La différenciation technologique est votre chemin vers la victoire quand vous êtes petit », affirme Georges Karam, dont le débit de parole n’a rien à envier à celui de ses puces. Et à la parole, justement, il a joint les actes. Dès la première année, il se dote d’une R et D imposante, façon grand groupe : 160 personnes sur un effectif de 250, des installations dans six pays sur trois continents et un budget de 4 millions de dollars par trimestre, principalement pour payer les équipes. Les équipements techniques et les brevets, s’ils coûtent chers, sont vite amortis. Ainsi, 70 ingénieurs travaillent sur le développement et le test des puces et des plates-formes ; 70 autres sur le logiciel. « Depuis fin 2010, nous avons aussi une petite équipe de 20 personnes sur les solutions intégrées pour cibler le produit fini, directement prêtes à l’emploi embarquées dans une clé 4G pour un fabricant par exemple », ajoute Bertrand Debray, vice-président de l’ingénierie.

La force de la R&D de Sequans réside aussi dans sa cellule de veille technologique, digne d’un industriel aguerri. Un service indispensable dans un secteur des télécoms en mouvement perpétuel. Six experts de haut niveau prennent en permanence la température auprès des organismes de standardisation ou des opérateurs et des équipementiers. Bertrand Debray, qui dirige ce « CTO’s office » – le bureau du directeur de la R et D – précise : « Ils ont une vision transversale de la technologie, de l’infrastructure, du réseau, du système global… Même si nos produits entrent dans un cycle de vie classique, le CTO’s office affine la direction que nous voulons prendre. »

La majorité de cette équipe de R et D, soit une centaine de personnes, est installée au siège, à La Défense (Hauts-de-Seine). Sur les écrans, dans leurs bureaux, s’affichent des courbes de tests et des designs de puces. Dans certaines salles, des équipements réseaux empilés clignotent. Ils simulent les échanges entre réseau et puces. Mais une cinquantaine de salariés sont installés en Ukraine et en Angleterre. De plus petites équipes travaillent en Israël, en Chine, aux États-Unis et à Singapour.

S’assurer une forte présence à l’international a d’ailleurs été un autre des choix stratégiques de Georges Karam. Il a ouvert des bureaux en Asie et aux États-Unis dès 2004. Par la force des choses. Parmi ses clients, partenaires, fournisseurs… aucun n’est Français, à l’exception de Sagemcom. Aujourd’hui, la quasi-totalité de son chiffre d’affaires est réalisée à l’international avec les taïwanais Asus et HTC, les chinois Huawei et ZTE ou l’américain Cisco… Ce sont ses clients qui ont justement permis à Sequans des déploiements locaux rapides. Comme le raconte le PDG, il a été difficile de faire comprendre en Asie et aux États-Unis, pays du high-tech par excellence, que les Français aussi sauraient faire du silicium et qu’ils n’excellaient pas uniquement dans les parfums et les produits de luxe. « Nous sommes présents dans onze pays avec des employés de 37 nationalités, précise-t-il. C’est la nature des sociétés d’aujourd’hui. Vous êtes obligés d’être global même avec un effectif de 50 personnes. »

Aux États-Unis, Sequans s’attache surtout au support et au marketing local. Mais en Asie, l’entreprise a tenu à disposer d’une équipe pour superviser la fabrication de ses produits. Comme tous les designers de puces, elle se consacre en effet uniquement à la conception des systèmes et en soustraite la fabrication. En l’occurrence, ses puces sortent des usines du taïwanais TSMC, où elles sont habillées pour une intégration dans des systèmes complets et testées. « Nous allons nous étendre prochainement au nord de Singapour et en Chine, pour répartir les risques », précise Eddy Tang, vice-président des opérations industrielles. Le singapourien gère une équipe de six personnes qui s’occupe localement de la fabrication et de la logistique.

La vitrine de l’Expo de Shanghai

C’est sans doute cette combinaison de présence à l’international et d’expertise technologique qui a permis à Sequans de frapper son premier grand coup commercial en 2010. Il a équipé en puces LTE les clés USB de l’opérateur China Mobile lors de sa démonstration de 4G mobile à l’Exposition universelle de Shanghai. Un an plus tôt, alors que la technologie était encore balbutiante, le français avait répondu au cahier des charges du premier opérateur chinois. Un seul concurrent en face de lui : Innofidei, un chinois. Après un an de travail acharné, et sans aide financière de l’opérateur, c’est pourtant Sequans qui l’emporte. À l’accueil des bureaux de La Défense, dans une vitrine où sont exposés tous les modèles de puces du français, une lettre signée du patron de China Mobile trône désormais en bonne place. « Une lettre de remerciements », insiste fièrement Georges Karam. Le patron est bel et bien en passe de réaliser son rêve. Celui d’un ingénieur. « Je veux pouvoir me dire “j’avais une idée et je l’ai réalisée”. Maintenant, quand je rentre dans un café, je peux dire à ma fille : “tu vois le téléphone qui est là-bas, il y a une puce Sequans dedans”. »

Source: http://www.usinenouvelle.com/article/sequans-la-start-up-qui-seduit-wall-street.N153461

Un récent article de NanoJV et repris par JSS News fait référence au rôle de Axelle Lemaire dans le report de la journée de l'innovation France-Israël qui devait avoir lieu le 16 décembre 2014. Pour en savoir plus nous avons simplement cherché des déclarations de la Secrétaire d'Etat à l'égard d'Israël. Elles sont toutes très positives. Dans l'Atelier Numérique : "La France, selon Axelle Lem...

Yotan Frishman | High-Tech

Les leaders israéliens du hightech (surtout la multitude de startups qui se sont lancées dans le domaine des applications mobiles) ont en main les chiffres d'une étude du Boston Consulting Group sur l'internet mobile. Et ils sont extraordinaires. Dans les prochaines années l'internet mobile va représenter un marché colossal et en pleine croissance (+25% l'an). Alors que les israéliens sembl...

Ilan Friedman-Cohen | High-Tech

Aux quatre coins de la planète, des entrepreneurs tentent de reproduire la dynamique qui a fait de la Californie l'eldorado des sociétés de nouvelles technologies. L’Usine Digitale tire pour vous le portrait de 10 villes qui se rêvent en Silicon Valley. Aujourd'hui partons pour Israël, de Tel Aviv à Haïfa. Les maestros du code informatique, ceux qui ont développé Google Suggest, Google Trend...

Usine Digitale. | High-Tech

La Silicon Wadi israélienne est extrêmement dynamique. Concentrées autour de villes telles que Tel Aviv, Haifa et Caesarea, ce sont près de 5 000 start-ups qui se développent, sur cette mince bande de terre grande comme la Bretagne, le long de la mer Méditerranée. Qu’est-ce qui fait la force de ce territoire en matière de start-ups ? Voici quelques éléments de réponse dispensés par deux repr...

Adeline Raynal (FrenchWeb) | High-Tech

Kira Radinsky est une jeune femme de 27 ans à la tête d’une start-up florissante. A tel point que son entreprise, SalesPredict, a été sélectionné par le MIT Tech Review dans son célèbre palmarès des 35 jeunes les plus innovants du monde. Son invention, elle la détient du Big Data, en ayant programmé un logiciel qui permet de prédire l’avenir. Kira Radinsky, retenez bien ce nom. Tout comme se...

Samuel Paulet (focusur.fr) | High-Tech

C'est le secret le mieux gardé de la silicon valley israélienne : le nom de la prmière startup "Made In Israel" qui devrait être rachetée par Baidu. Des rumeurs folles circulent à Tel Aviv et de nombreuses startups à très haut potentiels sont citées. Une délégation d'ingénieurs et patrons de Baidu était durant plusieurs jours en visite en Israël très récemment. Baidu est une entreprise inter...

Eyal Ganim (Rehovot) | High-Tech

Que devient Yo, l’application décrite au milieu de l’année 2014 comme la figure type de la start-up inutile qui a malgré tout (ou peut-être pour cette raison) bénéficié d'une impressionnante campagne de presse... et réussi à lever des fonds pour se développer? Yo, qui ne permet d’envoyer que le message «Yo» à ses contacts, existe toujours, confirme Business Insider qui a interviewé son cofon...

Slate (Copyrights) | High-Tech

Qualcomm Ferme son Centre R&D à Beit Shemesh en Israël. Cette fermeture va entraîner le licenciement de 30 à 40 salariés israéliens. Qualcomm, qui est le plus grand fabricant mondial de puces informatiques pour appareils mobiles, vient d'annoncer la fermeture de son centre de recherche et de développement basé à Beit Shemesh et le licenciement consécutif de 30 et 40 employés, rapporte TheMarker...

Avner Myers | High-Tech

“Hacker pour le bien commun”, c’était le thème du hackaton, un marathon de programmation en quelque sorte, mondial organisé par Paypal que deux israéliens ont récemment gagné à San José en Californie. Se distinguant face à des développeurs venant de 14 pays différents après un processus de sélection ayant réuni plus de 3 000 programmeurs, Shai Mishali et Pavel Kaminsky sont restés plus de 40 he...

Thibault de la Baronnière (Siliconwadi) | High-Tech

Le développement et l'installation de panneaux solaires se sont accélérés dans le monde depuis une quinzaine d'année, multipliant par cent la puissance installée pour atteindre 140 gigawatts (l'équivalent d'environ 150 centrales au charbon). Ce mode de production est très intéressant pour des pays comme Israël qui disposent d'un ensoleillement important et de zones désertiques pouvant se prêter...

Paul Balança (BE) | High-Tech

L'été 2014 a été marqué par une catastrophe sanitaire de taille : la fulgurante épidémie du virus Ebola qui a déjà provoqué plus de 3.000 morts et qui, au moment où j'écris ces lignes, continue à ravager l'Afrique de l'Ouest. Ce triste bilan confirme la nécessité de disposer de moyens efficaces pour enrayer Ebola et les épidémies similaires. Une solution pour lutter contre la propagation de tel...

Coralie Ebert (BE) | High-Tech

LA TRIBUNE (Copyrights). A Nantes, une clinique a acquis une machine innovante conçue par une start-up israélienne, qui permet de ralentir l'évolution de la maladie. Un espoir pour traiter efficacement les 850.000 personnes touchées par Alzheimer en France? Pour 120.000 euros, la clinique nantaise Brétéché (groupe Vedici), a acquis au mois de septembre la machine NeuroAD, créée par la startup i...

IsraelValley Desk | High-Tech

De plus en plus courant : des firmes israéliennes, dans le cadre de leur développement international, rachètent des firmes étrangères. C'est le cas cette semaine pour Silicom qui vient d'absorber Fiberblaze, une startup très réputée basée au Danemark. IsraelValley a déjà récemment parlé de Silicom : "Le fondateur de Silicom augmente ses parts dans la société* Zohar Zisapel, co-fondateur de l...

Ilan Friedman-Cohen | High-Tech

La naissance de Space-Nest a été annonçée lors de la dérnière conférence Globes qui a eu lieu cette semaine. Cet incubateur sera destiné à lancer des projets nouveaux dans le domaine de l'espace. Israel Aéronautique Industries a décidé d'auto-financer son projet. Opher Doron, le leader du projet a aussi signalé que le financement viendra de "The Space Angels Network". LE SAVIEZ-VOUS? IAI pr...

Dan Rosh (Tel Aviv) | High-Tech

Des robots qui écrivent des articles et qui présentent le journal télévisé, ce n’est plus de la science-fiction. C’est un petit robot haut comme trois pommes, dans un décor de JT de 20 heures, qui présente les nouvelles avec une voix synthétique plutôt chaleureuse… Voilà ce que l’on peut voir en ce moment sur le stand de France Télévision au Web 14. Certes, ce robot n’a pas la chevelure de D...

Franceinfo | High-Tech