Aug 26

ISRAELVALLEY - FRANCE ISRAËL - SEQUANS POSSEDE DES EQUIPES EN ISRAËL. Elle est la 1ère firme française à avoir fait sonner la cloche du New York Stock Exchange depuis 10 ans.

Authors picture

Mike Rubin (Tel-Aviv) | High-Tech

Headline image

Chaque semaine notre journal en ligne IsraelValley assiste à un “coming-out” de firmes Françaises qui déclarent ouvertement travailler en Israël. Trop longtemps les Français "préféraient "ne pas mentionner leurs activités dans l’Etat Hébreu. Et puis un jour, tout change. Et si travailler en Israël devenait une véritable référence ?

Usine Nouvelle : Depuis le 15 avril, le concepteur français de puces pour la 4G mobile est coté au New York Stock Exchange. Un succès programmé. Georges Karam peut être fier. Sequans est la première entreprise française à faire sonner la cloche du New York Stock Exchange (NYSE) depuis 2002. La société, dont il est le PDG fondateur et qu’il a introduite à la Bourse américaine le 15 avril, n’a que sept ans. Elle a pourtant tout d’une grande. Elle tient la dragée haute aux Qualcomm, STMicroelectronics et autres Intel (division Infineon) avec ses puces à très haut débit (Wimax et LTE) pour mobiles. Elle vient de vendre son dix millionième composant et a signé des partenariats avec le chinois ZTE et le suédois Ericsson. Surtout, elle vient de lever 77 millions de dollars au NYSE.

Un joli début de parcours pour une pépite de silicium que la France découvre à peine… La force de Sequans est d’abord et avant tout technologique. L’entreprise s’est bâtie autour d’une équipe d’une vingtaine d’ingénieurs, dont les sept cofondateurs. Tous ont travaillé avec Georges Karam chez Alcatel dans les années 1990, puis l’ont suivi dans la start-up franco-américaine Pacific Broadband Communications, où Georges Karam assurait la direction de l’ingénierie. À la création de Sequans, c’est ensemble qu’ils ont pris, très vite, des décisions structurantes. Ils ont d’abord choisi de se concentrer sur les puces de télécommunications mobiles destinées à l’accès au réseau, plutôt que de fabriquer des systèmes complets, voire des téléphones. Puis, ils ont opté dès 2004 pour la 4G mobile, tout juste naissante (lire page 42).

La moitié de l’effectif en R & D

Le choix était risqué, mais justifié. « La différenciation technologique est votre chemin vers la victoire quand vous êtes petit », affirme Georges Karam, dont le débit de parole n’a rien à envier à celui de ses puces. Et à la parole, justement, il a joint les actes. Dès la première année, il se dote d’une R et D imposante, façon grand groupe : 160 personnes sur un effectif de 250, des installations dans six pays sur trois continents et un budget de 4 millions de dollars par trimestre, principalement pour payer les équipes. Les équipements techniques et les brevets, s’ils coûtent chers, sont vite amortis. Ainsi, 70 ingénieurs travaillent sur le développement et le test des puces et des plates-formes ; 70 autres sur le logiciel. « Depuis fin 2010, nous avons aussi une petite équipe de 20 personnes sur les solutions intégrées pour cibler le produit fini, directement prêtes à l’emploi embarquées dans une clé 4G pour un fabricant par exemple », ajoute Bertrand Debray, vice-président de l’ingénierie.

La force de la R&D de Sequans réside aussi dans sa cellule de veille technologique, digne d’un industriel aguerri. Un service indispensable dans un secteur des télécoms en mouvement perpétuel. Six experts de haut niveau prennent en permanence la température auprès des organismes de standardisation ou des opérateurs et des équipementiers. Bertrand Debray, qui dirige ce « CTO’s office » – le bureau du directeur de la R et D – précise : « Ils ont une vision transversale de la technologie, de l’infrastructure, du réseau, du système global… Même si nos produits entrent dans un cycle de vie classique, le CTO’s office affine la direction que nous voulons prendre. »

La majorité de cette équipe de R et D, soit une centaine de personnes, est installée au siège, à La Défense (Hauts-de-Seine). Sur les écrans, dans leurs bureaux, s’affichent des courbes de tests et des designs de puces. Dans certaines salles, des équipements réseaux empilés clignotent. Ils simulent les échanges entre réseau et puces. Mais une cinquantaine de salariés sont installés en Ukraine et en Angleterre. De plus petites équipes travaillent en Israël, en Chine, aux États-Unis et à Singapour.

S’assurer une forte présence à l’international a d’ailleurs été un autre des choix stratégiques de Georges Karam. Il a ouvert des bureaux en Asie et aux États-Unis dès 2004. Par la force des choses. Parmi ses clients, partenaires, fournisseurs… aucun n’est Français, à l’exception de Sagemcom. Aujourd’hui, la quasi-totalité de son chiffre d’affaires est réalisée à l’international avec les taïwanais Asus et HTC, les chinois Huawei et ZTE ou l’américain Cisco… Ce sont ses clients qui ont justement permis à Sequans des déploiements locaux rapides. Comme le raconte le PDG, il a été difficile de faire comprendre en Asie et aux États-Unis, pays du high-tech par excellence, que les Français aussi sauraient faire du silicium et qu’ils n’excellaient pas uniquement dans les parfums et les produits de luxe. « Nous sommes présents dans onze pays avec des employés de 37 nationalités, précise-t-il. C’est la nature des sociétés d’aujourd’hui. Vous êtes obligés d’être global même avec un effectif de 50 personnes. »

Aux États-Unis, Sequans s’attache surtout au support et au marketing local. Mais en Asie, l’entreprise a tenu à disposer d’une équipe pour superviser la fabrication de ses produits. Comme tous les designers de puces, elle se consacre en effet uniquement à la conception des systèmes et en soustraite la fabrication. En l’occurrence, ses puces sortent des usines du taïwanais TSMC, où elles sont habillées pour une intégration dans des systèmes complets et testées. « Nous allons nous étendre prochainement au nord de Singapour et en Chine, pour répartir les risques », précise Eddy Tang, vice-président des opérations industrielles. Le singapourien gère une équipe de six personnes qui s’occupe localement de la fabrication et de la logistique.

La vitrine de l’Expo de Shanghai

C’est sans doute cette combinaison de présence à l’international et d’expertise technologique qui a permis à Sequans de frapper son premier grand coup commercial en 2010. Il a équipé en puces LTE les clés USB de l’opérateur China Mobile lors de sa démonstration de 4G mobile à l’Exposition universelle de Shanghai. Un an plus tôt, alors que la technologie était encore balbutiante, le français avait répondu au cahier des charges du premier opérateur chinois. Un seul concurrent en face de lui : Innofidei, un chinois. Après un an de travail acharné, et sans aide financière de l’opérateur, c’est pourtant Sequans qui l’emporte. À l’accueil des bureaux de La Défense, dans une vitrine où sont exposés tous les modèles de puces du français, une lettre signée du patron de China Mobile trône désormais en bonne place. « Une lettre de remerciements », insiste fièrement Georges Karam. Le patron est bel et bien en passe de réaliser son rêve. Celui d’un ingénieur. « Je veux pouvoir me dire “j’avais une idée et je l’ai réalisée”. Maintenant, quand je rentre dans un café, je peux dire à ma fille : “tu vois le téléphone qui est là-bas, il y a une puce Sequans dedans”. »

Source: http://www.usinenouvelle.com/article/sequans-la-start-up-qui-seduit-wall-street.N153461

Benjamin Emsallem et Nathaniel Boukobza, deux jeunes nouveaux immigrants résidant à Tel Aviv, sont à l’origine de la start-up "Beacon Watcher". Cette nouvelle technologie emploie des beacons, ces petites bornes Bluetooth très en vogue qui permettent de recevoir des messages instantanés sur votre téléphone mobile, dès lors que vous passez à proximité. Cette technologie, si elle reste très sim...

JSS News | High-Tech

Au début du mois d’octobre, l’Anti-Defamation League a publié une liste des « meilleures pratiques » pour lutter contre la propagande haineuse sur Internet. Sobre et sérieuse, elle comprend des suggestions comme « Partager les connaissances et aider à développer des matériaux et des programmes éducatifs qui encouragent la pensée critique tant dans l’activité en ligne proactive que réactive » et...

Times of Israel | High-Tech

Le secteur des Jeux sur Réseaux Sociaux est en ébullition. Ainsi, pas une semaine ne se passe sans une annonce fracassante et qui attire l'attention des investisseurs du monde entier. Cette fois-ci c'est le secteur israélien du "social gaming" (peu connu des non-initiés) qui est concerné. Pour $100 Millions la startup Diwip (Israël) lancée il y a à peine quatre ans passe dans les mains d'une fi...

Eyal Cohen-Solal | High-Tech

L’application WisePhone, développée par une start-up israélienne du même nom, transforme les smartphones en un téléphone simple à l’emploi, afin d’en simplifier l’utilisation par les seniors, les enfants ou les malentendants. L’application prend contrôle du système Android et ne retient que les fonctions essentielles, éliminant toutes les sophistications qui compliquent souvent leur utilisation...

Joe Lasker (Silicon Wadi) | High-Tech

"Regardez cette appli créée par Code4HK pour la coordination d'OCCUPY CENTRAL !" Voici le message que des manifestants hongkongais ont reçu via l'application WhatsApp, raconte un article du New York Times. Sauf que Code4HK, un groupe de programmateurs qui met son savoir-faire numérique au service du mouvement Occupy Central, dément être à l'origine de cette application, qui se trouverait en réa...

IsraelValley Desk | High-Tech

Alain Juillet, président du Club des directeurs de sécurité des entreprises, fut le directeur du renseignement de la DGSE entre 2002 et 2003, puis le responsable de la cellule Intelligence Economique à Matignon jusqu’en 2009. L’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (Anssi) a-t-elle les moyens de ses ambitions ? A la base, l’agence était faite pour sécuriser les commun...

IsraelValley Desk | High-Tech

Le manque d’encadrement est très certainement l’une des premières causes de l’échec scolaire. Ainsi, les élèves qui peinent à s’adapter au système éducatif ont généralement besoin d’un suivi plus régulier et d’une aide plus personnalisée que leurs camarades de classe. Top Group Solution Source Ltd. est une start-up spécialisée dans le développement d’applications web, dont l’une d’entre elle...

IsraelValley Desk | High-Tech

La start-up israélienne Ino Vision Ltd. à mis au point « Seatylock », une selle de vélo qui se transforme facilement en un antivol ultra résistant de 1 mètre de long. Avec Seatylock, vous ne vous préoccupez plus de savoir où mettre votre antivol, ce dernier fait partie intégrante de votre vélo. Seatylock est une selle adaptable à tous les modèles de vélo. Après une installation simple, Seatyloc...

Cool Israel | High-Tech

Les scientifiques du monde entier qui se démènent pour trouver un traitement contre le virus Ebola se tournent vers les plantes de tabac qui permettraient de synthétiser les anticorps du vaccin. Et cela signifie qu’ils vont probablement se tourner vers la compagnie israélienne CollPlant, une entreprise pionnière dans le développement de protéines recombinées grâce aux plantes de tabac. Même ...

Times of Israel | High-Tech

La start-up israélienne PlayBuzz qui appartient au fils d’Ehoud Olmert, a été classée deuxième mondiale en termes de partage de contenu, de « like » et de commentaires sur Facebook en septembre 2014. Le site basé à Tel-Aviv a accumulé 7.600.000 de partages sur Facebook, venant en deuxième position derrière le Huffington Post avec 9,4 millions. BuzzFeed a terminé troisième avec 6.200.000 part...

JSS News | High-Tech

Développée par un français, l’application arrive à Paris après New-York en 2012, et une implantation à Londres et à Tel-Aviv en 2013. Wingit fonctionne comme un réseau social et culturel, pour dénicher à la dernière minute les événements près du lieu où se trouve l’utilisateur. Selon Frenchweb.fr (Copyrights) : "En février 2014, Wingit a bouclé une première levée de fonds pour un montant de ...

IsraelValley Desk | High-Tech

Selon Deutsche Welle, les entrepreneurs israéliens du high-tech sont fortement attirés par la capitale allemande en raison notamment d'un accès facile au marché européen et au faible coût de la vie. "Nous avons réalisé que l'Allemagne a un potentiel énorme, et contrairement aux États-Unis, nous n'avons presque pas de concurrents» explique Moshe Bar-Oz, fondateur de ShopEat, une start-up israéli...

Avner Myers | High-Tech

IBM est à la recherche de start-ups israéliennes pour développer la prochaine génération d’applications « qui pensent », donc d’ordinateurs qui utilisent l’intelligence artificielle et les algorithmes d’apprentissage. Israël, a déclaré Dror Pearl, le chef de l’unité Global Technology d’IBM Israël (GTU), s’est révélé une source importante pour une partie de cette technologie cognitive et IBM ...

Times of Israel | High-Tech

Dans un Moyen-Orient déchiré par les conflits et les atrocités confessionnelles, à Nazareth existe un lieu unique, NAZTECH, premier accélérateur technologique où entrepreneurs chrétiens, musulmans et juifs travaillent ensemble pour aider des citoyens arabes israéliens à créer leurs start-ups. Durant 5 mois, les entrepreneurs sélectionnés bénéficient d’une formation complète incluant le mentorin...

Zoé Kauffman | High-Tech

Selon une étude récente effectuée par un groupe de réflexion californien, les hommes hautement diplômés travaillant dans la Silicon Valley gagnent en moyenne 73% de plus que les femmes à qualification équivalente. Ceci n'est absolument pas le cas en Israël où les femmes gagnent 20 à 30% en moins que les hommes dans le secteur du hightech. Selon (1) : "Microsoft a rapporté plus tôt cette anné...

Eyal Ganim (Rehovot) | High-Tech