Aug 22

ISRAELVALLEY - EMBOUTEILLAGES DE SURFEURS SUR LES PLAGES D'ISRAËL ? PAS ENCORE, MAIS CELA VA VENIR.

Authors picture

Youval Barzilaï (Tel-Aviv) | Économie

Headline image

En France le Surf devient de plus en plus populaire. En Israël aussi. Sur les plages du pays on peut observer, de manière de plus en plus fréquente, des jeunes alignés face à leurs moniteurs. Ils apprennent les rudiments de ce sport. Des nouveaux sites en hébreu naissent tous les mois.

Une forte culture du Surf existe autour de Tel-Aviv, Rishon et Eilat. De nombreux champions de surf ont popularisés cette activité qui fait rêver. L’an dernier Israël a participé au World Championship Tour organisé par l’Association des surfers professionnels (ASP) qui est le championnat du monde de surf réunissant les meilleurs surfeurs professionnels. Il est constitué d’une série de 11 épreuves pour les hommes et de 8 pour les femmes, réparties sur l’ensemble du globe (Australie, Chili, Afrique du Sud, Fidji, Tahiti, France, Espagne, Brésil, Hawaii et États-Unis).

EN FRANCE
Selon l’AFP (1) : "Le surf affiche sa croissance insolente en France depuis 4-5 ans, séduisant tous âges et milieux, au point de créer des embouteillages sur les vagues d’été en Bretagne et sur toute la côte Atlantique : prémice d’une saturation à venir ? Dans l’eau à Lacanau, où s’est déroulée le week-end dernier la 33e édition du Lacanau surf pro, Moliets, Messanges, le spectacle se répète : des cohortes d’enfants, d’adolescents, en lycras fluos “d’élèves” encadrés d’un moniteur, barbotent au premier jour, se dressent sur la planche au deuxième, et s’offrent une glisse décente en fin de semaine.

“L’été prochain, je m’y mets aussi. J’aime l’idée d’un jour surfer avec lui”, explique Emmanuel Soules, 33 ans, vacancier de Bretagne qui voit avec un peu d’envie son petit Paul, 6 ans, se faire culbuter par les vagues de Lacanau, et en redemander hilare.
L’Aquitaine comptait 90 écoles de surf en 2011, selon le comité régional de surf : 20% de plus qu’en 2010, et moins qu’en 2012. Leur explosion donne la mesure de l’essor, bien plus que le nombre de licenciés (10.600) d’un sport par nature associé aux pratiquants “libres” (au moins 150.000).

14 clubs de surf en Bretagne, 2e région de France en nombre de licenciés
“Ca bouchonne dans les mousses”
“Ca se démocratise vitesse grand V, ça va devenir comme le ski. Ce ne sont que les prémices, ça va exploser”, prédit Cyril Redon, président du nouveau syndicat d’écoles de surf SNESF. “C’est une bonne nouvelle pour la discipline, mais maintenant il faut qu’on encadre”. Car par endroits “ça bouchonne dans les mousses” (rouleaux de bord), déclare Arnaud Darrigade, conseiller technique fédéral des Landes.

Concurrence des “surf camps”
“Ces cinq dernières années, la croissance a été exponentielle”, affirme Laurent Rondi, président du doyen des clubs de Gironde. “Ca peut à terme poser des problèmes de place, de sécurité, de qualité d’encadrement”. “Nous avons déjà des clients qui commencent à s’en plaindre”, ajoute Redon, dont un grief est la (libre) concurrence de “surf camps” étrangers, qui viennent investir tout l’été un bout de spot.

Image “cool”
Pour expliquer l’attrait du surf, parents et éducateurs citent une multitude de raisons : image “cool”, mode surfwear, écho de champions qui sort peu à peu d’un monde d’initiés, aura d’un sport “nature”, indissociable d’une éducation de la mer, de l’environnement. “On commence à voir des gamins avec de bonnes attitudes spontanées”, dit Darrigade, “qui ramassent sur la plage des déchets qui ne sont pas les leurs, pour les jeter”.

“Le ski s’était démocratisé par le bas: au départ un peu aristo, gagnant les classes moyennes, puis populaires”, se souvient Redon. Le surf par contre, "c’était jadis l’image des “beach bums”, “glandeurs des plages” qui passaient leur temps à surfer. Et là, ça récupère tout le monde".

Impossibilité d’agrandir une vahue
Les planches modernes, plus légères, stables et indulgentes avec le débutant, facilitent l’essor. Et les sensations, garanties pour peu qu’on persévère, assurent la fidélisation. Mais plus d’un spécialiste de ce loisir s’inquiète des étés à venir si la courbe de croissance se poursuit : “Si on peut ajouter une piste à une station de ski, on ne peut pas agrandir une vague ou un banc de sable”, dit Redon.

L’avenir dans des piscines à vagues …
Reste au moins à contrôler la croissance : les municipalités, comme déjà au Pays basque ou dans les Landes, peuvent édicter le partage de l’espace sur leur sable et les clubs s’ancrer comme gardiens des règles, en prônant une certaine éthique. Au-delà, la solution au problème d’espace viendra, qui sait, de la généralisation de piscines à vagues, voire de projets fous comme la piscine à vague circulaire et infinie, sur laquelle planche le “King” Kelly Slater (11 titres mondiaux).

L’océan autorégule
D’ici là, la côte Aquitaine et ses 250 km recèle encore des vagues non saturées, tempère le milieu. A fortiori hors saison, si l’on est prêt à marcher quelques kilomètres, et à se lever tôt. Et puis l’Océan autorégule, sourit Rondi: “quand c’est gros (les vagues), il opère sa sélection naturelle”, car plus personne ne va à l’eau".

Source: (1) http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/surf-embouteillage-sur-les-vagues-20-08-2012-1812568.php

A l'Export Institute d'Israël, comment procédez vous au choix d'un domaine d'intérêt ? Ofer Sachs. Nous n'essayons pas de balayer une branche voire un domaine spécifique afin de le comparer à un autre. Au demeurant, nous n'intervenons que lorsqu'il y a concomitance d'un besoin qui se profile, dans une branche certes considérée comme intéressante, relativement à une offre assortie de la dispo...

C.Serfaty, C.Trigano, D Dinai. | Économie

33 millions de beignets (soufganiot) vendus en huit jours : ce marché immense donne lieu à une concurrence acharnée entre les commerces d’Israël. La soufgania (au pluriel soufganiot) est le beignet traditionnel dont raffolent les Israéliens durant Hanouca. La fête de Hanouca, qui a démarré mardi soir et qui se poursuivra pendant huit jours, est toujours l’objet d’un débat public en Israël...

Jacques Bendelac | Économie

La Plupart des Ménages Israéliens Dépensent plus qu'ils ne Gagnent. Seulement 20% d'entre eux feraient des économies et ne vivraient pas à découvert. Selon un rapport publié ce mardi par le Centre Taub spécialisé dans les études sociales, la plupart des ménages israéliens ont dépensé plus que ce qu'ils gagnaient en 2011 et 2012. Les juifs non-orthodoxes ont dépensé en moyenne 864 shekels par mo...

Avner Myers | Économie

Le nouveau rapport de la Sécurité sociale révèle la sortie de 96.000 Israéliens de la pauvreté en 2013: renversement de tendance ou baisse passagère? La bonne nouvelle de l’année est apportée par le rapport annuel de la pauvreté que la Sécurité sociale a publié hier à Jérusalem; pour la première fois depuis des années, la pauvreté recule en Israël. S’il est encore trop tôt pour dire s’il s...

Jacques Bendelac | Économie

Nul ne saura jamais si le projet de Yaïr Lapid de supprimer la TVA de 0 % aurait été viable. Les premiers à s’insurger furent les économistes. On se souvient du choc que causa la démission d’un directeur du Budget : désavoué par l’un de ses hauts fonctionnaires, le tout nouveau promu ministre des Finances venait de recevoir son premier désaveu. Lequel – déchu de ses fonctions par le Premier min...

David Jortner (Hamodia) | Économie

Le Prof. Yossi Matias de l’Ecole des sciences de l’informatique de l’Université de Tel-Aviv, directeur général du centre de R &D de Google en Israël a été nommé vice-président de Google. Il sera à la tête des efforts de recherche de l’équipe de la société au niveau mondial, tout en continuant de diriger son Centre de R &D en Israël. “Google a fait de gros progrès depuis les dix liens bleus q...

Dr S. Cohen-Wiesenfeld | Économie

Après des études en finance et un début de carrière dans des banques en France, Jonathan Taieb quitte la France pour Israël. Passionné par le monde de la finance et partant du principe que tout est possible, il cofonde, Winigood, premier acteur de P2P Lending (plateforme internet permettant le prêt entre particuliers) en Israël. Il crée et dirige ensuite une société de High Tech spécialisée ...

Anael Dahan | Économie

Le gouvernement israélien se lance dans une "économie électorale". Enjeu: s’attirer les faveurs de l’électorat par largesses et promesses infondées. Depuis la proclamation des élections anticipées en mars prochain, le chef du gouvernement israélien, Benyamin Netanyahou, multiplie les promesses dont beaucoup répondent aux impératifs d’une « économie électorale ». Son objectif : se faire rééli...

Jacques Bendelac | Économie

Le second groupe agroalimentaire d’Israël va réaliser en 2014 des profits importants grâce surtout à la vente de café et du houmous. Strauss contrôle 12% du marché israélien de l’agroalimentaire. Ses produits phares sont le café et les salades préparées, dont le célèbre houmous. En 2014, le groupe Strauss a dû l’essentiel de la croissance de ses ventes aux marchés étrangers, notamment au B...

Jacques Bendelac | Économie

New-York où Tel Aviv ? Un mouvement qui semble de l'ampleur ? Les groupes industriels israéliens qui snobaient la bourse de Tel Aviv semblent y revenir. Ce serait le cas pour Ormat (une capitalisation boursière de 1,2 milliards de dollars. Ormat emploie 1 100 personnes, dont 600 aux Etats-Unis et est présent dans 24 pays. Sa technologie est protégée par au moins 82 brevets. Times of Israe...

Dan Rosh (Paris) | Économie

En 2014, l’économie israélienne était toujours dominée par 32 groupes industriels et financiers ; ceux-ci contrôlent plus de 2.500 firmes du pays. La commission anti-trust mise en place en 2013 pour réduire l’influence des monopoles dans l’économie israélienne vient de publier une liste exclusive : il s’agit de 32 groupes industriels et financiers qui contrôlent l’immense majorité de l’écon...

Jacques Bendelac | Économie

L’arène telavivienne change de sponsor ; l’assureur israélien Menorah payera 20 millions de shekels en huit ans pour que l’arène porte son nom. "Out" la « Nokia Aréna », "In" la “Menorah Aréna” : les israéliens devront s’habituer au nouveau nom qui désignera la célèbre salle omnisports de Tel Aviv. Ainsi en a décidé la municipalité de Tel Aviv qui vient de signer un contrat avec la grande ...

Jacques Bendelac | Économie

Le stock d’investissements directs français en Israël est retombé à 250 millions de dollars en 2012, soit 0,3% des investissements étrangers en Israël. Le stock d’investissements directs étrangers (IDE) en Israël se montait à 74,4 milliards de dollars en 2012 ; c’est ce que révèle la dernière livraison de l’Annuaire de Statistiques que vient de publier l’Institut de la Statistique à Jérusa...

Jacques Bendelac | Économie

En Israël, les entreprises s’adaptent au renforcement du dollar face au shekel : certaines y gagnent, d’autres y laissent des plumes. Démonstration. Ces dernières semaines, un phénomène économique domine les échanges internationaux : le billet vert s’envole. En Israël aussi, le shekel s’affaiblit face au billet vert : certaines sociétés y gagnent, d’autres essaient de limiter les dégâts. ...

Jacques Bendelac | Économie

Israël est devenue la nation rêvée pour tout entrepreneur souhaitant créer une start-up. C’est aussi le pays où de plus en plus d’investisseurs étrangers souhaitent prendre part intégrante dans l’économie israélienne via l’investissement dans des start-ups. L’absence de relation et de confiance entre entrepreneurs et investisseurs sème leur rencontre d’embûches. Dans ce contexte, Audrey Cho...

Anael Dahan | Économie