Aug 19

ISRAELVALLEY - "ENTENTE" PAR LA MUSIQUE ENTRE ISRAËL ET L'IRAN ? LA CHANTEUSE ISRAELIENNE RITA, EN CHANTANT EN PERSAN FAIT UN CARTON EN IRAN.

Authors picture

IsraelValley Desk | Culture

Headline image

En chantant en persan, la langue de son enfance, la reine de la pop israélienne fait un énorme carton à Tel-Aviv, à New York et… à Téhéran. Du jamais vu. Elle peut en éprouver de la joie, la chanteuse la plus populaire d’Israël. Rita, celle qui a représenté le pays du lait et du miel à l’Eurovision en 1990, celle qui a prêté sa voix à l’héroïne de Disney Pocahontas pour la version en hébreu, celle qui a eu le privilège d’interpréter l’hymne israélien, Hatikva, pour le cinquantenaire de l’État hébreu, de donner un concert à la résidence officielle du chef de l’État, Shimon Pérès, en 2010, celle, en somme, à qui tout sourit depuis presque trente ans a réussi l’exploit de réconcilier, le temps d’un album, sa terre d’accueil et son pays natal, l’Iran.

Née à Téhéran en 1962, la petite Rita Yahan-Farouz a grandi avec des rêves de star plein les yeux. Elle a 8 ans quand, à la suite d’un incident à l’école impliquant sa soeur, ses parents décident de quitter le pays. Cap sur Tel-Aviv, la terre promise pour cette famille juive iranienne aux revenus modestes. Une terre où elle va pouvoir donner libre cours à ses passions, le chant et la scène, et entamer une carrière – qui sera jalonnée de récompenses – pour finalement entrer, à 50 ans, dans le club des divas – même si elle n’aime pas l’expression -, encore au sommet.

Alors que restait-il à accomplir pour cette femme épanouie, mère de famille, adulée pour sa musique en Israël et à travers le monde ? « Au départ, je voulais faire un disque de world music, raconte-t-elle à propos de son dernier album. Mais je me suis vite rendu compte que je ne choisissais que des chansons de mon enfance ou des mélodies que fredonnait ma mère, et cela a donné un album en persan. » Le premier.

La diva surprise

La suite de l’histoire, personne ne l’a vue venir. Son dernier disque, My Joys, sorti en décembre 2011, fait un carton non seulement en Israël, mais aussi au pays des ayatollahs, nonobstant la censure du régime. Que « Beegharar », « Shah Doomad » ou « Shane » passent sous leur forme originale ou revisités à la sauce électro, son interprétation du répertoire des plus grands artistes persans fait l’unanimité auprès de la jeunesse des deux nations. Du jamais vu jusqu’à présent. Il n’en fallait pas moins pour que Rita soit proclamée « ambassadrice de la paix entre Téhéran et Tel-Aviv » par nombre de fans et d’observateurs, à la grande surprise de l’intéressée.

Une unanimité qui vient à point nommé quand on connaît le climat de quasi-guerre froide dans lequel se trouvent les deux pays. Israël cherche toujours à obtenir le soutien de Washington concernant une série de frappes préventives contre des sites nucléaires iraniens, et le vice-Premier ministre israélien Moshe Yaalon affirmait encore il y a peu qu’au train actuel où allaient les choses « le moment de vérité sera[it] bientôt arrivé ». Le Guide suprême, Ali Khamenei, a quant à lui rétorqué que « la foudre s’abattrait sur la tête des Israéliens s’ils venaient à prendre les mauvaises décisions ».

Un pont

Conscients de l’imminence du danger, nombreux sont les anonymes qui tentent actuellement d’apaiser les tensions, notamment par l’intermédiaire de l’art, à l’image du collectif United4Iran, qui regroupe des artistes de tout le monde arabe, ou, plus récemment, via la campagne « We love you Iran », lancée par un designer israélien et propagée sur la Toile par ses compatriotes. Mais le phénomène Rita est d’une tout autre ampleur. C’est la première fois qu’un message pacifique relayé par une personnalité étrangère à la scène politique rencontre un tel écho en Israël, ce qui est évidemment dû à l’envergure médiatique de la chanteuse dans le pays.

Se réjouissant de représenter un terrain d’entente – le seul ? – pour les deux cultures chères à son coeur, Rita confiait lors d’un récent concert aux États-Unis (où son album est sorti en mars) que « la musique peut être un pont, quand bien même des régimes autoritaires construisent des murs entre nous ». Peut-on aussi y voir une allusion à un autre mur, bien réel celui-là ? Quoi qu’il en soit, la diva n’a pas fini de charmer les foules et d’adoucir les moeurs. Il se murmure même que, parfois, derrière les hautes enceintes du palais Sa’dabad, Mahmoud Ahmadinejad improvise quelques pas de danse sur les airs et la voix de la belle Rita.

Source: Jeuneafrique.com (Copyrights)

Les cérémonies officielles de Yom Hashoah débuteront ce soir en Israël et se termineront demain à la tombée de la nuit. Le jour de la Shoah commémore le génocide de près de 6 millions de Juifs par les nazis. À cette occasion, des sirènes retentissent dans le pays, invitant les Israéliens à se recueillir en silence pendant une minute. Soudain, tout s’arrête, on descend même de v...

IsraelValley Desk | Culture

Vrai? Faux? Une information assez étrange. Une sculpture de Menashe Kadishman plantée à Ramat Gan aurait un pouvoir pour accroître la fertilité des femmes. Le site de Ramat Gan attire un flot permanent de femmes qui souhaitent avoir des enfants. LE PLUS. Menashe Kadishman (né en Palestine mandataire le 21 août 1932, et mort en Israël le 8 mai 2015 (à 82 ans) est un plasticien, sculp...

Eyal Koren | Culture

La mimouna est une fête populaire observée depuis environ trois siècles par les communautés juives originaires d’Afrique du Nord au sortir du dernier jour de Pessa'h. Elle a pris une ampleur particulière en Israël, où elle atteint des proportions quasi nationales. Elle célèbre les retrouvailles entre voisins qui, au vu des nombreuses opinions et coutumes concernant l’interdictio...

IsraelValley Desk | Culture

“Israel Calling 2017” a permis pour la deuxième fois que la majorité des participants à Eurovision Song Contest puissent visiter Israël. Le projet est organisé en collaboration avec le Ministère des Affaires étrangères, le Ministère du Tourisme, le Ministère de Jérusalem et du Patrimoine, le Fonds National Juif, les Entreprises de StandWithUs et les municipalités de Herzliya ...

IsraelValley Desk | Culture

Un article du Grand Rabbin de France. "Pessah nous permet de nous remémorer notre sortie d’Egypte, le retour pour les Hébreux de la liberté et la naissance du peuple juif. C’est aussi le temps où le cœur endurci de Pharaon et de son peuple ne peut plus trouver de prétexte afin de justifier les plaies qui les frappent. La vérité enfin apparaît pour eux et s’accomplit alors la p...

Haïm Korsia (AJ) | Culture

Des statistiques publiées à la veille de Pessah (ce soir premier jour) montrent qu'environ 92 % des foyers juifs israéliens vont fêter le seder de Pessah, 80 % ne vont pas manger de pain pendant cette semaine et 60 % ne vont manger que des produits cacher pour Pessah. A SAVOIR. FIN DE PESSAHE. CELEBRATION, LA MIMOUNA. En Israël, la Mimouna est devenue une fête pour tous et de nombreu...

Ilan Kotel (Tel Aviv) | Culture

SPECIAL WEEK-END. Boulangerie Abulafia. Située au coeur du vieux Jaffa, la boulangerie Abulafia est un arrêt obligé pour se restaurer en ce milieu de journée, que ce soit pour un de ses immenses bagels garnis de fromages, d'olives, d'oeufs et de légumes ou pour un délicieux pita au zaatar, un mélange de thym, de sumac et de sésame. Ces denrées sont toujours fraîchement sorties du four...

IsraelValley Desk | Culture

SPECIAL WEEK-END. Un schnitzel? Si les Israéliens et les Palestiniens sont connus pour leurs excellents falafels et shawarmas, le sandwich au schnitzel, une escalope de poulet panée, est un autre classique telavivien. On le déguste dans un pita ou une baguette, agrémenté de marinades, d'houmous, de tahini ou d'une sauce aux aubergines. Albert's Schnitzel 59, rue Ben Yehuda LE PLUS. ...

IsraelValley Desk | Culture

Depuis le 13eme siècle, un décret religieux interdit aux juifs ashkénazes de manger du riz, des légumes secs et du maïs pendant la semaine de pessah, la pâque juive. Etrangement, le cannabis est aussi considéré comme faisant partie de ce groupe d'aliments traditionnellement interdits. Or juste avant le début de pessah de 2016, un rabbin orthodoxe en Israël a déclaré que fumer ou ...

IsraelValley Desk | Culture

Dans quelques jours, les Schtroumpfs costaud, maladroit et à lunettes partirons à la recherche d'un mystérieux village en compagnie de la Schtroumpfette, comme les bandes-annonces et affiches nous l'ont clairement fait comprendre. Sauf à Bnei Brak, enclave ultra-orthodoxe en périphérie de Tel Aviv (Israël), où le seul personnage féminin des bandes-dessinées créées par Peyo a dé...

IsraelValley Desk | Culture

Maintenant que vous avez travaillé dur pendant ces dernières semaines pour préparer la fête de Pessa’h, le moment est venu de profiter de la Fête de la Liberté avec famille et amis, autour de la table du Seder. Evidemment, servir le meilleur tout au long de la soirée implique de savourer de grands crus et de savourer chaque gorgée, de la première coupe à la dernière. Les Sages ...

Par Ken Stephens | Culture

Enfin, le Nobel de littérature a été remis à son lauréat surprise d’octobre dernier. Après des mois de suspense, Bob Dylan a finalement reçu samedi à Stockholm son prix lors d’une rencontre à huis clos avec les académiciens suédois qui l’ont distingué pour sa poésie. Thomas Mann, Albert Camus, Samuel Beckett, Gabriel Garcia Marquez ou Doris Lessing : à 75 ans, il est le p...

IsraelValley Desk | Culture

Au sentier à Paris un commerçant chinois va voir son voisin Élie pour se plaindre qu'il s'est encore fait cambrioler pour la 37ème fois ce trimestre alors que tous les autres commerçants juifs eux presque pas. Élie le console comme il peut et lui dit: - Mais qu'est ce que je peut faire pour toi ? En quoi puis je t'aider ? Le chinois répond : - Tu me vends Mezouza ! Il faut Me...

IsraelValley Desk | Culture

La station de radio WDR (West Deutscher Rundfunk) m’a interrogée sur ma relation avec Tel-Aviv. Relation est le mot exact, car entre Tel-Aviv et moi c’est devenu le grand amour, ce qui n’exclut pas les moments de ras le bol. Ce n’est pas par hasard que j’ai quitté cette ville pendant presque trois ans. D’ailleurs, je ne suis pas tout de suite tombée sous le charme. Contrairem...

IsraelValley Desk | Culture

Au sein de mes activités et celle de directrice du Technion France, l’intelligence émotionnelle est primordiale. Réunir la France et Israël, 2 écosystèmes, 2 cultures, tout deux aux bords de la méditerranée par le facteur humain est majeur car celui-ci est basé sur la confiance et l’éthique. L’aspect « relation interhumain » est une force d’inspiration, dont l’empathie ...

MurielTouaty | Culture