Aug 19

ISRAELVALLEY - "ENTENTE" PAR LA MUSIQUE ENTRE ISRAËL ET L'IRAN ? LA CHANTEUSE ISRAELIENNE RITA, EN CHANTANT EN PERSAN FAIT UN CARTON EN IRAN.

Authors picture

IsraelValley Desk | Culture

Headline image

En chantant en persan, la langue de son enfance, la reine de la pop israélienne fait un énorme carton à Tel-Aviv, à New York et… à Téhéran. Du jamais vu. Elle peut en éprouver de la joie, la chanteuse la plus populaire d’Israël. Rita, celle qui a représenté le pays du lait et du miel à l’Eurovision en 1990, celle qui a prêté sa voix à l’héroïne de Disney Pocahontas pour la version en hébreu, celle qui a eu le privilège d’interpréter l’hymne israélien, Hatikva, pour le cinquantenaire de l’État hébreu, de donner un concert à la résidence officielle du chef de l’État, Shimon Pérès, en 2010, celle, en somme, à qui tout sourit depuis presque trente ans a réussi l’exploit de réconcilier, le temps d’un album, sa terre d’accueil et son pays natal, l’Iran.

Née à Téhéran en 1962, la petite Rita Yahan-Farouz a grandi avec des rêves de star plein les yeux. Elle a 8 ans quand, à la suite d’un incident à l’école impliquant sa soeur, ses parents décident de quitter le pays. Cap sur Tel-Aviv, la terre promise pour cette famille juive iranienne aux revenus modestes. Une terre où elle va pouvoir donner libre cours à ses passions, le chant et la scène, et entamer une carrière – qui sera jalonnée de récompenses – pour finalement entrer, à 50 ans, dans le club des divas – même si elle n’aime pas l’expression -, encore au sommet.

Alors que restait-il à accomplir pour cette femme épanouie, mère de famille, adulée pour sa musique en Israël et à travers le monde ? « Au départ, je voulais faire un disque de world music, raconte-t-elle à propos de son dernier album. Mais je me suis vite rendu compte que je ne choisissais que des chansons de mon enfance ou des mélodies que fredonnait ma mère, et cela a donné un album en persan. » Le premier.

La diva surprise

La suite de l’histoire, personne ne l’a vue venir. Son dernier disque, My Joys, sorti en décembre 2011, fait un carton non seulement en Israël, mais aussi au pays des ayatollahs, nonobstant la censure du régime. Que « Beegharar », « Shah Doomad » ou « Shane » passent sous leur forme originale ou revisités à la sauce électro, son interprétation du répertoire des plus grands artistes persans fait l’unanimité auprès de la jeunesse des deux nations. Du jamais vu jusqu’à présent. Il n’en fallait pas moins pour que Rita soit proclamée « ambassadrice de la paix entre Téhéran et Tel-Aviv » par nombre de fans et d’observateurs, à la grande surprise de l’intéressée.

Une unanimité qui vient à point nommé quand on connaît le climat de quasi-guerre froide dans lequel se trouvent les deux pays. Israël cherche toujours à obtenir le soutien de Washington concernant une série de frappes préventives contre des sites nucléaires iraniens, et le vice-Premier ministre israélien Moshe Yaalon affirmait encore il y a peu qu’au train actuel où allaient les choses « le moment de vérité sera[it] bientôt arrivé ». Le Guide suprême, Ali Khamenei, a quant à lui rétorqué que « la foudre s’abattrait sur la tête des Israéliens s’ils venaient à prendre les mauvaises décisions ».

Un pont

Conscients de l’imminence du danger, nombreux sont les anonymes qui tentent actuellement d’apaiser les tensions, notamment par l’intermédiaire de l’art, à l’image du collectif United4Iran, qui regroupe des artistes de tout le monde arabe, ou, plus récemment, via la campagne « We love you Iran », lancée par un designer israélien et propagée sur la Toile par ses compatriotes. Mais le phénomène Rita est d’une tout autre ampleur. C’est la première fois qu’un message pacifique relayé par une personnalité étrangère à la scène politique rencontre un tel écho en Israël, ce qui est évidemment dû à l’envergure médiatique de la chanteuse dans le pays.

Se réjouissant de représenter un terrain d’entente – le seul ? – pour les deux cultures chères à son coeur, Rita confiait lors d’un récent concert aux États-Unis (où son album est sorti en mars) que « la musique peut être un pont, quand bien même des régimes autoritaires construisent des murs entre nous ». Peut-on aussi y voir une allusion à un autre mur, bien réel celui-là ? Quoi qu’il en soit, la diva n’a pas fini de charmer les foules et d’adoucir les moeurs. Il se murmure même que, parfois, derrière les hautes enceintes du palais Sa’dabad, Mahmoud Ahmadinejad improvise quelques pas de danse sur les airs et la voix de la belle Rita.

Source: Jeuneafrique.com (Copyrights)

Le photographe français expose le projet “This Place” au Musée d'Art de Tel-Aviv. Si l'ambition est d'explorer la complexité d'Israël et de la Cisjordanie sans approche idéologique, la dimension politique n'est jamais très loin. Pendant un quart de siècle, Frédéric Brenner a promené son objectif sur la diaspora juive aux quatre coins du monde. A partir de 2006, le photographe français conçoi...

Nathalie Hamou (Telerama) | Culture

Interview exclusive d'Ariane Bois - Critique littéraire et Reporter spécialisée en sujets de société. A l'occasion de la Table ronde exceptionnelle "Ecrire la Guerre: Rencontre d'Ecrivains" qui aura lieu le 14 mai à 9 h à l'Université de Tel Aviv, Ariane Bois a accepté de donner une interview à IsraelValley. *1. Pouvez-vous me parler de votre parcours professionnel ?* « Après des études l...

Magali Allouche | Culture

Les frères Coen : Coprésidents du Jury du Festival de Cannes. Les lauréats de la Palme d'or du Festival de Cannes 1991 pour Barton Fink, partageront cette année la Présidence du Jury du 68e Festival de Cannes. En effet, les frères Coen, très proches du Festival, à l'instar des frères Dardenne, ont vu 8 de leurs longs métrages sélectionnés en compétition. Pour rappel, ils ont gagné, dans le cadr...

Magali Allouche (Tel Aviv) | Culture

Interview – Lisa Raduszynski. C'est presque par hasard que Lisa Raduszynski va jouer son spectacle « Dans 2 minutes...j'suis au top ! » à Tel Aviv. Elle a en effet la chance de profiter de ses vacances dans "la ville qui ne dort jamais" pour jouer, sur la scène du café Bialik le lundi 4 mai à 20h30, son one woman show déjà bien rodé. Elle l'a créé il y a 4 ans et le joue régulièrement au Théâtr...

Magali Allouche (Tel Aviv) | Culture

De nombreux israéliens assisteront au pèlerinage de la Ghriba, en Tunisie (6 et 7 mai). Selon Perez Trabelsi, le Président de la communauté juive de Djerba des israéliens, Canadiens, Francais ont bien confirmé leur présence, Plus de 3000 personnes au total sont attendues durant le pélérinage.(Quoide9israel) Selon un site Tunisien directinfo.webmanagercenter.com : "Les préparatifs sécuritair...

D.I. | Culture

La veille de Yom Hatsmaout a lieu Yom Hazikaron, jour de recueillement où l'on commémore les soldats morts pour la création puis la défense de l'Etat d'Israël. Les commémorations du Yom Hazikaron débuteront ce soir à 20h00 à la mémoire des 23 320 soldats tombés au combat. Cette année, Israël honorera la mémoire de 116 victimes supplémentaires, dont 73 soldats et civils tués l’été dernier,...

Raphael Levin (Tel Aviv) | Culture

Pour Pessah, il y a trois ans de cela, beaucoup d'israéliens étaient tombés sous le charme du Président américain. Ce dernier avait célébré le Seder avec ses enfants à la Maison Blanche. Cette année, les israéliens, qui critiquent comme jamais la politique du président américain sur le dossier de l'Iran, ne s'intéressent pas du tout à Obama et "son" Seder qui selon la presse israélienne "ressem...

Amir Ganem (Tel Aviv) | Culture

Souci pour McDo Israël. Comment rentabiliser un restaurant sachant que durant une semaine, pour la fête de Pessah, le pain est strictement interdit ? La firme a donc innové. Durant les fêtes de Pessah des McDo livrent des hamburgers "spéciaux" sans pain mais avec du pain azyme. Avec 8 millions d'habitants le pays figure parmi les petits pays de McDo. Le chiffre d'affaires de la firme en Isra...

Ilan Golani | Culture

Les israéliens ont "oublié" d'inventer une technique ingénieuse. Selon (1) : "Et si on pouvait récolter le miel des abeilles sans les déranger dans leur habitat ni risquer de se faire piquer ? Deux apiculteurs australiens ont mis au point une méthode innovante de récolte automatique, qu’ils baptisent la « ruche à robinet ». Le principe : extraire le miel grâce à des alvéoles artificielles i...

IsraelValley Desk | Culture

Alors que la campagne électorale israélienne bat son plein, “Eretz Nehederet” l’émission satirique diffusée en prime time sur la deuxième chaîne du pays n’épargne aucun candidat. Pour beaucoup d’Israéliens, c’est le premier épisode de la dernière saison qui a réellement lancé la campagne électorale. Selon les producteurs, cette émission a d’ailleurs réalisé 30 % d’audimat et attiré 1,1 mill...

Marie Pasquier (Coolisrael) | Culture

Durant Pourim, il est de coutume de manger des pâtisseries triangulaires, les hamantaschen ("Poches de Haman") en Yiddish et oznei Haman ("Oreilles de Haman") en Hébreu. Il s'agit de pâtes étalées, coupées en rond et fourrées de grains de pavot, avant d'être emballées dans une forme triangulaire, le pavot étant apparent ou non. Plus récemment, le pavot a été remplacé par des prunes, dattes,...

IsraelValley Desk | Culture

Ariel Hirschfeld et Avner Holzman disqualifiés pour "leurs positions anti-sionistes" selon le Premier ministre Deux membres du jury pour le Prix d'Israël dans la mention littérature ont été disqualifiés lundi par le Bureau du Premier ministre. Les professeurs Avner Holtzman et Ariel Hirschfeld ont été disqualifiés, provoquant une tempête dans la communauté littéraire de sorte qu'en signe de ...

i24News | Culture

Marina Torre, à Jérusalem : "L'attentat perpétré dans les locaux de Charlie Hebdo retentit avec un écho tout particulier à Jérusalem, la ville sacrée des trois religions monothéistes. Le dessinateur israélien Michel Kichka évoque l'onde de choc que l'événement a provoqué dans sa profession. ''La liberté d'expression attaquée", c'est le titre qui barre la Une. En regard, le dessin d'un avion...

Marina Torre, à Jérusalem (La Tribune) | Culture

Le premier Palace au monde, l'Hotel de Paris à Monaco (créé en 1854), vendra tous ses meubles le 25 janvier prochain. De nombreux israéliens, riches comme Crésus, feront le déplacement. Ils achèteront des lustres, tables, miroirs. Cette vogue d'achats de mobiliers d'Hôtels est très forte dans les milieux les plus riches du pays. Challenges (Copyrights) : "Churchill, Colette, Gary Grant et Ch...

Ilana Dreyfus | Culture

Pour les amateurs de danse classique, la Compagnie de Ballet Classique de Moscou, fondée par Nathalie Kasatkina et Vladimir Vasilyov, arrive en Israël en février prochain avec son spectacle « Spartacus », un ballet d’Aram Khachaturian. Kasatkina et Vasilyov, qui sont tous les deux diplômés du prestigieux théâtre Bolshoi, ont travaillé avec les meilleurs danseurs du monde, dont Mikhail Barys...

Maelle Lassy | Culture