Aug 19

ISRAELVALLEY - "ENTENTE" PAR LA MUSIQUE ENTRE ISRAËL ET L'IRAN ? LA CHANTEUSE ISRAELIENNE RITA, EN CHANTANT EN PERSAN FAIT UN CARTON EN IRAN.

Authors picture

IsraelValley Desk | Culture

Headline image

En chantant en persan, la langue de son enfance, la reine de la pop israélienne fait un énorme carton à Tel-Aviv, à New York et… à Téhéran. Du jamais vu. Elle peut en éprouver de la joie, la chanteuse la plus populaire d’Israël. Rita, celle qui a représenté le pays du lait et du miel à l’Eurovision en 1990, celle qui a prêté sa voix à l’héroïne de Disney Pocahontas pour la version en hébreu, celle qui a eu le privilège d’interpréter l’hymne israélien, Hatikva, pour le cinquantenaire de l’État hébreu, de donner un concert à la résidence officielle du chef de l’État, Shimon Pérès, en 2010, celle, en somme, à qui tout sourit depuis presque trente ans a réussi l’exploit de réconcilier, le temps d’un album, sa terre d’accueil et son pays natal, l’Iran.

Née à Téhéran en 1962, la petite Rita Yahan-Farouz a grandi avec des rêves de star plein les yeux. Elle a 8 ans quand, à la suite d’un incident à l’école impliquant sa soeur, ses parents décident de quitter le pays. Cap sur Tel-Aviv, la terre promise pour cette famille juive iranienne aux revenus modestes. Une terre où elle va pouvoir donner libre cours à ses passions, le chant et la scène, et entamer une carrière – qui sera jalonnée de récompenses – pour finalement entrer, à 50 ans, dans le club des divas – même si elle n’aime pas l’expression -, encore au sommet.

Alors que restait-il à accomplir pour cette femme épanouie, mère de famille, adulée pour sa musique en Israël et à travers le monde ? « Au départ, je voulais faire un disque de world music, raconte-t-elle à propos de son dernier album. Mais je me suis vite rendu compte que je ne choisissais que des chansons de mon enfance ou des mélodies que fredonnait ma mère, et cela a donné un album en persan. » Le premier.

La diva surprise

La suite de l’histoire, personne ne l’a vue venir. Son dernier disque, My Joys, sorti en décembre 2011, fait un carton non seulement en Israël, mais aussi au pays des ayatollahs, nonobstant la censure du régime. Que « Beegharar », « Shah Doomad » ou « Shane » passent sous leur forme originale ou revisités à la sauce électro, son interprétation du répertoire des plus grands artistes persans fait l’unanimité auprès de la jeunesse des deux nations. Du jamais vu jusqu’à présent. Il n’en fallait pas moins pour que Rita soit proclamée « ambassadrice de la paix entre Téhéran et Tel-Aviv » par nombre de fans et d’observateurs, à la grande surprise de l’intéressée.

Une unanimité qui vient à point nommé quand on connaît le climat de quasi-guerre froide dans lequel se trouvent les deux pays. Israël cherche toujours à obtenir le soutien de Washington concernant une série de frappes préventives contre des sites nucléaires iraniens, et le vice-Premier ministre israélien Moshe Yaalon affirmait encore il y a peu qu’au train actuel où allaient les choses « le moment de vérité sera[it] bientôt arrivé ». Le Guide suprême, Ali Khamenei, a quant à lui rétorqué que « la foudre s’abattrait sur la tête des Israéliens s’ils venaient à prendre les mauvaises décisions ».

Un pont

Conscients de l’imminence du danger, nombreux sont les anonymes qui tentent actuellement d’apaiser les tensions, notamment par l’intermédiaire de l’art, à l’image du collectif United4Iran, qui regroupe des artistes de tout le monde arabe, ou, plus récemment, via la campagne « We love you Iran », lancée par un designer israélien et propagée sur la Toile par ses compatriotes. Mais le phénomène Rita est d’une tout autre ampleur. C’est la première fois qu’un message pacifique relayé par une personnalité étrangère à la scène politique rencontre un tel écho en Israël, ce qui est évidemment dû à l’envergure médiatique de la chanteuse dans le pays.

Se réjouissant de représenter un terrain d’entente – le seul ? – pour les deux cultures chères à son coeur, Rita confiait lors d’un récent concert aux États-Unis (où son album est sorti en mars) que « la musique peut être un pont, quand bien même des régimes autoritaires construisent des murs entre nous ». Peut-on aussi y voir une allusion à un autre mur, bien réel celui-là ? Quoi qu’il en soit, la diva n’a pas fini de charmer les foules et d’adoucir les moeurs. Il se murmure même que, parfois, derrière les hautes enceintes du palais Sa’dabad, Mahmoud Ahmadinejad improvise quelques pas de danse sur les airs et la voix de la belle Rita.

Source: Jeuneafrique.com (Copyrights)

Ce soir, lundi 5 décembre, un événement exceptionnel se tiendra au Théatre du Gymnase Marie Bell à 20h. Les 10 ans du Chœur Juif de France. Victor Sabo Chef de Chœur Pierre Lumbroso au Piano Avec la participation des Cantors Joseph Malovany Raphaël Cohen et Benjamin Muller 30 Bd de Bonne Nouvelle - 75010 Paris Métro Bonne Nouvelle Renseignements 06 200 991 99 (APAC°...

Aharon Kahn | Culture

Exploit sans précédent pour une étudiante de l'Ecole de cinéma Steve Tisch de l'Université de Tel-Aviv, Hadas Ben Aroya dont le film de fin d'études "Les gens qui ne sont pas moi" ("People that are not me") a remporté l'Astor d'or du 31e Festival international du Film de Mar del Plata, considéré comme l'un des dix plus importants festivals de films dans le monde, qui vient de se dérou...

Sivan Cohen-Wiesenfeld | Culture

Amit Hai Cohen est un musicien et cinéaste juif vivant à Jérusalem. Il travaille avec le son, le visuel et les mots afin de « raconter l'endroit où il vit ». Il fait partie de ces Juifs d’origine marocaine et tunisienne qui ont affiché, depuis plusieurs années, leur fort attachement au Maroc et à sa culture. Il est également l'époux de la talentueuse artiste israélienne Neta Elkay...

IsraelVallley Desk | Culture

Une étude sur l’identité Druze a été conduite en Israël au printemps 2015, visant à combiner dynamiquement cette identité aux changements du monde. Face, en particulier, aux mutations en cours, Zeidan Atashi, un des responsables de la communauté Druze israélienne, a initialisé cette étude, pensant que cette minorité Druze avait un intérêt vital à formaliser la compréhension...

Claude Meillet | Culture

Beit Hillel, un groupe de rabbins orthodoxes israéliens et américains, a publié un texte appelant les communautés juives orthodoxes à être plus tolérantes avec leurs membres homosexuels, hommes et femmes. "Il y a de la place pour plus de clémence et l’inclusion sociale et pour [les] accepter dans les communautés." Le texte rappelle cependant que, conformément à la loi religieus...

IsraelValley Desk | Culture

On fait souvent référence aux juifs comme étant « le peuple du livre ». L’arrivée du e-book, ce livre électronique, est-elle une menace pour les lecteurs juifs et les études du même nom ? Va-t-elle transformer la relation existante entre le juif et l’écriture ? Les avis sont très partagés parmi les éditeurs, les écrivains, les rabbins et même les étudiants. Si certains vo...

IsraelVallley Desk | Culture

Selon une étude de l’OCDE, avec 6,2 mariages par 1000 habitants, Israël est l’un des pays où l’on se marie le plus. Toutefois on constate que les Israéliens se marient quand même moins et surtout plus tard qu’il y a 40 ans. Alors qu’en 1974 seuls 28 pour cent des Israéliens entre 25 et 29 ans étaient célibataires, ce chiffre atteint 65 pour cent à présent. Chez les femmes...

IsraelValley Desk | Culture

Powermat a reçu des fonds de la légende du hip-hop Jay-Z. Celui ci a pris une participation dans l'entreprise. Il a annoncé qu'il "croyait en l'avenir de l'énergie sans fil et dans la capacité de l'entreprise à «apporter la révolution». Le centre de communication de la société est basé à Neve Ilan en Israël. PowerMat est spécialisé dans le rechargement sans fil. Le concept est s...

IsraelValley Desk | Culture

"Comment répondre à l'humour antisémite" ? Tel fut l'important thème abordé lors de la première conférence-débat de l'année universitaire 2016-2017 organisée par l'Association des Amis francophones de l'Université de Tel-Aviv, dimanche 13 novembre, à l'auditorium Jaglom sur le campus. Un boycott contre-productif Pour le Dr. Sandrine Boudana, maitre de conférences au Départem...

IsraelVallley Desk | Culture

Le candidat français à l'Eurovision, grand vainqueur des NRJ Music Awards samedi soir, a grandi en Israël. Il nous a emmenés sur les traces de son enfance. Révélation de l'année, chanson de l'année. Au milieu d'une soirée longue et ennuyeuse, Amir a soufflé un vent de fraîcheur samedi soir aux NRJ Music Awards sur TF 1. Vraiment ému, vraiment content, vraiment étonné d'être r...

IsraelVallley Desk | Culture

Présence exceptionnelle des acteurs français Sylvie Testud et Samir Guesmi, de la romancière Nathalie Azoulai, de la comédienne franco-roumaine Ioana Tomsa et des poètes Serge Pey, Chiara Mulas et Nicolae Tzone   Le 22 novembre à 19h30 au Musée Marcel Janco-Dada d’Ein Hod Les 23, 24 et 26 novembre au Théâtre Cameri de Tel Aviv pour 4 représentations   Organisé par l’Ambass...

IsraelVallley Desk | Culture

Ces dernières années Tel-Aviv a connu une révolution juive du côté des « laïcs ». Ces derniers évidemment des non-religieux, n’ont pas effectué leur ‘Téchouva’ vers la pratique et les rites; mais les vieilles synagogues presque abandonnées se sont emplies de personnes qui y pénètrent après leur baignade en mer ou avant d’aller à une fête. Ils ne voient pas en cela d...

IsraelVallley Desk | Culture

La société Eden Cinéma produit en partenariat avec l’Ambassade de France, l’Institut français d’Israël et Unifrance, pour la deuxième année consécutive, le Festival de films français de comédie en Israël “Oh la la”. Cette manifestation a obtenu le concours de la Mairie de Tel-Aviv-Yafo (Mofaim), du Ministère israélien des affaires étrangères, de la Banque Discount, d’...

IsraelVallley Desk | Culture

Latifa Ibn Ziaten, Fondatrice et présidente de l’Association IMAD pour la jeunesse et la Paix, sera en Israël dans le cadre d’un projet éducatif autour du « vivre-ensemble » Le 11 mars 2012, Latifa Ibn Ziaten perdait son fils Imad, assassiné en France par Mohammed Merah. Suite à cette tragédie, elle fonde l’Association Imad pour la jeunesse et la Paix. « Je voudrais sauver ceu...

IsraelVallley Desk | Culture

On trouve de tout au Musée de Tel-Aviv. Le mur de la séparation d’apartheid, devenu ici objet peint contre un mur, élément décoratif dont le cartel se garde bien de noter la dimension explosive, se contentant de donner son poétique titre « I will dress you a gown of concrete and cement ». Ne serait-ce pas plutôt une camisole, ou un linceul ? Juste à côté, un ensemble concentriq...

IsraelVallley Desk | Culture