Aug 14

ISRAELVALLEY WAROOM - CONFLIT ENTRE IRAN ET ISRAËL : DES SCENARIOS CREDIBLES SUR LE COÛT DE LA GUERRE. Le coût de chaque jour de guerre est évalué à 1,5 milliard de shekels (370 millions de dollars).

Authors picture

Jack Guez (Le Parisien) | Économie

Headline image

Le scénario d’une guerre que pourrait lancer Israël contre l’Iran et son programme nucléaire, évoqué quotidiennement par les médias israéliens, coûterait très cher à l’économie israélienne qui subit d’ores et déjà un net ralentissement de sa croissance.
Le scénario d’une guerre que pourrait lancer Israël contre l’Iran et son programme nucléaire, évoqué quotidiennement par les médias israéliens, coûterait très cher à l’économie israélienne qui subit d’ores et déjà un net ralentissement de sa croissance. |

Le scénario d’une guerre que pourrait lancer Israël contre l’Iran et son programme nucléaire, évoqué quotidiennement par les médias israéliens, coûterait très cher à l’économie israélienne qui subit d’ores et déjà un net ralentissement de sa croissance.
Parmi les dirigeants israéliens, seul le gouverneur de la Banque d’Israël Stanley Fischer s’est exprimé publiquement sur cette question en affirmant que son institution avait pris ses dispositions.

“Une attaque contre l’Iran aurait de graves répercussions mais nous sommes prêts à faire face aux crises et aux conséquences d’une telle initiative”, a assuré M. Fischer sans donner de détails. Le gouverneur s’est contenté d’indiquer qu’un conflit ne manquerait pas de provoquer une hausse du budget de la Défense. “La responsabilité primordiale de chaque pays consiste à assurer la sécurité de ses citoyens. S’il faut débourser plus d’argent pour assurer la sécurité de l’Etat, nous le ferons et nous en paierons le prix”, a-t-il ajouté.

Interrogé par l’AFP, un responsable de la Banque centrale a précisé qu’Israël disposait d’un “confortable” matelas de devises étrangères de 75,3 milliards de dollars. “Ce pactole devrait nous permettre de financer sans à-coups nos importations en cas de guerre et de défendre éventuellement le shekel (la devise nationale)”, a-t-il analysé, en requérant l’anonymat. Du côté de l’Association des industriels israéliens, le ton est également plutôt rassurant.

“Pour le moment, les chefs d’entreprise sont plutôt inquiets des risques de récession provoqués par la crise de l’euro”, explique Danny Catarivas, responsable des relations internationales de la principale organisation patronale. M. Catarivas rappelle également que lors de la Seconde guerre du Liban de l’été 2006, lorsque le Hezbollah avait tiré plus de 4.000 roquettes vers le nord d’Israël, contraignant un million d’habitants de cette région à se réfugier dans les abris ou dans le sud du pays, “l’économie avait connu un léger passage à vide avant de se redresser et connaître une fin d’année meilleure que prévu”.

Les médias dressent, en revanche, un tableau beaucoup plus sombre en notant notamment que la Bourse de Tel-Aviv, très nerveuse, a connu une série de séances en berne. Le shekel, qui pourrait selon les commentateurs être la “première victime d’une guerre qui n’a pas encore commencé”, donne également des signes de faiblesse face au dollar et à l’euro.

Un porte-parole de l’Association des hôteliers israéliens confie pour sa part que “l’impact des rumeurs d’une guerre imminente commence à se faire sentir” alors que l’année 2012 s’annonçait au premier semestre sous les meilleurs auspices. Channel 10, chaîne de TV privée, citant des experts militaires, a estimé que 50.000 missiles et roquettes tirés de l’Iran, ou par le Hezbollah à partir du Liban, pourraient s’abattre sur le territoire israélien.

Le coût de chaque jour de guerre est évalué à 1,5 milliard de shekels (370 millions de dollars) à condition toutefois que seule la moitié de l’économie israélienne soit paralysée par des attaques qui pourraient suivre des raids israéliens contre les installations nucléaire iraniennes.

Ces dépenses, et le manque à gagner, contraindraient le Trésor à procéder à de nouvelles coupes claires dans les budgets civils pour augmenter les crédits militaires alors que le budget de la Défense, qui devait initialement s’élever à 52 milliards de shekels (13 milliards de dollars) devrait en fin de compte atteindre 60 milliards de shekels (15 milliards de dollars) cette année même si aucun conflit n’éclate.

Or le gouvernement a d’ores et déjà imposé le mois dernier un plan d’austérité, avec notamment une augmentation d’un point de la TVA qui affecte surtout les classes les plus défavorisées, à la suite d’une baisse des recettes fiscales dues à un recul de moitié de la croissance. Celle-ci devrait atteindre en 2012 2,3%, contre 4,7% en 2011, selon les projections de la banque Hapoalim).

© Le Parisien, 2012

Source: Le Parisien (Copyrights)

Surprise.... Dubaï est candidat à l’installation d’une Grande Roue à Jérusalem, qui sera montée au Parc de l’Indépendance. Il y a quelques semaines, la mairie de Jérusalem a publié un appel d’offres pour l’installation d’une Grande Roue à Jérusalem. Une surprise attendait le département de la Culture et des Loisirs de la municipalité en ouvrant les enveloppes de l’appel d’offres. Sur les ...

Jacques Bendelac | Économie

The Chamber of Commerce & Industry Israel-France (CCIIF) and its President, Dr. Daniel Rouach, in cooperation with the Embassy of France in Israel, ESCP Europe and Tel Aviv University - Recanati Business School are pleased to invite you to the Transtech Conference - 5th Edition. The Conference strives to contribute to a better understanding of two management practices that are very relevant...

Matias Frydman (Tel Aviv) | Économie

Quelles ruses utilisent les grandes marques et les supermarchés pour paraître moins chères aux yeux du consommateur israélien? Voici les principales techniques utilisées par les trois grandes chaînes israéliennes: Shufersal, Mega et Rami Levy. *Des soldes pour attirer le chaland*. La stratégie du discount utilisée par les fabricants et les grandes surfaces fait preuve de son efficacité: arti...

J.B. | Économie

UBIFRANCE. Communique - Paz détient l’une des deux uniques raffineries du pays et opère près de 300 stations-services réparties sur tout le territoire. Paz est aussi le leader de la production des produits dérivés du pétrole, destinés à l’industrie comme aux particuliers. Le groupe est également actif dans la production de lubrifiants pour le secteur automobile ainsi que de produits isolants. ...

J.D.B. | Économie

Le Forum Économique Mondial (World Economic Forum - WEF) publie un rapport sur le commerce international. Il évalue la "performance" de 138 pays en matière de libre circulation des marchandises, dans quatre domaines : l'accès aux marchés, l'administration aux frontières, les infrastructures et l'environnement opérationnel. Econostrum (copyrights) : "Le rapport donne ainsi un aperçu de "ce q...

A.J. | Économie

Les précautions concernant la salubrité des aliments d'importations, la compression des petits importateurs et les autorités rabbiniques rendent la concurrence réelle presque impossible.    Tout a commencé avec un traumatisme national. En 2003, trois nourrissons nourris avec des produits importés trouvèrent la mort et 23...

Avner Myers | Économie

Une enquête publiée à la veille de Pessah met à jour un « nouveau consommateur » : l’Israélien compare davantage les prix et freine ses achats. Existe-t-il en Israël un « consommateur modèle 2014 » ? Oui, selon l’institut de sondages Buzzilla qui a effectué une enquête auprès d’un échantillon représentatif des consommateurs israéliens, notamment en analysant les conversations sur les média...

Jacques Bendelac | Économie

A quelques jours de Pessah, les prestataires de services font preuve d'innovation pour inciter les Israéliens à leur confier leurs travaux ménagers et la protection de leur domicile. Dorénavant, les Israéliens font appel à l'outsourcing, c'est-à-dire à la sous-traitance de tâches domestiques par des professionnels, artisans indépendants ou sociétes privées. Les services ne sont pas bon marché, ...

J.B. | Économie

Pas d'approximations et des reprises de ce qui est dit par ailleurs. Un excellent article paru sous la plume d'un expert de talent, Binyamin Lachkar. The Times of Israel (Extraits) : "L’impôt sur le revenu et l’impôt sur le bénéfice ont été revus à la baisse en Israel, de nombreuses taxes d’achats éliminées ou sérieusement rabotées, et en même temps, les dépenses publiques, surtout sociales...

B.L. | Économie

La semaine de Pessah, qui débute demain, sera chargée pour les employés de l’aéroport Ben Gourion : les vols low cost en sont pour quelque chose. Comme tous les ans, de nombreuses familles israéliennes profitent de la semaine de Pessah pour prendre quelques jours de vacances. Cette année encore, les Israéliens seront plus nombreux à préférer des vacances à l’étranger plutôt qu’en Israël : ...

Jacques Bendelac | Économie

Dans son dernier rapport "Taxing wages 2014", l'OCDE a calculé la part du salaire total prélevé par l'Etat (taxes sur les salaires, cotisations salariales et patronales ainsi qu'impôt sur le revenu moins prestations familiales). Voici le classement des pays qui taxent le plus leurs salariés célibataires parmi les 34 Etats de l'OCDE. 31e. ISRAEL. Prélèvements fiscaux nets sur le salaire pou...

Yuli Cohen-Solal (Rosh Pina) | Économie

Les entreprises cotées à la Bourse de Tel Aviv ont versé 19 milliards de shekels de dividendes à leurs actionnaires en 2013, 4% de mieux qu’en 2012. L’euphorie boursière de l’an dernier a aussi profité aux actionnaires : en 2013, 177 sociétés cotées à Tel Aviv ont distribué des dividendes, contre 156 sociétés en 2012, soit 14% de plus. La masse des dividendes distribués a augmenté de 4%, p...

Jacques Bendelac | Économie

Malgré des taux d’intérêt bas et une régulation étroite, les banques israéliennes ont encore réussi à accroître leurs profits de 19% l’an passé. La conjoncture de 2013 semblait défavorable au secteur bancaire : les taux d’intérêt très bas ont réduit la rentabilité des crédits et la régulation de la banque centrale a tiré les frais bancaires vers le bas. En revanche, les banques ont profité d...

Jacques Bendelac | Économie

Après avoir géré la prestigieuse conférence d’affaires annuelle Go4Europe (au sein du Groupe Cukierman&Co. Investment House) pendant de nombreuses années, et dirigé les séminaires Go4Israel/China pour des délégations d’hommes d’affaires Chinois venus découvrir la « Start up Nation », Nadine Lati lance sa propre structure « Nadine Lati Consultant Ltd. » La nouvelle société poursuit l’activit...

IsraelValley Desk | Économie

La filiale loisirs d'Air France s'installe sur des routes qui peuvent séduire les voyageurs d'affaires. Elle inaugure ainsi ce 10 avril une liaison Paris - Orly / Tel Aviv qui décollera trois fois par semaine. De Paris-Orly à Tel Aviv sur Transavia Doucement mais sûrem...

IsraelValley Desk | Économie