Aug 7

ISRAELVALLEY - La simplicité de l’utilisation a permis à Get Taxi de devenir l’une des trois plus grandes sociétés de taxi de Tel Aviv, et de figurer également parmi les plus grandes du pays.

Authors picture

Lionel Yrhi (Netanya) | High-Tech

Headline image

Tout le monde vous le dira, arrêter un taxi dans les rues de Tel Aviv peut engendrer plusieurs scenarios : l’attente longue ou bien, au contraire, plusieurs chauffeurs se querellant la course.

Get Taxi, qui a commencé son activité à Tel Aviv depuis près d’un an, et récemment implantée à Jérusalem, a créé un tout nouveau concept : commander un taxi depuis son smartphone, pour réconcilier tout le monde. A la suite de la réservation, le taxi le plus proche de la source est ainsi sollicité. Le système localisera alors votre smartphone et indiquera ainsi votre emplacement au chauffeur de taxi, en lui précisant, sur une carte, le chemin le plus court à suivre. Vous aurez également la possibilité suivre le parcours du taxi depuis votre téléphone, ainsi que de noter le conducteur, ce qui a pour effet, selon les dires de la société, de motiver les chauffeurs à effectuer leur travail de façon optimale, dans le but de maximiser les clients, et ainsi, rester dans la liste des conducteurs de l’entreprise.

La simplicité de l’utilisation a permis à Get Taxi de devenir l’une des trois plus grandes sociétés de taxi de Tel Aviv, et de figurer également parmi les plus grandes du pays.

Get Taxi compte pour le moment 400 taxis (tous ne sont pas exclusifs à la société), et selon l’entreprise, plus de 300 chauffeurs de taxis ont été mis sur liste d’attente. Selon les déclarations de la direction, Get Taxi a pour l’instant arrêté de recruter dans le but de préserver l’emploi des conducteurs déjà inscrits.

Les frais d’adhésion à la société attirent d’autant plus de travailleurs, puisqu’ils s’élèvent à 350 shekels par mois, contrairement aux autres stations de taxis qui facturent en moyenne entre 800 et 1200n shekels par mois. De plus, ces paiements fournissent à l’entreprise la plupart de ses revenus.

La réussite israélienne a incité les entrepreneurs Shachar Weiser et Roy Mora à développer le système à Londres ainsi qu’à Moscou. La semaine dernière l’entreprise avait bénéficié d’un investissement à hauteur de 20 millions de dollars, ce qui clôture pour l’instant la vague de financement, avec un total de 30 millions de dollars. Le dernier apport servira notamment à développer l’activité de la société à New York.

« Il peut détruire le marché »

Le concept a néanmoins certains effets néfastes sur les sociétés environnantes. En effet, plusieurs chauffeurs remarquent une baisse de débit dans leur travail, et certains patrons de sociétés de taxis viennent à appréhender : « ce sont des choses qu’on ne voit nulle part » a déclaré Yehuda Bar-On, directeur de l’organisation nationale des taxis. Selon lui : « la société (Get Taxi) n’a pas le droit d’exercer son activité, faute de permis. Elle se comporte cependant comme une vraie station. Il arrive, investit de l’argent, et vole les salaires des gens. Ce n’est pas juste, il n’y plus de compétition sur la qualité. Il a baissé ses prix parce qu’il est riche. Tôt ou tard, il jettera les conducteurs de taxis à la rue ».

« Ils ont changé les règles du jeu, alors que nous travaillons depuis 50 ans de la même manière », a ajouté Eli Pleismann, de la société de taxis « New York » située à Tel Aviv. « Les gens ne recherchent que ça! Nous avons développé une application concurrente, qui nous a coûté 60,000 shekels, mais eux ont des millions. Je paye une agence de communication et ses employés, mais lui a plus d’argent, et paye la moitié. Il peut détruire tout le marché, alors il aura le monopole ».

Cependant, l’organisation nationale des taxis a tout de même déclaré la nouvelle entreprise comme une vraie société concurrente, à condition qu’elle présente les permis requis, ce qui a eu pour effet de générer encore plus d’hostilités à l’égard de Get Taxi.

Le ministère des transports a néanmoins rejeté la requête déposée par l’organisation nationale des taxis, en expliquant « il n’y a aucune obligation, pour une société de taxis privés, de faire partie d’une association. Aucun permis de fonder une station n’est donc nécessaire ».

Get Taxi déclare, quant à elle : « nous sommes en règle à 100%, devant chaque institution. Il y a une tentative de nous déstabiliser en remettant en cause notre légalité, mais nous payons nos impôts, et nous ne bloquons pas non plus les passages piétons, comme une vraie société de taxis ».

Lionel Yrhi (Netanya)

Benjamin Emsallem et Nathaniel Boukobza, deux jeunes nouveaux immigrants résidant à Tel Aviv, sont à l’origine de la start-up "Beacon Watcher". Cette nouvelle technologie emploie des beacons, ces petites bornes Bluetooth très en vogue qui permettent de recevoir des messages instantanés sur votre téléphone mobile, dès lors que vous passez à proximité. Cette technologie, si elle reste très sim...

JSS News | High-Tech

Au début du mois d’octobre, l’Anti-Defamation League a publié une liste des « meilleures pratiques » pour lutter contre la propagande haineuse sur Internet. Sobre et sérieuse, elle comprend des suggestions comme « Partager les connaissances et aider à développer des matériaux et des programmes éducatifs qui encouragent la pensée critique tant dans l’activité en ligne proactive que réactive » et...

Times of Israel | High-Tech

Le secteur des Jeux sur Réseaux Sociaux est en ébullition. Ainsi, pas une semaine ne se passe sans une annonce fracassante et qui attire l'attention des investisseurs du monde entier. Cette fois-ci c'est le secteur israélien du "social gaming" (peu connu des non-initiés) qui est concerné. Pour $100 Millions la startup Diwip (Israël) lancée il y a à peine quatre ans passe dans les mains d'une fi...

Eyal Cohen-Solal | High-Tech

L’application WisePhone, développée par une start-up israélienne du même nom, transforme les smartphones en un téléphone simple à l’emploi, afin d’en simplifier l’utilisation par les seniors, les enfants ou les malentendants. L’application prend contrôle du système Android et ne retient que les fonctions essentielles, éliminant toutes les sophistications qui compliquent souvent leur utilisation...

Joe Lasker (Silicon Wadi) | High-Tech

"Regardez cette appli créée par Code4HK pour la coordination d'OCCUPY CENTRAL !" Voici le message que des manifestants hongkongais ont reçu via l'application WhatsApp, raconte un article du New York Times. Sauf que Code4HK, un groupe de programmateurs qui met son savoir-faire numérique au service du mouvement Occupy Central, dément être à l'origine de cette application, qui se trouverait en réa...

IsraelValley Desk | High-Tech

Alain Juillet, président du Club des directeurs de sécurité des entreprises, fut le directeur du renseignement de la DGSE entre 2002 et 2003, puis le responsable de la cellule Intelligence Economique à Matignon jusqu’en 2009. L’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (Anssi) a-t-elle les moyens de ses ambitions ? A la base, l’agence était faite pour sécuriser les commun...

IsraelValley Desk | High-Tech

Le manque d’encadrement est très certainement l’une des premières causes de l’échec scolaire. Ainsi, les élèves qui peinent à s’adapter au système éducatif ont généralement besoin d’un suivi plus régulier et d’une aide plus personnalisée que leurs camarades de classe. Top Group Solution Source Ltd. est une start-up spécialisée dans le développement d’applications web, dont l’une d’entre elle...

IsraelValley Desk | High-Tech

La start-up israélienne Ino Vision Ltd. à mis au point « Seatylock », une selle de vélo qui se transforme facilement en un antivol ultra résistant de 1 mètre de long. Avec Seatylock, vous ne vous préoccupez plus de savoir où mettre votre antivol, ce dernier fait partie intégrante de votre vélo. Seatylock est une selle adaptable à tous les modèles de vélo. Après une installation simple, Seatyloc...

Cool Israel | High-Tech

Les scientifiques du monde entier qui se démènent pour trouver un traitement contre le virus Ebola se tournent vers les plantes de tabac qui permettraient de synthétiser les anticorps du vaccin. Et cela signifie qu’ils vont probablement se tourner vers la compagnie israélienne CollPlant, une entreprise pionnière dans le développement de protéines recombinées grâce aux plantes de tabac. Même ...

Times of Israel | High-Tech

La start-up israélienne PlayBuzz qui appartient au fils d’Ehoud Olmert, a été classée deuxième mondiale en termes de partage de contenu, de « like » et de commentaires sur Facebook en septembre 2014. Le site basé à Tel-Aviv a accumulé 7.600.000 de partages sur Facebook, venant en deuxième position derrière le Huffington Post avec 9,4 millions. BuzzFeed a terminé troisième avec 6.200.000 part...

JSS News | High-Tech

Développée par un français, l’application arrive à Paris après New-York en 2012, et une implantation à Londres et à Tel-Aviv en 2013. Wingit fonctionne comme un réseau social et culturel, pour dénicher à la dernière minute les événements près du lieu où se trouve l’utilisateur. Selon Frenchweb.fr (Copyrights) : "En février 2014, Wingit a bouclé une première levée de fonds pour un montant de ...

IsraelValley Desk | High-Tech

Selon Deutsche Welle, les entrepreneurs israéliens du high-tech sont fortement attirés par la capitale allemande en raison notamment d'un accès facile au marché européen et au faible coût de la vie. "Nous avons réalisé que l'Allemagne a un potentiel énorme, et contrairement aux États-Unis, nous n'avons presque pas de concurrents» explique Moshe Bar-Oz, fondateur de ShopEat, une start-up israéli...

Avner Myers | High-Tech

IBM est à la recherche de start-ups israéliennes pour développer la prochaine génération d’applications « qui pensent », donc d’ordinateurs qui utilisent l’intelligence artificielle et les algorithmes d’apprentissage. Israël, a déclaré Dror Pearl, le chef de l’unité Global Technology d’IBM Israël (GTU), s’est révélé une source importante pour une partie de cette technologie cognitive et IBM ...

Times of Israel | High-Tech

Dans un Moyen-Orient déchiré par les conflits et les atrocités confessionnelles, à Nazareth existe un lieu unique, NAZTECH, premier accélérateur technologique où entrepreneurs chrétiens, musulmans et juifs travaillent ensemble pour aider des citoyens arabes israéliens à créer leurs start-ups. Durant 5 mois, les entrepreneurs sélectionnés bénéficient d’une formation complète incluant le mentorin...

Zoé Kauffman | High-Tech

Selon une étude récente effectuée par un groupe de réflexion californien, les hommes hautement diplômés travaillant dans la Silicon Valley gagnent en moyenne 73% de plus que les femmes à qualification équivalente. Ceci n'est absolument pas le cas en Israël où les femmes gagnent 20 à 30% en moins que les hommes dans le secteur du hightech. Selon (1) : "Microsoft a rapporté plus tôt cette anné...

Eyal Ganim (Rehovot) | High-Tech