Aug 7

ISRAELVALLEY - La simplicité de l’utilisation a permis à Get Taxi de devenir l’une des trois plus grandes sociétés de taxi de Tel Aviv, et de figurer également parmi les plus grandes du pays.

Authors picture

Lionel Yrhi (Netanya) | High-Tech

Headline image

Tout le monde vous le dira, arrêter un taxi dans les rues de Tel Aviv peut engendrer plusieurs scenarios : l’attente longue ou bien, au contraire, plusieurs chauffeurs se querellant la course.

Get Taxi, qui a commencé son activité à Tel Aviv depuis près d’un an, et récemment implantée à Jérusalem, a créé un tout nouveau concept : commander un taxi depuis son smartphone, pour réconcilier tout le monde. A la suite de la réservation, le taxi le plus proche de la source est ainsi sollicité. Le système localisera alors votre smartphone et indiquera ainsi votre emplacement au chauffeur de taxi, en lui précisant, sur une carte, le chemin le plus court à suivre. Vous aurez également la possibilité suivre le parcours du taxi depuis votre téléphone, ainsi que de noter le conducteur, ce qui a pour effet, selon les dires de la société, de motiver les chauffeurs à effectuer leur travail de façon optimale, dans le but de maximiser les clients, et ainsi, rester dans la liste des conducteurs de l’entreprise.

La simplicité de l’utilisation a permis à Get Taxi de devenir l’une des trois plus grandes sociétés de taxi de Tel Aviv, et de figurer également parmi les plus grandes du pays.

Get Taxi compte pour le moment 400 taxis (tous ne sont pas exclusifs à la société), et selon l’entreprise, plus de 300 chauffeurs de taxis ont été mis sur liste d’attente. Selon les déclarations de la direction, Get Taxi a pour l’instant arrêté de recruter dans le but de préserver l’emploi des conducteurs déjà inscrits.

Les frais d’adhésion à la société attirent d’autant plus de travailleurs, puisqu’ils s’élèvent à 350 shekels par mois, contrairement aux autres stations de taxis qui facturent en moyenne entre 800 et 1200n shekels par mois. De plus, ces paiements fournissent à l’entreprise la plupart de ses revenus.

La réussite israélienne a incité les entrepreneurs Shachar Weiser et Roy Mora à développer le système à Londres ainsi qu’à Moscou. La semaine dernière l’entreprise avait bénéficié d’un investissement à hauteur de 20 millions de dollars, ce qui clôture pour l’instant la vague de financement, avec un total de 30 millions de dollars. Le dernier apport servira notamment à développer l’activité de la société à New York.

« Il peut détruire le marché »

Le concept a néanmoins certains effets néfastes sur les sociétés environnantes. En effet, plusieurs chauffeurs remarquent une baisse de débit dans leur travail, et certains patrons de sociétés de taxis viennent à appréhender : « ce sont des choses qu’on ne voit nulle part » a déclaré Yehuda Bar-On, directeur de l’organisation nationale des taxis. Selon lui : « la société (Get Taxi) n’a pas le droit d’exercer son activité, faute de permis. Elle se comporte cependant comme une vraie station. Il arrive, investit de l’argent, et vole les salaires des gens. Ce n’est pas juste, il n’y plus de compétition sur la qualité. Il a baissé ses prix parce qu’il est riche. Tôt ou tard, il jettera les conducteurs de taxis à la rue ».

« Ils ont changé les règles du jeu, alors que nous travaillons depuis 50 ans de la même manière », a ajouté Eli Pleismann, de la société de taxis « New York » située à Tel Aviv. « Les gens ne recherchent que ça! Nous avons développé une application concurrente, qui nous a coûté 60,000 shekels, mais eux ont des millions. Je paye une agence de communication et ses employés, mais lui a plus d’argent, et paye la moitié. Il peut détruire tout le marché, alors il aura le monopole ».

Cependant, l’organisation nationale des taxis a tout de même déclaré la nouvelle entreprise comme une vraie société concurrente, à condition qu’elle présente les permis requis, ce qui a eu pour effet de générer encore plus d’hostilités à l’égard de Get Taxi.

Le ministère des transports a néanmoins rejeté la requête déposée par l’organisation nationale des taxis, en expliquant « il n’y a aucune obligation, pour une société de taxis privés, de faire partie d’une association. Aucun permis de fonder une station n’est donc nécessaire ».

Get Taxi déclare, quant à elle : « nous sommes en règle à 100%, devant chaque institution. Il y a une tentative de nous déstabiliser en remettant en cause notre légalité, mais nous payons nos impôts, et nous ne bloquons pas non plus les passages piétons, comme une vraie société de taxis ».

Lionel Yrhi (Netanya)

STARTUP DU JOUR. Un domaine où de plus en plus de startups israéliennes comme StemRad émergent est celui du spatial. La raison est assez simple à expliquer : la Startup Nation bénéficie d'écoles d'ingénieurs de premier niveau mondial en physique, aéronautique. Dr Hendrik Eijsberg : "Israël est l'un des 9 pays dans le monde capables d'envoyer des engins dans l'espace. Depuis sa création en 1...

Eyal Dayan (Rehovot) | High-Tech

Omer Rachamin a dû faire face à un défi de taille lorsqu’il a décidé d’implanter sur le marché américain DandyLoop, sa société de promotion croisée sur le web. Il a dû se confronter à un grand nombre d’obstacles comme établir de nouvelles relations, s’insérer dans le monde des affaires et traiter avec une culture high-tech très différente de celle qu’il connaît en Israël. Rachamim a alors...

(A.H) Ariel Aviv | High-Tech

La Valley israélienne est en colère après l'annonce de Facebook. Le géant américain avait racheté pour $60 Millions en juillet 2015, au travers de sa filiale Oculus, la startup Pebbles (50 employés), installée à Kfar Saba. Hier la presse israélienne a annoncé que Facebook avait décidé de se séparer de 15 employés et a demandé aux autres experts de Pebbles de se délocaliser en Californie. Cet...

Dan Rosh (Tel Aviv) | High-Tech

C’est un véritable progrès dans le monde de l’aviation que va connaître Israël lorsque son Armée de l’Air bénéficiera d’une imprimante 3D capable de fabriquer des pièces de rechange à la fois pour les avions de combat et les hélicoptères israéliens. L’imprimante leur a été vendue par une société américaine pour des centaines de milliers de dollars. Elle a déjà été secrètement testée durant l...

(A.H) Ariel Aviv | High-Tech

Selon Koby Simana, directeur général du Centre de recherche de IVC (Israel Venture Capital), 179 entreprises israéliennes de hightech ont levé un total de 1,12 milliard de dollars au deuxième trimestre de 2015, battant ainsi le 1,11 milliard de dollars levé au quatrième trimestre de 2014. Le rapport de l’IVC montre également "qu’Israël attire de plus en plus l’attention des investisseurs de cap...

Eyal Rosenthal | High-Tech

Docteur en informatique de l’université de Ben Gourion, après une vingtaine d’années passées dans l’industrie, Ami Moyal a été très vite pris par le virus de la recherche, de l’enseignement et du transfert de ses connaissances. Il a créé une start-up au sein de l’université avec une structure réduite à une vingtaine d’ingénieurs de haut niveau, poussés par la passion de la recherche fondamental...

Jacques Benillouche (Slate) | High-Tech

« Je n’aurais jamais pensé qu'appuyer sur le bouton d'aide provoquerait une telle agitation », a déclaré Avner Reich, qui a récemment reçu une aide salvatrice grâce à l'application sociale Musketeer. Reich a appuyé sur le bouton d’aide de l’application sur son téléphone portable après avoir reconnu les signes d'une crise cardiaque imminente et, en quelques minutes, plusieurs voisins sont arr...

(A.H) Ariel Aviv | High-Tech

HISTOIRE VRAIE. C'est une aventure entrepreneuriale construite comme une histoire extraordinaire. C'est celle de deux jeunes aventuriers du net israéliens qui se rencontrent dans une base militaire de Tsahal. Elle ressemble à celle du début de Waze, mais n'a pas encore été propulsée dans le monde entier par un géant comme Google. Deux jeunes israéliens, qui vivent actuellement aux Etats-Uni...

Youval Barzilaï (Rehovot) | High-Tech

C'est une habitude en Israël. La presse économique lance des rumeurs et ensuite fait amende honorable. Cette fois-ci un long article du journal Globes (lire ci-dessous) laisse entendre que Michael Golan aurait donné un mandat à Rothschild Investments pour la cession de sa société. Info? Intox? IsraelValley sera certainement le premier à annoncer un changement majeur dans la stratégie de Michae...

Eyal Dayan (Rehovot) | High-Tech

La start-up israélienne Mifold a conçu un siège auto pour enfant révolutionnaire. Le siège auto est pliable, compact, et ergonomique. Il s’adapte ainsi à toutes les voitures, même les plus petites. Sa révolution permet d’en mettre trois sur la banquette arrière de la voiture. Son poids, seulement 750 grammes, permet de le transporter partout. Et son utilisation, très simple, confère aux enfants...

Times of Israel | High-Tech

La technologie a pour la première fois permis de déchiffrer un des plus anciens parchemins hébraïques. Ce parchemin calciné, datant du VIe siècle, a été retrouvé en 1970 au milieu de cendres dans une synagogue d’Ein Gedi, sur les bords de la mer Morte. « La technologie la plus avancée nous a permis de dérouler le parchemin qui faisait partie d’une Bible vieille de 1.500 ans », a expliqué Pnina ...

Stephen Weizman | High-Tech

Les observateurs de la scène hightech israélienne ont l'habitude, jour après jour, d'enregistrer des rachats de startups israéliennes par des firmes américaines et asiatiques. Cette semaine une méga-transaction fait exception car elle se passe entre deux firmes israéliennes. Notre avis sur cette transaction est le suivant : cette fusion entre deux firmes israéliennes et un prélude au rachat de ...

Dan Rosh (Tel Aviv) | High-Tech

Microsoft rachète une société Hi-Tech, Field One Systems, dirigée par un Hassid Satmar, Yoel Shlomo Baum. Le prix de la transaction serait de $39 millions. Yoel Baum a élaboré et réalisé un programme permettant de filtrer certaines informations afin que les membres de sa communauté puissent utiliser Internet. Field One Systems LLC, procure ses services à de nombreuses entreprises auxquelles...

Claire Dana-Picard | High-Tech

Le rédacteur en Chef d'IsraelValley a eu l'occasion de rencontrer plus d'une dizaine de fois la startup Adallom. Objectif : aider l'équipe de leaders de cette firme hors du commun (des génies!) à pénétrer le marché Français. Ils ont assisté il y a deux ans aux journées hightech et sécurité managé par Dominique Bourra de la CCFI (France). Même dans nos rêves les plus fous le prix de vente incroy...

Dan Rosh (Tel Aviv) | High-Tech

Prodways (France) étend sa couverture commerciale en Israël avec la signature d'un accord de distribution. La signature de l'accord permet à Prodways de "promouvoir et commercialiser la gamme complète de ses solutions d'impression 3D en Israël et "appuie sa volonté de devenir un acteur majeur de l'impression 3D sur l'ensemble de la chaîne de valeur, d'une technologie de pointe en passant par de...

IsraelValley Desk | High-Tech