Aug 7

ISRAELVALLEY - La simplicité de l’utilisation a permis à Get Taxi de devenir l’une des trois plus grandes sociétés de taxi de Tel Aviv, et de figurer également parmi les plus grandes du pays.

Authors picture

Lionel Yrhi (Netanya) | High-Tech

Headline image

Tout le monde vous le dira, arrêter un taxi dans les rues de Tel Aviv peut engendrer plusieurs scenarios : l’attente longue ou bien, au contraire, plusieurs chauffeurs se querellant la course.

Get Taxi, qui a commencé son activité à Tel Aviv depuis près d’un an, et récemment implantée à Jérusalem, a créé un tout nouveau concept : commander un taxi depuis son smartphone, pour réconcilier tout le monde. A la suite de la réservation, le taxi le plus proche de la source est ainsi sollicité. Le système localisera alors votre smartphone et indiquera ainsi votre emplacement au chauffeur de taxi, en lui précisant, sur une carte, le chemin le plus court à suivre. Vous aurez également la possibilité suivre le parcours du taxi depuis votre téléphone, ainsi que de noter le conducteur, ce qui a pour effet, selon les dires de la société, de motiver les chauffeurs à effectuer leur travail de façon optimale, dans le but de maximiser les clients, et ainsi, rester dans la liste des conducteurs de l’entreprise.

La simplicité de l’utilisation a permis à Get Taxi de devenir l’une des trois plus grandes sociétés de taxi de Tel Aviv, et de figurer également parmi les plus grandes du pays.

Get Taxi compte pour le moment 400 taxis (tous ne sont pas exclusifs à la société), et selon l’entreprise, plus de 300 chauffeurs de taxis ont été mis sur liste d’attente. Selon les déclarations de la direction, Get Taxi a pour l’instant arrêté de recruter dans le but de préserver l’emploi des conducteurs déjà inscrits.

Les frais d’adhésion à la société attirent d’autant plus de travailleurs, puisqu’ils s’élèvent à 350 shekels par mois, contrairement aux autres stations de taxis qui facturent en moyenne entre 800 et 1200n shekels par mois. De plus, ces paiements fournissent à l’entreprise la plupart de ses revenus.

La réussite israélienne a incité les entrepreneurs Shachar Weiser et Roy Mora à développer le système à Londres ainsi qu’à Moscou. La semaine dernière l’entreprise avait bénéficié d’un investissement à hauteur de 20 millions de dollars, ce qui clôture pour l’instant la vague de financement, avec un total de 30 millions de dollars. Le dernier apport servira notamment à développer l’activité de la société à New York.

« Il peut détruire le marché »

Le concept a néanmoins certains effets néfastes sur les sociétés environnantes. En effet, plusieurs chauffeurs remarquent une baisse de débit dans leur travail, et certains patrons de sociétés de taxis viennent à appréhender : « ce sont des choses qu’on ne voit nulle part » a déclaré Yehuda Bar-On, directeur de l’organisation nationale des taxis. Selon lui : « la société (Get Taxi) n’a pas le droit d’exercer son activité, faute de permis. Elle se comporte cependant comme une vraie station. Il arrive, investit de l’argent, et vole les salaires des gens. Ce n’est pas juste, il n’y plus de compétition sur la qualité. Il a baissé ses prix parce qu’il est riche. Tôt ou tard, il jettera les conducteurs de taxis à la rue ».

« Ils ont changé les règles du jeu, alors que nous travaillons depuis 50 ans de la même manière », a ajouté Eli Pleismann, de la société de taxis « New York » située à Tel Aviv. « Les gens ne recherchent que ça! Nous avons développé une application concurrente, qui nous a coûté 60,000 shekels, mais eux ont des millions. Je paye une agence de communication et ses employés, mais lui a plus d’argent, et paye la moitié. Il peut détruire tout le marché, alors il aura le monopole ».

Cependant, l’organisation nationale des taxis a tout de même déclaré la nouvelle entreprise comme une vraie société concurrente, à condition qu’elle présente les permis requis, ce qui a eu pour effet de générer encore plus d’hostilités à l’égard de Get Taxi.

Le ministère des transports a néanmoins rejeté la requête déposée par l’organisation nationale des taxis, en expliquant « il n’y a aucune obligation, pour une société de taxis privés, de faire partie d’une association. Aucun permis de fonder une station n’est donc nécessaire ».

Get Taxi déclare, quant à elle : « nous sommes en règle à 100%, devant chaque institution. Il y a une tentative de nous déstabiliser en remettant en cause notre légalité, mais nous payons nos impôts, et nous ne bloquons pas non plus les passages piétons, comme une vraie société de taxis ».

Lionel Yrhi (Netanya)

Un récent article publié dans des sites spécialisés fait référence au rôle, supposé actif, de Axelle Lemaire dans le report de la journée de l'innovation France-Israël qui devait avoir lieu le 16 décembre 2014. Il s'agit certainement d'une contre-vérité. La décision finale de report en 2015, selon nos informations, a été en fait prise dans un esprit de coopération entre les représentants de...

Yotan Frishman | High-Tech

Les leaders israéliens du hightech (surtout la multitude de startups qui se sont lancées dans le domaine des applications mobiles) ont en main les chiffres d'une étude du Boston Consulting Group sur l'internet mobile. Et ils sont extraordinaires. Dans les prochaines années l'internet mobile va représenter un marché colossal et en pleine croissance (+25% l'an). Alors que les israéliens sembl...

Ilan Friedman-Cohen | High-Tech

Aux quatre coins de la planète, des entrepreneurs tentent de reproduire la dynamique qui a fait de la Californie l'eldorado des sociétés de nouvelles technologies. L’Usine Digitale tire pour vous le portrait de 10 villes qui se rêvent en Silicon Valley. Aujourd'hui partons pour Israël, de Tel Aviv à Haïfa. Les maestros du code informatique, ceux qui ont développé Google Suggest, Google Trend...

Usine Digitale. | High-Tech

La Silicon Wadi israélienne est extrêmement dynamique. Concentrées autour de villes telles que Tel Aviv, Haifa et Caesarea, ce sont près de 5 000 start-ups qui se développent, sur cette mince bande de terre grande comme la Bretagne, le long de la mer Méditerranée. Qu’est-ce qui fait la force de ce territoire en matière de start-ups ? Voici quelques éléments de réponse dispensés par deux repr...

Adeline Raynal (FrenchWeb) | High-Tech

Kira Radinsky est une jeune femme de 27 ans à la tête d’une start-up florissante. A tel point que son entreprise, SalesPredict, a été sélectionné par le MIT Tech Review dans son célèbre palmarès des 35 jeunes les plus innovants du monde. Son invention, elle la détient du Big Data, en ayant programmé un logiciel qui permet de prédire l’avenir. Kira Radinsky, retenez bien ce nom. Tout comme se...

Samuel Paulet (focusur.fr) | High-Tech

C'est le secret le mieux gardé de la silicon valley israélienne : le nom de la prmière startup "Made In Israel" qui devrait être rachetée par Baidu. Des rumeurs folles circulent à Tel Aviv et de nombreuses startups à très haut potentiels sont citées. Une délégation d'ingénieurs et patrons de Baidu était durant plusieurs jours en visite en Israël très récemment. Baidu est une entreprise inter...

Eyal Ganim (Rehovot) | High-Tech

Que devient Yo, l’application décrite au milieu de l’année 2014 comme la figure type de la start-up inutile qui a malgré tout (ou peut-être pour cette raison) bénéficié d'une impressionnante campagne de presse... et réussi à lever des fonds pour se développer? Yo, qui ne permet d’envoyer que le message «Yo» à ses contacts, existe toujours, confirme Business Insider qui a interviewé son cofon...

Slate (Copyrights) | High-Tech

Qualcomm Ferme son Centre R&D à Beit Shemesh en Israël. Cette fermeture va entraîner le licenciement de 30 à 40 salariés israéliens. Qualcomm, qui est le plus grand fabricant mondial de puces informatiques pour appareils mobiles, vient d'annoncer la fermeture de son centre de recherche et de développement basé à Beit Shemesh et le licenciement consécutif de 30 et 40 employés, rapporte TheMarker...

Avner Myers | High-Tech

“Hacker pour le bien commun”, c’était le thème du hackaton, un marathon de programmation en quelque sorte, mondial organisé par Paypal que deux israéliens ont récemment gagné à San José en Californie. Se distinguant face à des développeurs venant de 14 pays différents après un processus de sélection ayant réuni plus de 3 000 programmeurs, Shai Mishali et Pavel Kaminsky sont restés plus de 40 he...

Thibault de la Baronnière (Siliconwadi) | High-Tech

Le développement et l'installation de panneaux solaires se sont accélérés dans le monde depuis une quinzaine d'année, multipliant par cent la puissance installée pour atteindre 140 gigawatts (l'équivalent d'environ 150 centrales au charbon). Ce mode de production est très intéressant pour des pays comme Israël qui disposent d'un ensoleillement important et de zones désertiques pouvant se prêter...

Paul Balança (BE) | High-Tech

L'été 2014 a été marqué par une catastrophe sanitaire de taille : la fulgurante épidémie du virus Ebola qui a déjà provoqué plus de 3.000 morts et qui, au moment où j'écris ces lignes, continue à ravager l'Afrique de l'Ouest. Ce triste bilan confirme la nécessité de disposer de moyens efficaces pour enrayer Ebola et les épidémies similaires. Une solution pour lutter contre la propagation de tel...

Coralie Ebert (BE) | High-Tech

LA TRIBUNE (Copyrights). A Nantes, une clinique a acquis une machine innovante conçue par une start-up israélienne, qui permet de ralentir l'évolution de la maladie. Un espoir pour traiter efficacement les 850.000 personnes touchées par Alzheimer en France? Pour 120.000 euros, la clinique nantaise Brétéché (groupe Vedici), a acquis au mois de septembre la machine NeuroAD, créée par la startup i...

IsraelValley Desk | High-Tech

De plus en plus courant : des firmes israéliennes, dans le cadre de leur développement international, rachètent des firmes étrangères. C'est le cas cette semaine pour Silicom qui vient d'absorber Fiberblaze, une startup très réputée basée au Danemark. IsraelValley a déjà récemment parlé de Silicom : "Le fondateur de Silicom augmente ses parts dans la société* Zohar Zisapel, co-fondateur de l...

Ilan Friedman-Cohen | High-Tech

La naissance de Space-Nest a été annonçée lors de la dérnière conférence Globes qui a eu lieu cette semaine. Cet incubateur sera destiné à lancer des projets nouveaux dans le domaine de l'espace. Israel Aéronautique Industries a décidé d'auto-financer son projet. Opher Doron, le leader du projet a aussi signalé que le financement viendra de "The Space Angels Network". LE SAVIEZ-VOUS? IAI pr...

Dan Rosh (Tel Aviv) | High-Tech

Des robots qui écrivent des articles et qui présentent le journal télévisé, ce n’est plus de la science-fiction. C’est un petit robot haut comme trois pommes, dans un décor de JT de 20 heures, qui présente les nouvelles avec une voix synthétique plutôt chaleureuse… Voilà ce que l’on peut voir en ce moment sur le stand de France Télévision au Web 14. Certes, ce robot n’a pas la chevelure de D...

Franceinfo | High-Tech