Aug 6

ISRAELVALLEY - Quelques tycoons israéliens, parmi lesquels Nohi Dankner et Itzhak Tchouva, ont pris des risques considérables. Leur endettement devient préoccupant.

Authors picture

Roger Cukierman (Paris) | Économie

Headline image

L’économie israélienne. Est-ce une économie forte ? L’État d’Israël s’est à la fois américanisé et mondialisé. Au croisement de l’Asie émergente et de l’Europe vieillissante, il atteint une croissance de 3 à 4%, exactement à mi chemin entre l’Europe à 0% et l’Asie à 8%. La crise qui a frappé l’Europe et l’Amérique semble l’avoir épargné. Avec l’avantage que cette croissance se réalise dans un environnement économique dont beaucoup rêveraient.

La dette publique et le déficit budgétaire sont proches des objectifs de Maastricht. Le taux d’inflation se situe à moins de 2%. Le chômage est inférieur à 7%. Le tourisme enregistre près de 4 millions de visiteurs dont beaucoup de Français. Ces Français ne sont pas étrangers à la bonne tenue du marché immobilier israélien.

Les réserves de change atteignent près de 80 milliards de dollars. La Banque d’Israël remarquablement dirigée par le gouverneur Stanley Fisher a su maintenir des taux d’intérêt bas et garantir la fermeté de la devise israélienne contre toutes les autres monnaies. Enfin, la moitié du PIB provient des exportations dont l’essentiel est à fort contenu technologique.

D’où vient cette croissance remarquable de l’économie israélienne ?

De la priorité à la recherche et au développement. 5 à 6 % du PIB en recherche et développement contre 2 % en France. L’activité de haute technologie a été favorisée par l’immigration venue de l’ancienne Union Soviétique qui comptait de nombreux scientifiques. Elle a été favorisée aussi par l’accent mis par les prestigieuses universités israéliennes sur la formation de nombreux ingénieurs. Aux premiers rangs d’entre elles le Technion et l’Université de Jérusalem.
L’armée a joué aussi un grand rôle en formant de nombreuses recrues aux technologies les plus sophistiquées.

Le résultat c’est que tout le pays semble être une start up. 500 sociétés innovantes sont créées chaque année. Google et Yahoo et Microsoft et Intel y ont installé une partie importante de leur recherche et y font leur marché de start up et de brillants cerveaux. Même le très prudent Warren Buffett y a investi 4 milliards de dollars.

La culture des agrumes des années cinquante a fait place aujourd’hui à la haute technologie. On est passé, dit-on, de l’orange à la « pomme », la pomme d’Apple bien sûr.

Tout ne peut pas être rose. Quelles sont les faiblesses de cette économie ?

Les inégalités se creusent. La pauvreté touche deux catégories sociales dont le taux d’inactifs est élevé : il s’agit d’une part de la population arabe israélienne qui souffre d’un taux de chômage élevé. Et d’autre part des Juifs orthodoxes Haredim qui se consacrent à l’étude de la Torah et sont exemptés du service militaire. Les laïcs se plaignent de constater que les Haredim ne participent ni à la vie économique ni à la défense d’Israël et constituent une lourde charge sociale pour la population active. Au point que le parti de droite Beteinou souhaite que les critères d’attribution des logements sociaux privilégient les candidats au logement qui travaillent. Evidemment les partis religieux qui font aussi partie de la coalition gouvernementale s’insurgent contre cette proposition.

En outre, des mouvements sociaux venant cette fois plutôt de la classe moyenne réclament un meilleur accès au logement, protestent contre les prix élevés, et les salaires insuffisants. Des milliers de jeunes ménages ont campé dans les rues pour exprimer leur insatisfaction. On a assisté aussi à de longues grèves des médecins.

Avec une majorité plus large à la suite de l’entrée du parti Kadima au gouvernement va-t-on assister à plus de réformes ?

On peut enfin espérer qu’avec la très large majorité parlementaire qui soutient désormais le Premier ministre Natanyahu, celui-ci aura à cœur d’instaurer un mode électoral majoritaire. Cela éviterait les inconvénients de l’hyper démocratie actuelle qui place le gouvernement à la merci du chantage des petits partis, notamment les partis religieux. En tout état de cause, l’État devra faire face à plus de dépenses sociales, et compte tenu des problèmes sécuritaires à un accroissement du budget militaire.

Il se heurte également à la nécessité de réformes portant sur les structures financières du pays.

Pourquoi cette nécessité ?

Il se trouve que les propriétaires des banques israéliennes sont souvent aussi propriétaires d’entreprises industrielles ou commerciales, situation que la Banque d’Israël juge malsaine.

De même quelques tycoons israéliens, parmi lesquels NoHi Dankner et ItzHak Tchouva, ont pris des risques considérables, par exemple pour Dankner sur des projets hôteliers à Las Vegas ou des participations au capital du Crédit Suisse. Or leur endettement devient préoccupant. Au point qu’une filiale de Tchouva, menace de ne pouvoir rembourser ses créanciers obligataires. C’est le même Tchouva qui est le principal actionnaire du gisement de gaz récemment découvert en Méditerranée.

La Banque d’Israël exige des banques un resserrement du crédit. Mais comme dans le modèle économique américain, les ressources de ces hommes d’affaires proviennent plus d’obligations placées dans le public que de prêts bancaires.
Les pouvoirs publics veulent mettre fin aux situations de monopole et limiter la liberté d’emprunter de ces grands groupes.

Mais ces problèmes de structure financière paraissent bien dérisoires comparés aux problèmes existentiels auxquels l’État d’Israël est confronté, dans un Moyen Orient dont l’hostilité ne fait qu’empirer !

Source: Cet article est en rediffusion sur IsraelValley.

S'affranchissant des marchés européens les plus faibles, les actions de la bourse Tel-Aviv ont repris leur progression lundi. Soutenus par les secteurs du high-tech et de l'immobilier, le TA-25 et le TA-100 ont augmenté de 0,7%, avec un volume d'affaires de 979 millions de shekels ($ 273,8 millions). "Il est difficile de dire si le marché va préserver sa tendance à la hausse en raison des« ...

Avner Myers | Économie

Entretien exclusif avec le cabinet de conseil en communication économique, Dan Oren Le marché israélien est caractérisé par sa complexité, liée à une culture de l’entrepreneuriat différente des standards européens. Les nouveaux entrants doivent donc faire face à de réelles difficultés à y établir et...

Leslie Maarek et Guillaume Alliel | Économie

Le gouvernement israélien va se soumettre à une cure d'austérité pour éponger le coût de la guerre dans la bande de Gaza, seul le ministère de la Défense sera épargné par les coupes budgétaires, a indiqué un responsable gouvernemental. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le ministre de la Défense Moshé Yaalon et le ministre des finances Yaïr Lapid ont demandé dimanche en conseil des minist...

IsraelValley Desk | Économie

Défense, déficit, croissance, pauvreté: le conflit à Gaza laissera une marque sur la politique économique du gouvernement israélien pour 2015. Les 50 jours de conflit militaire avec la bande de Gaza marqueront l’économie israélienne : voici les 5 questions clés qui permettent de mieux mesurer l’impact du conflit sur l’économie israélienne et de mieux comprendre la politique économique que ...

Jacques Bendelac | Économie

Réuni ce matin dans la région d’Ashkelon, le Conseil des ministres adopte une coupe de 2% dans les dépenses civiles pour financer la guerre à Gaza. Ce dimanche matin, le gouvernement israélien a délaissé la pièce feutrée de la Présidence du Conseil à Jérusalem ; le conseil des ministres hebdomadaire se déplace dans la localité de Bat Hadar, près d’Ashkelon. Benyamin Netanyahou tient ainsi...

Jacques Bendelac | Économie

En 2017, l'une des plus grande usine d'Israël (550 personnes) aura fermé. Il s'agit de l'usine de magnesium de Israel Chemicals située dans le Sud d'Israël. Un conflit a eu lieu avec l'Etat d'Israël sur les taux de royalties et les taxes. L'homme qui a pris la décision de fermeture est Idan Offer. Idan Ofer apparaît en 182 ème position du classement Forbes des personnes les plus riches du m...

Eyal Kaddosh (Tel Aviv) | Économie

La présence de la Coface en Israël est assez discrète mais son efficacité opérationnelle est redoutable. Son professionnalisme et son expertise sont deux atouts majeurs qui lui ont permis de gravir la première place sur le marché local. Selon (1) : "Coface a annoncé sa prise de participation majoritaire dans la société BDI, Business Data Israël, le leader israélien de l'information de solva...

Ilan Friedman (Tel Aviv) | Économie

Les fonds de pension néerlandais ABP ont rejeté cette semaine les appels à se départir de trois banques israéliennes accusées d'avoir aidé financièrement les implantations juives en Cisjordanie, a rapporté Reuters vendredi. Des militants de défense des droits de l'Homme du groupe Avaaz et l'archevêque Desmond Tutu d'Afrique du Sud ont appelé mercredi ABP, troisième fonds de pension du monde,...

i24News | Économie

Drôle de fin pour l'aventure de "Better Place" racontée en détail par le livre "Startup Nation". Selon le journal économique Globes, Carasso Motors Ltd, qui importe Renault et Nissan en Israël, a mis à la casse un nombre très élevé de voitures électriques qui étaient stockées depuis 18 mois dans le port d'Ashdod. Les voitures ont été abimées par les intempéries. ISRAELVALLEY PLUS DANS NOS A...

Eyal Kaddosh (Tel Aviv) | Économie

L'administration fiscale israélienne, qui verse une indemnisation pour les dommages directs et indirects résultant de roquettes du Hamas lors de l'opération Bordure protectrice, reversera environ 1,5 milliards de shekels de dommages et intérêts à la population. L'autorité fiscale estime qu'elle paiera cette somme pour combler la perte d'activité, de salaire et les dépenses de sécurité pour l...

i24News | Économie

Dans les prochains jours, la direction de la Bourse de Tel Aviv présentera un plan à ses membres, pour fermer les bureaux le dimanche, et instaurer le vendredi comme jour de travail normal. Le TASE (Tel Aviv Stock Exchange) ouvrirait comme d’habitude à 9h30, et fermerait à 14h00 le vendredi après-midi, en prenant en compte le début du Shabbat avant le coucher du soleil. Les directeurs du TAS...

Times of Israel | Économie

Ralph Lauren teste un T-shirt connecté pour les sportifs de haut niveau qui devrait être vendu assez rapidement en Israël. Dans un second temps, il sera commercialisé auprès du grand public. Selon (1) : "Marcos Giron portant le Polo Tech de Ralph Lauren, Ralph Lauren fait son entrée sur le marché des vêtements connectés. La célèbre marque teste actuellement le « Polo Tech », son premier T-sh...

IsraelValley Desk | Économie

Israël gagne à toute vitesse des parts de marché dans le secteur agricole en Russie. Les israéliens (au moins le Ministre Shamir) semblent heureux par l'attitude très offensive de Poutine sur l'Ukraine qui finalement semble combler d'aise les firmes israéliennes du secteur agro-alimentaire. Presse Russe : "Spirale des sanctions entre Russie et UE : Israël grand bénéficiaire. Le ministre isra...

IsraelValley Desk | Économie

Le plus long tunnel d’Israël a été achevé cette semaine après 22 mois de travail intensif. Ce tunnel, de 11.6 km, servira à la future liaison entre Jérusalem et Tel-Aviv (Mevasseret Zion et Nahal Yitlah). Un tunnel identique, parallèle à celui-ci, sera construit à partir du mois de septembre 2014, permettant aux passagers de pouvoir prendre le train dans l’autre sens. Le tunnel terminé cette...

IsraelValley Desk | Économie

Selon un sondage réalisé par The Marker, la classe moyenne juive ultra-orthodoxe en Israël possède moins de voitures et se rend plus rarement à des concerts, mais passe plus de temps au téléphone et voyage fréquemment à l'étranger. Enfin, ils apprécient les grandes marques et sont souvent propriétaires de leur maison. Selon la façon dont sont comptabilisés ses membres, la communauté haredi (...

Avner Myers | Économie