Aug 6

ISRAELVALLEY - Quelques tycoons israéliens, parmi lesquels Nohi Dankner et Itzhak Tchouva, ont pris des risques considérables. Leur endettement devient préoccupant.

Authors picture

Roger Cukierman (Paris) | Économie

Headline image

L’économie israélienne. Est-ce une économie forte ? L’État d’Israël s’est à la fois américanisé et mondialisé. Au croisement de l’Asie émergente et de l’Europe vieillissante, il atteint une croissance de 3 à 4%, exactement à mi chemin entre l’Europe à 0% et l’Asie à 8%. La crise qui a frappé l’Europe et l’Amérique semble l’avoir épargné. Avec l’avantage que cette croissance se réalise dans un environnement économique dont beaucoup rêveraient.

La dette publique et le déficit budgétaire sont proches des objectifs de Maastricht. Le taux d’inflation se situe à moins de 2%. Le chômage est inférieur à 7%. Le tourisme enregistre près de 4 millions de visiteurs dont beaucoup de Français. Ces Français ne sont pas étrangers à la bonne tenue du marché immobilier israélien.

Les réserves de change atteignent près de 80 milliards de dollars. La Banque d’Israël remarquablement dirigée par le gouverneur Stanley Fisher a su maintenir des taux d’intérêt bas et garantir la fermeté de la devise israélienne contre toutes les autres monnaies. Enfin, la moitié du PIB provient des exportations dont l’essentiel est à fort contenu technologique.

D’où vient cette croissance remarquable de l’économie israélienne ?

De la priorité à la recherche et au développement. 5 à 6 % du PIB en recherche et développement contre 2 % en France. L’activité de haute technologie a été favorisée par l’immigration venue de l’ancienne Union Soviétique qui comptait de nombreux scientifiques. Elle a été favorisée aussi par l’accent mis par les prestigieuses universités israéliennes sur la formation de nombreux ingénieurs. Aux premiers rangs d’entre elles le Technion et l’Université de Jérusalem.
L’armée a joué aussi un grand rôle en formant de nombreuses recrues aux technologies les plus sophistiquées.

Le résultat c’est que tout le pays semble être une start up. 500 sociétés innovantes sont créées chaque année. Google et Yahoo et Microsoft et Intel y ont installé une partie importante de leur recherche et y font leur marché de start up et de brillants cerveaux. Même le très prudent Warren Buffett y a investi 4 milliards de dollars.

La culture des agrumes des années cinquante a fait place aujourd’hui à la haute technologie. On est passé, dit-on, de l’orange à la « pomme », la pomme d’Apple bien sûr.

Tout ne peut pas être rose. Quelles sont les faiblesses de cette économie ?

Les inégalités se creusent. La pauvreté touche deux catégories sociales dont le taux d’inactifs est élevé : il s’agit d’une part de la population arabe israélienne qui souffre d’un taux de chômage élevé. Et d’autre part des Juifs orthodoxes Haredim qui se consacrent à l’étude de la Torah et sont exemptés du service militaire. Les laïcs se plaignent de constater que les Haredim ne participent ni à la vie économique ni à la défense d’Israël et constituent une lourde charge sociale pour la population active. Au point que le parti de droite Beteinou souhaite que les critères d’attribution des logements sociaux privilégient les candidats au logement qui travaillent. Evidemment les partis religieux qui font aussi partie de la coalition gouvernementale s’insurgent contre cette proposition.

En outre, des mouvements sociaux venant cette fois plutôt de la classe moyenne réclament un meilleur accès au logement, protestent contre les prix élevés, et les salaires insuffisants. Des milliers de jeunes ménages ont campé dans les rues pour exprimer leur insatisfaction. On a assisté aussi à de longues grèves des médecins.

Avec une majorité plus large à la suite de l’entrée du parti Kadima au gouvernement va-t-on assister à plus de réformes ?

On peut enfin espérer qu’avec la très large majorité parlementaire qui soutient désormais le Premier ministre Natanyahu, celui-ci aura à cœur d’instaurer un mode électoral majoritaire. Cela éviterait les inconvénients de l’hyper démocratie actuelle qui place le gouvernement à la merci du chantage des petits partis, notamment les partis religieux. En tout état de cause, l’État devra faire face à plus de dépenses sociales, et compte tenu des problèmes sécuritaires à un accroissement du budget militaire.

Il se heurte également à la nécessité de réformes portant sur les structures financières du pays.

Pourquoi cette nécessité ?

Il se trouve que les propriétaires des banques israéliennes sont souvent aussi propriétaires d’entreprises industrielles ou commerciales, situation que la Banque d’Israël juge malsaine.

De même quelques tycoons israéliens, parmi lesquels NoHi Dankner et ItzHak Tchouva, ont pris des risques considérables, par exemple pour Dankner sur des projets hôteliers à Las Vegas ou des participations au capital du Crédit Suisse. Or leur endettement devient préoccupant. Au point qu’une filiale de Tchouva, menace de ne pouvoir rembourser ses créanciers obligataires. C’est le même Tchouva qui est le principal actionnaire du gisement de gaz récemment découvert en Méditerranée.

La Banque d’Israël exige des banques un resserrement du crédit. Mais comme dans le modèle économique américain, les ressources de ces hommes d’affaires proviennent plus d’obligations placées dans le public que de prêts bancaires.
Les pouvoirs publics veulent mettre fin aux situations de monopole et limiter la liberté d’emprunter de ces grands groupes.

Mais ces problèmes de structure financière paraissent bien dérisoires comparés aux problèmes existentiels auxquels l’État d’Israël est confronté, dans un Moyen Orient dont l’hostilité ne fait qu’empirer !

Source: Cet article est en rediffusion sur IsraelValley.

Des inventions développées dans le laboratoire du professeur israélien Amir Amedi, seront bientôt commercialisées et donneront des capacités sans précédent aux personnes souffrant de handicap visuel. Dans le laboratoire du professeur Amir Amedi, mondialement renommé pour ses recherches sur le cerveau et le multisensoriel à l’Université hébraïque de Jérusalem, les personnes s...

IsraelValley Desk | Économie

Israël est déjà saturé de centres commerciaux: pourquoi alors construire un centre commercial supplémentaire, dans le point le plus bas au monde? Un centre commercial est en construction à proximité de la Mer morte, le point le plus bas au monde : ouverture prévue en août 2017. Or Israël est un pays saturé de centres commerciaux : ce qui n’empêche pas les projets de centres com...

Jacques Bendelac | Économie

Le programme EastMakers, un nouvel incubateur se concentrant sur l'Internet des Objets (IdO) et le hardware, a été lancé lors d'un événements sur le campus Google à Tel-Aviv. Le programme est une collaboration entre StartupEast, un incubateur vieux de trois ans qui aide les entreprises israéliennes sur les marchés asiatiques, et MakeMountain, un incubateur basé à Shenzen qui aide l...

IsraelValley Desk | Économie

Une nouvelle loi israélienne interdit au propriétaire d’une banque privée de détenir une participation dans une compagnie d’assurance. Il est rare qu’une banque israélienne soit proposée à la vente, au plus offrant ; c’est le cas aujourd’hui de la banque Igoud (dite aussi Union Bank), la cinquième banque du pays derrière les banques Leumi, Hapoalim, Mizrahi-Tfahot et Disco...

Jacques Bendelac | Économie

La banque Hapoalim ferme son bureau de Genève dans le cadre d'un redimensionnement de ses activités de banque privée. Ce site rassemble vingt-cinq collaborateurs. Les consultations avec les personnes concernées sont en cours, a expliqué lundi l'établissement, sans toutefois préciser si toutes seraient congédiées. Hapoalim va maintenir sa présence à Zurich, où le nombre d'employé...

IsraelVallley Desk | Économie

Jérusalem - Israël a donné mardi son feu vert à la vente de deux champs gaziers, dont les réserves sont estimées à 60 milliards de m3, à la compagnie grecque Energean, a annoncé le ministre de l'Energie Youval Steinitz. L'exploitation de ces deux champs, baptisés Karish et Tanin, avait été attribuée dans un premier temps à un consortium formé par la compagnie américaine Noble...

IsraelVallley Desk | Économie

On croyait qu’Internet liquiderait les achats réalisés sur l’écran de télévision ; pourtant, la chaîne israélienne de téléachat se porte bien. 100 millions de shekels : c’est le chiffre d’affaires annuel réalisé par la chaîne israélienne de téléachat en continu, soit l’équivalent de 23 millions d’euros. Les Israéliens sont encore nombreux à choisir leur équipem...

Jacques Bendelac | Économie

FIMI fonds Opportunity, contrôlés par Ishay Davidi, et le plus important fonds de capitaux privés d'Israël, a annoncé vendredi qu'il avait signé un accord pour l'acquisition de la société de sécurité G4S Israël (anciennement Hashmira) pour un montant estimé à 425 millions de NIS. "Globes" a rapporté les négociations entre les deux parties il y a trois mois. G4S Israël emploie...

IsraelVallley Desk | Économie

Le bénéfice brut de la société israélienne d'eau minérale Ein Gedi a atteint 63% des ventes au cours des neuf premiers mois de 2016. Pourquoi le prix de détail de l'eau minérale en Israël est-il deux fois plus cher qu’en Europe? La réponse peut être déduite de l’état financier de Kerur Holdings Ltd., qui révèlent la marge bénéficiaire extrêmement élevée de la sociét...

Ilanit Hayut | Économie

La fronde des députés de la majorité s’amplifie : le débat en commission des Finances a été suspendu en raison de dissensions internes. Coup de théâtre en fin de semaine à la Knesset : Moshé Gafni (Judaïsme de la Thora), le tout puissant président de la commission des Finances, a reporté sine die tous les débats prévus cette semaine sur les mesures fiscales prévues dans l...

Jacques Bendelac | Économie

DKSH, groupe proposant des services aidants à l’expansion de marché en Asie, et dont le siège est à Zurich (Suisse), a conclu un accord avec la société ICL (Israel Chemicals Limited) Advanced Additives concernant les produits de protection anticorrosion. La division Performance Materials commercialisera et livrera au Japon les composants antirouille de son partenaire sous la marque ...

IsraelVallley Desk | Économie

Après des années de retard, Israël s'engage dans son plus vaste projet d'infrastructure jamais réalisé avec le développement de l'énorme champ de gaz offshore Leviathan en Méditerranée. La première phase implique un investissement initial de 4 milliards de dollars pour produire 12 milliards de mètres cubes de gaz par an pour les clients nationaux ainsi que, dans un premier temps, les...

Aharon Kahn | Économie

Malgré l'absence de relations officielles, les deux pays ont poursuivi discrètement des échanges commerciaux et touristiques. Les obsèques de Fidel Castro ont lieu ce dimanche 4 décembre à Santiago de Cuba. La disparition de l'ancien dirigeant cubain ne devrait pas avoir d’impact sur les relations israélo-cubaines. En revanche, la nouvelle administration américaine sous la prési...

Jacques Bendelac | Économie

Le secrétaire d'Etat aux questions financières internationales Jörg Gasser a signé une déclaration commune en Israël pour introduire l'échange automatique de renseignements en matière fiscale. Le secrétaire d'Etat aux questions financières internationales Jörg Gasser s'est rendu de lundi à mercredi au Moyen-Orient, pour une visite de travail. Au début de son voyage, il a notamme...

IsraelVallley Desk | Économie

Des investisseurs chinois chercheraient à acheter des hôtels israéliens, et pour cause : le tourisme chinois en Israël est en plein boom. « On n’est jamais mieux servi que par soi-même » : les Chinois sont en passe d’appliquer en Israël cet adage bien connu. Puisque les Chinois sont de plus en plus nombreux à visiter Israël, pourquoi ne pas les loger dans des hôtels chinois ...

Jacques Bendelac | Économie