Aug 6

ISRAELVALLEY - Quelques tycoons israéliens, parmi lesquels Nohi Dankner et Itzhak Tchouva, ont pris des risques considérables. Leur endettement devient préoccupant.

Authors picture

Roger Cukierman (Paris) | Économie

Headline image

L’économie israélienne. Est-ce une économie forte ? L’État d’Israël s’est à la fois américanisé et mondialisé. Au croisement de l’Asie émergente et de l’Europe vieillissante, il atteint une croissance de 3 à 4%, exactement à mi chemin entre l’Europe à 0% et l’Asie à 8%. La crise qui a frappé l’Europe et l’Amérique semble l’avoir épargné. Avec l’avantage que cette croissance se réalise dans un environnement économique dont beaucoup rêveraient.

La dette publique et le déficit budgétaire sont proches des objectifs de Maastricht. Le taux d’inflation se situe à moins de 2%. Le chômage est inférieur à 7%. Le tourisme enregistre près de 4 millions de visiteurs dont beaucoup de Français. Ces Français ne sont pas étrangers à la bonne tenue du marché immobilier israélien.

Les réserves de change atteignent près de 80 milliards de dollars. La Banque d’Israël remarquablement dirigée par le gouverneur Stanley Fisher a su maintenir des taux d’intérêt bas et garantir la fermeté de la devise israélienne contre toutes les autres monnaies. Enfin, la moitié du PIB provient des exportations dont l’essentiel est à fort contenu technologique.

D’où vient cette croissance remarquable de l’économie israélienne ?

De la priorité à la recherche et au développement. 5 à 6 % du PIB en recherche et développement contre 2 % en France. L’activité de haute technologie a été favorisée par l’immigration venue de l’ancienne Union Soviétique qui comptait de nombreux scientifiques. Elle a été favorisée aussi par l’accent mis par les prestigieuses universités israéliennes sur la formation de nombreux ingénieurs. Aux premiers rangs d’entre elles le Technion et l’Université de Jérusalem.
L’armée a joué aussi un grand rôle en formant de nombreuses recrues aux technologies les plus sophistiquées.

Le résultat c’est que tout le pays semble être une start up. 500 sociétés innovantes sont créées chaque année. Google et Yahoo et Microsoft et Intel y ont installé une partie importante de leur recherche et y font leur marché de start up et de brillants cerveaux. Même le très prudent Warren Buffett y a investi 4 milliards de dollars.

La culture des agrumes des années cinquante a fait place aujourd’hui à la haute technologie. On est passé, dit-on, de l’orange à la « pomme », la pomme d’Apple bien sûr.

Tout ne peut pas être rose. Quelles sont les faiblesses de cette économie ?

Les inégalités se creusent. La pauvreté touche deux catégories sociales dont le taux d’inactifs est élevé : il s’agit d’une part de la population arabe israélienne qui souffre d’un taux de chômage élevé. Et d’autre part des Juifs orthodoxes Haredim qui se consacrent à l’étude de la Torah et sont exemptés du service militaire. Les laïcs se plaignent de constater que les Haredim ne participent ni à la vie économique ni à la défense d’Israël et constituent une lourde charge sociale pour la population active. Au point que le parti de droite Beteinou souhaite que les critères d’attribution des logements sociaux privilégient les candidats au logement qui travaillent. Evidemment les partis religieux qui font aussi partie de la coalition gouvernementale s’insurgent contre cette proposition.

En outre, des mouvements sociaux venant cette fois plutôt de la classe moyenne réclament un meilleur accès au logement, protestent contre les prix élevés, et les salaires insuffisants. Des milliers de jeunes ménages ont campé dans les rues pour exprimer leur insatisfaction. On a assisté aussi à de longues grèves des médecins.

Avec une majorité plus large à la suite de l’entrée du parti Kadima au gouvernement va-t-on assister à plus de réformes ?

On peut enfin espérer qu’avec la très large majorité parlementaire qui soutient désormais le Premier ministre Natanyahu, celui-ci aura à cœur d’instaurer un mode électoral majoritaire. Cela éviterait les inconvénients de l’hyper démocratie actuelle qui place le gouvernement à la merci du chantage des petits partis, notamment les partis religieux. En tout état de cause, l’État devra faire face à plus de dépenses sociales, et compte tenu des problèmes sécuritaires à un accroissement du budget militaire.

Il se heurte également à la nécessité de réformes portant sur les structures financières du pays.

Pourquoi cette nécessité ?

Il se trouve que les propriétaires des banques israéliennes sont souvent aussi propriétaires d’entreprises industrielles ou commerciales, situation que la Banque d’Israël juge malsaine.

De même quelques tycoons israéliens, parmi lesquels NoHi Dankner et ItzHak Tchouva, ont pris des risques considérables, par exemple pour Dankner sur des projets hôteliers à Las Vegas ou des participations au capital du Crédit Suisse. Or leur endettement devient préoccupant. Au point qu’une filiale de Tchouva, menace de ne pouvoir rembourser ses créanciers obligataires. C’est le même Tchouva qui est le principal actionnaire du gisement de gaz récemment découvert en Méditerranée.

La Banque d’Israël exige des banques un resserrement du crédit. Mais comme dans le modèle économique américain, les ressources de ces hommes d’affaires proviennent plus d’obligations placées dans le public que de prêts bancaires.
Les pouvoirs publics veulent mettre fin aux situations de monopole et limiter la liberté d’emprunter de ces grands groupes.

Mais ces problèmes de structure financière paraissent bien dérisoires comparés aux problèmes existentiels auxquels l’État d’Israël est confronté, dans un Moyen Orient dont l’hostilité ne fait qu’empirer !

Source: Cet article est en rediffusion sur IsraelValley.

Oupss, ça sent un peu le roussi pour Nutella en ce moment : si la célèbre pâte à tartiner est toujours très sollicitée dans nos placards, la marque traverse actuellement une période de bad buzz. En cause ? La censure appliquée par l’enseigne pour son projet « Dites-le-avec Nutella » via lequel les consommateurs peuvent personnaliser leur pot et y inscrire des messages. Oui mais voilà, certains ...

be.com | Économie

1. Les prix à la pompe vont connaitre une forte hausse Samedi soir, en augmentant de 0,38 NIS pour atteindre 6,46 NIS par litre. Cette hausse résulte de l’augmentation de 23,2% des prix du baril de brut lors du mois de Février. 2. Après deux déconnexions électriques à Naplouse et Jénine la semaine dernière pour cause d’impayés, le cabinet du Premier ministre a accepté de transférer à la com...

Coolamnews.com | Économie

Faut-il interdire en Israël les transferts budgétaires d’une administration à l’autre ? Les juges de la Cour suprême devront trancher. Un recours déposé devant la Cour suprême à Jérusalem par une députée travailliste met à jour une pratique courante en Israël : le gouvernement modifie la destination des crédits sans l’autorisation de la séance plénière de la Knesset ; la seule commission d...

Jacques Bendelac | Économie

Selon des données de la Banque mondiale, un cinquième de l’économie israélienne, soit 53 milliards de dollars, n’est pas déclaré. C’est deux fois plus qu’aux Etats-Unis, où cette part s’élève à 10%. D’après les statistiques de la Banque nationale suisse, les fonds déposés par des ressortissants de l’Etat hébreu en Suisse s’élevaient à 8,6 milliards de francs à la fin 2013. (letemps.ch) ISRAE...

IsraelValley Desk | Économie

En 2014, selon le FMI, le PIB par habitant d’Israël était de 33 300 dollars, contre 24 100 en 2005. Le pays se classe juste au-dessus de l’Espagne et juste en-dessous de l’Italie, de la Nouvelle-Zélande et de la Corée du Sud. Selon les chiffres préliminaires du Bureau central des statistiques en Israël, le PIB par habitant du pays a augmenté de 0,9 % en 2014. (Times of Israel) ISRAELVALLEY P...

Times of Israel | Économie

Crise du logement – 2.700 logements ont été vendus en Israël à des non-résidents en 2014 : c’est une baisse de 13% par rapport à l’année précédente. Alors que le Contrôleur de l’Etat publie un rapport accablant sur la politique du logement conduite en Israël au cours des sept dernières années, un autre rapport révèle le rôle des non-résidents sur le marché immobilier israélien. Il s’agi...

Jacques Bendelac | Économie

La monnaie israélienne a poursuivi sa chute dans la foulée de la baisse du taux directeur annoncé hier par la Banque d’Israël, à la surprise des analystes financiers. Le Shekel a perdu 1,63% face au Dollar, avec un taux de change de 3.9208 NIS pour un $,et la monnaie israélienne a perdu 1.85% face à l’Euro, à 4.4416 NIS pour un €. (coolamnews) ISRAELVALLEY PLUS. Selon les echos.fr (Copyrigh...

Coolamnews.com | Économie

Bonne nouvelle pour les familles israéliennes très endettées dont les factures d’eau s’accumulent: les coupures seront interdites à compter du 31 mars. Les compagnies israéliennes de distribution d’eau n’auront plus le droit de couper l’eau dans les logements pour cause de factures impayées : la commission de l’Économie de la Knesset s’est réunie exceptionnellement pour voter un amendement...

Jacques Bendelac | Économie

Des dizaines de pressoirs à olives ont été découverts dans le Golan, comme autant de preuves d'une présence juive dans la région depuis des millénaires. Il en est de même en Galilée, et dans le sud du pays. Résultats : de plus en plus de producteurs juifs suivent les traces de leurs ancêtres et se lancent dans la production d’huile d’olive pure dans la plus « pure » tradition. Le Plateau du...

Moshe Michael Tzoren | Économie

Selon lesechos.fr (Copyrights) : "La Banque d'Israël a annoncé lundi avoir réduit son taux d'intérêt directeur de 15 points de base à 0,10%, sa première baisse de taux en six mois sur fond de déflation persistante et de renforcement du shekel. Cette décision a surpris les marchés : 11 des 12 économistes interrogés par Reuters avant la décision anticipaient un statu quo. Le shekel s'est appré...

IsraelValley Desk | Économie

À 22 jours des législatives, les partis israéliens multiplient les promesses électorales ; le logement est un des enjeux principaux du scrutin. Dans le programme économique de la plupart des formations politiques qui présentent une liste aux prochaines législatives, le logement figure en bonne place. Et pour cause : les prix en Israël ont augmenté de 90% en sept ans. De la droite à la gauc...

Jacques Bendelac | Économie

Un groupe de 63 députés européens a interpellé récemment Federica Mogherini, Haute représentante de l’Union pour les affaires étrangères, en faveur de la suspension de l’Accord d’Association UE-Israël qui est le principal traité entre l’UE et Israël. Les Israël-bashers français sont : Patrick Le Hyaric, Younous Omarjee, Marie Christine Vergiat, José Bové, Karima Delli, Pascal Durand,Yannick...

IsraelValley Desk | Économie

ANALYSE – Après une inflation négative en 2014, les prix à la consommation ont aussi reculé en janvier dernier. La croissance pourrait en souffrir. Les économistes israéliens ont l’habitude de dire que la baisse des prix est une bonne nouvelle pour les consommateurs, mais une mauvaise nouvelle pour l’économie. Et pour cause : le consommateur se réjouit de débourser moins d’argent pour ses dé...

Jacques Bendelac | Économie

L'Express (Copyrights) : "Chef de file de l'opposition, Isaac Herzog tentera, le 17 mars, de remporter le poste de Premier ministre lors des élections législatives anticipées face à Benjamin Netanyahou qui "sème la peur" selon lui. Héritier de l'élite israélienne, Isaac Herzog veut ramener le parti travailliste au pouvoir. Il veut lutter contre ce qu'il qualifie de "politique de la peur". I...

L'Express | Économie

La tenue d’élections anticipées aura eu un impact positif sur les dépenses publiques : en janvier dernier, l’Etat a été moins dépensier que prévu. S’il est un domaine pour lequel la tenue d’élections anticipées aura été une bonne nouvelle, c’est bien celui des finances publiques. En l’absence de budget voté pour 2015, les ministères israéliens ne peuvent engager de nouveaux frais : le nive...

Jacques Bendelac | Économie