Aug 6

ISRAELVALLEY - Quelques tycoons israéliens, parmi lesquels Nohi Dankner et Itzhak Tchouva, ont pris des risques considérables. Leur endettement devient préoccupant.

Authors picture

Roger Cukierman (Paris) | Économie

Headline image

L’économie israélienne. Est-ce une économie forte ? L’État d’Israël s’est à la fois américanisé et mondialisé. Au croisement de l’Asie émergente et de l’Europe vieillissante, il atteint une croissance de 3 à 4%, exactement à mi chemin entre l’Europe à 0% et l’Asie à 8%. La crise qui a frappé l’Europe et l’Amérique semble l’avoir épargné. Avec l’avantage que cette croissance se réalise dans un environnement économique dont beaucoup rêveraient.

La dette publique et le déficit budgétaire sont proches des objectifs de Maastricht. Le taux d’inflation se situe à moins de 2%. Le chômage est inférieur à 7%. Le tourisme enregistre près de 4 millions de visiteurs dont beaucoup de Français. Ces Français ne sont pas étrangers à la bonne tenue du marché immobilier israélien.

Les réserves de change atteignent près de 80 milliards de dollars. La Banque d’Israël remarquablement dirigée par le gouverneur Stanley Fisher a su maintenir des taux d’intérêt bas et garantir la fermeté de la devise israélienne contre toutes les autres monnaies. Enfin, la moitié du PIB provient des exportations dont l’essentiel est à fort contenu technologique.

D’où vient cette croissance remarquable de l’économie israélienne ?

De la priorité à la recherche et au développement. 5 à 6 % du PIB en recherche et développement contre 2 % en France. L’activité de haute technologie a été favorisée par l’immigration venue de l’ancienne Union Soviétique qui comptait de nombreux scientifiques. Elle a été favorisée aussi par l’accent mis par les prestigieuses universités israéliennes sur la formation de nombreux ingénieurs. Aux premiers rangs d’entre elles le Technion et l’Université de Jérusalem.
L’armée a joué aussi un grand rôle en formant de nombreuses recrues aux technologies les plus sophistiquées.

Le résultat c’est que tout le pays semble être une start up. 500 sociétés innovantes sont créées chaque année. Google et Yahoo et Microsoft et Intel y ont installé une partie importante de leur recherche et y font leur marché de start up et de brillants cerveaux. Même le très prudent Warren Buffett y a investi 4 milliards de dollars.

La culture des agrumes des années cinquante a fait place aujourd’hui à la haute technologie. On est passé, dit-on, de l’orange à la « pomme », la pomme d’Apple bien sûr.

Tout ne peut pas être rose. Quelles sont les faiblesses de cette économie ?

Les inégalités se creusent. La pauvreté touche deux catégories sociales dont le taux d’inactifs est élevé : il s’agit d’une part de la population arabe israélienne qui souffre d’un taux de chômage élevé. Et d’autre part des Juifs orthodoxes Haredim qui se consacrent à l’étude de la Torah et sont exemptés du service militaire. Les laïcs se plaignent de constater que les Haredim ne participent ni à la vie économique ni à la défense d’Israël et constituent une lourde charge sociale pour la population active. Au point que le parti de droite Beteinou souhaite que les critères d’attribution des logements sociaux privilégient les candidats au logement qui travaillent. Evidemment les partis religieux qui font aussi partie de la coalition gouvernementale s’insurgent contre cette proposition.

En outre, des mouvements sociaux venant cette fois plutôt de la classe moyenne réclament un meilleur accès au logement, protestent contre les prix élevés, et les salaires insuffisants. Des milliers de jeunes ménages ont campé dans les rues pour exprimer leur insatisfaction. On a assisté aussi à de longues grèves des médecins.

Avec une majorité plus large à la suite de l’entrée du parti Kadima au gouvernement va-t-on assister à plus de réformes ?

On peut enfin espérer qu’avec la très large majorité parlementaire qui soutient désormais le Premier ministre Natanyahu, celui-ci aura à cœur d’instaurer un mode électoral majoritaire. Cela éviterait les inconvénients de l’hyper démocratie actuelle qui place le gouvernement à la merci du chantage des petits partis, notamment les partis religieux. En tout état de cause, l’État devra faire face à plus de dépenses sociales, et compte tenu des problèmes sécuritaires à un accroissement du budget militaire.

Il se heurte également à la nécessité de réformes portant sur les structures financières du pays.

Pourquoi cette nécessité ?

Il se trouve que les propriétaires des banques israéliennes sont souvent aussi propriétaires d’entreprises industrielles ou commerciales, situation que la Banque d’Israël juge malsaine.

De même quelques tycoons israéliens, parmi lesquels NoHi Dankner et ItzHak Tchouva, ont pris des risques considérables, par exemple pour Dankner sur des projets hôteliers à Las Vegas ou des participations au capital du Crédit Suisse. Or leur endettement devient préoccupant. Au point qu’une filiale de Tchouva, menace de ne pouvoir rembourser ses créanciers obligataires. C’est le même Tchouva qui est le principal actionnaire du gisement de gaz récemment découvert en Méditerranée.

La Banque d’Israël exige des banques un resserrement du crédit. Mais comme dans le modèle économique américain, les ressources de ces hommes d’affaires proviennent plus d’obligations placées dans le public que de prêts bancaires.
Les pouvoirs publics veulent mettre fin aux situations de monopole et limiter la liberté d’emprunter de ces grands groupes.

Mais ces problèmes de structure financière paraissent bien dérisoires comparés aux problèmes existentiels auxquels l’État d’Israël est confronté, dans un Moyen Orient dont l’hostilité ne fait qu’empirer !

Source: Cet article est en rediffusion sur IsraelValley.

La saison 3 est lancée ! Les 6 start-ups sélectionnées parmi 175 candidatures pour le programme d’accélération Orange Fab France ont présenté leur projet devant des investisseurs et des entrepreneurs à Paris aujourd’hui. Dopez vos plus-values Afrostream est le service de vidéo à la demande par abonnement qui donne à des millions de fans un accès illimité aux films et séries africaines, afro...

IsraelValley Desk | Économie

Les transactions immobilières ont reculé en février après une poussée en janvier ; le Sud d’Israël devient très recherché par les investisseurs. La note de conjoncture hebdomadaire publiée par le ministère des Finances à Jérusalem consacre une longue analyse au marché immobilier au début 2015. En février dernier, 10.500 logements ont été achetés en Israël, soit 3,5% de moins qu’en janvier. C...

Jacques Bendelac | Économie

Si la situation économique des rescapés de la Shoah s’améliore, ils sont encore nombreux à vivre dans la pauvreté et à rogner sur leurs dépenses. Israël commémore aujourd’hui la Journée de la Shoah, officiellement dénommée Yom ha-zikaron laShoah vélaGvoura (« Journée du souvenir pour la Shoah et l’Héroïsme »). Au début 2015, 189.000 rescapés de la Shoah vivaient en Israël ; deux tiers d’en...

Jacques Bendelac | Économie

Le ministre israélien des Transports prépare une mini-révolution dans les plaques d’immatriculation des véhicules; son coût élevé sera inévitable. À partir de 2017, les plaques d’immatriculation des véhicules en Israël sera composé de huit chiffres, contre sept aujourd’hui. Explication : au rythme actuel des immatriculations, toutes les combinaisons à sept chiffres seront prochainement épu...

Jacques Bendelac | Économie

Fin de la trêve pascale en Israël : les tractations pour la formation d’un gouvernement reprennent, les dossiers économiques restent brûlants. L’économie sera un des principaux enjeux des transactions pour former un gouvernement de coalition israélien. Le Premier ministre nommé, Benyamin Netanyahou, devra « jongler » entre les exigences des différents partenaires potentiels, tout en leur f...

Jacques Bendelac | Économie

De nombreuses universités et associations philantropiques israéliennes rêvent de reçevoir une partie de la fortune de Tim Cook. Selon i24News : "Le patron d'Apple, Tim Cook, céderait sa fortune à des oeuvres de charité, une somme qui approcherait les 800 millions de dollars, selon une révélation du magazine Fortune. Aujourd'hui âgé de 54 ans, Tim Cook a indiqué qu'il donnera son argent à des...

IsraelValley et i24News | Économie

Avec le recul de l’euro face au shekel, la parité euro/dollar deviendrait une réalité dans le courant de 2015. Quel impact sur l’économie d’Israël? Au dernier jour de cotation de la semaine de Pessah à la bourse de Tel Aviv, le dollar est resté stable à 3,94 shekels. En revanche, la monnaie européenne a encore perdu 1% de sa valeur face à la devise israélienne : l’euro vaut désormais 4,24 ...

Jacques Bendelac | Économie

HiLabs tente de faire passer le message de la nation start-up aux 200 000 Juifs argentins. Situé à Buenos Aires, HiLabs cherche recréer autant que possible l’atmosphère des incubateurs israéliens, en donnant aux participants les outils et le mentorat nécessaires au développement d’applications et de nouvelles technologies. « Nous avons reçu 300 candidatures pour 30 places. Cela a dépassé tou...

Times of Israel | Économie

Benjamin Netanyahu a l’intention de revenir à des budgets sur deux ans, une politique financière que son gouvernement avait adoptée lors de son mandat de 2009 à 2013 mais qui avait été abandonnée par le gouvernement récemment dissous. La decision de réintroduire cette politique n’a pas été motivée par des considérations budgétaires, mais dans le but de stabiliser la future coalition au pouvoir ...

Times of Israel | Économie

Le secteur chimique en Israël est incontestablement un des piliers de son industrie et joue un rôle majeur dans l’économie du pays. Il couvre une variété d’activités ; le raffinage et la pétrochimie, les engrais, la fabrication de matières premières de base, l’utilisation des ressources minérales naturelles, les produits de biotechnologie, cosmétiques, pharmaceutiques, les produits d’entretien...

IsraelValley Desk | Économie

Les villes monnayent le nom de leurs installations sportives, terrains et gymnases ; des sociétés commerciales s’engouffrent dans ce sponsoring. C’est désormais un phénomène courant en Israël ; pour injecter des fonds dans le secteur du sport, les municipalités israéliennes vendent le nom de leurs installations sportives à des sponsors privés. Cette semaine, c’est la ville de Haïfa qui a p...

Jacques Bendelac | Économie

INFO ? INTOX? Le BDS va pleurer de rage. Israël pourrait devenir exportateur de saucisses Hallal vers l’Arabie Saoudite. Les saoudiens pourraient bientôt manger des hot-dogs Hallal fabriqués en Israël, mais ils ne seront pas étiquetés comme tels. Reuven Maskit, directeur général de l’usine Soglowek de saucisses et viande à Nahariya, a déclaré qu’un intermédiaire européenne a offert d’acheter...

JSS News | Économie

Peut-on vivre en Israël sans compte en banque ? La réponse est positive pour 73.400 ménages qui ne sont pas « bancarisés », soit 3% de la population. Une étude inédite de l’Institut de la Statistique publiée récemment à Jérusalem, révèle les habitudes financières des Israéliens et leurs comportements en matière d’épargne. Cette enquête a été réalisée auprès de 4.621 ménages israéliens, rep...

Jacques Bendelac | Économie

Il y a ceux qui prennent des vacances, ceux qui voyagent, ceux qui consomment et ceux qui travaillent : profil de l’Israélien modèle Pessah 5775. Pessah est une semaine importante et festive pour la majorité des Israéliens. C’est d’abord une semaine de vacances pour la majorité des familles qui la mettent à profit pour se reposer, se balader, ou effectuer un séjour à l’étranger. En revanch...

Jacques Bendelac | Économie

Le patron de Teva semble heureux. Et il fait savoir. Son salaire est mirobolant. Inutile de plaindre les grands patrons de firmes israéliennes comme lui qui dominent le pavé à la bourse de Tel Aviv. Leur salaire est vraiment important. Selon un cabinet d'études international BDO Ziv Haft le salaire des grands patrons du Tel Aviv 100 Index est tout a fait honorable. Avec 3,2 millions de sheke...

Ilana Trajman | Économie