Aug 2

ISRAELVALLEY - Des nouvelles mesures économiques du Gouvernement qui vont se traduire en moyenne pour chaque ménage par un surcroît de charges fiscales annuelles d'environ 1.740 shekels (347 euros).

Authors picture

IsraelValley Desk | Économie

Le gouvernement israélien a approuvé une série de mesures d’austérité essentielles, selon lui, pour réduire le déficit budgétaire et protéger Israël de la crise économique mondiale, a annoncé le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu. “Le gouvernement a approuvé il y a peu de temps des mesures pour réduire le déficit et faire face aux effets de la crise économique mondiale sur l’économie israélienne”, a-t-il indiqué dans un communiqué, après plus de sept heures de débat.

“C’est une décision responsable qui va préserver l’économie d’Israël et les emplois de ses citoyens”, a affirmé M. Netanyahu, cité par le communiqué. Parmi les mesures approuvées pour limiter le déficit budgétaire figurent une augmentation immédiate d’un point du taux de la TVA à 17%, ainsi qu’une hausse l’an prochain de 1% de l’impôt pour les particuliers dont le revenu mensuel est situé entre 8.881 et 41.830 shekels (2.220 et 10.457 dollars). Une taxe spéciale de 2% sera prélevée sur les revenus de plus 67.000 shekels (16.750 dollars).

Des coupes de 750 millions de shekels (187 millions de dollars) dans les crédits des différents ministères, à l’exception de la Défense, de l’Education, des Affaires sociales et de l’Intégration des nouveaux immigrants, sont également prévues. L’an prochain, une coupe supplémentaire de 3% va également intervenir.

Selon le communiqué, 20 ministres ont approuvé ce plan et neuf s’y sont opposés, dont le ministre de la Défense Ehud Barak et trois autres ministres de son parti, Atzmaout (Indépendance).

“En ces temps de récession globale, le premier devoir du gouvernement est d’empêcher que le tissu social se déchire. Nous parlons de gens qui travaillent dur dans de petites et moyennes entreprises, de gens qui portent le pays sur leurs épaules”, a ensuite expliqué M. Barak aux journalistes.

Ces mesures risquent en effet de raviver la colère de beaucoup d’Israéliens qui manifestent régulièrement contre la cherté de la vie. L’été dernier, ces manifestations avaient rassemblé des centaines de milliers de personnes.

Les mesures arrêtées par le gouvernement visent à combler un déficit budgétaire de 28 milliards de shekels (5,6 milliards d’euros), soit près de 4% du PNB, deux fois plus élevé que prévu pour 2012.

La semaine dernière, dans un premier temps, le gouvernement avait augmenté les taxes sur la bière et le tabac, en vue de faire rapidement entrer dans les caisses du Trésor 1 milliard de shekels (210 million euros).

Ces mesures devraient se traduire en moyenne pour chaque ménage par un surcroît de charges fiscales annuelles d’environ 1.740 shekels (347 euros). “Il s’agit de mesures cruciales, si nous voulons nous épargner la situation catastrophique que vivent par exemple la Grèce et l’Espagne”, a plaidé le ministre des Finances Youval Steinitz, avant le vote du gouvernement.

“Si, Dieu nous en préserve, notre crédibilité devait être revue à la baisse et que nous fussions plongés dans la crise, il n’y aurait pas de Ben Bernanke ou de Mario Draghi pour nous venir en aide et nous verser des centaines de millions de dollars comme ils l’ont fait pour la Grèce et l’Espagne”, a-t-il ajouté en référence aux présidents respectifs de la US Federal Reserve et de la Banque centrale européenne.

Les principales agences internationales de notation ont jusqu’ici donné un satisfecit à la bonne santé de l’économie israélienne, mais les dirigeants israéliens s’inquiètent d’une éventuelle baisse de la crédibilité de leur pays.

Source: http://www.leparisien.fr/flash-actualite-economie/israel-le-gouvernement-se-reunit-pour-voter-un-plan-d-austerite-30-07-2012-2107398.php

OurCrowd, fonds de venture-capital combiné à une plate-forme de financement participatif, a annoncé la création de Radicle, un fonds d’accélération des investissement dédié aux jeunes start-up du domaine des technologies agricoles (ou agritech voire agtech) afin d’en faire des leaders reconnus de cette industrie. Le fonds est lancé en partenariat avec Finistere Ventures, Cloud Break Advisor...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Économie

Les mois d’été seront chargés à l’aéroport Ben Gourion ; 2 millions d’Israéliens en partance croiseront environ 700.000 étrangers aux arrivées. Les vacances scolaires débutent aujourd'hui pour 1,5 million de petits Israéliens des classes primaires et secondaires ainsi que pour 170.000 enseignants. À la veille des vacances d’été, les autorités aéroportuaires d'Israël sont sur « le pied de g...

Jacques Bendelac | Économie

Le constat peut être décevant, les véhicules hybrides et électriques ne comptent que pour trois pourcent des 89 millions de voitures vendues chaque année dans le monde. Les principales raisons invoquées pour cet échec relatif sont le coût élevé des hybrides et la faible autonomie des électriques. Quand d’autres s’acharnent à concevoir des moteurs plus léger ou des batteries plus efficaces, u...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Économie

Pépinières, incubateurs, accélérateurs... En France, comme dans bien d'autres pays, et enIsraël particulièrement, on ne compte plus les structures d'accompagnement destinées à favoriser l'éclosion de startups. Celles-ci se sont multipliées, ces dernières années, souvent sous l'égide de grandes entreprises. Après Londres, New York, Cape Town, la Barclays Bank a décidé d'ouvrir en Israël un accél...

IsraelValley Plus | Économie

L'Israélien épargne de plus en plus : en 2015, le taux d’épargne atteignait 12,1% de son revenu disponible net, un record depuis plus de vingt ans. Le comportement financier du consommateur israélien est en train de changer. Il y a quelques années, il consacrait presque tout son revenu à des achats de biens et services ; il n'hésitait pas aussi à s'endetter fortement si son revenu ne lui s...

Jacques Bendelac | Économie

Tous les médias l’ont annoncé, les relations entre Israël et la Turquie se normalisent. L’accord prévoit notamment le versement d’une indemnisation pour les familles des victimes turques de la flotille de Gaza de 2010, Erdogan s’engageant quant à lui de ne pas laisser se développer des activités anti-israéliennes sur son territoire et à ne plus mettre à l’épreuve le blocus maritime sur la bande...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Économie

La Fondation Nomads organise un concours destiné aux startup suisses, en partenariat avec Bilan. Les lauréats seront invités à rejoindre la délégation suisse au DLD Tel Aviv Innovation Festival, du 25 au 29 septembre 2016. Pôle technologique reconnu, Tel-Aviv talonne désormais de près la Silicon Valley. Largement soutenue par des investissements en capital-risque, sa scène innovante dispose ...

IsraelValley Plus | Économie

Netanyahu : le Brexit n'a pas d'impact direct sur Israël. Le vote de la Grande-Bretagne en faveur de la sortie de l'Union Européenne n'aura pas d'incidence directe sur Israël, a déclaré Netanyahou lors de la réunion hebdomadaire du cabinet ministériel. "Il n'y a pas d’effet direct sur Israël, en dehors du fait que nous faisons de l'économie mondiale," a déclaré le premier ministre avant un v...

Israelalley Plus | Économie

La Tribune - Acteurs de l'Economie. Par Maxime Hanssen. "Lyon French Tech a célébré sa première année d'existence ce 21 juin. Avant la fête, les acteurs de l'écosystème ont présenté les projets pour l'année en cours : implantation du French Tech Ticket à Lyon, hubs internationaux et labels thématiques étaient notamment au menu. Pour son premier anniversaire, Lyon French Tech a mis les petit...

La Tribune | Économie

ANALYSE – Le vote historique des Anglais provoque une onde de choc qui touchera aussi Israël : le Brexit sera négatif pour l’économie israélienne. Le Royaume-Uni (RU) quittera l’Union européenne (UE) ; ainsi en ont décidé les Britanniques à l’issue du référendum de jeudi dernier. Les conséquences économiques négatives du Brexit (abréviation de "British Exit") seront perceptibles aussi en I...

Jacques Bendelac | Économie

L’été 2016 est déjà là et beaucoup de vacanciers s’accorderont un repos bien mérité sur une plage d’Israël ; mais gare aux dangers qui menacent. La saison des baignades est déjà bien entamée le long des 143 plages surveillées d’Israël : 96 plages sur la Méditerranée, 27 plages autour du Kinnereth (lac de Tibériade), 16 plages sur la mer Morte et 4 plages sur la mer Rouge. Si les vacance...

Jacques Bendelac | Économie

La Bitcoin Embassy de Tel Aviv est submergée de demandes. Bits of Gold (son fondateur Jonathan Rouach, est co-fondateur d'IsraelValley), leader du marché du Bitcoin en Israël, a l'habitude des baisses et hausses vertigineuses du bitcoin. Il reste cool. Bits of Gold a été sélectionnée dans le "Top 5" (sur plus de cent dossiers) des "meilleures startups de Tel Aviv". Bits of Gold a gagné égal...

Youval Barzilaï (Rehovot) | Économie

Selon un nouveau rapport de l'OCDE, Tel Aviv est au top des régions israéliennes pour les emplois, l'accès aux services, le revenu et l'environnement. Les inégalités de revenu s’aggravent dans de nombreux pays, et les disparités régionales constatées en matière de logement, de sécurité et de qualité de l’air se creusent aussi, selon un nouveau rapport de l’OCDE. Le rapport couvre l’ensemb...

Jacques Bendelac | Économie

POLÉMIQUE. Y aurait-il en Israël plus de logements qu’on ne le croit ? Les chiffres officiels sur la pénurie de logements ignorent le marché noir. À en croire les chiffres officiels, il ne manquerait pas moins de 100.000 logements en Israël ; cette pénurie immobilière est le résultat d’une décennie de construction lente et insuffisante. « La demande est supérieure à l’offre » expliquent le...

Jacques Bendelac | Économie

Comme en 2014, les Français sont ceux qui ont le moins travaillé en Europe avec un total de 1.646 heures, selon des chiffres d'Eurostat. Selon l'OCDE, Israël détient un taux d’employés travaillant 50 heures ou plus par semaine (16%) très élevé. Une proposition de loi visant à diminuer le temps de travail a été soumis aux membres du parlement israélien à au moins quatre reprises, sans succès...

Eyal Aviv (Ramat Hasharon) | Économie