Jul 20

ISRAELVALLEY - MAUVAISE SURPRISE POUR ISRAËL : LE GOUVERNEMENT SOCIALISTE FRANCAIS DEVRAIT ECARTER LES ISRAELIENS COMME FOURNISSEURS DE DRONES. LE LOBBY ANTI-ISRAËL GAGNE UNE BATAILLE, PAS LA GUERRE.

Authors picture

Daniel Assayah (Tel-Aviv) | High-Tech

Headline image

Premier accroc France-Israël : la remise en cause d’un accord sur les drones. De nombreux industriels, politiques, francophones israéliens voulaient connaître la vision de la France de Hollande (photo) vis à vis d’Israël. Ils sont gatés.

La France le fait souvent : un mauvais choix industriel qui va lui coûter encore une fois très cher. Sachant que les israéliens sont les meilleurs dans le monde en matière de drones (les Français le savent), le nouveau pouvoir fait exactement ce qu’il ne faut pas faire : se plier à un lobby qui finalement semble plus intéressé au savoir-faire américain plutôt qu’israélien ! Un excellent article ci-dessous fait le point sur ce dossier complexe. (D.A.)

Selon (1) : "Le premier contrat d’armement du nouveau pouvoir socialiste sera-t-il un achat auprès de l’industrie américaine ? Selon nos sources, “on va acheter des Prédators” dit-on aujourd’hui dans l’entourage du ministre de la Défense. Une décision qui serait difficile à justifier en période de “redressement productif” et de réduction de crédits. Si elle est prise, elle devrait faire l’objet de tout un habillage politico-médiatique. Officiellement, aucune position n’a été arrêtée et le ministre de la défense, lors de sa nomination, avait indiqué vouloir tout remettre à plat. Nous y sommes.

L’affaire pourrait se jouer en trois temps :

1) La prolongation de l’actuel système de drone Male (Moyenne altitude longue endurance) Harfang de l’armée de l’air, dont le contrat de maintenance, avec EADS, arrive à son terme courant 2013. Le Harfang, qui a été engagé en Afghanistan et en Libye, est un système en voie d’obscolescence rapide… Mais c’est le seul que possède l’armée de l’air, au nombre de quatre. Sauf à renoncer totalement à cette capacité, jugée stratégique, il va donc falloir faire encore avec lui…

2) A plus long terme, l’idée de construire un drone (classe 4 tonnes) européen n’est pas entièrement enterrée. Un accord avait été signé entre la France et le Royaune-Uni, impliquant Dassault-Aviation et BAe pour la production du Telemos, à l’horizon 2020. De nouveaux accords devaient être conclus lors du Salon aéronautique de Farnborough, début juillet, mais l’affaire a été repoussée à la demande de Paris. Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian doit se rendre à Londres le 24 juillet et les drones seront au menu des conversations.

Le ministère de la Défense fait l’objet de fortes pressions de la part d’EADS (où l’on compte de nombreux réseaux proches des socialistes) pour ne pas être exclus de ce programme, confié pour la partie française à Dassault. Cela pourrait également signifié le retour de l’Allemagne dans le duopole franco-britannique qui n’a guère les faveurs de l’Elysée. Quelle que soient les décisions prises sur le Télémos, il ne sera pas en service avant au moins dix ans. Il faut donc un programme intermédiaire.

3) On pensait avoir trouvé la solution l’été dernier avec la décision de franciser, chez Dassault, le drone israélien Heron TP sous le nom de Voltigeur. Ce choix israélien n’était pas nouveau puisque les deux modèles précédents achetés pour l’armée de l’air (Hunter et Harfang) étaient de conception israélienne. Mais la décision du ministre Gérard Longuet a été combattue vivement par EADS (toujours sa rivalité avec Dassault) et par les militaires (EMA et Armée de l’air) qui ne juraient que par l’achat sur étagère du drone américain Predator B (Reaper).

Celui-ci pourrait faire son grand retour, officiellement comme solution transitoire. Deux pays européens en sont déjà équipés : le Royaume-Uni et l’Italie. Une forme de “mutualisation” pourrait même être évoquée. En mars 2011, l’hypothèse de co-localiser le futur escadron français de drones Reaper avec celui des Britanniques avait déjà été évoquée. Mais les Britanniques sont complètement intégrés au dispostif américain de l’US Air Force a tel point que l’unité qui les met en oeuvre, le 39 Squadron de la RAF est installé sur la base de Creech… au Nevada ! A l’époque, l’idée avancée par l’Armée de l’air était d’installer l’escadron français outre-atlantique, notamment pour bénéficier de la couverture satellitaire et d’une plus grande facilité de circulation aérienne ! Pas sûr que l’idée soit encore à la mode.

Pas plus d’ailleurs que celle d’armer les drones. Dans certains cercles du pouvoir socialiste, on semble aujourd’hui réticent à équiper les drones de missiles ou de bombes, comme le sont ceux des Américains. Pas politiquement correct ! Comme s’il y avait une différence entre recevoir une bombe larguée d’un avion piloté à bord ou piloté depuis le sol. Mais les campagnes des ONG contre la politique d’Obama ont trouvé des oreilles attentives à gauche…

Les drones semblent être un cas d’école de ce qu’il ne faut pas faire en matière d’industrie de défense. Un proche du ministre en convient : “l’appareil militaro-industriel a massacré les drones” depuis une quinzaine d’années, constate-t-il, sans trop se pencher sur la responsabilité des politiques, droite et gauce confondus. Mais on semble bien parti pour écrire un nouvel épisode de cette saga lamentable. Le marché mondial reste dominé par les Américains et les Israéliens. Et les forces françaises ne savent pas quels drones – que tout le monde juge aujourd’hui indispensables – elles auront dans trois ans. Sacrée réussite ! "Jean-Dominique Merchet

Source: (1) http://www.marianne2.fr/blogsecretdefense/La-France-envisage-a-nouveau-d-acheter-des-drones-americains-Predator_a703.html

Fondé en 2014, Hexadite a monté une plateforme visant à identifier les cyberattaques imminentes et a trouvé une parade rapidement. Avec un mot d’ordre : répondons aux assauts automatisés par des solutions automatisées. « Le seul moyen d’évoluer sur le terrain », estime l’éditeur. Selon itespresso.fr :"Celui-ci exploite des solutions de détection, d’analyse et de parade fa...

Ilan Kotel (Tel Aviv) | High-Tech

En 2016, plus de 4,7 milliards de dollars ont été investis dans la Tech israélienne au travers de 659 deals (d'après IVC), le Ministère de l'économie évalue la part des investissements étrangers «entre 60 et 80%» sur l'année. «L'opération la plus emblématique est bien sûr le rachat de Mobileye par l'Américain Intel (intervenue début 2017 ndlr) », précise le ministère. (Frenc...

IsraelValley Desk | High-Tech

Selon Sage, une société britannique de gestion d’entreprise, l’université de Tel Aviv est l’une des 10 universités au monde à avoir diplômé le plus grand nombre de fondateurs de start-up privées dont la valeur se calcule en milliards de dollars, également appelées « licornes ». Parmi les licornes fondées par les alumni Israéliens figurent ForeScout Technologies, une entre...

Ilan Dreyfus | High-Tech

Bonjour Chers auditeurs de RadioJ. 1. Le secteur de la technologie automobile en Israël compte actuellement environ 350 startups, selon IVC Research Center, et leDirecteur de IVC estime qu’il pourrait dépasser l’industrie de la cybersécurité. A titre d’exemple, Argus Cyber Secutiy, basé à Tel Aviv, a annoncé au mois de janvier un partenariat avec Qualcomm Technologies pour prot...

IsraelValley Desk | High-Tech

Genomic Vision organisera un second R&D Day à l’automne 2017, au cours duquel la direction présentera les avantages uniques de sa technologie pour le marché des Sciences de la Vie, notamment pour le contrôle qualité de l’édition du génome et la réplication de l’ADN. Genomic Vision, société de biotechnologies spécialisée dans le développement de tests diagnostic in vitro po...

IsraelValley Desk | High-Tech

Dans un excellent article publié dans Globes, le patron de Google R&D en Israël, Yossi Matias, explique la stratégie du groupe et son importance en Israël. Un chiffre en ressort : en dix ans Google Israël est passé de 1 à 700 personnes Ci-joint l'article deGlobes (Copyrights) : "Most of us know quite a bit about Google Israel, which handles the business activity of global giant Google...

Eyal Koren (Tel Aviv) | High-Tech

EXCLUSIF. Wix.com, Gilat Satellite Networks et Radware sont les trois leaders hightech d'Israël qui pourraient passer, selon des analystes, comme l'a été Mobileye, dans les mains d'investisseurs étrangers. Créée en 1992, la société Gilat Satcom fait partie du groupe Eurocom, le géant israélien des télécommunications. LE PLUS. Fournisseur de solutions de communication, Gilat Sat...

Jonathan Hess (Tel Aviv) | High-Tech

Basée en Israël, Cyber-Ark Software est une société de sécurité informatique qui développe et commercialise des coffres-forts numériques dans le but de sécuriser et gérer des informations sensibles au sein de grandes entreprises. Basée sur la technologie brevetée Vaulting Technology™, les produits de Cyber-Ark comprennent: Inter-Business Vault, infrastructure sécurisée p...

Eyal Aviv | High-Tech

De la Russie à l'Espagne et du Mexique au Vietnam, des dizaines de milliers d'ordinateurs, surtout en Europe, ont été infectés par un logiciel de rançon exploitant une faille dans les systèmes Windows. Israël, très bien préparé à des attaques de grande envergures, a pour l'instant été épargné. Aucune banque où Institution publique n'a signalé une attaque massive. Selon i24N...

Dan Rosh (Tel Aviv) | High-Tech

C'est un fait indéniable. Les relations entre le Canada et Israël sont exceptionnelles. Philippe Couillard et une très importante délégation du Québec sera dans quelques jours en Israël. BIO-EXPRESS. Philippe Couillard de Lespinay, dit Philippe Couillard né le 26 juin 1957 à Montréal (Québec), est un homme politique canadien, Premier ministre du Québec depuis avril 2014. Médecin...

Dan Rosh (Tel Aviv) | High-Tech

Incroyable succès, malgré des périodes dramatiques. Amdocs,qui annonce une croissance de ses ventes en 2017, est née en Israël. Elle est spécialisée dans le logiciel et les services pour les fournisseurs de services de communication, de média et des fournisseurs de service financiers ainsi que pour les entreprises du numérique. Ses offres comprennent : business support system (BSS)...

Dan Rosch (Tel Aviv) | High-Tech

Une étude récente démontre que seuls 4% des start-ups israéliennes réussissent (IVC Research Center et REVERSEXIT dans Globes) et seulement 4 sur 500 parviennent à grandir de manière indépendante, sans passer par la case rachat. (1) LE PLUS. Les causes principales d’échec des startups (2) (Source (2) http://1001startups.fr/startup-causes-principales-echec/) # 1 – Ne pas ci...

IsraelValley Desk | High-Tech

ThetaRay (Israël) a développé, avec General Electric, une technologie de sécurité qui détecte des attaques similaires à celles du ver Stuxnet sur les systèmes d’infrastructures critiques dans le domaine de l’énergie. A SAVOIR. L’attaque informatique furtive des installations nucléaires iraniennes en 2010 par le malware Stuxnet a permis de réaliser que les systèmes industrie...

IsraelValley Desk | High-Tech

Feelanthro, l'application mobile qui met en relation les particuliers avec des associations à but non lucratif, n'est pas encore lancée. Mais son ambition est de devenir "le Airbnb de la philanthropie". A la différence du modèle du crowdunding, déjà occupé par les nouveaux acteurs de la digitalisation du secteur associatif, Feelanthro veut fonctionner comme une place de marché. ...

IsraelValley Desk | High-Tech

Par Cyril Cohen-Solal, correspondant à Tel Aviv. FrenchWeb : "Dov-E est une start-up israélienne créée en 2015 qui révolutionne l’interaction et l’engagement client en utilisant l’ultrason de courte et longue portée. Imaginez qu’en entrant dans votre supermarché préféré, un écran vous reconnaisse et vous propose des promotions personnalisées. Imaginez qu’en regardant le...

IsraelValley Desk | High-Tech