Jul 20

ISRAELVALLEY - MAUVAISE SURPRISE POUR ISRAËL : LE GOUVERNEMENT SOCIALISTE FRANCAIS DEVRAIT ECARTER LES ISRAELIENS COMME FOURNISSEURS DE DRONES. LE LOBBY ANTI-ISRAËL GAGNE UNE BATAILLE, PAS LA GUERRE.

Authors picture

Daniel Assayah (Tel-Aviv) | High-Tech

Headline image

Premier accroc France-Israël : la remise en cause d’un accord sur les drones. De nombreux industriels, politiques, francophones israéliens voulaient connaître la vision de la France de Hollande (photo) vis à vis d’Israël. Ils sont gatés.

La France le fait souvent : un mauvais choix industriel qui va lui coûter encore une fois très cher. Sachant que les israéliens sont les meilleurs dans le monde en matière de drones (les Français le savent), le nouveau pouvoir fait exactement ce qu’il ne faut pas faire : se plier à un lobby qui finalement semble plus intéressé au savoir-faire américain plutôt qu’israélien ! Un excellent article ci-dessous fait le point sur ce dossier complexe. (D.A.)

Selon (1) : "Le premier contrat d’armement du nouveau pouvoir socialiste sera-t-il un achat auprès de l’industrie américaine ? Selon nos sources, “on va acheter des Prédators” dit-on aujourd’hui dans l’entourage du ministre de la Défense. Une décision qui serait difficile à justifier en période de “redressement productif” et de réduction de crédits. Si elle est prise, elle devrait faire l’objet de tout un habillage politico-médiatique. Officiellement, aucune position n’a été arrêtée et le ministre de la défense, lors de sa nomination, avait indiqué vouloir tout remettre à plat. Nous y sommes.

L’affaire pourrait se jouer en trois temps :

1) La prolongation de l’actuel système de drone Male (Moyenne altitude longue endurance) Harfang de l’armée de l’air, dont le contrat de maintenance, avec EADS, arrive à son terme courant 2013. Le Harfang, qui a été engagé en Afghanistan et en Libye, est un système en voie d’obscolescence rapide… Mais c’est le seul que possède l’armée de l’air, au nombre de quatre. Sauf à renoncer totalement à cette capacité, jugée stratégique, il va donc falloir faire encore avec lui…

2) A plus long terme, l’idée de construire un drone (classe 4 tonnes) européen n’est pas entièrement enterrée. Un accord avait été signé entre la France et le Royaune-Uni, impliquant Dassault-Aviation et BAe pour la production du Telemos, à l’horizon 2020. De nouveaux accords devaient être conclus lors du Salon aéronautique de Farnborough, début juillet, mais l’affaire a été repoussée à la demande de Paris. Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian doit se rendre à Londres le 24 juillet et les drones seront au menu des conversations.

Le ministère de la Défense fait l’objet de fortes pressions de la part d’EADS (où l’on compte de nombreux réseaux proches des socialistes) pour ne pas être exclus de ce programme, confié pour la partie française à Dassault. Cela pourrait également signifié le retour de l’Allemagne dans le duopole franco-britannique qui n’a guère les faveurs de l’Elysée. Quelle que soient les décisions prises sur le Télémos, il ne sera pas en service avant au moins dix ans. Il faut donc un programme intermédiaire.

3) On pensait avoir trouvé la solution l’été dernier avec la décision de franciser, chez Dassault, le drone israélien Heron TP sous le nom de Voltigeur. Ce choix israélien n’était pas nouveau puisque les deux modèles précédents achetés pour l’armée de l’air (Hunter et Harfang) étaient de conception israélienne. Mais la décision du ministre Gérard Longuet a été combattue vivement par EADS (toujours sa rivalité avec Dassault) et par les militaires (EMA et Armée de l’air) qui ne juraient que par l’achat sur étagère du drone américain Predator B (Reaper).

Celui-ci pourrait faire son grand retour, officiellement comme solution transitoire. Deux pays européens en sont déjà équipés : le Royaume-Uni et l’Italie. Une forme de “mutualisation” pourrait même être évoquée. En mars 2011, l’hypothèse de co-localiser le futur escadron français de drones Reaper avec celui des Britanniques avait déjà été évoquée. Mais les Britanniques sont complètement intégrés au dispostif américain de l’US Air Force a tel point que l’unité qui les met en oeuvre, le 39 Squadron de la RAF est installé sur la base de Creech… au Nevada ! A l’époque, l’idée avancée par l’Armée de l’air était d’installer l’escadron français outre-atlantique, notamment pour bénéficier de la couverture satellitaire et d’une plus grande facilité de circulation aérienne ! Pas sûr que l’idée soit encore à la mode.

Pas plus d’ailleurs que celle d’armer les drones. Dans certains cercles du pouvoir socialiste, on semble aujourd’hui réticent à équiper les drones de missiles ou de bombes, comme le sont ceux des Américains. Pas politiquement correct ! Comme s’il y avait une différence entre recevoir une bombe larguée d’un avion piloté à bord ou piloté depuis le sol. Mais les campagnes des ONG contre la politique d’Obama ont trouvé des oreilles attentives à gauche…

Les drones semblent être un cas d’école de ce qu’il ne faut pas faire en matière d’industrie de défense. Un proche du ministre en convient : “l’appareil militaro-industriel a massacré les drones” depuis une quinzaine d’années, constate-t-il, sans trop se pencher sur la responsabilité des politiques, droite et gauce confondus. Mais on semble bien parti pour écrire un nouvel épisode de cette saga lamentable. Le marché mondial reste dominé par les Américains et les Israéliens. Et les forces françaises ne savent pas quels drones – que tout le monde juge aujourd’hui indispensables – elles auront dans trois ans. Sacrée réussite ! "Jean-Dominique Merchet

Source: (1) http://www.marianne2.fr/blogsecretdefense/La-France-envisage-a-nouveau-d-acheter-des-drones-americains-Predator_a703.html

Selon Koby Simana, directeur général du Centre de recherche de IVC (Israel Venture Capital), 179 entreprises israéliennes de hightech ont levé un total de 1,12 milliard de dollars au deuxième trimestre de 2015, battant ainsi le 1,11 milliard de dollars levé au quatrième trimestre de 2014. Le rapport de l’IVC montre également "qu’Israël attire de plus en plus l’attention des investisseurs de cap...

Eyal Rosenthal | High-Tech

Docteur en informatique de l’université de Ben Gourion, après une vingtaine d’années passées dans l’industrie, Ami Moyal a été très vite pris par le virus de la recherche, de l’enseignement et du transfert de ses connaissances. Il a créé une start-up au sein de l’université avec une structure réduite à une vingtaine d’ingénieurs de haut niveau, poussés par la passion de la recherche fondamental...

Jacques Benillouche (Slate) | High-Tech

« Je n’aurais jamais pensé qu'appuyer sur le bouton d'aide provoquerait une telle agitation », a déclaré Avner Reich, qui a récemment reçu une aide salvatrice grâce à l'application sociale Musketeer. Reich a appuyé sur le bouton d’aide de l’application sur son téléphone portable après avoir reconnu les signes d'une crise cardiaque imminente et, en quelques minutes, plusieurs voisins sont arr...

(A.H) Ariel Aviv | High-Tech

HISTOIRE VRAIE. C'est une aventure entrepreneuriale construite comme une histoire extraordinaire. C'est celle de deux jeunes aventuriers du net israéliens qui se rencontrent dans une base militaire de Tsahal. Elle ressemble à celle du début de Waze, mais n'a pas encore été propulsée dans le monde entier par un géant comme Google. Deux jeunes israéliens, qui vivent actuellement aux Etats-Uni...

Youval Barzilaï (Rehovot) | High-Tech

C'est une habitude en Israël. La presse économique lance des rumeurs et ensuite fait amende honorable. Cette fois-ci un long article du journal Globes (lire ci-dessous) laisse entendre que Michael Golan aurait donné un mandat à Rothschild Investments pour la cession de sa société. Info? Intox? IsraelValley sera certainement le premier à annoncer un changement majeur dans la stratégie de Michae...

Eyal Dayan (Rehovot) | High-Tech

La start-up israélienne Mifold a conçu un siège auto pour enfant révolutionnaire. Le siège auto est pliable, compact, et ergonomique. Il s’adapte ainsi à toutes les voitures, même les plus petites. Sa révolution permet d’en mettre trois sur la banquette arrière de la voiture. Son poids, seulement 750 grammes, permet de le transporter partout. Et son utilisation, très simple, confère aux enfants...

Times of Israel | High-Tech

La technologie a pour la première fois permis de déchiffrer un des plus anciens parchemins hébraïques. Ce parchemin calciné, datant du VIe siècle, a été retrouvé en 1970 au milieu de cendres dans une synagogue d’Ein Gedi, sur les bords de la mer Morte. « La technologie la plus avancée nous a permis de dérouler le parchemin qui faisait partie d’une Bible vieille de 1.500 ans », a expliqué Pnina ...

Stephen Weizman | High-Tech

Les observateurs de la scène hightech israélienne ont l'habitude, jour après jour, d'enregistrer des rachats de startups israéliennes par des firmes américaines et asiatiques. Cette semaine une méga-transaction fait exception car elle se passe entre deux firmes israéliennes. Notre avis sur cette transaction est le suivant : cette fusion entre deux firmes israéliennes et un prélude au rachat de ...

Dan Rosh (Tel Aviv) | High-Tech

Microsoft rachète une société Hi-Tech, Field One Systems, dirigée par un Hassid Satmar, Yoel Shlomo Baum. Le prix de la transaction serait de $39 millions. Yoel Baum a élaboré et réalisé un programme permettant de filtrer certaines informations afin que les membres de sa communauté puissent utiliser Internet. Field One Systems LLC, procure ses services à de nombreuses entreprises auxquelles...

Claire Dana-Picard | High-Tech

Le rédacteur en Chef d'IsraelValley a eu l'occasion de rencontrer plus d'une dizaine de fois la startup Adallom. Objectif : aider l'équipe de leaders de cette firme hors du commun (des génies!) à pénétrer le marché Français. Ils ont assisté il y a deux ans aux journées hightech et sécurité managé par Dominique Bourra de la CCFI (France). Même dans nos rêves les plus fous le prix de vente incroy...

Dan Rosh (Tel Aviv) | High-Tech

Prodways (France) étend sa couverture commerciale en Israël avec la signature d'un accord de distribution. La signature de l'accord permet à Prodways de "promouvoir et commercialiser la gamme complète de ses solutions d'impression 3D en Israël et "appuie sa volonté de devenir un acteur majeur de l'impression 3D sur l'ensemble de la chaîne de valeur, d'une technologie de pointe en passant par de...

IsraelValley Desk | High-Tech

mPrest, basé à Yokneam, est l’un des principaux concepteurs du système Dôme de fer, développant les formules mathématiques et scientifiques qui dirigent le système de défense antimissile, qui veille à ce qu’une fusée du Dôme de fer abatte un missile ennemi au vol. L’année dernière, mPrest a utilisé la même technologie pour développer un système de détection de signaux sur le réseau électriq...

Times of Israel | High-Tech

Nathalie Hamou pour Les Echos : "La Valley israélienne va-t-elle s’imposer comme la terre ­promise des accélérateurs ? L’Etat hébreu, qui affiche 5.000 jeunes pousses au compteur, ne se contente pas de détenir le record mondial du nombre de start-up par habitant. Le pays se singularise aussi par sa forte concentration de couveuses de projets innovants. « On estime à une cinquantaine le nombre d...

Les Echos (Copyrights) | High-Tech

Une délégation d’entreprises israéliennes a fait le déplacement en Californie afin de promouvoir des solutions à la rude sécheresse face à laquelle la Californie doit faire face, selon les déclarations du Ministre de l’Economie. Les entreprises, spécialisées dans les domaines de la purification et de la gestion de l’eau, se sont rendues en Californie dans un cadre plus large visant à renforc...

(A.H) Ariel Aviv | High-Tech

EXCLUSIF. Deux Ministres Français devraient se rendre début septembre en Israël pour fêter la coopération du hightech entre la France et Israël. Les visites (non finalisées) seront liées avec DLD, le grand évènement organisé par Yossi Vardi. A cette occasion des industriels Français du secteur seront présents en Israël. FESTIVAL. En 2015, Tel-Aviv va accueillir la nouvelle édition du fameu...

Eyal Dayan (Rehovot) | High-Tech