Jul 12

ISRAELVALLEY - LA CONQUETE SPATIALE AUX COULEURS D'ISRAËL ? Les membres de l'initiative SpaceIL prévoient d'envoyer d'ici 3 ans un vaisseau spatial israélien sur la Lune.

Authors picture

IsraelValley Desk | High-Tech

Headline image

Ils n’ont plus 20 ans mais rêvent encore d’aller sur la Lune, et comptent même réaliser leur rêve. Les membres de l’initiative SpaceIL qui prévoient d’envoyer d’ici 3 ans un vaisseau spatial israélien sur la Lune, ont été conviés ce mercredi à la Knesset pour présenter leur projet et son intérêt éducatif. ’’C’est un défi technologique de planter un drapeau israélien sur la Lune’’, a expliqué l’un d’entre eux qui espère que cela motivera les jeunes vers la filière scientifique et non le showbiz. Le coût de ce projet est de 30 millions de dollars, dont 10% peut être pris en charge par le gouvernement. Une somme que les jeunes promoteurs du projet tentent de décrocher. (Guysen)

Espace Pour l’Etat hébreu, la suprématie technologique dans l’espace est appelée à devenir l’élément déterminant de la guerre du futur. Ses activités spatiales débutent dans les années 1970 avec le développement d’infrastructures destinées à la recherche et l’exploration en haute sphère. Ce n’est toutefois qu’en 1988 qu’Israël entre dans le club des puissances spatiales. Avec Ofek, il devient même le 9ème pays au monde à lancer un satellite avec son propre lanceur.

Vers le milieu des années 1990, sous la direction de l’Agence spatiale israélienne (ISA), plusieurs programmes militaires s’accélèrent. Le 5 avril 1995, le satellite Ofek-3 est lancé en direction de la Méditerranée depuis la base de Palmahim. Ce succès offre à Tsahal un tout premier satellite de reconnaissance, équipé de multiples capteurs et crédité d’une durée de vie dans l’espace de six ans minimum. Il permet au passage à Israël d’accroitre le fossé technologique avec ses pays voisins.

Malgré deux déconvenues en 1998 et 2006, l’Etat hébreu dispose aujourd’hui de trois satellites de reconnaissance militaire : Ofek-5, Ofek-7 et Tack SAR, tous conçus par l’IAI (Israel Aerospace Industries) et d’envergure classique. Lancés respectivement en 2002 et 2007, Ofek 5 et Ofek 7 présentent la particularité d’être placés en orbite rétrograde, de sorte que leurs débris, en cas d’échec, ne puissent retomber en territoire hostile et révéler des secrets de fabrication. Véritable chef-d’œuvre technologique, Ofek 7 est doté de caméras d’une résolution inférieure à 50 centimètres. Quant au Tack SAR, il a été placé sur orbite en 2008 depuis le centre spatial de Sriheikkota en Inde. Pesant tout juste 300 kilos, Tack SAR est supposé surveiller l’évolution des installations nucléaires iraniennes.

Au cours de cette même période, Israël a enregistré le lancement de plusieurs satellites de télécommunication couvrant tout le Moyen-Orient et utilisables aussi bien à des fins civiles que militaires. En 1996, le premier d’entre eux, AMOS-1, est placé en orbite géosynchrone à 36 000 kilomètres d’altitude. AMOS-2 le rejoint en 2003, suivi par AMOS-3, le 28 avril 2008. L’industrie spatiale israélienne développe enfin EROS, une nouvelle série de satellite d’observation à très haute définition. Lancé en 2006, EROS-B est stationné à 480 kilomètres de la Terre. Son positionnement sur une orbite synchrone par rapport au soleil en fait un excellent instrument de veille stratégique.

Cette dynamique spatiale devrait activement se poursuivre au cours des prochaines années. Depuis janvier 2010, l’armée de l’air israélienne a choisi de concentrer ses efforts sur les microsatellites dont le lancement s’effectue à partir d’avions. A la fois léger et de petite dimension, ces engins ont la capacité de pouvoir recueillir des informations dans un laps de temps très court et sur des cibles extrêmement précises. Outre l’avantage opérationnel qu’ils présentent en étant déployés à une distance plus rapprochée de la terre (300 km), les microsatellites consolident un peu plus l’expertise israélienne en matière de technologie spatiale.

L’entreprise Rafael, qui développe actuellement plusieurs gammes de satellites pesant moins de 120 kilos, a été désignée pour mener à bien ce projet militaire qui doit aboutir en 2015.

Maxime Perez

Une enquête en ligne de l'IVC Research Center indique que les entreprises israéliennes du secteur high-tech viennent d'enregistrer leurs meilleurs résultats au cours de l'été. Au mois de juillet-août, les roquettes s'abattaient sur Israël, les sirènes hurlaient et Israël connu un conflit de 50 jours avec le Hamas. Mais pour la Startup Nation, l'opération Bordure Protectrice n'a eu aucun impa...

Avner Myers | High-Tech

Une nouvelle génération de start-ups voit le jour en Israël. Ces jeunes entreprises partagent en commun leur volonté de "faciliter la vie", en transformant les soins de santé, les loisirs, les médias, les finances et autres industries. Selon le classement publié par Forbes en juin 2014, vingt-cinq de ces nouvelles start-up devraient entrer en bourse en 2015. Zuta Lab arrive en tête avec so...

Econostrum | High-Tech

Hélène Lesman (Econostrum) : "A Tel-Aviv, la société Carmel Ventures, du groupe Viola, a annonçe fin octobre la clôture de son dernier fonds d’investissement Carmel Ventures IV, pour un montant de 194 M$ (153,4 M€). «Comme les précédents, ce fonds est destiné à investir essentiellement dans des start-ups technologiques israéliennes en phase d’amorçage, des secteurs à forte croissance, comme...

Econostrum | High-Tech

Microsoft Ventures est devenu en quelques années un partenaire stratégique pour toutes les startups prometteuses. il s’agit d’un programme international qui possède des accélérateurs partout dans le monde : au Royaume-Uni, en Allemagne, en Israël, en Chine, en Inde et bientôt aux Etats-Unis. L’appel à candidatures pour l’édition parisienne a eu lieu en juin dernier pour un début de programm...

IsraelValley Desk | High-Tech

IBM SmartCamp est l’évènement qui regroupe l’écosystème startups et jeunes entrepreneurs du programme IBM Global Entrepreneur. L’objectif d’IBM SmartCamp, est de rassembler sur une journée les startups technologiques innovantes du programme IBM Global Entrepreneur. C’est par le biais de ce programme qui soutient les startups durant toute l’année que cette journée à été pensée. Avec un programme...

IsraelValley Desk | High-Tech

Selon maddyness.com : "Il y a presque un an, Kima Ventures lançait Kima15, un dispositif de financement qui avait pour but de simplifier la levée de fonds des entreprises innovantes en apportant 150 000 dollars contre 15% du capital. Jérémie Berrebi, cofondateur de Kima Ventures, établit un premier bilan de ce dispositif pour Maddyness. Quel est votre premier bilan de Kima15 ? Nous avons re...

IsraelValley Desk | High-Tech

La centrale solaire d’Agahozo Shalom, soixante kilomètres à l’est de Kigali, est une réalisation du consortium hollandais Gigawatt Global présidé par l’israélo-américain Yosef Abramowitz. Le projet d’un montant de 23 millions de dollars est également co-financé par la Norvège. Le bras stratégique et opérationnel du projet est la société israélienne Energiya Global Capital basée à Jérusale...

NanoJV | High-Tech

Des chercheurs israéliens ont développé un programme informatique ressemblant à un simple jeu vidéo qui pourrait aider à soigner un trouble psychologique appelé rumination. Ruminer un problème, une angoisse ou une peur peut devenir très problématique. Au-delà du temps perdu et de l’impossibilité de se concentrer sur autre chose, la rumination débouche parfois sur de véritables dépressions. P...

Guillaume Doisy | High-Tech

En 2012, la start-up arabe israélienne Yafita Internet Solutions Ltd voit le jour. Son créateur et PDG Bader Mansour s’est en effet rendu compte de la difficulté d’organiser et de suivre des contenus intéressants en arabe sur Internet. La raison ? Il existe très peu de contenu en arabe, il est souvent difficile à trouver, voire inaccessible et manque de structure. C’est donc pour pallier cet...

Silicon Wadi | High-Tech

Le Journal de la Science (Copyrights) : "l y a 40 ans, le célèbre astrophysicien Stephen Hawking prédisait que des particules seraient capables de s’échapper des trous noirs. Or, un physicien israélien a créé un dispositif en laboratoire qui pourrait permettre de tester cette théorie. On le sait, rien ne peut s’échapper d’un trou noir, pas même la lumière. Rien, sauf peut-être les radiations...

Silicon Wadi | High-Tech

Pas de surprise pour ceux qui suivent l'évolution de la "Startup Nation "L'un des symboles du hightech israélien, la startup Babylon, se porte bien mal et se retrouve dans l'obligation de réduire sa voilure. ISRAELVALLEY PLUS Le logiciel israélien de traduction multi-langues " Babylon " a vu ses actions plonger de plus de 60% cette semaine après l'annonce du non renouvellement du contrat pa...

Eyal Dayan (Rehovot) | High-Tech

Le père de la carte mémoire et inventeur israélien, le Dr.Eli Harari, fondateur et ancien président de la société SanDisk, s’est vu décerner par les États-Unis la Médaille nationale de l’innovation technologique, la plus haute distinction scientifique américaine. « Ces chercheurs et innovateurs ont élargi notre compréhension du monde, apporté une contribution inestimable à leurs domaines et ...

Serge Dahan | High-Tech

En Israël, le lancement d'une politique du "tout solaire" du Maroc force l'admiration des experts et politiques chargés de la construction d'une stratégie du pays en matière d'énergie. Le Maroc, un exemple pour Israël ? Pourquoi pas. i24News (Copyrights) : "Le royaume chérifien entend disposer à terme de cinq parcs solaires, le premier étant celui de Ouarzazate La première centrale thermo...

IsraelValley Desk | High-Tech

Des ingénieurs israéliens ont créé un "arbre solaire" capable de produire de l’électricité et remplir diverses fonctions pratiques. Le "eTree", comme ils l'ont baptisé, est une structure écologique développée par une entreprise israélienne spécialisée dans les énergies renouvelables (Sologic). D’après le site internet de Sologic, ce eTree permet notamment d’offrir du WiFi gratuit et peut êt...

i24News | High-Tech

Marc Zaffagni, Futura-Sciences (Copyrights) : "Aujourd’hui encore, et malgré toutes les avancées en matière de détection d’obstacles et de cartographie en 3D, les personnes non-voyantes s’en remettent majoritairement à la canne blanche ou au chien-guide pour pouvoir se déplacer. Il existe bien des dispositifs électroniques qui se servent de rayons infrarouges ou d’ultrasons pour détecter et éva...

IsraelValley Desk | High-Tech