Jul 6

ISRAELVALLEY - EXPORT DU MADE IN FRANCE - UBIFRANCE ISRAËL, COMME PARTOUT DANS LE MONDE, TENTE D'ENRAYER LES MAUVAIS CHIFFRES DU COMMERCE EXTERIEUR DE LA FRANCE.

Authors picture

IsraelValley Desk | Économie

Ubifrance, l’Agence pour le développement international des entreprises (très présente en Israël avec une équipe de professionnels de choc), a fait mesurer l’impact de son action dans le monde : 80 % des PME clientes de ses services déclarent avoir identifié de nouveaux contacts potentiels à l’international moins d’un an après, montre une étude Ipsos. Quelque 60 % des entreprises ont développé ou prévoient de développer une affaire sur un marché extérieur. 32 % ont conclu au moins un contrat dans l’année.

En Israël, l’hyperactive Ubifrance a lançé cette année en Mai la « French Business Week ». Pour la première fois, plus de cinquante entreprises françaises étaient réunies la même semaine à Tel-Aviv autour de quatre évènements majeurs dans les domaines des Telecom, de l’Aéronautique, de la Biotechnologie et de l’Architecture. Si les résultats du commerce extérieur de la France s’améliorent en Israël, cela n’est pas le cas pour tous les pays.

Selon (1) : "La France est de moins en moins bien positionnée sur les marchés extérieurs. Ce vendredi, les Douanes annonceront une nouvelle fois un mauvais chiffre du commerce extérieur. Mois après mois, ils tombent comme une fatalité, confirmant que la France perd des positions sur les marchés extérieurs. L’an dernier, le déficit commercial a atteint un record absolu, à 70 milliards d’euros.

Le commerce extérieur est désormais un ministère de plein exercice – ce qui n’était plus arrivé depuis le milieu des années 1990. Paradoxe: ce n’est pas lui qui a entre les mains le pouvoir d’améliorer la situation. Seules les grandes réformes de structures – en tête celles touchant à la compétitivité, au coût du travail, au financement de l’économie – pourront permettre aux entreprises françaises de grandir et de se remettre dans la compétition internationale. La nouvelle titulaire du portefeuille, Nicole Bricq, n’a pas pour autant les mains liées. Trois défis l’attendent:

Cette nouvelle banque aura comme vocation première de financer les PME, confrontées à la frilosité de leurs banques. L’idée est de trouver le moyen d’intégrer les outils de soutien à l’export (Ubifrance, Coface…) dans le schéma. Les PME seraient ainsi accompagnées dans toutes les phases de leur développement, y compris celle à l’international. L’opération est complexe tant la construction de cette banque risque de se révéler une usine à gaz.

La France doit peser de tout son poids pour que l’Europe mette en œuvre une politique commerciale «moins naïve et plus équilibrée», note un fonctionnaire de Bercy. En d’autres termes, il faut que l’Europe exige de certains qu’ils lui ouvrent davantage ses marchés, dans la mesure où elle lui ouvre les siens en retour. Nicole Bricq, à peine nommée, s’est engagée à faire de «la réciprocité» dans les relations commerciales, notamment avec les pays émergents, une de ses priorités. Un premier test aura lieu cet été avec le Japon, avec qui s’est engagée une discussion en vue de conclure un accord de libre-échange. Les Européens attendent que Tokyo s’attaque à la question de ses barrières commerciales.

Si le nucléaire et le ferroviaire ont réussi à construire un véritable écosystème sur les marchés étrangers, la France est encore en retard sur la politique de filière. Les nouvelles énergies ou encore l’agroalimentaire restent des industries morcelées, qui ont besoin de s’organiser. Relancer la politique du portage lorsqu’une grande entreprise emmène de plus petites sur des marchés extérieurs? Consolider les relations entre les entreprises et leurs sous-traitants en renforçant le volet international? Redéfinir le moyen de «chasser en meute»? C’est dans ces domaines que la ministre devra imprimer sa marque".

Source: (1) http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2012/07/05/20002-20120705ARTFIG00849-commerce-exterieur-les-defis-de-nicole-bricq.php

Thiébault Dromard : "C’est l’histoire d’un amour raté entre une actionnaire, la Taïwanaise Shaw-Lan Wang, et un styliste-vedette, Alber Elbaz. En désaccord stratégique, il avait démarché de nouveaux investisseurs : elle l’a brutalement débarqué. Aujourd’hui, la maison se sent orpheline. Dans le monde feutré de la mode, la brutalité du départ a heurté, car Lanvin et Elbaz ne formaient plus qu...

IsraelValley Desk | Économie

Israël et l’Inde seraient sur le point de conclure un accord de ventes d’armes évalué à 3 milliards de dollars, un deal qui fera de l’Etat Hébreu, l’un des trois plus importants fournisseurs d’armes de l’armée indienne et de l’Inde, le premier acheteur de l’armement israélien. Au menu, des lasers de ciblage, et des bombes téléguidées, plus exactement 164 systèmes laser et 250 bombes Bunker ...

H.P. Benhamou | Économie

Jusqu’où iront les privatisations en Israël ? Dans une économie qui prône un libéralisme à outrance, aucun secteur n’échappe au retrait de l’État. « En Israël, on privatise tout ce qui bouge » : cet adage populaire va encore être prouvé si le ministère de la Santé mène à son terme son nouveau projet de privatisation de la morgue publique. En effet, le ministre Yaakov Litzman examine la pos...

Jacques Bendelac | Économie

Instabilité géopolitique, gaz, immigration, tensions sociales: l'OCDE prévoit quatre chocs potentiels susceptibles d'affecter l'économie israélienne. L'économie israélienne est résiliente: elle connaît sa 13e année consécutive de croissance, et elle fait preuve d'une capacité de résistance aux chocs extérieurs. Le dernier rapport de l’OCDE ne tarit pas d’éloge sur l’économie israélienne : ...

Jacques Bendelac | Économie

La dette publique d’Israël est tombée à 64,9% du PIB en 2015, son plus bas niveau historique; l'agence S&P confirme la note de crédit d'Israël à A+ Standard & Poor’s, l’une des trois principales agences mondiales de notation financière et économique, vient de confirmer la note « A+ » pour l’économie israélienne qui bénéfice d’une « perspective stable ». Les experts de S&P se félicitent de...

Jacques Bendelac | Économie

Shraga Blum : "Standard & Poor’s l’une des trois principales agences mondiales de notation financière et économique vient de décerner à l’économie israélienne la note « A+ » qui est la cinquième place sur une échelle de ving-trois niveaux. La note A+ est la plus haute de la catégorie « Qualité moyenne supérieure », juste avant d’accéder à la catégorie « Haute qualité ». L’agence S&P féli...

IsraelValley Desk | Économie

Le ministère de l’Economie va investir 225 millions de shekels (environ 52 millions d’euros) dans un nouveau programme de soutien en faveur des moyennes entreprises. Ce programme concerne les sociétés qui ne font pas partie du secteur de la haute technologie et dont le chiffre d’affaires annuel est compris entre 10 et 100 millions de shekels. „Les petites et moyennes entreprises sont le...

IsraelValley Desk | Économie

L’accord de partenariat transpacifique donnera naissance à la plus vaste zone de libre-échange de la planète ; et Israël aussi en profitera. Jeudi dernier, les représentants des douze nations ayant finalisé, l’an dernier, l’accord de partenariat transpacifique ou TPP, se sont retrouvés à Auckland en Nouvelle-Zélande, pour signer formellement le grand pacte commercial. Dorénavant, l’Austra...

Jacques Bendelac | Économie

C'est la news'éco d'Israël qui a fait bondir la bourse de Tel Aviv. Nestlé (Suisse) devrait racheter 100% de Osem. Le montant versé par Nestlé €752m ($840m) pour prendre le contrôle total de la société israélienne. Nestlé est une entreprise suisse, et l'un des principaux acteurs de l'agroalimentaire dans le monde. Selon la presse Suisse : "Nestlé a conclu avec le conseil d'administration du...

IsraelValley Desk | Économie

En 2015, 91% des Israéliens ont fait des emplettes en ligne ; les sites de vente chinois caracolent en tête des sites préférés des Israéliens. La consommation en ligne se développe rapidement en Israël. En 2015, ce sont 91% des Israéliens adultes qui ont effectué au moins un achat sur Internet : c’est ce qu’il ressort d’une enquête réalisée par l’institut de sondages TRI. Les sites chinois...

Jacques Bendelac | Économie

Le Premier Ministre israélien ne laissera pas le BDS occuper le terrain médiatique. A la Knesset Yarden Vatikai (un ex des services de sécurité) a laissé entrevoir la réponse d'Israël au BDS. Il a annoncé que 35 personnes (tous recrutés cette année) vont rejoindre le "Strategic Affairs Ministry". Par ailleurs, Ayelet Shaked, ministre de la Justice prépare un projet de loi permettant de faire co...

Ludwig Walter | Économie

La crise du logement en Israël n'épargne pas les étudiants : si 49% d'entre eux louent un logement, 36% habitent toujours chez leurs parents. Les 310 000 étudiants israéliens ont de plus en plus de mal à se loger ; un bon tiers de ceux qui habitent en location, est obligé de déménager en cours d’études, et cela en raison de la cherté de la location. C’est ce que révèle une récente enquête ...

Jacques Bendelac | Économie

Le chef du ministère de la Défense politique, Amos Gilad, s’est exprimé dans un interview à la radio militaire, ce matin, et a annoncé que les Etats-Unis participent au montant de plus de 100 millions de $ dans le projet technologique israélien qui vise à identifier les tunnels dans la bande de Gaza. Amos Gilad a ajouté que, selon les évaluations du renseignement, aucun tunnels n’a traversé la...

IsraelValley Desk | Économie

Contrairement à la Fed américaine, la Banque d'Israël a décidé de ne pas relever son taux d'intérêt en février: celui-ci reste à 0,1%. Explications. Le taux d'intérêt directeur en Israël reste fixé à 0,1% en février : ainsi en a décidé la commission monétaire de la Banque d'Israël. Contrairement à La Banque centrale américaine (Fed) qui vient de relever ses taux, Israël préfère attendre : le...

Jacques Bendelac | Économie

La croissance de l’économie d’Israël devrait redémarrer en 2016 ; certains secteurs d’activité, plus prometteurs, s’en sortiront mieux que d’autres. L’économie d’Israël continuera de progresser en 2016, mais à un rythme modéré ; le principal moteur de la croissance restera la consommation des ménages. Dans certains secteurs, la concurrence profitera encore au consommateur israélien, mais ...

Jacques Bendelac | Économie