Jun 24

ISRAELVALLEY - C.A. TECHNOLOGIES LANCE UN NOUVEAU CENTRE D'INNOVATIONS A TEL-AVIV. Les chercheurs se concentreront sur les infrastructures informatiques pour les entreprises et la cyber sécurité

Authors picture

Vanessa Lamaire (Paris) | High-Tech

Headline image

Le PDG William McCracken de CA Technologies Inc a annoncé que l’entreprise américaine, un éditeur de logiciel, travaille actuellement sur ses opérations israéliennes, et lancera, en collaboration avec l’Université de Tel Aviv, un nouveau centre d’innovations.Ce dernier se concentrera sur la gestion des infrastructures informatiques pour les entreprises et la cyber sécurité. CA Technologies Inc n’a pas divulgué de détails sur le projet d’investissement pour le centre, mais il s’agirait au total de plusieurs millions de dollars.

CA Technologies Inc se joint à une liste croissante de multinationales high-tech qui sont en train de resserrer leurs liens avec le monde universitaire israélien. L’entreprise collabore déjà avec des institutions académiques aux Etats-Unis et en Inde. «Nous bénéficions d’idées et de nouvelles façons d’aider à résoudre les difficultés que connaissent nos clients, et qui pourrait conduire à de nouveaux produits et services dans l’avenir», a déclaré William McCracken.

Le co-fondateur et vice-président de CA Technologies Inc, Russell Artzt, qui était responsable des affaires de sécurité de l’entreprise, est à la tête de ce nouveau projet. L’entreprise n’a pas encore choisi l’emplacement de nouveau centre des innovations, qui est supposé démarrer dans quelques mois. William McCracken a affirmé que CA Technologies Inc vise à avoir “des centaines de chercheurs” au centre.

Par Shmulik Shelach, Globes, adaptation siliconwadi.fr

ISRAELVALLEY DANS NOS ARCHIVES
Le Forum de cybersécurité franco-israélien du 4 avril, organisé par Dominique Bourra, a mis en évidence la créativité israélienne sur la question du Man in the Browser, à savoir les menaces logiques et physiques pour les petites et les grandes entreprises. Itzik Kotler, CTO de Security Art, a souligné la croissance constante de l’arsenal des attaquants. Cette amplification de la menace potentielle par le contenant relance le débat sur le niveau de sécurité informatique de bon nombre d’entreprises. Mais derrière cet péril s’en profile un autre, l’attaque par le contenu que l’on pourrait résumer par cette question : quels effets produisent les attaques par la désinformation, la rumeur ou la polémique sur le fonctionnement global d’une entreprise ?

En vingt ans, le niveau d’agressivité des assauts par le contenu a subi une évolution aussi significative que ceux par le contenant, comme en témoigne cette agression informationnelle subie il y cinq ans par la filiale d’un grand groupe d’origine française en Belgique. Un concurrent déloyal diligente une intrusion sur le site de cette succursale. Il s’agit de créer un faux lien entre des cadres dirigeants et un site pédophile. Une fois l’opération réalisée, l’attaquant se donne les moyens pour que la police belge soit alertée du « délit » et ouvre une enquête. La vigilance du DSI permit à la direction de l’entreprise prise pour cible de stopper l’attaque en informant les autorités locales de la nature du piratage et de la manipulation diffamatoire induite par l’opération délictueuse. Ainsi fut évitée une crise informationnelle majeure par une attaque contenant-contenu.

Des attaques en image devenues monnaie courante
Au cours des années 90, deux entreprises aéronautiques furent durement touchées par ce type d’attaque. La société ATR fut victime d’une campagne de rumeurs menée principalement par le biais d’internet à la suite d’un crash aérien. En réaction, ATR organisa des démonstrations médiatiques sur la fiabilité de l’appareil, mais le modèle incriminé ne fut pas un succès commercial. Fin 98, la société Alcatel subit une campagne de rumeurs sur l’opacité de la communication financière de l’entreprise. Cette orchestration provoqua une chute historique du cours de l’action à la Bourse de Paris et perturba pendant plusieurs mois la gouvernance d’Alcatel.

Aujourd’hui, la déstabilisation des entreprises par l’information est devenue un phénomène récurrent. Les constructeurs de barrage sont régulièrement mis en accusation par des acteurs de la société civile qui utilisent le web pour amplifier leurs protestations contre des déplacements de population ou ce qu’ils considèrent comme des atteintes à l’environnement. Les coopératives laitières doivent faire face à un parasitage virtuel initié depuis une décennie par plusieurs centaines de sites et de blogs d’internautes qui dénoncent les risques sanitaires encourus par les consommateurs de lait de vache. Plus récemment, les opérateurs téléphoniques sont interpellés par des associations relayées par des sites qui les accusent de dissimuler les effets nocifs des antennes relais implantées dans les zones urbaines.

Dans ces débats publics, les entreprises se retrouvent dans des positions très défavorables. L’avantage est le plus souvent au détracteur, qu’il ait tort ou raison. L’orchestration d’une attaque informationnelle contre un point faible identifiable renforce la vulnérabilité d’une entreprise, perturbe la cohésion de sa direction générale, démoralise éventuellement son personnel. C’est ce qui arriva en 2000 à eToys, société de vente en ligne de jouets qui provoqua une mobilisation virulente d’internautes nord-américains pour avoir voulu s’emparer d’un nom de domaine déjà pris par des artistes suisses. En avril 2001, la société eToys mettait la clé sous la porte. (Source: pro.01net.com).

Source: http://siliconwadi.fr/3950/des-centaines-de-chercheurs-reunis-dans-un-nouveau-centre-dinnovations

C'est un fait. L'industrie technologique londonienne craint que le Brexit incite les entreprises internationales à s'installer plutôt à Berlin, à Paris ou à Stockholm plutôt qu'à Londres. Et pourquoi pas à Tel Aviv ? Dans le jeu des prévisions pour le futur, et ceci avant le Brexit, il était quasi-certain que Londres allait devenir, loin devant Tel Aviv, un pôle de startups très attractif pour...

Ilan Dreyfus (Paris) | High-Tech

Comment identifier les terroristes sur les vidéos publiées par l’État islamique ? Des chercheurs jordaniens de l’université de Mutah ont un début de solution : grâce à leurs doigts, qui sont souvent totalement découverts lorsque les djihadistes brandissent le V de la victoire avec leur index et leur majeur. Les scientifiques ont donc créé un algorithme capable d’analyser l’angle entre les d...

IsraelValley Plus | High-Tech

Preempt a levé 8 millions de dollars auprès de General Catalyst Partners et d’autres investisseurs, dont Mickey Boodaei et Rakesh Loonkar, les fondateurs de Trusteer et Paul Sagan, l’ex-PDG d’Akamai Technologies. Preempt a lancé le premier firewall (pare-feu informatique) de l’industrie basé sur le suivi du comportement des utilisateurs allié à une capacité automatisée pour réagir instantanéme...

IsraelValley Plus | High-Tech

Selon Silicon.fr :"Accenture renforce son pôle sécurité. La société de conseils et services en solutions numériques annonce l’acquisition de Maglan Group. Créée en 1998, cette société israélienne basée à Tel Aviv est spécialisée dans la simulation de cyber-défense avancée, la recherche de vulnérabilités et les moyens pour les combler, l’analyse des malwares et, plus généralement, concentre sa r...

IsraelValley Plus | High-Tech

Huit start-ups israéliennes ont participé à Tel Aviv a une sélection pour pouvoir participer à la finale des Global Innovation Awards 2016, qui se tiendra à Pékin en août. L’enjeu était de taille : une récompense d’1,5 million de dollars en cash et l’opportunité de recevoir des investissements de Shengjing Group, une entreprise chinoise de conseils en management, ont déclaré la firme israélienn...

IsraelValley Plus | High-Tech

EVENEMENT "MEET THE LEADER" LE 23/06/2016. Soyons francs, les chances sont minces pour que les routes de Tel Aviv se transforment en havres de paix à moyen terme. Aucune technologie, aussi révolutionnaire qu’elle soit, ne saurait effacer les "road rages" quotidiens entre Allenby, Dizengoff ou Derech Begin. C’est pourtant dans cette même ville que s’imaginent aujourd’hui, les transports de d...

IsraelValley | High-Tech

La "Palestinian Start Up Nation" est encore embryonnaire. Cependant de bonnes nouvelles émèrgent pour le High Tech palestinien. Un exemple. Les employés de Mellanox Technologies (Israël) sont pour 10% des arabes. La firme israélienne a décidé depuis longtemps de recruter des ingénieurs palestiniens et externalise une partie de ses activités à Ramallah. Selon des chiffres de IsraelValley : ...

Youval Barzilaï (Paris) | High-Tech

Des concepteurs israéliens ont inventé Foldimate, un robot qui repasse et plie les vêtements. Les machines automatisant le processus de pliage et de repassage existant sur le marché sont conçues pour les milieux industriels alors que Foldimate est destiné aux particuliers... La machine est extrêmement simple d’utilisation : il suffit d’attacher le linge comme sur un étendoir à la verticale e...

IsraelValley Plus | High-Tech

La start-up israélienne Brayola a eu l’idée de lancer un réseau social spécialisé dans les sous-vêtements féminins. Le site exerce aussi d’autres activités telles que la vente et la livraison de soutiens-gorge et a reçu un investissement de 2,5 millions de dollars au premier tour de table, de la part de HDS capital et FirstTime Capital. Derrière cette jeune entreprise, basée à Tel Aviv, se ...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | High-Tech

Si au niveau mondial, la High-Tech semble connaître un léger ralentissement, cela n'empêche en rien les start-up israéliennes de lever des fonds. Pour la seule première semaine de juillet, treize d'entre elles ont réussi à lever un total impressionnant de 237 millions de dollars. Une semaine spectaculaire à la suite d'un mois de mai plus qu'honorable : 300 millions de dollars pour Gett (ex-GetT...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | High-Tech

Un centre pour le développement des jeunes entreprises, le Prague Startup Center, ouvre officiellement ses portes ce jeudi au palais Adria, dans le 1er arrondissement de Prague. Ce nouvel incubateur représentera désormais une structure d’accompagnement pour des entreprises innovantes, en leur proposant un soutien dans les domaines technique, administratif ou commercial. Il devrait devenir égale...

IsraelValley Plus | High-Tech

La firme israélienne Cupron utilise avec succès une propriété spécifique du cuivre dans la fabrication d’objets quotidiens : le métal élimine par contact les bactéries et les germes. La technologie développée par Cupron permet de lier les propriétés du cuivre aux tissus en fibres naturelles ou synthétiques, aux mousses et autres matériaux. La première grande entrée en scène du Cupron rem...

IsraelValley Desk | High-Tech

Le problème est récurrent. Vous appelez quelque’un dont la ligne est occupée. Cette même personne vous rappelle mais c’est à votre tour de ne pas être en mesure de répondre. MyState, une application israélienne pour iOS et Android ayant levé 6,5 millions de dollars de la part de fonds privés américains, vous permet de vérifier si vos contacts ne sont pas déjà en ligne avant que vous ne les a...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | High-Tech

Intel a ouvert un laboratoire de développement à Tel Aviv axé sur les technologies financières telle que la blockchain. La société travaille avec The Floor, une organisation FinTech israélienne, selon le Jerusalem Post. The Floor, dont le siège est à la Bourse de Tel Aviv, a levé 2 millions de dollars au début de cette année auprès de la firme VC chinoise Pando Group... Le laboratoire se con...

IsraelValley Desk | High-Tech

1. Tech’Israël : Centre de start-ups au marché Mahané Yehouda de Jérusalem. Un centre mondial de haute technologie verra prochainement le jour à quelques mètres des étalages du Mahané Yehouda à Jérusalem. L'activité de celui-ci démarrera en juillet prochain. 2. La société "MassChallenge", accélérateur de start-up qui agit depuis Boston et Londres, a décidé d’ouvrir une succursale à Jérusa...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | High-Tech