Jun 24

ISRAELVALLEY - C.A. TECHNOLOGIES LANCE UN NOUVEAU CENTRE D'INNOVATIONS A TEL-AVIV. Les chercheurs se concentreront sur les infrastructures informatiques pour les entreprises et la cyber sécurité

Authors picture

Vanessa Lamaire (Paris) | High-Tech

Headline image

Le PDG William McCracken de CA Technologies Inc a annoncé que l’entreprise américaine, un éditeur de logiciel, travaille actuellement sur ses opérations israéliennes, et lancera, en collaboration avec l’Université de Tel Aviv, un nouveau centre d’innovations.Ce dernier se concentrera sur la gestion des infrastructures informatiques pour les entreprises et la cyber sécurité. CA Technologies Inc n’a pas divulgué de détails sur le projet d’investissement pour le centre, mais il s’agirait au total de plusieurs millions de dollars.

CA Technologies Inc se joint à une liste croissante de multinationales high-tech qui sont en train de resserrer leurs liens avec le monde universitaire israélien. L’entreprise collabore déjà avec des institutions académiques aux Etats-Unis et en Inde. «Nous bénéficions d’idées et de nouvelles façons d’aider à résoudre les difficultés que connaissent nos clients, et qui pourrait conduire à de nouveaux produits et services dans l’avenir», a déclaré William McCracken.

Le co-fondateur et vice-président de CA Technologies Inc, Russell Artzt, qui était responsable des affaires de sécurité de l’entreprise, est à la tête de ce nouveau projet. L’entreprise n’a pas encore choisi l’emplacement de nouveau centre des innovations, qui est supposé démarrer dans quelques mois. William McCracken a affirmé que CA Technologies Inc vise à avoir “des centaines de chercheurs” au centre.

Par Shmulik Shelach, Globes, adaptation siliconwadi.fr

ISRAELVALLEY DANS NOS ARCHIVES
Le Forum de cybersécurité franco-israélien du 4 avril, organisé par Dominique Bourra, a mis en évidence la créativité israélienne sur la question du Man in the Browser, à savoir les menaces logiques et physiques pour les petites et les grandes entreprises. Itzik Kotler, CTO de Security Art, a souligné la croissance constante de l’arsenal des attaquants. Cette amplification de la menace potentielle par le contenant relance le débat sur le niveau de sécurité informatique de bon nombre d’entreprises. Mais derrière cet péril s’en profile un autre, l’attaque par le contenu que l’on pourrait résumer par cette question : quels effets produisent les attaques par la désinformation, la rumeur ou la polémique sur le fonctionnement global d’une entreprise ?

En vingt ans, le niveau d’agressivité des assauts par le contenu a subi une évolution aussi significative que ceux par le contenant, comme en témoigne cette agression informationnelle subie il y cinq ans par la filiale d’un grand groupe d’origine française en Belgique. Un concurrent déloyal diligente une intrusion sur le site de cette succursale. Il s’agit de créer un faux lien entre des cadres dirigeants et un site pédophile. Une fois l’opération réalisée, l’attaquant se donne les moyens pour que la police belge soit alertée du « délit » et ouvre une enquête. La vigilance du DSI permit à la direction de l’entreprise prise pour cible de stopper l’attaque en informant les autorités locales de la nature du piratage et de la manipulation diffamatoire induite par l’opération délictueuse. Ainsi fut évitée une crise informationnelle majeure par une attaque contenant-contenu.

Des attaques en image devenues monnaie courante
Au cours des années 90, deux entreprises aéronautiques furent durement touchées par ce type d’attaque. La société ATR fut victime d’une campagne de rumeurs menée principalement par le biais d’internet à la suite d’un crash aérien. En réaction, ATR organisa des démonstrations médiatiques sur la fiabilité de l’appareil, mais le modèle incriminé ne fut pas un succès commercial. Fin 98, la société Alcatel subit une campagne de rumeurs sur l’opacité de la communication financière de l’entreprise. Cette orchestration provoqua une chute historique du cours de l’action à la Bourse de Paris et perturba pendant plusieurs mois la gouvernance d’Alcatel.

Aujourd’hui, la déstabilisation des entreprises par l’information est devenue un phénomène récurrent. Les constructeurs de barrage sont régulièrement mis en accusation par des acteurs de la société civile qui utilisent le web pour amplifier leurs protestations contre des déplacements de population ou ce qu’ils considèrent comme des atteintes à l’environnement. Les coopératives laitières doivent faire face à un parasitage virtuel initié depuis une décennie par plusieurs centaines de sites et de blogs d’internautes qui dénoncent les risques sanitaires encourus par les consommateurs de lait de vache. Plus récemment, les opérateurs téléphoniques sont interpellés par des associations relayées par des sites qui les accusent de dissimuler les effets nocifs des antennes relais implantées dans les zones urbaines.

Dans ces débats publics, les entreprises se retrouvent dans des positions très défavorables. L’avantage est le plus souvent au détracteur, qu’il ait tort ou raison. L’orchestration d’une attaque informationnelle contre un point faible identifiable renforce la vulnérabilité d’une entreprise, perturbe la cohésion de sa direction générale, démoralise éventuellement son personnel. C’est ce qui arriva en 2000 à eToys, société de vente en ligne de jouets qui provoqua une mobilisation virulente d’internautes nord-américains pour avoir voulu s’emparer d’un nom de domaine déjà pris par des artistes suisses. En avril 2001, la société eToys mettait la clé sous la porte. (Source: pro.01net.com).

Source: http://siliconwadi.fr/3950/des-centaines-de-chercheurs-reunis-dans-un-nouveau-centre-dinnovations

Benjamin Emsallem et Nathaniel Boukobza, deux jeunes nouveaux immigrants résidant à Tel Aviv, sont à l’origine de la start-up "Beacon Watcher". Cette nouvelle technologie emploie des beacons, ces petites bornes Bluetooth très en vogue qui permettent de recevoir des messages instantanés sur votre téléphone mobile, dès lors que vous passez à proximité. Cette technologie, si elle reste très sim...

JSS News | High-Tech

Au début du mois d’octobre, l’Anti-Defamation League a publié une liste des « meilleures pratiques » pour lutter contre la propagande haineuse sur Internet. Sobre et sérieuse, elle comprend des suggestions comme « Partager les connaissances et aider à développer des matériaux et des programmes éducatifs qui encouragent la pensée critique tant dans l’activité en ligne proactive que réactive » et...

Times of Israel | High-Tech

Le secteur des Jeux sur Réseaux Sociaux est en ébullition. Ainsi, pas une semaine ne se passe sans une annonce fracassante et qui attire l'attention des investisseurs du monde entier. Cette fois-ci c'est le secteur israélien du "social gaming" (peu connu des non-initiés) qui est concerné. Pour $100 Millions la startup Diwip (Israël) lancée il y a à peine quatre ans passe dans les mains d'une fi...

Eyal Cohen-Solal | High-Tech

L’application WisePhone, développée par une start-up israélienne du même nom, transforme les smartphones en un téléphone simple à l’emploi, afin d’en simplifier l’utilisation par les seniors, les enfants ou les malentendants. L’application prend contrôle du système Android et ne retient que les fonctions essentielles, éliminant toutes les sophistications qui compliquent souvent leur utilisation...

Joe Lasker (Silicon Wadi) | High-Tech

"Regardez cette appli créée par Code4HK pour la coordination d'OCCUPY CENTRAL !" Voici le message que des manifestants hongkongais ont reçu via l'application WhatsApp, raconte un article du New York Times. Sauf que Code4HK, un groupe de programmateurs qui met son savoir-faire numérique au service du mouvement Occupy Central, dément être à l'origine de cette application, qui se trouverait en réa...

IsraelValley Desk | High-Tech

Alain Juillet, président du Club des directeurs de sécurité des entreprises, fut le directeur du renseignement de la DGSE entre 2002 et 2003, puis le responsable de la cellule Intelligence Economique à Matignon jusqu’en 2009. L’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (Anssi) a-t-elle les moyens de ses ambitions ? A la base, l’agence était faite pour sécuriser les commun...

IsraelValley Desk | High-Tech

Le manque d’encadrement est très certainement l’une des premières causes de l’échec scolaire. Ainsi, les élèves qui peinent à s’adapter au système éducatif ont généralement besoin d’un suivi plus régulier et d’une aide plus personnalisée que leurs camarades de classe. Top Group Solution Source Ltd. est une start-up spécialisée dans le développement d’applications web, dont l’une d’entre elle...

IsraelValley Desk | High-Tech

La start-up israélienne Ino Vision Ltd. à mis au point « Seatylock », une selle de vélo qui se transforme facilement en un antivol ultra résistant de 1 mètre de long. Avec Seatylock, vous ne vous préoccupez plus de savoir où mettre votre antivol, ce dernier fait partie intégrante de votre vélo. Seatylock est une selle adaptable à tous les modèles de vélo. Après une installation simple, Seatyloc...

Cool Israel | High-Tech

Les scientifiques du monde entier qui se démènent pour trouver un traitement contre le virus Ebola se tournent vers les plantes de tabac qui permettraient de synthétiser les anticorps du vaccin. Et cela signifie qu’ils vont probablement se tourner vers la compagnie israélienne CollPlant, une entreprise pionnière dans le développement de protéines recombinées grâce aux plantes de tabac. Même ...

Times of Israel | High-Tech

La start-up israélienne PlayBuzz qui appartient au fils d’Ehoud Olmert, a été classée deuxième mondiale en termes de partage de contenu, de « like » et de commentaires sur Facebook en septembre 2014. Le site basé à Tel-Aviv a accumulé 7.600.000 de partages sur Facebook, venant en deuxième position derrière le Huffington Post avec 9,4 millions. BuzzFeed a terminé troisième avec 6.200.000 part...

JSS News | High-Tech

Développée par un français, l’application arrive à Paris après New-York en 2012, et une implantation à Londres et à Tel-Aviv en 2013. Wingit fonctionne comme un réseau social et culturel, pour dénicher à la dernière minute les événements près du lieu où se trouve l’utilisateur. Selon Frenchweb.fr (Copyrights) : "En février 2014, Wingit a bouclé une première levée de fonds pour un montant de ...

IsraelValley Desk | High-Tech

Selon Deutsche Welle, les entrepreneurs israéliens du high-tech sont fortement attirés par la capitale allemande en raison notamment d'un accès facile au marché européen et au faible coût de la vie. "Nous avons réalisé que l'Allemagne a un potentiel énorme, et contrairement aux États-Unis, nous n'avons presque pas de concurrents» explique Moshe Bar-Oz, fondateur de ShopEat, une start-up israéli...

Avner Myers | High-Tech

IBM est à la recherche de start-ups israéliennes pour développer la prochaine génération d’applications « qui pensent », donc d’ordinateurs qui utilisent l’intelligence artificielle et les algorithmes d’apprentissage. Israël, a déclaré Dror Pearl, le chef de l’unité Global Technology d’IBM Israël (GTU), s’est révélé une source importante pour une partie de cette technologie cognitive et IBM ...

Times of Israel | High-Tech

Dans un Moyen-Orient déchiré par les conflits et les atrocités confessionnelles, à Nazareth existe un lieu unique, NAZTECH, premier accélérateur technologique où entrepreneurs chrétiens, musulmans et juifs travaillent ensemble pour aider des citoyens arabes israéliens à créer leurs start-ups. Durant 5 mois, les entrepreneurs sélectionnés bénéficient d’une formation complète incluant le mentorin...

Zoé Kauffman | High-Tech

Selon une étude récente effectuée par un groupe de réflexion californien, les hommes hautement diplômés travaillant dans la Silicon Valley gagnent en moyenne 73% de plus que les femmes à qualification équivalente. Ceci n'est absolument pas le cas en Israël où les femmes gagnent 20 à 30% en moins que les hommes dans le secteur du hightech. Selon (1) : "Microsoft a rapporté plus tôt cette anné...

Eyal Ganim (Rehovot) | High-Tech