Jun 18

ISRAELVALLEY - ARRÊTER UN TAXI AU MILIEU DE TEL-AVIV N'EST PAS UNE SINÉCURE. Pour éviter une longue attente ou une querelle entre chauffeurs, Get Taxi a créé un nouveau concept.

Authors picture

IsraelValley Desk | Économie

Headline image

Tout le monde vous le dira, arrêter un taxi dans les rues de Tel Aviv peut engendrer plusieurs scenarios : l’attente longue ou bien, au contraire, plusieurs chauffeurs se querellant la course.

Get Taxi, qui a commencé son activité à Tel Aviv depuis près d’un an, et récemment implantée à Jérusalem, a créé un tout nouveau concept : commander un taxi depuis son smartphone, pour réconcilier tout le monde. A la suite de la réservation, le taxi le plus proche de la source est ainsi sollicité. Le système localisera alors votre smartphone et indiquera ainsi votre emplacement au chauffeur de taxi, en lui précisant, sur une carte, le chemin le plus court à suivre. Vous aurez également la possibilité suivre le parcours du taxi depuis votre téléphone, ainsi que de noter le conducteur, ce qui a pour effet, selon les dires de la société, de motiver les chauffeurs à effectuer leur travail de façon optimale, dans le but de maximiser les clients, et ainsi, rester dans la liste des conducteurs de l’entreprise.
La simplicité de l’utilisation a permis à Get Taxi de devenir l’une des trois plus grandes sociétés de taxi de Tel Aviv, et de figurer également parmi les plus grandes du pays.

Get Taxi compte pour le moment 400 taxis (tous ne sont pas exclusifs à la société), et selon l’entreprise, plus de 300 chauffeurs de taxis ont été mis sur liste d’attente. Selon les déclarations de la direction, Get Taxi a pour l’instant arrêté de recruter dans le but de préserver l’emploi des conducteurs déjà inscrits.

Les frais d’adhésion à la société attirent d’autant plus de travailleurs, puisqu’ils s’élèvent à 350 shekels par mois, contrairement aux autres stations de taxis qui facturent en moyenne entre 800 et 1200n shekels par mois. De plus, ces paiements fournissent à l’entreprise la plupart de ses revenus.

La réussite israélienne a incité les entrepreneurs Shachar Weiser et Roy Mora à développer le système à Londres ainsi qu’à Moscou. La semaine dernière l’entreprise avait bénéficié d’un investissement à hauteur de 20 millions de dollars, ce qui clôture pour l’instant la vague de financement, avec un total de 30 millions de dollars. Le dernier apport servira notamment à développer l’activité de la société à New York.

« Il peut détruire le marché »

Le concept a néanmoins certains effets néfastes sur les sociétés environnantes. En effet, plusieurs chauffeurs remarquent une baisse de débit dans leur travail, et certains patrons de sociétés de taxis viennent à appréhender : « ce sont des choses qu’on ne voit nulle part » a déclaré Yehuda Bar-On, directeur de l’organisation nationale des taxis. Selon lui : « la société (Get Taxi) n’a pas le droit d’exercer son activité, faute de permis. Elle se comporte cependant comme une vraie station. Il arrive, investit de l’argent, et vole les salaires des gens. Ce n’est pas juste, il n’y plus de compétition sur la qualité. Il a baissé ses prix parce qu’il est riche. Tôt ou tard, il jettera les conducteurs de taxis à la rue ».

« Ils ont changé les règles du jeu, alors que nous travaillons depuis 50 ans de la même manière », a ajouté Eli Pleismann, de la société de taxis « New York » située à Tel Aviv. « Les gens ne recherchent que ça! Nous avons développé une application concurrente, qui nous a coûté 60,000 shekels, mais eux ont des millions. Je paye une agence de communication et ses employés, mais lui a plus d’argent, et paye la moitié. Il peut détruire tout le marché, alors il aura le monopole ».

Cependant, l’organisation nationale des taxis a tout de même déclaré la nouvelle entreprise comme une vraie société concurrente, à condition qu’elle présente les permis requis, ce qui a eu pour effet de générer encore plus d’hostilités à l’égard de Get Taxi.

Le ministère des transports a néanmoins rejeté la requête déposée par l’organisation nationale des taxis, en expliquant « il n’y a aucune obligation, pour une société de taxis privés, de faire partie d’une association. Aucun permis de fonder une station n’est donc nécessaire ».

Get Taxi déclare, quant à elle : « nous sommes en règle à 100%, devant chaque institution. Il y a une tentative de nous déstabiliser en remettant en cause notre légalité, mais nous payons nos impôts, et nous ne bloquons pas non plus les passages piétons, comme une vraie société de taxis ».

Lionel Yrhi (Netanya)

Dans tous les documents et articles qui célèbrent les prouesses techniques des agronomes israéliens figurent un produit magique inventé à Rehovot (Israël) et qui a véritablement conquis le monde : la tomate-cerise. Selon Le HuffPost (Copyrights) : "La tomate cerise a une plastique de rêve. Parfaitement ronde, d'un rouge vif, rehaussée d'un mignon petit pédoncule vert. Pour ne rien gâcher, e...

IsraelValley Desk | Économie

Quelque 3,2 millions de passagers (Israéliens et étrangers, vols entrants et sortants) devraient transiter par l’aéroport Ben Gourion au cours des mois de juillet et août, d’après une enquête de l’Autorité israélienne des aéroports (IAA). Les lignes aériennes qui seront les plus empruntées pendant l’été seront celles qui relient Tel Aviv et la Grèce, la Turquie (pour les correspondances), l’All...

IsraPresse | Économie

SPECIAL GRECE. La Grèce possède une ambassade à Tel Aviv tandis qu'Israël en possède une à Athènes. Les deux pays sont membres de l'Union de la Méditerranée. Même si les relations entre les deux pays ont été moins chaleureuses à la fin des années 90, depuis 2008, elles se sont largement améliorées. Israël et la Grèce coopèrent à la fois dans les domaines militaire, de renseignement, de l'éc...

IsraelValley Desk | Économie

Israël est un petit pays avec une superficie d’environ 22.000 km2. Alors que les ressources en eau ont été suffisantes pour couvrir tous les besoins d’Israël jusqu’en 1975, depuis le pays connaît un déficit croissant. Les ressources naturelles ne sont plus suffisantes et ont poussé les israéliens à trouver des solutions inédites. Les difficultés hydriques en Israël se sont transformées en c...

Marianne Miguet | Économie

Tel Aviv est la troisième ville la plus chère du monde pour acheter une bouteille de bière, d’après l’Indice du prix de la bière (Beer Price Index) établi par le site GoEuro, seulement dépassée par Hong Kong et Genève. Le consommateur paiera ainsi, en moyenne, 5,13 £ (22,10 shekels) pour une petite mousse dans la Ville Blanche, alors qu’à Cracovie et à Kiev, les deux villes en tête du classemen...

IsraPresse (Tel Aviv) | Économie

Selon le rapport de l’OCDE en 2014 le salaire minimum s’élevait à 9,54 dollars/heure, soit 36,75 shekels. Le taux le plus élevé parmi les pays membres de l’organisation. Les Israéliens sont loin d’être les plus mal lotis. Le rapport classe 27 pays en se basant sur le calcul du pouvoir d’achat de chaque pays et sur un salaire net. L’auteur du document, Herwig Immervoll explique que les impôts...

Dr Israel Valley | Économie

L’euro s’échange au taux historiquement bas de 4,195 shekels. En cause: la crise grecque qui s’enlise et le référendum qui doit se tenir dimanche. Les créanciers de la Grèce, composés en grande majorité de fonds publics, provenant notamment du FMI, de la BCE, et des Etats de la zone euro, sont plus que jamais inquiets. En effet, le 30 juin 2015, le FMI a annoncé sur son site internet que la ...

IsraPresse | Économie

Les entreprises israéliennes ont touché un montant record de près de 32,4 milliards de shekels grâce à l’émission d’obligations sur les marchés financiers, lors des six premiers mois de l’année 2015, selon un communiqué de la bourse de Tel-Aviv. A titre de comparaison, le montant des fonds récoltés l’année dernière grâce à ce procédé, était de 37 milliards de shekels sur l’ensemble de l’année 2...

IsraPresse (Tel Aviv) | Économie

Avec des cafés à 5 shekels, Avi Katz entreprend de répondre à une des problématiques majeures pour les israéliens, à savoir réduire le coût de la vie. Durant les manifestations de 2011, de nombreux Israéliens sont descendus dans les rues pour protester contre la hausse des prix des logements et de l’alimentation. Cela a abouti à de nombreuses promesses durant les élections de 2013 mais à pe...

Ariel Haziza (Tel Aviv) | Économie

Eliane Stoleru est une styliste franco-israélienne, née à Nice. En 1981, elle fait un an de volontariat avec le Bnei Akiva dans un mochav dans le Golan. Elle décide de rester et est reçue à la prestigieuse école de stylisme Shenkar, (là même où Alber Elbaz a étudié). En 1988, elle créée sa propre marque Eliane Stoleru. Elle a gardé un goût très européen, elle est méticuleuse dans les finitio...

Rachel Samoul | Économie

1. BriefCam : système de vidéo-synthèse qui permet de visionner des heures de vidéosurveillance en quelques minutes en résumant les images aux principaux mouvements. Un gain de temps considérable pour des enquêteurs qui doivent visionner des centaines d’heures d’enregistrement pour retrouver un suspect potentiel. 2. GridON : système ayant pour but de réduire les conséquences des défauts de c...

Tel Avivre | Économie

REPORTAGE. ISRAELVALLEY. Hier s’est tenue toute l’après-midi une conférence à l'hôtel David Intercontinental mettant en relation de nombreuses entreprises Allemandes avec des personnalités et d’autres entreprises Israéliennes. La conférence "Made In Germany" célébrait hier 50 ans de relation Israélo-allemande dans le secteur industriel et économique. Étaient au rendez-vous les entreprises in...

Félicien Guilbaud. | Économie

L’Union européenne a invité H2energy Now à l’un des plus prestigieux salons de technologie au monde – le forum Alpine High-tech Venture, parrainé par Eureka, l’organisation-cadre de R&D de l’UE. La startup est la première, et jusqu’ici la seule, société israélienne à être invitée au Forum, qui en est à sa 15e édition. Sonya Davidson, la présidente de la société : « Nous avons développé la mé...

Times of Israel | Économie

Dans le contexte politique actuel entre la Turquie et Israël, c'est vraimentétonnant. En raison de coûts de production 40% moins chers qu'en Israël, le Groupe Hamat, qui fabrique des produits sanitaires (robinets, douches), a annoncé la construction d'une nouvelle usine à 40 kilomètres de Izmir en Turquie. Une Joint Venture (à majorité israélienne) avec des Turcs a été mise en place pour le...

IsraelValley Desk | Économie

Des chercheurs de l'Université de Tel Aviv et de l'Université Harvard ont développé une méthode innovante et efficace pour régénérer la peau, à base d'impulsions électriques, provoquant le rajeunissement des peaux mâtures et le renouvellement de l'épiderme endommagé par les maladies, sans entrainer de réchauffement ni de cicatrices. La technologie, développée à l'origine pour le traitement ...

Tel Aviv University | Économie