Jun 18

ISRAELVALLEY - ARRÊTER UN TAXI AU MILIEU DE TEL-AVIV N'EST PAS UNE SINÉCURE. Pour éviter une longue attente ou une querelle entre chauffeurs, Get Taxi a créé un nouveau concept.

Authors picture

IsraelValley Desk | Économie

Headline image

Tout le monde vous le dira, arrêter un taxi dans les rues de Tel Aviv peut engendrer plusieurs scenarios : l’attente longue ou bien, au contraire, plusieurs chauffeurs se querellant la course.

Get Taxi, qui a commencé son activité à Tel Aviv depuis près d’un an, et récemment implantée à Jérusalem, a créé un tout nouveau concept : commander un taxi depuis son smartphone, pour réconcilier tout le monde. A la suite de la réservation, le taxi le plus proche de la source est ainsi sollicité. Le système localisera alors votre smartphone et indiquera ainsi votre emplacement au chauffeur de taxi, en lui précisant, sur une carte, le chemin le plus court à suivre. Vous aurez également la possibilité suivre le parcours du taxi depuis votre téléphone, ainsi que de noter le conducteur, ce qui a pour effet, selon les dires de la société, de motiver les chauffeurs à effectuer leur travail de façon optimale, dans le but de maximiser les clients, et ainsi, rester dans la liste des conducteurs de l’entreprise.
La simplicité de l’utilisation a permis à Get Taxi de devenir l’une des trois plus grandes sociétés de taxi de Tel Aviv, et de figurer également parmi les plus grandes du pays.

Get Taxi compte pour le moment 400 taxis (tous ne sont pas exclusifs à la société), et selon l’entreprise, plus de 300 chauffeurs de taxis ont été mis sur liste d’attente. Selon les déclarations de la direction, Get Taxi a pour l’instant arrêté de recruter dans le but de préserver l’emploi des conducteurs déjà inscrits.

Les frais d’adhésion à la société attirent d’autant plus de travailleurs, puisqu’ils s’élèvent à 350 shekels par mois, contrairement aux autres stations de taxis qui facturent en moyenne entre 800 et 1200n shekels par mois. De plus, ces paiements fournissent à l’entreprise la plupart de ses revenus.

La réussite israélienne a incité les entrepreneurs Shachar Weiser et Roy Mora à développer le système à Londres ainsi qu’à Moscou. La semaine dernière l’entreprise avait bénéficié d’un investissement à hauteur de 20 millions de dollars, ce qui clôture pour l’instant la vague de financement, avec un total de 30 millions de dollars. Le dernier apport servira notamment à développer l’activité de la société à New York.

« Il peut détruire le marché »

Le concept a néanmoins certains effets néfastes sur les sociétés environnantes. En effet, plusieurs chauffeurs remarquent une baisse de débit dans leur travail, et certains patrons de sociétés de taxis viennent à appréhender : « ce sont des choses qu’on ne voit nulle part » a déclaré Yehuda Bar-On, directeur de l’organisation nationale des taxis. Selon lui : « la société (Get Taxi) n’a pas le droit d’exercer son activité, faute de permis. Elle se comporte cependant comme une vraie station. Il arrive, investit de l’argent, et vole les salaires des gens. Ce n’est pas juste, il n’y plus de compétition sur la qualité. Il a baissé ses prix parce qu’il est riche. Tôt ou tard, il jettera les conducteurs de taxis à la rue ».

« Ils ont changé les règles du jeu, alors que nous travaillons depuis 50 ans de la même manière », a ajouté Eli Pleismann, de la société de taxis « New York » située à Tel Aviv. « Les gens ne recherchent que ça! Nous avons développé une application concurrente, qui nous a coûté 60,000 shekels, mais eux ont des millions. Je paye une agence de communication et ses employés, mais lui a plus d’argent, et paye la moitié. Il peut détruire tout le marché, alors il aura le monopole ».

Cependant, l’organisation nationale des taxis a tout de même déclaré la nouvelle entreprise comme une vraie société concurrente, à condition qu’elle présente les permis requis, ce qui a eu pour effet de générer encore plus d’hostilités à l’égard de Get Taxi.

Le ministère des transports a néanmoins rejeté la requête déposée par l’organisation nationale des taxis, en expliquant « il n’y a aucune obligation, pour une société de taxis privés, de faire partie d’une association. Aucun permis de fonder une station n’est donc nécessaire ».

Get Taxi déclare, quant à elle : « nous sommes en règle à 100%, devant chaque institution. Il y a une tentative de nous déstabiliser en remettant en cause notre légalité, mais nous payons nos impôts, et nous ne bloquons pas non plus les passages piétons, comme une vraie société de taxis ».

Lionel Yrhi (Netanya)

OurCrowd, fonds de venture-capital combiné à une plate-forme de financement participatif, a annoncé la création de Radicle, un fonds d’accélération des investissement dédié aux jeunes start-up du domaine des technologies agricoles (ou agritech voire agtech) afin d’en faire des leaders reconnus de cette industrie. Le fonds est lancé en partenariat avec Finistere Ventures, Cloud Break Advisor...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Économie

Les mois d’été seront chargés à l’aéroport Ben Gourion ; 2 millions d’Israéliens en partance croiseront environ 700.000 étrangers aux arrivées. Les vacances scolaires débutent aujourd'hui pour 1,5 million de petits Israéliens des classes primaires et secondaires ainsi que pour 170.000 enseignants. À la veille des vacances d’été, les autorités aéroportuaires d'Israël sont sur « le pied de g...

Jacques Bendelac | Économie

Le constat peut être décevant, les véhicules hybrides et électriques ne comptent que pour trois pourcent des 89 millions de voitures vendues chaque année dans le monde. Les principales raisons invoquées pour cet échec relatif sont le coût élevé des hybrides et la faible autonomie des électriques. Quand d’autres s’acharnent à concevoir des moteurs plus léger ou des batteries plus efficaces, u...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Économie

Pépinières, incubateurs, accélérateurs... En France, comme dans bien d'autres pays, et enIsraël particulièrement, on ne compte plus les structures d'accompagnement destinées à favoriser l'éclosion de startups. Celles-ci se sont multipliées, ces dernières années, souvent sous l'égide de grandes entreprises. Après Londres, New York, Cape Town, la Barclays Bank a décidé d'ouvrir en Israël un accél...

IsraelValley Plus | Économie

L'Israélien épargne de plus en plus : en 2015, le taux d’épargne atteignait 12,1% de son revenu disponible net, un record depuis plus de vingt ans. Le comportement financier du consommateur israélien est en train de changer. Il y a quelques années, il consacrait presque tout son revenu à des achats de biens et services ; il n'hésitait pas aussi à s'endetter fortement si son revenu ne lui s...

Jacques Bendelac | Économie

Tous les médias l’ont annoncé, les relations entre Israël et la Turquie se normalisent. L’accord prévoit notamment le versement d’une indemnisation pour les familles des victimes turques de la flotille de Gaza de 2010, Erdogan s’engageant quant à lui de ne pas laisser se développer des activités anti-israéliennes sur son territoire et à ne plus mettre à l’épreuve le blocus maritime sur la bande...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Économie

La Fondation Nomads organise un concours destiné aux startup suisses, en partenariat avec Bilan. Les lauréats seront invités à rejoindre la délégation suisse au DLD Tel Aviv Innovation Festival, du 25 au 29 septembre 2016. Pôle technologique reconnu, Tel-Aviv talonne désormais de près la Silicon Valley. Largement soutenue par des investissements en capital-risque, sa scène innovante dispose ...

IsraelValley Plus | Économie

Netanyahu : le Brexit n'a pas d'impact direct sur Israël. Le vote de la Grande-Bretagne en faveur de la sortie de l'Union Européenne n'aura pas d'incidence directe sur Israël, a déclaré Netanyahou lors de la réunion hebdomadaire du cabinet ministériel. "Il n'y a pas d’effet direct sur Israël, en dehors du fait que nous faisons de l'économie mondiale," a déclaré le premier ministre avant un v...

Israelalley Plus | Économie

La Tribune - Acteurs de l'Economie. Par Maxime Hanssen. "Lyon French Tech a célébré sa première année d'existence ce 21 juin. Avant la fête, les acteurs de l'écosystème ont présenté les projets pour l'année en cours : implantation du French Tech Ticket à Lyon, hubs internationaux et labels thématiques étaient notamment au menu. Pour son premier anniversaire, Lyon French Tech a mis les petit...

La Tribune | Économie

ANALYSE – Le vote historique des Anglais provoque une onde de choc qui touchera aussi Israël : le Brexit sera négatif pour l’économie israélienne. Le Royaume-Uni (RU) quittera l’Union européenne (UE) ; ainsi en ont décidé les Britanniques à l’issue du référendum de jeudi dernier. Les conséquences économiques négatives du Brexit (abréviation de "British Exit") seront perceptibles aussi en I...

Jacques Bendelac | Économie

L’été 2016 est déjà là et beaucoup de vacanciers s’accorderont un repos bien mérité sur une plage d’Israël ; mais gare aux dangers qui menacent. La saison des baignades est déjà bien entamée le long des 143 plages surveillées d’Israël : 96 plages sur la Méditerranée, 27 plages autour du Kinnereth (lac de Tibériade), 16 plages sur la mer Morte et 4 plages sur la mer Rouge. Si les vacance...

Jacques Bendelac | Économie

La Bitcoin Embassy de Tel Aviv est submergée de demandes. Bits of Gold (son fondateur Jonathan Rouach, est co-fondateur d'IsraelValley), leader du marché du Bitcoin en Israël, a l'habitude des baisses et hausses vertigineuses du bitcoin. Il reste cool. Bits of Gold a été sélectionnée dans le "Top 5" (sur plus de cent dossiers) des "meilleures startups de Tel Aviv". Bits of Gold a gagné égal...

Youval Barzilaï (Rehovot) | Économie

Selon un nouveau rapport de l'OCDE, Tel Aviv est au top des régions israéliennes pour les emplois, l'accès aux services, le revenu et l'environnement. Les inégalités de revenu s’aggravent dans de nombreux pays, et les disparités régionales constatées en matière de logement, de sécurité et de qualité de l’air se creusent aussi, selon un nouveau rapport de l’OCDE. Le rapport couvre l’ensemb...

Jacques Bendelac | Économie

POLÉMIQUE. Y aurait-il en Israël plus de logements qu’on ne le croit ? Les chiffres officiels sur la pénurie de logements ignorent le marché noir. À en croire les chiffres officiels, il ne manquerait pas moins de 100.000 logements en Israël ; cette pénurie immobilière est le résultat d’une décennie de construction lente et insuffisante. « La demande est supérieure à l’offre » expliquent le...

Jacques Bendelac | Économie

Comme en 2014, les Français sont ceux qui ont le moins travaillé en Europe avec un total de 1.646 heures, selon des chiffres d'Eurostat. Selon l'OCDE, Israël détient un taux d’employés travaillant 50 heures ou plus par semaine (16%) très élevé. Une proposition de loi visant à diminuer le temps de travail a été soumis aux membres du parlement israélien à au moins quatre reprises, sans succès...

Eyal Aviv (Ramat Hasharon) | Économie