Jun 17

ISRAELVALLEY - PLONGÉE DANS L'UNIVERS DES CRÈCHES CLANDESTINES DE TEL-AVIV.

Authors picture

IsraelValley Desk | News

Headline image

Locaux abandonnés, appartements vides ou logements de mères au foyer : en Israël, les enfants d’immigrés n’ont pas accès aux crèches publiques : voilà le constat que rapporte Slate.fr. Pour éviter à leurs enfants de trainer dans les rues, des mamans immigrées, la plupart du temps Nigérianes et Ghanéennes, ouvrent des crèches clandestines. Aujourd’hui, Tel-Aviv abrite une cinquantaine de ces crèches. La première motivation pour ces femmes : l’argent. Chaque enfant leur rapporte environ 100 dollars (80 €) par mois. Une véritable aubaine pour les parents puisque ces crèches les gardent de 6h30 à 19h et qu’une crèche publique coûte environ 500 dollars (400 €) par mois.

Quand une de ces femmes est interrogée, elle plaide pour son action, alors que bons nombres de voisins et de locaux souhaiteraient voir la crèche fermée : «mon projet est socio-humanitaire. J’apporte un service de qualité aux enfants de réfugiés qui ne sont pas aidés par la municipalité. Aidez-moi à leur offrir un mode de garde adapté. Prêtez-moi un local même délabré, je pourrais le rénover, mais sachez que je ne pourrais pas fermer et laisser les enfants à la rue» a déclaré Fayda, congolaise réfugiée politique.

Un manque critique d’hygiène et de matériel adapté
« Les parents sont souvent en survie et ils laissent leurs enfants dans ces lieux précaires sans trop pouvoir réfléchir aux conséquences», explique Tamar Shwartz, directrice du centre municipal d’information de l’association Mesila. Depuis douze ans, cette association collabore avec la mairie de la capitale israélienne afin de venir en aide aux crèches clandestines : «Ici c’est vraiment la jungle, si nous n’étions pas là pour surveiller tout ça, je pense que ça serait vraiment plus désastreux ».

Il y a peu, deux enfants sont morts par négligence dans l’une de ces crèches. Un bébé de quelques mois est mort étouffé par le contenu de son biberon : la nourrice, qui n’avait pas le temps de s’en occuper, a attaché son biberon autour de son visage à l’aide d’un élastique, sans possibilité pour le bébé de s’arrêter de boire. Afin de lutter contre ce genre d’accidents, l’association incite les nourrices à suivre une formation de six mois au sein même de Mesila. Face à la réticence de nombreuses d’entre elles, l’association n’hésite pas à utiliser le chantage car il en va de la vie de nombreux enfants : «Je leur dis vous ne pouvez pas accueillir les enfants dans de telles conditions, nous allons repeindre pour vous les locaux, vous fournir des jouets et du matériel de puériculture, et une bénévole pour jouer avec les enfants, mais en contrepartie vous devez suivre une formation gratuite sans avoir à vous déplacer», explique Tamar.

Des crèches humanitaires
Malgré la motivation financière, certaines prennent leur rôle très au sérieux. Avec l’arrivée des fortes chaleurs, Fayda s’inquiète car elle n’a pas les moyens d’installer la climatisation. Elle s’efforce jour après jour d’offrir le maximum aux enfants.«J’offre aux enfants le petit déjeuner. Le déjeuner et le goûter sont assurés par les parents, mais je dois aussi jongler avec les familles en difficultés qui faute de moyen donnent du riz blanc et des pâtes sans accompagnements aux enfants. Je cuisine pour ceux là. J’achète des couches parce qu’il y a aussi des parents qui n’arrivent pas à fournir le minimum vital et même à me payer en une fois. Il me reste des miettes à la fin du mois, mais malgré cela je veux continuer», explique la Congolaise qui travaille aussi avec sa mère et sa sœur. Grâce à sa formation d’éducatrice, elle propose aussi des activités éducatives et ludiques aux enfants. Un luxe par rapport à la plupart de ces crèches.

Beaucoup d’enfants pour peu de nourrices
Sylvie, qui a du mettre son enfant dans une petite crèche clandestine, raconte :«Ma fille Yemina revenait chaque soir avec son repas non entamé, et on me disait à chaque fois qu’elle ne voulait pas manger. Ma fille maigrissait, et semblait triste, et ses couches n’étaient pas assez changées. Elle avait des plaies aux fesses. Je n’étais pas tranquille».

Quant à Elisabeth, 27 ans et ancienne bénévole pour l’association Mesila, ces crèches l’ont profondément attristée : «J’avais mal au cœur quand j’allais dans certaines crèches. Certains enfants ne sortaient jamais de leur berceau. Aux larmes des petits, les nourrices avaient pour seule réponse un nounours balancé en plein visage. Les plus grands étaient scotchés au poste de télévision et ne sortaient jamais. C’était terrible».

En moyenne, les nourrices s’occupent de 20 à 40 enfants chacune et ne peuvent répondre à aux besoins de tous les bébés. De fait, certains manquent cruellement d’attention et sont en permanence stressés voire même agressifs.
Le manque de matériel est devenu très inquiétant. Quand il n’y a plus de lits disponibles pour coucher les enfants, ceux qui restent dorment sur le sol.

Une expérience enrichissante pour les enfants
Dans la crèche de Fayda, il y a une très forte mixité : «J’ai des enfants du monde entier et chacun apporte sa culture. Les enfants du Pérou et de Colombie disent zapatos pour dire chaussures et tout le monde répète. Les enfants du Soudan disent Ta’al pour dire viens, je parle français et anglais avec eux, et eux parlent tous hébreu et anglais. Il y a aussi des enfants qui parlent érythréen. Ils font tous des phrases avec plusieurs langues, c’est rigolo. Ici c’est un saladier, un mélange merveilleux», explique-t-elle.

Mesila met tout en œuvre pour accueillir au mieux les enfants de réfugiés tout en espérant recevoir une aide, quelle qu’elle soit. Leur objectif est de permettre aux 4 000 enfants polyglottes d’avoir les mêmes chances de grandir que les enfants israéliens.

Source: http://www.magicmaman.com/,israel-la-recrudescence-des-creches-illegales-inquiete,2224,2130360.asp

Selon capcampus.com : "Un malaise ne prévient pas et il est important de se prémunir face à un état de santé jugé à risque. Grâce au bracelet Oxitone, les patients susceptibles de développer une crise cardiaque sont certains d'être avertis en temps réel de la moindre modification de leur état de santé. Ce joyau de la technologie médicale a depuis peu fait ses preuves dans le domaine médical. Co...

Capcampus.com | News

Les capital-risqueurs israéliens lorgnent toujours plus explicitement sur l'Europe pour y investir. C'est là une donnée relativement nouvelle car jusqu'il y a peu, ils ne s'intéressaient qu'à leur pays et aux Etats-Unis. Pourquoi ce changement? "Une vague de rachats sans précédent va déferler sur l'Europe, et les capital-risqueurs vont pouvoir faire des affaires en or." "Une vague de rachats...

Frederik Tibau (Data News). | News

Alors que se déroulera en fin d'année la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP21) à Paris, un rapport a analysé et classé pour la première fois la performance économique et énergétique des 50 plus grandes nations du monde qui émettent des GES. Le Green Innovation Index de Next 10 a publié des indicateurs selon le PIB des pays, les émissions, la productivité énerg...

Enerzine.com | News

Dans son rapport sur le capital humain, le Forum économique mondial [FEM] conclut qu’Israël "s’ingénie à tirer profit des personnes intelligentes de sa population, et fournit des possibilités d’éducation aux divers groupes d’âge, leur permettant de travailler dans des emplois mieux rémunérés et de participer à l’économie high-tech". Au moyen d’indicateurs mesurant la participation de personn...

Time of Israël | News

Les Backstreet Boys, sont en Israël. Les cinq garçons du Boy’s Band ont atterrit dimanche dernier à l’aéroport Ben Gourion accompagnés d’un cortège de 25 personnes. Les Backstreet Boys devaient déjà se produire en Israël l’été dernier, mais avaient annulé leurs spectacles en raison de l’opération Tsuk Eitan. Ils avaient promis de revenir cette année, promesse tenue par ce boy’s band, star ...

Tel Avivre | News

Le Professeur Rivka Carmi, Présidente de l’Université Ben-Gourion du Néguev, sera décorée par la Reine d’Angleterre Elisabeth II, au titre de Commandeur honoraire de l’Ordre de l’Empire britannique (CBE), pour son travail d’approfondissement des relations scientifiques et universitaires entre le Royaume-Uni et Israël. Elle recevra la médaille de Commandeur de l’ordre de l’Empire britannique ...

Paula Chiche (Tel-Avivre) | News

Il est désormais interdit aux fonds de pension d'investir dans des entreprises qui boycottent l'Etat hébreu. Un projet de loi qui interdit aux fonds de pension de l'État de l'Illinois (Etats-Unis) d'investir dans des entreprises qui boycottent Israël a été adopté à l'unanimité lundi par la Chambre des Représentants de l'Illinois. Le gouverneur de l'Illinois Bruce Rauner a déclaré sur Twitter...

i24News | News

Une proposition de loi soumise lundi par MK Danny Attar (camp sioniste) prévoit d’autoriser les femmes dans leur dernier trimestre de grossesse à stationner sur les places de parking réservées aux handicapées. 22 députés de divers partis ont déjà exprimé leur soutien au projet de loi. Danny Attar a expliqué avoir eu cette idée quand son adjointe parlementaire qui se trouvait dans son troisi...

Coolamnews | News

Une manifestation de plus de 1000 personnes a eu lieu ce dimanche à Dimona. En raison de la grogne sociale qui monte dans le sud d’Israël, le Premier ministre a ordonné la création d’un forum interministériel consacré à l’emploi dans cette région. Ce forum sera présidé par Arié Dery, ministre de l’Economie et ministre du Développement du Néguev et de la Galilée. Il sera composé des ministres co...

IsraPresse | News

Les Israéliens commémorent ce dimanche 17 mai 2015 la Journée de Jérusalem. Qu'il vente où qu'il neige, Erel Margalit, qui est le symbole selon nous du hightech leadership de Jérusalem, garde toujours le sourire. Style Hollywood. C'est sa marque de fabrique. A Jérusalem tout le monde politique le connait. Il est richissime. Erel Margalit a eu l'occasion de s'exprimer récemment devant 400 ...

Michaël Kaplan (Ness Ziona) | News

C'est le jour "J" comme Jérusalem. Le maire de la Capitale, Nir Barkat présentera ce dimanche au Gouvernement son plan quinquennal « Jérusalem 2020 » élaboré par ses services. Le maire a déclaré que 30 milliards de shekels seraient consacrés d’ici 2020 aux transports dans la capitale dans le cadre de ce nouveau schéma municipal. M. Barkat a précisé que ce plan d’actions a pour objectifs « la...

IsraPresse | News

La première édition de la finale de l'Alps Tour aura finalement lieu du 19 au 25 octobre à Césarée. Marc Harari, son organisateur, a présenté la finale de l’Alps Tour qui se déroulera sur le parcours de Césarée (Israël), du 19 au 25 octobre prochains. Cette première finale de l’Alps Tour est soutenue par la Fédération israëlienne de golf et son homologue française. Marc Harari s’appuie sur ...

Le Figaro | News

Une rumeur persistante venant des milieux d'affaires israéliens avait annoncé que des investisseurs israéliens pourraient candidater au rachat du port de Pirée en Grèce. ce n'est pas le cas selon La Tribune : "Athènes a débloqué le processus de privatisation lancé par le gouvernement précédent et compte ouvrir 51% du capital du port au privé. Il s'agit de l'un points clefs des négociations avec...

Ilan Rosenthal | News

"En Israël, la marijuana contre le stress post-traumatique" par Delphine Chayetpour Le Figaro (Copyrights). Pionnier de la recherche sur les propriétés thérapeutiques du cannabis médical, le ministère de la Santé israélien a autorisé en juillet 2014 sa prescription pour traiter le post-trauma des soldats. Crises de panique ou de violence, anxiété, cauchemars, images envahissantes ressurg...

Le Figaro (Copyrights) | News

Le nouveau gouvernement de Benjamin Netanyahou a été approuvé hier soir d’une voix à 61 pour et 59 contres par le parlement israélien. 1. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu tiendra les Affaires étrangères pour le moment ainsi que les communications. 2. Défense – Moshe Ya’alon. 3. Intérieur et vice-Premier ministre – Silvan Shalom (photo). 4. Education, de Jérusalem et de la ...

Coolamnews.com | News