Jun 8

ISRAELVALLEY LGBT - LA GAY PRIDE DE TEL-AVIV ATTIRE DES MILLIERS DE VISITEURS. L'Ambassadeur U.S. en Israël, Daniel Shapiro, portait une chemise avec un drapeau arc en ciel.

Authors picture

Aliza Shurer | Culture

Headline image

Dans le journal Le Monde (Copyrights) : "Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont défilé, vendredi 8 juin, dans les rues de Tel Aviv pour participer à la 14e Gay Pride organisée dans cette ville balnéaire israélienne. Après une semaine dédiée à la “culture gay”, rythmée notamment par le concert de Madonna – lors duquel elle a par ailleurs représenté Marine Le Pen avec une croix gammée – les festivités continuent : parades, danseurs et drag queens ont succédé aux discours de différentes personnalités politiques, telles que Dan Shapiro, l’ambassadeur américain en Israël, Ron Huldai, le maire de Tel Aviv, mais aussi Sheli Yacimovich, leader du parti Labor, ou Nitzan Horowitz (Meretz), qui a déjà révélé publiquement son homosexualité.

Depuis une dizaine d’années, Tel Aviv s’est construite comme une ville au statut unique au sein d’Israël, une sorte de capitale homosexuelle très influencée par la culture occidentale, avec ses boîtes de nuit, ses bars “gay-friendly” et sa vie associative gay très développée. Une ville très tendance qui rappelle l’Europe, avec le soleil en plus, et élue meilleure destination touristique de 2011 par le site américain GayCities.com (largement devant New York et Toronto). “Tel Aviv est une exception dans la région, par rapport à ses voisins arabes, mais aussi au sein d’Israël, explique Sébastien Boussois, spécialiste de la question israélo-palestinienne et collaborateur à l’Université libre de Bruxelles. Elle s’est construite comme l’antithèse de Jérusalem, située à pourtant quelque 45-50 km seulement, où les juifs orthodoxes empêchent la tenue d’une Gay Pride depuis de nombreuses années.”

Le surnom de la ville, “La Bulle”, n’est d’ailleurs pas anodin. Cette expression a été créée par la droite israélienne pour pointer du doigt son évolution différenciée par rapport au reste du pays. Une expression négative pour dénoncer son autarcie et la corruption morale d’un mode de vie à l’occidentale qu’ils rejettent. Mais ce surnom a très vite été repris par la communauté homosexuelle, à l’exemple du titre du film réalisé en 2002 par le réalisateur israélien Eytan Fox, The Bubble, qui raconte l’histoire d’un amour impossible entre un Israélien et un Palestinien à Tel Aviv.

DANS L’ARMÉE, MIEUX VAUT UN GAY ASSUMÉ

Si le gouvernement israélien n’a décriminalisé l’homosexualité qu’en 1988, six ans après la France, les homosexuels israéliens ont acquis de nombreux droits en très peu d’années. En plus de la reconnaissance des mariages homosexuels contractés en dehors du pays et de la légalisation des adoptions par des couples de même sexe, il existe de nombreux autres exemples de lois destinées à faire avancer les droits des homosexuels, comme l’adoption d’une politique anti-discriminatoire au sein de l’armée israélienne dès 1993.

A la même époque, les Etats Unis mettaient en place la loi “Don’t ask, don’t tell” [“Ne demandez pas, n’en parlez pas”], qui interdisait d’évoquer l’orientation sexuelle des recrues militaires, et qui a été annulée il y a seulement un an. Au contraire, depuis dix ans, l’armée israélienne a vécu “un véritable revirement : la franchise quant à l’orientation sexuelle est désormais encouragée par l’état-major, pour qui un gay assumé met moins son unité en danger”, comme l’explique ce reportage du magazine Têtu réalisé en avril 2012.

Pour Sébastien Boussois, cette libéralisation des mœurs s’explique par le fait qu’Israël a toujours été “une terre de passage, un refuge avec une très grande influence extérieure et une importante connexion avec l’Europe, qui a toujours accueilli une grande diversité de nationalités et d’identités”. Mais il s’agit de bien différencier les pratiques propres au “Milieu”, c’est-à-dire la communauté homosexuelle très libérée, qui se revendique et s’affiche à Tel Aviv. “Le ‘Milieu’ ne représente qu’environ 10 % des homosexuels. Seul ce qui est assumé est visible”, nuance Sébastien Boussois. La grande majorité des homosexuels subissent une forte pression sociale. “C’est facile d’assumer son homosexualité quand on est issu d’un milieu progressiste de juifs ashkénazes, mais c’est plus difficile pour les séfarades de Jérusalem”, rappelle le chercheur.

UNE “GÉNÉRATION DU MURGAY-FRIENDLY

Cette problématique a récemment été illustrée dans le film de Haim Tabakman sorti en 2009, Eyes Wide Open [Tu n’aimeras point, en français], dans lequel, pour reprendre les mots de Jean-Luc Douin, “un homme marié et père de quatre enfants tombe amoureux d’un jeune et bel étudiant. L’aîné est boucher, l’autre devient son apprenti. Ils sont religieux l’un et l’autre, et les collègues de synagogue menacent de faire savoir à tout le quartier que la viande de ces gars-là n’est pas casher”.

Dans une tribune publiée jeudi sur le site du quotidien israélien Haaretz, le chanteur de hip-hop Y-Love, converti au judaïsme ultra-orthodoxe en 2000, raconte la manière dont il a vécu la découverte de son homosexualité, secrètement, et acceptant les rendez-vous et vacances avec des femmes organisés par la communauté. Mais depuis son “coming-out”, il y a quelques semaines, il a été étonné par l’ouverture avec laquelle il a été accueilli par son public, gagnant trois fans homosexuels à chaque fois qu’il en perdait un désapprouvant son orientation sexuelle.

Il dessine également les contours d’une “génération du Mur” en Israël, comparable à celle des pionniers homosexuels de New York en 1969. “Pour la première fois, même des adolescents orthodoxes ont accès à des refuges soutenant les LGBT [lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres], à des groupes de soutien et à des alliés. Et les voix anti-gay sont en train d’être marginalisées par une culture qui n’est plus nourrie par la bigoterie”, écrit-il.

La question est de savoir si le virement religieux qu’est en train de vivre Israël risque ou non de rogner ces droits acquis au cours des vingt dernières années. Pour Sébastien Boussois, le pays est “en train de vivre une époque transitoire, à un moment où Benyamin Netanyahou ne peut se séparer des religieux pour diriger le pays, mais malgré les tensions sociales des derniers mois, les droits des homosexuels ne devraient pas être remis en cause”.

ISRAELVALLEY PLUS
Ce vendredi, Tel-Aviv célèbre ses homos et lesbiennes avec la fameuse gay pride annuelle qui a démarré dans le parc Gan Meir. Des dizaines de milliers de personnes, venues du monde entier, ont participé aux festivités… Et à la grande marche qui a traversé toute la ville, à commencé par les avenues Bograshov, Ben Yehuda et Arlozorov avant d’arriver sur la plage Gordon.

Le maire Ron Huldaï, l’ambassadeur américain en Israël Daniel Shapiro et d’autres politiciens et personnalités publiques ont participé au défilé, qui marque la fin d’un festival d’une semaine dédiée à la communauté LGBT. Shapiro, qui portait une chemise avec un drapeau arc en ciel, est devenu le symbole de la communauté gay. Il a affirmé que « les États-Unis soutiennent les droits des membres de la communauté LGBT en Israël et partout dans le monde. »

Mai Peleg, un transsexuel affirme a la presse que « ma communauté est discriminée en Israël, tant par les homos, les lesbiennes que le grand public. Nous, les transsexuels, ne faisons que commencer à jouir des droits que les LGBT ont reçu il y a 30 ans; »

Yuval Topper et Mattan Erez, les deux premiers homos pères biologiques en Israël ont affirmé « espérer que notre fils puisse grandir dans un meilleur endroit que celui où nous l’avons fait », ajoutant que le ministère de l’Intérieur « refuse toujours de reconnaître Mattan comme père biologique de notre fils. »

La chef de l’opposition parlementaire, Shelly Yachimovich, a prit la parole en disant: «Je suis partisane de cette communauté. Je soutiens l’égalité pour toute l’humanité, sans distinction de race, de croyance, de sexe ou de statut socio-économique. » (1)

ISRAELVALLEY DESK
Tel Aviv passage pietons pride Argh, le joli passage piétons arc-en-ciel qu’on a tou-te-s trouvé si joli et qu’on s’apprêtait à demander à nos municipalités de copier a déjà disparu. Un fidèle yaggeur nous signale que «sa durée de vie a été très courte: 2 heures, le temps de prendre la “belle photo” qui montre ô combien Tel Aviv est “gay-friendly”… Cela a suscité un tollé de la part des habitants qui ont protesté que la mairie ait dépensé tant d’argent pour la peinture pour 2 heures (pas écolo) et qu’elle aurait pu obtenir le même résultat avec Photoshop. La mairie pour sa part s’est défendue en disant que pour des questions de sécurité routière elle n’a le droit de peindre les passages piéton qu’en blanc…»

Un exemple de commentaires parmi d’autres: «Ce matin des employés municipaux ont peint un passage piétons près du théâtre Habima aux couleurs de l’arc-en-ciel, en préparation de la Gay Pride, a écrit Yonatan Levi, l’un des leaders des manifestations de l’été 2011, sur Facebook. Deux heures plus tard, après qu’il a été photographié sous tous les angles, la municipalité a ramené les rayures à leur banal état précédent. Il est temps que tout le monde réalise que c’est comme cela que Ron Huldai [le maire de la ville] nous voit: comme des figurants dans une publicité.»

Pour la petite histoire, rappelle le quotidien Haaretz, c’est à cet endroit précis que la première tente du mouvement protestataire avait été installée.

ISRAELVALLEY PLUS
A l’heure où Barack Obama parle de légiférer sur le mariage homosexuel, à Tel Aviv on se prépare. La Gay Pride s’invite au pays des prophètes. En effet, loin des regards d’intolérance, propres au monde peu féru de s’avouer que l’homosexualité existe, Israel, fer de lance de la communauté gay dans le monde, affiche ses couleurs.

« On ne bâtit rien sur le rejet ou l’intolérance », disait David Ben Gourion. Le slogan fera le tour du monde. Reprit par les associations gays israéliennes, la communauté homosexuelle d’Israel a su en dix ans faire sauter les tabous, les jugements. Pleinement banalisée dans le pays, intégrée au parlement à la Knesset, dans les ministères, au gouvernement, ou dans la société israélienne toute entière, la communauté gay s’affiche sans se fourvoyer. Au travers des séries télévisées, au travers d’une grande majorité de films israéliens, à l’armée, on parle d’homosexualité comme d’un non-évènement.

Exemple de tolérance, aux confins de la démocratie dans sa définition la plus probe, Israël est un modèle de tolérance et de respect des libertés individuelles. En Israel, les homosexuels juifs, arabes ou chrétiens vivent en parfaite harmonie, acceptés de tous. Loin d’être la légende d’une banale publicité, Israel s’affiche tel un exemple pour les démocraties d’occident. Les religieux parlent de blasphèmes: les homosexuels religieux montent au créneau et s’affirment en association. Ils existent. Eux aussi. On peut croire en Dieu, le vénérer et être homosexuel.

Alors, c’est une réalité. Barack Obama parle de mariage homosexuel, « parce qu’une de ses filles connaît un ami dont le père en est… », On apercevra de loin ou de près la pirouette électorale. Pendant ce temps, en Israel, les couples homosexuels mariés à l’étranger sont reconnus par l’Etat et adoptent leurs enfants. Ce n’est ni une course ni une compétition, non. Israel ou la vision clairvoyante d’un pays qui s’adapte aux mœurs de sa société décrispée.

La Gay Pride aura lieu le 8 juin 2012. A Tel Aviv. La ville de tous les possibles. Dans la bouche de toutes les associations gays mondiales. On cherche un hôtel, les meilleurs DJ, les parures. La municipalité a mis tous ses fonctionnaires à contribution. Les passages cloutés seront colorés aux couleurs de l’arc en ciel. A la mairie, les mêmes drapeaux multicolores flotteront. De San Diego à Sidney, en passant par Paris ou Berlin. On arrive, on s’apprête. Avec minutie. Ici, on viendra fêter la tolérance, le respect et la liberté.

Parce que la vie est une fête, Tel Aviv sera son emblème.

Corinne Kathya Levy
Cool Israël

Source: (1) Aliza Shurer – JSSNews

Selon une information du site “Les amis français de l’Université de Tel-Aviv”, l'École de Cinéma et Télévision de l’Université sera présente au 69ème Festival de Cannes. L'École Steve Tisch pourra profiter du premier Pavillon officiel du Cinéma israélien au village international du Festival, celui-ci se déroulant du 11 au 22 mai 2016. C’est en effet la première fois qu’Israël sera représenté...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Culture

En évaluant statistiquement les habitudes de "consommation" pornographique, le site de vidéos pour adultes Pornhub vient de dévoiler les catégories préférées des millions de femmes qui visitent au quotidien la plateforme à travers le monde. Les israéliennes choisissent en grande majorité la catégorie "lesbienne". LE PLUS La sexualité (hébreu moderne : מיניות (miniout) ; classique : ביאה (bi...

Eyal Model | Culture

Un articlede Jonah Mandel (Tel-Aviv) - Lorsque le saxophoniste Eli Degibri a quitté Israël à 18 ans pour étudier le jazz au prestigieux Berklee College of Music américain, il avait la conviction qu'il reviendrait vivre dans son pays. Quinze ans plus tard, après avoir joué avec les plus grands noms du jazz --de Herbie Hancock au batteur favori de Miles Davis, Al Forster--, Eli Degibri est de ...

IsraelValley Plus | Culture

“Ce soir c’est le premier soir de Pessah, la fête qui célèbre l’émancipation des juifs de l’esclavage, la fête qui raconte aussi comment ils ont survécu en tant que réfugiés et se sont reconstruit comme immigrant dans une terre nouvelle” a posté le PDG de Facebook. Il a ajouté : “Chaque année, ma famille se réunit pour dire merci pour notre liberté et remercier ceux qui ont souffert pour qu’on...

IsraelValley Plus | Culture

C'est dans un brûlant mélange de chants yéménites ancestraux et de rythmes hip-hop que les trois soeurs israéliennes du groupe A-WA enflamment en langue arabe aussi bien Israéliens qu'Arabes et Européens. Telles des héroïnes modernes des contes des Mille et une nuits, robes brodées traditionnelles et baskets clinquantes aux pieds, les trois soeurs recréent à chaque concert l'ambiance énergis...

IsraelValley Plus | Culture

En arrivant à Moscou, le candidat israélien de l’Eurovision 2016 a provoqué les moqueries des fonctionnaires, qui ont déchiré son passeport. Le représentant d’Israël pour l’Eurovision de cette année, Hovi Star, a fait part du traitement humiliant qu’il a reçu quand il est passé par l’aéroport de Moscou dans le cadre d’une tournée Eurovision il y a environ 15 jours, probablement en raison de ...

Eretzaujourdhui | Culture

Etgar Keret (en hébreu אתגר קרת), né le 20 août 1967 (48 ans) à Tel-Aviv, est un écrivain, scénariste de bande dessinée et cinéaste israélien et polonais, de parents ayant survécu à l'holocauste en Pologne. Son œuvre littéraire, principalement composée de nouvelles, est publiée en français aux éditions Actes Sud. Selon (1) : "Les propriétaires de « tiny houses », ces maisons minuscules dont ...

IsraelValley Plus | Culture

Le Parisien : "Des centaines d'anonymes et de grands noms du cinéma israélien ont rendu un dernier hommage mercredi à la cinémathèque de Tel-Aviv à l'actrice et réalisatrice Ronit Elkabetz, décédée mardi des suites d'un cancer à l'âge de 51 ans. "C'est un jour triste pour le cinéma israélien, qui a perdu un de ses moteurs", a déclaré Yoël Liba, représentant de l'Association des artistes isra...

Le Parisien | Culture

C'était le secret le mieux gardé dans le mondre artistique israélien. Selon (1) : Ronit Elkabetz L'actrice, scénariste et réalisatrice israélienne Ronit Elkabetz est décédée ce mardi des suites d'un cancer, annonce le journal israélien «Haaretz». Elle était âgée de 51 ans. Depuis 1990, début de sa carrière d'actrice, elle a été à l'affiche d'une vingtaine de films. Elle a reçu 8 récompenses...

IsraelValley Plus | Culture

L’Autorité de la population et de l’Immigration a publié des statistiques sur les prénoms « anormaux » en Israël. Concernant les prénoms liés à la fête, 91 Israéliens ont été nommés Pourim, une femme a été nommée Vashti et un homme porte le nom de Haman. Il y a 49.907 femmes en Israël qui s’appellent Esther et 22.797 hommes qui s’appellent Mordechai. D’autres jours fériés sont représentés, a...

IsraelValley Plus | Culture

Des murs, des barbelés, des gardes armés et des caméras de sécurité… non ce n’est pas une base militaire mais bien une plantation de marijuana qui est protégée de la sorte. Ici, à la périphérie d’un village calme dans le nord d’Israël, 50.000 plantes de 230 variétés font de cette plantation de cannabis médical la deuxième plus importante du pays. « Pour le cannabis, nous sommes sur la terr...

IsraelValley Plus | Culture

Les Echos (Copyrights) : "Huit longs métrages, autant de documentaires et quelques courts métrages. Le Festival du cinéma israélien vient de démarrer rive gauche à Paris. L’occasion de faire le point avec son directeur, Charles Zrihen. 2016 marque le seizième anniversaire du Festival du cinéma israélien. Qu’est-ce qui différencie ce Festival des précédents ? Le Festival du Cinéma Israélie...

IsraelValley Plus | Culture

La moitié des candidats à la conversion, environ 200 cas par an, sont des Palestiniens et des travailleurs étrangers, d’après la commission parlementaire de Contrôle de l’État. D’après la loi israélienne, les personnes non israéliennes ou non concernées par la Loi du Retour ne peuvent entamer un processus de conversion qu’après avoir reçu une autorisation de la Commission des exceptions. ...

IsraelValley Plus | Culture

La chaîne de télévision qatarie Al-Jazeera, qui fêtera en novembre son 20e anniversaire, a annoncé dimanche 500 nouveaux licenciements, alors que le paysage médiatique mondial est en pleine transformation et que l'émirat qui l'a lancée fait face à des difficultés économiques. Les 500 postes supprimés s'ajoutent aux 700 autres appelés à disparaître avec la chaîne Al-Jazeera America qui mettra...

IsraelValley Plus | Culture

L’un des personnages centraux de la Méguilat Esther, Haman, est le descendant direct d’Amalek qui a attaqué les Enfants d’Israël alors qu’ils venaient à peine de sortir de l’esclavage d’Égypte. En hébreu, Amalek a la même valeur numérique que le mot Safek qui signifie le doute. Il représente donc dans le judaïsme l’incarnation d’un doute qu’il a réussi à semer au sein du peuple juif, ébranl...

IsraelValley Plus | Culture