Jun 5

ISRAELVALLEY - PEUT-ON ENVISAGER EN ISRAËL, UNE NETTE SÉPARATION ENTRE L'ÉTAT ET LA RELIGION? Benyamin Nétanyahou ouvre une brèche dans le monopole des ultraorthodoxes.

Authors picture

IsraelValley Desk | Culture

Headline image

Le correspondant du journal Le Monde, Laurent Zecchini: "Peut-on envisager en Israël une nette séparation entre l’Etat et la religion juive ? Posant cette question, dimanche 3 juin, dans son éditorial, le quotidien Jerusalem Post répond par la négative : “Dans un Etat qui se définit lui-même comme juif, une séparation comme celle qui existe en France est non seulement impossible, elle est contraire à la raison d’être d’Israël, Etat qui a été établi pour offrir aux juifs une autodétermination politique pour la première fois en près de deux mille ans.”

En décidant, le 29 mai, que les rabbins des courants réformé et conservateur seront dorénavant payés sur fonds publics; comme le sont les rabbins ultraorthodoxes; le premier ministre, Benyamin Nétanyahou, a ouvert un débat essentiel sur la compétence de l’Etat en matière religieuse, et pris le risque de heurter de front les partis ultraorthodoxes de sa majorité. Alors que les laïcs et les juifs religieux modérés ont dans l’ensemble salué une décision historique, les ultraorthodoxes ont dénoncé une tentative de déstabilisation du rabbinat.

Le risque politique est cependant relatif : s’il est vrai que les partis “haredim” (les “Craignant-Dieu”) que sont Shass et United Torah Judaism ont souvent été les faiseurs de majorités gouvernementales, cette position stratégique a été largement affaiblie depuis que le Parti Kadima (centre-droit) a rejoint la coalition de M. Nétanyahou, le 8 mai : les partis ultraorthodoxes ne sont plus en position de faire tomber le gouvernement.

COURANTS MINORITAIRES EN ISRAËL

Les courants réformé et conservateur du judaïsme, qui sont nés en Allemagne au XIXe siècle, sont très minoritaires en Israël, où ils représenteraient moins de 200 000 personnes, alors qu’ils sont majoritaires parmi les quelque 5,3 millions de juifs américains. Cette minirévolution va concerner dans un premier temps une quinzaine de rabbins réformés et conservateurs; quelque 4 000 rabbins orthodoxes sont rémunérés par l’Etat; à commencer par leur chef de file, “la” rabbin Miri Gold, du kibboutz Gezer : cette reconnaissance implicite d’une femme-rabbin constitue une autre provocation aux yeux des ultraorthodoxes.

Le grand rabbinat d’Israël, mais aussi le ministère des cultes et les conseils religieux locaux sont dominés par les ultraorthodoxes, qui ne reconnaissent pas aux rabbins libéraux (réformés) la moindre autorité en matière de circoncision, de mariage, de divorce et d’enterrement. Sur ce point, le gouvernement s’est montré prudent. Les rabbins réformés vont être classés comme “rabbins des communautés non-orthodoxes”. Ils recevront un salaire, mais rien d’autre : outre que, à ce stade, ceux des grandes villes ne sont pas concernés, l’interprétation de la halacha (la loi juive) reste de la compétence exclusive des orthodoxes.

Il n’empêche : pour le courant du judaïsme réformé et conservateur, une brèche vient d’être ouverte dans le monopole des ultraorthodoxes. Le signal est d’autant plus significatif que les haredim sont depuis quelque temps la cible de nombreuses attaques politiques : une majorité d’entre eux sont rémunérés par l’Etat pour étudier dans les yeshivas (écoles talmudiques) et ils échappent au service militaire.

SATISFACTION DES LAÏCS

C’est la question de l’aménagement de cette exemption, prévue par la loi Tal (laquelle est caduque à partir de fin juillet), qui devrait occuper une place importante dans le débat politique israélien au cours des prochains mois. Pour les laïcs les plus militants, les ultraorthodoxes, qui ne constituent qu’environ 9% de la population mais reçoivent près de cinq fois plus en matière de subventions sociales et imposent leur loi religieuse, sont des parasites de la société israélienne. La décision gouvernementale a engendré une âpre polémique entre ses partisans et ses adversaires.

Le député du parti Meretz (laïc et socialiste) Nitzan Horowitz s’est fait le porte-parole des premiers en saluant “une étape très importante dans la lutte pour le pluralisme et la liberté de religion”. Pendant des années, a-t-il insisté, le judaïsme “a été kidnappé par des groupes extrémistes [ultraorthodoxes] qui l’utilisent comme instrument politique”. A l’inverse, les représentants des courants orthodoxe et ultraorthodoxe ont estimé que l’Etat n’a aucune autorité pour se prononcer sur “l’identité juive”, c’est-à-dire décider qui peut être qualifié ou non de rabbin."

Laurent Zecchini (Jérusalem, correspondant)

Source: Le Monde.fr. Copyrights.

Grâce au travail et à l'engagement d'un luthier de Tel-Aviv, des instruments de musique utilisés pendant la période de la Shoah connaissent une nouvelle vie. « Pendant la guerre, les Allemands utilisaient ce violon pour piéger les juifs. Quand ils sortaient des trains, à l’arrivée au camp, entendaient le son du violon et se disaient ‘rien ne peut nous arriver ici, il y a un violon qui joue’....

IsraelValley Desk | Culture

Une nouvelle exposition parrainée par le ministère des Affaires étrangères et le ministère des Affaires stratégiques d'Israël a ouvert à Rome le week-end. L'exposition interactive est construite autour de neuf portes qui racontent l'histoire d'Israël. Chaque porte ouvre sur différents aspects de la société israélienne, notamment l'éducation, la culture, la technologie, la diversité. Le ...

David Illouz | Culture

Illustration de l’âme israélienne, se rassemblant sur ses valeurs mais tellement diversifiées par ses cultures, les kibboutzim offrent une pluralité d’atmosphères, d’architectures et de comportements qui vous enchanteront par leurs personnalités distinctes. Ainsi, Ein Harod partagé en deux : Ein Harod (Meuhad) et Ein Harod (Ihud) est devenu un kibboutz emblématique par sa vocation environnem...

IsraelValley Desk | Culture

Le site Roots Israel est un régal. A lire le week-end pour sentir l'air respirable du pays. Quelques auteurs du site que nous avons sélectionné : 1. Lionel Friedfeld est un investment banker « multinationalisé » après avoir vécu en France, au Canada, à Hong Kong, à Singapour et en Israël. Néo-conservateur pragmatique, spécialiste de Corporate Finance (M&A, Marchés de Capitaux, Venture Ca...

IsraelValley Desk | Culture

Des Israéliens lambda sont soupçonnés d’assassinat. Victimes ou agents troubles? La série False Flag confirme la vitalité des productions télé "made in Tel-Aviv". Et si les meilleures séries d'espionnage venaient d'Israël? La formidable Homeland est l'adaptation hollywoodienne de Hatufim, qui racontait de façon encore plus audacieuse le difficile retour dans leurs foyers de trois otages tort...

IsraelValley Desk | Culture

ANTI-BOYCOTT. Des dizaines d’artistes sont venus présenter des films et se produire en concert en Israël en 2015, notamment Emma Shapplin, Matissyahou, Bon Jovi, Kanye West, Gloria Gaynor, Maria Carrey, Julio Iglesias, Enrique Iglesias, Art Garfunkel, One Republic, Gilberto Gil, Robbie Williams, Duran Duran, Suzanne Vega, Damian et Ziggy Marley, James Blunt, John Turturro et Michael Douglas. (I...

IsraelValley Desk | Culture

Le réalisateur Xavier Dolan a publié lundi sur son compte Twitter une lettre destinée à la filiale britannique du géant Netflix, l'accusant « d'altérer le ratio » du film Mommy. En Israël le film ne sera pas retouché et sera vu dans sa version originale. Selon Radio Canada : "Dolan reprochait au service de vidéos en continu d'avoir modifié sans son consentement le ratio de certaines scènes d...

IsraelValley Desk | Culture

Des latkes "Made in Sheinkin". Dans un décor très minimaliste, le restaurant Orna et Ella est une valeur sûre et un incontournable de Tel Aviv. Certaines des scènes du film d’Eytan Fox, The Bubble y ont été tournées. Passer quelques temps dans ce café/restaurant est une bonne manière de ressentir l’ambiance de Sheinkin et de côtoyer des célébrités locales tout en se régalant. Et ceci à tout...

Rachel Semoul | Culture

ATTIA CHANTE BRASSENS le MERCREDI 6 JANVIER A 20h30 au Théâtre Inbal, Centre Suzanne Dellal, Tel Aviv. Né le 22 octobre (1921), décédé le 29 octobre (1981), Georges Brassens a marqué la littérature et la culture française par sa liberté de ton, sa finesse d’esprit, son humour et sa détermination à parler au plus grand nombre. Comme les 8 jours de l’éphéméride Brassens (du 22 au 29 octobre), ...

IsraelValley Desk | Culture

Apres un triomphe a Londres, Paris ,Genève, Jérusalem, Netanya, Versailles, Lyon, Anvers, Strasbourg, Nice, Lausanne et Grenoble, Inch' Alyah revient a Tel Aviv le 28 Décembre 2015! Description du show: Dans son One Womam Show pétillant "Inch' Alyah" Judith nous parle de tous ces espoirs idylliques qu'on fonde sur la fameuse montée en terre promise. "Etre enfin dans un pays ou l'on sera ...

Israel Valley Desk | Culture

Le Conseil européen de la Recherche (ERC) a publié en fin de semaine dernière les lauréats de ses prestigieuses bourses de recherche attribuées à de jeunes chercheurs pour l’année 2015 dans le cadre du programme Horizons 2020. Parmi les 291 bourses allouées, 24 ont été accordées à de jeunes chercheurs israéliens dont 8 de l’Université de Tel-Aviv. L’Université hébraïque suit avec 5 bourses,...

IsraelValley Desk | Culture

L’Opéra de Paris a invité la troupe de danse israélienne Batsheva à se produire à l’Opéra Garnier début janvier 2016, malgré la pression incroyable mise sur la direction de l’Opéra de la part des organisations anti-israéliennes, qui utilisent leurs relais dans toute l’Europe et jusqu’en Australie. Rien n’y fait, la troupe de danse est toujours programmée Opéra Garnier. ISRAELVALLEY PLUS. Sel...

IsraelValley Plus | Culture

« UN SPECTACLE SANS NOM, ET SANS AFFICHE », de David SMADJA. LUNDI 30 NOVEMBRE à 20h30. ZOA, 26 rue Ibn Gvirol, Tel-Aviv Le Spectacle Après une tournée triomphale en France et en Suisse (Pronzo, Djamel Comedy Club, festival de Neuchâtel, etc.), le spectacle de one man show de David Smadja "Un spectacle sans nom" revient en Israël pour notre plus grand plaisir, moins anonyme que jamais !! ...

IsraelValley Plus | Culture

Facebook Israël se concentre sur des projets pour « faire le bien ». Le projet Internet.org de Facebook permet d’accéder à des services de base d’Internet gratuitement dans les pays en développement. Il permet aux personnes n’ayant pas accès à Internet, de créer une connexion via leurs téléphones cellulaires. Ce projet est testé aux Philippines, en Inde, au Ghana. LE SAVIEZ-VOUS? Vous l’av...

Anthéa Bismuth | Culture

Journaliste pour l’Express, L’obs, Newsweek et The Times of Israël, Rebecca Benhamou revient de Tel Aviv avec un petit guide précieux aux éditions Cosmopole. Sous ses airs de guide de voyage, le Dictionnaire insolite de Tel-Aviv est surtout une porte d’entrée très bien construite dans une culture et une histoire complexes. Classés par ordre alphabétique, les concepts, les noms et les lieux q...

IsraelValley Desk | Culture