May 19

ISRAELVALLEY - LES MILIEUX D'AFFAIRES ISRAELIENS NE SONT PAS MALHEUREUX PAR LA CLAQUE DE JP MORGAN. LA BANQUE A PERDU DEUX MILLIARDS DE DOLLARS DANS LE COURTAGE.

Authors picture

IsraelValley Desk | Économie

Headline image

Les banquiers israéliens n’ont jamais trop aimé JP Morgan depusi que cette banque aurait fait chuter, par un comportement désastreux, Lehman Brothers il y a quelques années. Les anciens de Lehman Brothers (et de nombreux israéliens) sont donc heureux depuis quelques jours. La chute de JP Morgan en bourse ce mois de mai a un goût de revanche.

Pour ceux qui ont oublié, selon nos archives : “JPMorgan Chase aurait tout simplement précipité la faillite de Lehman Brothers en gelant près de 17 milliards de dollars d’actifs en liquidités et titres appartenant à l’entreprise en quasi faillite vendredi 12 septembre au soir. Le 15 septembre au matin, victime de la crise du crédit, Lehman a déposé son bilan. L’histoire JPMorgan et Lehman Brothers révèle une vieille rivalité entre banque protestante et banque juive”.

Blog , Le Monde : "Quand un banquier convoque à la hâte une conférence de presse après la fermeture de la Bourse, cela n’augure jamais rien de bon. Celle organisée par JPMorgan Chase, jeudi 10 mai, à New York n’a pas déçu de ce point vue. Jamie Dimon, le PDG de la première banque américaine en terme d’actifs, a annoncé la perte de 2 milliards de dollars dans le courtage.

La cause: des positions prises sur les fameux CDS, les credit default swap, ces contrats d’assurance destinés à se protéger d’un éventuel défaut d’une institution. JPMorgan a parié sur la poursuite d’une reprise économique et a été pris à revers par le marché. Pour fixer les choses, 2 milliards en six mois, c’est quasiment l’équivalent de la moitié d’un Kerviel à la Société générale.

Le monde de la banque fait décidément penser au film: «Un jour sans fin», qui racontait l’histoire d’un personnage (Bill Murray), condamné à revivre indéfiniment la même journée. Car, à écouter Jamie Dimon, on a l’impression que la crise de 2008 n’a pas servi à grand-chose.

Le mea culpa servi jeudi est proprement hallucinant. Il y a eu «beaucoup d’erreurs, de manque de rigueur et de mauvais jugements», a-t-il plaidé en ajoutant: «en couvrant à nouveau ce portefeuille d’actifs, il y a eu une mauvaise stratégie, mal exécutée, elle est devenue plus complexe et a été mal suivie». Pour un banquier, on est au summum de l’autoflagellation.

En fait, l’affaire débute avec un article du Wall Street Journal début avril, qui pointait les positions massives et très risquées d’un courtier français basé à Londres, Bruno Michel Iksil, surnommé «la baleine» dans le milieu, du fait de sa propension à se gaver de CDS. «Une tempête dans un verre d’eau», avait alors commenté M. Dimon. Maintenant, il va falloir faire rentrer la baleine dans le verre d’eau.

Ce qui fait froid dans le dos, c’est que l’on n’a pas l’impression que le PDG y voit lui-même très clair sur la suite des événements. JPMorgan pourrait perdre «jusqu’à un milliard de dollars ou plus» et «le risque va perdurer pendant plusieurs trimestres» du fait d’une forte volatilité du portefeuille d’actifs en cause. «Nous allons gérer le risque au maximum», ajoute-t-il. Nous voilà rassurés. La Bourse moins: le titre perdait 6,7% jeudi soir et deplus de 9% à l’ouverture de Wall-Street, vendredi.

Cette affaire survient au moment où le lobby bancaire à Wall Street bataille ferme contre le durcissement de la réglementation financière. On connaît le couplet: pas besoins de nouvelles contraintes, tout est sous contrôle, les leçons de 2008 ont été retenues. Les amis banquiers de Jamie risquent de ne pas lui dire merci."

Source: http://lauer.blog.lemonde.fr/2012/05/11/jpmorgan-la-baleine-et-le-verre-deau/

A l'Export Institute d'Israël, comment procédez vous au choix d'un domaine d'intérêt ? Ofer Sachs. Nous n'essayons pas de balayer une branche voire un domaine spécifique afin de le comparer à un autre. Au demeurant, nous n'intervenons que lorsqu'il y a concomitance d'un besoin qui se profile, dans une branche certes considérée comme intéressante, relativement à une offre assortie de la dispo...

C.Serfaty, C.Trigano, D Dinai. | Économie

33 millions de beignets (soufganiot) vendus en huit jours : ce marché immense donne lieu à une concurrence acharnée entre les commerces d’Israël. La soufgania (au pluriel soufganiot) est le beignet traditionnel dont raffolent les Israéliens durant Hanouca. La fête de Hanouca, qui a démarré mardi soir et qui se poursuivra pendant huit jours, est toujours l’objet d’un débat public en Israël...

Jacques Bendelac | Économie

La Plupart des Ménages Israéliens Dépensent plus qu'ils ne Gagnent. Seulement 20% d'entre eux feraient des économies et ne vivraient pas à découvert. Selon un rapport publié ce mardi par le Centre Taub spécialisé dans les études sociales, la plupart des ménages israéliens ont dépensé plus que ce qu'ils gagnaient en 2011 et 2012. Les juifs non-orthodoxes ont dépensé en moyenne 864 shekels par mo...

Avner Myers | Économie

Le nouveau rapport de la Sécurité sociale révèle la sortie de 96.000 Israéliens de la pauvreté en 2013: renversement de tendance ou baisse passagère? La bonne nouvelle de l’année est apportée par le rapport annuel de la pauvreté que la Sécurité sociale a publié hier à Jérusalem; pour la première fois depuis des années, la pauvreté recule en Israël. S’il est encore trop tôt pour dire s’il s...

Jacques Bendelac | Économie

Nul ne saura jamais si le projet de Yaïr Lapid de supprimer la TVA de 0 % aurait été viable. Les premiers à s’insurger furent les économistes. On se souvient du choc que causa la démission d’un directeur du Budget : désavoué par l’un de ses hauts fonctionnaires, le tout nouveau promu ministre des Finances venait de recevoir son premier désaveu. Lequel – déchu de ses fonctions par le Premier min...

David Jortner (Hamodia) | Économie

Le Prof. Yossi Matias de l’Ecole des sciences de l’informatique de l’Université de Tel-Aviv, directeur général du centre de R &D de Google en Israël a été nommé vice-président de Google. Il sera à la tête des efforts de recherche de l’équipe de la société au niveau mondial, tout en continuant de diriger son Centre de R &D en Israël. “Google a fait de gros progrès depuis les dix liens bleus q...

Dr S. Cohen-Wiesenfeld | Économie

Après des études en finance et un début de carrière dans des banques en France, Jonathan Taieb quitte la France pour Israël. Passionné par le monde de la finance et partant du principe que tout est possible, il cofonde, Winigood, premier acteur de P2P Lending (plateforme internet permettant le prêt entre particuliers) en Israël. Il crée et dirige ensuite une société de High Tech spécialisée ...

Anael Dahan | Économie

Le gouvernement israélien se lance dans une "économie électorale". Enjeu: s’attirer les faveurs de l’électorat par largesses et promesses infondées. Depuis la proclamation des élections anticipées en mars prochain, le chef du gouvernement israélien, Benyamin Netanyahou, multiplie les promesses dont beaucoup répondent aux impératifs d’une « économie électorale ». Son objectif : se faire rééli...

Jacques Bendelac | Économie

Le second groupe agroalimentaire d’Israël va réaliser en 2014 des profits importants grâce surtout à la vente de café et du houmous. Strauss contrôle 12% du marché israélien de l’agroalimentaire. Ses produits phares sont le café et les salades préparées, dont le célèbre houmous. En 2014, le groupe Strauss a dû l’essentiel de la croissance de ses ventes aux marchés étrangers, notamment au B...

Jacques Bendelac | Économie

New-York où Tel Aviv ? Un mouvement qui semble de l'ampleur ? Les groupes industriels israéliens qui snobaient la bourse de Tel Aviv semblent y revenir. Ce serait le cas pour Ormat (une capitalisation boursière de 1,2 milliards de dollars. Ormat emploie 1 100 personnes, dont 600 aux Etats-Unis et est présent dans 24 pays. Sa technologie est protégée par au moins 82 brevets. Times of Israe...

Dan Rosh (Paris) | Économie

En 2014, l’économie israélienne était toujours dominée par 32 groupes industriels et financiers ; ceux-ci contrôlent plus de 2.500 firmes du pays. La commission anti-trust mise en place en 2013 pour réduire l’influence des monopoles dans l’économie israélienne vient de publier une liste exclusive : il s’agit de 32 groupes industriels et financiers qui contrôlent l’immense majorité de l’écon...

Jacques Bendelac | Économie

L’arène telavivienne change de sponsor ; l’assureur israélien Menorah payera 20 millions de shekels en huit ans pour que l’arène porte son nom. "Out" la « Nokia Aréna », "In" la “Menorah Aréna” : les israéliens devront s’habituer au nouveau nom qui désignera la célèbre salle omnisports de Tel Aviv. Ainsi en a décidé la municipalité de Tel Aviv qui vient de signer un contrat avec la grande ...

Jacques Bendelac | Économie

Le stock d’investissements directs français en Israël est retombé à 250 millions de dollars en 2012, soit 0,3% des investissements étrangers en Israël. Le stock d’investissements directs étrangers (IDE) en Israël se montait à 74,4 milliards de dollars en 2012 ; c’est ce que révèle la dernière livraison de l’Annuaire de Statistiques que vient de publier l’Institut de la Statistique à Jérusa...

Jacques Bendelac | Économie

En Israël, les entreprises s’adaptent au renforcement du dollar face au shekel : certaines y gagnent, d’autres y laissent des plumes. Démonstration. Ces dernières semaines, un phénomène économique domine les échanges internationaux : le billet vert s’envole. En Israël aussi, le shekel s’affaiblit face au billet vert : certaines sociétés y gagnent, d’autres essaient de limiter les dégâts. ...

Jacques Bendelac | Économie

Israël est devenue la nation rêvée pour tout entrepreneur souhaitant créer une start-up. C’est aussi le pays où de plus en plus d’investisseurs étrangers souhaitent prendre part intégrante dans l’économie israélienne via l’investissement dans des start-ups. L’absence de relation et de confiance entre entrepreneurs et investisseurs sème leur rencontre d’embûches. Dans ce contexte, Audrey Cho...

Anael Dahan | Économie