May 9

ISRAELVALLEY - LA MODERNISATION DE TSAHAL (DEUXIEME PARTIE). Le blindé Namer, les bombardiers Ra'am et Soufa et autres chasseurs F-35. Panorama.

Authors picture

Maxime Perez | Défense

Headline image

Le plan « Tefen 2012 », vaste programme de restructuration de Tsahal, se concentre sur trois aspects : la modernisation complète des effectifs, la remise à niveau des stocks de munitions et surtout, la planification massive d’exercices.

Dans le cadre du plan, l’armée israélienne introduit progressivement le Namer (Tigre), un nouveau transport de troupes dont la production a officiellement démarré en 2007. Sa principale caractéristique est qu’il reprend le châssis du tank Merkava IV, réputé pour son invulnérabilité. Le 13ème régiment Golani, l’une des principales unités d’infanterie de Tsahal, utilise ce blindé depuis l’offensive « Plomb durci » menée contre la bande de Gaza. D’ici 2014, trois autres régiments Golani devraient être à leur tour équipés du Namer.

Sur le plan logistique, ce véhicule peut transporter jusqu’à onze hommes. Il est aussi doté d’un système optronique particulièrement utile en cas de mauvaises conditions météorologiques, ses caméras offrant une vision panoramique à tous les membres d’équipage. A l’instar du Merkava IV, le Namer comporte un système de communication et de gestion du champ de bataille qui assure l’interface avec les soldats engagés au sol. Selon les modèles, il dispose de deux systèmes de défense active : le système APS (Active Protection System) et le Trophy.

Au niveau de l’armée de l’air, Gaby Ashkenazi a jugé essentiel qu’Israël réaffirme sa suprématie aérienne au Moyen-Orient. Tout au long de son mandat, le chef d’état-major de Tsahal s’est maintes fois inquiété du renforcement des capacités de la Syrie. Après avoir négocié la livraison de deux escadrilles de Mig-29 et Mig-31, le régime de Bachar Assad tenterait d’arracher à la Russie plusieurs armements défensifs de pointe, notamment le redoutable système anti-aérien SA-300. Dans le même temps, Ashkenazi est conscient que les velléités nucléaires de l’Iran imposent l’élaboration d’une réponse militaire d’envergure en cas d’échec de la diplomatie. Pour ses missions de longue portée, l’aviation de Tsahal abrite dans ses hangars 27 F-15I (« Ra’am ») et 102 F-16I (« Soufa »). En principe, ces deux bombardiers sont en mesure de mener des frappes contre les installations nucléaires iraniennes. Mais sans l’appui d’avions de guerre électronique – type Awacs -, ils restent détectables au radar et donc vulnérables. C’est précisément dans cette optique que les pilotes de chasse israéliens s’entrainent depuis plusieurs années. Appuyés par des appareils de ravitaillement ou de brouillage électronique, ils accentuent leurs vols sur des longues distances.

En Méditerranée, des manœuvres conjointes se déroulent régulièrement avec plusieurs pays de l’OTAN comme la Grèce et l’Italie. En outre, sous l’impulsion d’Ido Nehoushtan, promu commandant de l’armée de l’air en février 2008, la préparation aux duels aériens a été remise au goût du jour. L’hypothèse de « doghfights » est jugée plausible si des frappes stratégiques devaient être ordonnées contre l’Iran et la Syrie. Pour se préparer à une telle éventualité, l’« escadrille rouge » (dite « escadrille 115 ») a été réactivée. Basée à Ovda, près d’Eilat, cette unité non opérationnelle a pour seule mission d’entrainer les « Top Gun » de l’armée israélienne à affronter des chasseurs d’interception ennemis. Pendant les exercices, plus vrais que nature, les pilotes de l’« escadrille rouge » portent une combinaison de l’armée syrienne, et leurs avions sont flanqués d’un drapeau aux couleurs du régime baasiste.

Le plan Tefen accorde par ailleurs de nouveaux moyens à l’armée de l’air. Pour la guérilla urbaine, Tsahal fait commande de 12 hélicoptères d’attaque « Apache Longbow », tandis que les vieux transports de troupes Sikorsky CH-53 sont remplacés par des « Yasur 2000 », d’envergure identique mais plus modernes. La priorité absolue du général Gaby Ashkenazi reste néanmoins le F-35, construit par le géant Lockheed Martin. Dès 2008, la DSCA – l’agence régulant les ventes d’armes américaines à l’étranger – donne un avis favorable à la demande d’Israël de se procurer 25 F-35 Lightning II.

Une option portant sur 50 autres appareils est même suggérée. Mais l’affaire connait des remous. Les responsables israéliens expriment plusieurs objections qui retardent la conclusion d’un accord. Ils voient en particulier d’un mauvais œil le fait que l’Arabie Saoudite et l’Egypte, clients traditionnels des industries de défense américaines, cherchent également à se doter du F-35. L’autre point de friction du dossier résulte de l’insistance de l’Etat hébreu à vouloir remplacer certains composants électroniques du chasseur américain par des équipements de sa propre industrie militaire. Israël cherche en réalité à réduire le coût unitaire de chaque appareil, évalué entre 70 et 100 millions de dollars. Au terme de négociations particulièrement âpres, les deux alliés finissent par s’entendre. En octobre 2010, le ministère israélien de la défense confirme l’achat de 20 F-35 pour un montant de 2,25 milliards de dollars. Ces avions sont également connus sous l’appellation Joint Strike Fighter (JSF)9.

Même si la livraison des premiers appareils n’est prévue qu’en 2015, Tsahal interprète l’acquisition du F-35 comme une grande victoire. Il est vrai qu’avec un appareil doté de la technologie aéronautique la plus avancée au monde, l’aviation israélienne augmente considérablement ses capacités offensives. Du fait de sa furtivité, le F-35 entre dans la catégorie des avions de cinquième génération. Ses ailes triangulaires lui permettent de bénéficier d’une autonomie importante et d’une manœuvrabilité comparable au chasseur F-16. De plus, grâce à ses 7 pylônes externes, il peut transporter jusqu’à 9 tonnes de charges : réservoirs, bombes guidées, missiles de croisière et missiles air-air.

Merveille technologique, son avionique est basée sur un processeur central à très haute capacité de calcul, capable de centraliser et de restituer les informations fusionnées par différents capteurs. Ultime particularité : le pilote du F-35 est équipé d’un casque HMDS (Helmet Mounted Display System), conçu par le fabricant israélien Elbit. Un tel système permet aussi bien de désigner des cibles par un simple mouvement de la tête, que de voir à travers le plancher de l’appareil, pendant les manœuvres d’atterrissage vertical par exemple.

(Deuxième partie).
Maxime Perez

La technologie israélienne anti-tunnels pourrait un jour contrecarrer les contrebandiers de la frontière États-Unis - Mexique. En ce sens, le gouvernement américain a annoncé un co-financement pour le développement d’une technologie innovante élaborée par des ingénieurs israéliens. Il serait alors possible de localiser avec précision les tunnels de contrebande. Parfois décrite comme l’équiva...

Nathan Sarel (Tel Aviv) | Défense

Le directeur de BriefCam (Israël), dont la technologie permet aux utilisateurs de visualiser des images de sécurité rapidement pour détecter toute activité suspecte, a confié au journal Haaretz avoir reçu des commandes urgentes de Belgique, d'Italie et d'Allemagne, à la suite des attaques terroristes qui ont ensanglanté l'Europe. LA FIRME BRIEFCAM ISRAELIENNE SE PRESENTE : "BriefCam répon...

Dan Rosh (Paris) | Défense

Après avoir conclu un accord à hauteur de 30 millions de dollars avec le ministère australien de la Défense (Department of Defence of the Commonwealth of Australia) pour la livraison de viseur thermiques, l’entreprise de défense israélienne Elbits Systems, dont le siège se situe au Parc technologique de Matam à Haïfa poursuit dans cette dynamique en obtenant un accord de 20 millions de dollars ...

Nathan Sarel (Givataim) | Défense

Les meilleurs Officiers et Généraux de Tsahal vont assister au Salon Eurosatory 2016 qui ouvrira ses portes en Juin. Ce salon mondial de la Défense et de la Sécurité terrestres et aéroterrestres donne une place très importante au savoir-faire technologique israélien. Des exposants de nombreux pays, dont Israël, donnent rendez-vous aux visiteurs. Au programme, des démonstrations dynamiques de...

IsraelValley Plus | Défense

Le secteur israélien de la défense a vu ses exportations augmenter légèrement en 2015 pour atteindre 5,7 milliards de dollars, grâce à la signature de nouveaux contrats en dépit d'une économie mondiale chancelante, a annoncé mercredi le ministère israélien de la Défense. La plupart des exportations étaient à destination de l'Asie et de l'Europe, et les contrats portaient sur la maintenance e...

IsraelValley Plus | Défense

Si les médias israéliens sont libres et indépendants, certains reportages sont soumis à une mystérieuse institution : le bureau de la censure militaire, qui valide les articles "sensibles" et officiels dans les salles de montage des trois chaînes généralistes. Un article du correspondant en Israël du NouvelObs, Hadrien Gosset-Bernheim : "Un soir de la fin du mois de novembre dernier, Tome...

TéléObs | Défense

Récemment des programmeurs de différentes unités de Tsahal se sont réunis pour le premier Hackathon organisé par Tsahal. Leur objectif ? Développer des applications mobiles qui enregistrent et améliorent les opérations de Tsahal. Pendant 48 heures d’affilée, ces soldats sont restés assis devant leurs ordinateurs, tablettes et autres appareils pour créer le futur de Tsahal – des applications ...

IsraelValley Plus | Défense

Anath Kreiss est directrice générale pour la division de l’espace et des systèmes anti-missile de l’IAI, où elle dirige le développement du système Arrow 3, le plus récent système d’interception de missiles balistiques d’Israël. Le système sophistiqué, qu’Israël développe avec les Etats-Unis depuis 2008, est une partie majeure du système multiple de défense aérienne qu’Israël a conçu pour se...

IsraelValley Plus | Défense

Les firmes israéliennes spécialisées dans la cyber-sécurité font monter la pression sur leur gouvernement en mobilisant leurs consœurs américaines, afin qu’il renonce à exiger des licences d’exportation pour certaines des activités de ce secteur considéré comme «sensible». Un soutien logique car les entreprises d’outre-Atlantique redoutent que le gouvernement fédéral ne se fonde sur le précé...

IsraelValley Plus | Défense

Né en Israël, Mul-T-Lock® est leader mondial du développement, de la fabrication et de la vente de solutions de haute sécurité et du Contrôle d'accès. Les israéliens sont sous le choc. Eux qui croyaient avoir tout inventé en matière de cadenas de sécurité découvrent un merveilleux produit "Made In canada". Selon (1) : "Les cadenas capables de s’ouvrir à distance via une application mobile d...

IsraelValley Plus | Défense

Selon La Tribune, Cellebrite emploie 500 salariés, dont 300 ingénieurs chargés de la recherche et du développement, installés en Israël, et son chiffre d’affaires s’élève à environ 100 millions de dollars (87 millions d’euros). Sa filiale française n’a pas encore déposé ses comptes. Selon (1) : "Début avril, le site du quotidien Le Monde consacrait un article à l’entreprise qui a discrètemen...

IsraelValley Plus | Défense

Surprise pour les Autorités israéliennes qui viennent de recevoir les chiffres officiels : les ventes d'armes d'Israël dans le monde ont atteint un record jamais égalé. Le directeur général du ministère de la Défense, le général (de réserve) Dan Harel et le directeur du département de coopération militaire internationale d’Israël (SIBAT) étaient en Inde très récemment pour accélerer les ventes ...

Ilan Rosenthal (Tel Aviv) | Défense

Dans son combat contre Apple, le FBI a demandé à une start-up israélienne, Cellebrite, de l'aider à récupérer des données sur l'iPhone du tireur de San Bernardino, qui a tué, le 2 décembre, 14 personnes dans un centre de services sociaux. Une start-up israélienne à la rescousse du FBI dans sa bataille contre Apple ? Au cœur d'une bataille juridico-médiatique entre les autorités américaines e...

IsraelValley Desk | Défense

Selon le Washington Post, Israël est sur le point de lancer en coopération avec les Etats-Unis le système de missiles défensifs le plus avancé du monde. Le but : se protéger de la menace que représentent le Hamas et le Hezbollah. La technologie dépasserait même ce qui se fait en Occident et tous les systèmes de missiles mis en place dans la région indique le quotidien américain. Baptisé "Mag...

IsraelValley Plus | Défense

L'amiral Michael Rogers, directeur de l'Agence nationale de la sécurité des Etats-Unis (NSA) a effectué, la semaine dernière, une visite en Israël lors de laquelle il a rencontré des représentants du renseignement militaire du pays. Selon sputniknews.com: "Selon le quotidien israélien Haaretz faisant référence à des hauts responsables israéliens, l'Amiral a rencontré des représentants de l'u...

IsraelValley Plus | Défense