May 9

ISRAELVALLEY - LA MODERNISATION DE TSAHAL (DEUXIEME PARTIE). Le blindé Namer, les bombardiers Ra'am et Soufa et autres chasseurs F-35. Panorama.

Authors picture

Maxime Perez | Défense

Headline image

Le plan « Tefen 2012 », vaste programme de restructuration de Tsahal, se concentre sur trois aspects : la modernisation complète des effectifs, la remise à niveau des stocks de munitions et surtout, la planification massive d’exercices.

Dans le cadre du plan, l’armée israélienne introduit progressivement le Namer (Tigre), un nouveau transport de troupes dont la production a officiellement démarré en 2007. Sa principale caractéristique est qu’il reprend le châssis du tank Merkava IV, réputé pour son invulnérabilité. Le 13ème régiment Golani, l’une des principales unités d’infanterie de Tsahal, utilise ce blindé depuis l’offensive « Plomb durci » menée contre la bande de Gaza. D’ici 2014, trois autres régiments Golani devraient être à leur tour équipés du Namer.

Sur le plan logistique, ce véhicule peut transporter jusqu’à onze hommes. Il est aussi doté d’un système optronique particulièrement utile en cas de mauvaises conditions météorologiques, ses caméras offrant une vision panoramique à tous les membres d’équipage. A l’instar du Merkava IV, le Namer comporte un système de communication et de gestion du champ de bataille qui assure l’interface avec les soldats engagés au sol. Selon les modèles, il dispose de deux systèmes de défense active : le système APS (Active Protection System) et le Trophy.

Au niveau de l’armée de l’air, Gaby Ashkenazi a jugé essentiel qu’Israël réaffirme sa suprématie aérienne au Moyen-Orient. Tout au long de son mandat, le chef d’état-major de Tsahal s’est maintes fois inquiété du renforcement des capacités de la Syrie. Après avoir négocié la livraison de deux escadrilles de Mig-29 et Mig-31, le régime de Bachar Assad tenterait d’arracher à la Russie plusieurs armements défensifs de pointe, notamment le redoutable système anti-aérien SA-300. Dans le même temps, Ashkenazi est conscient que les velléités nucléaires de l’Iran imposent l’élaboration d’une réponse militaire d’envergure en cas d’échec de la diplomatie. Pour ses missions de longue portée, l’aviation de Tsahal abrite dans ses hangars 27 F-15I (« Ra’am ») et 102 F-16I (« Soufa »). En principe, ces deux bombardiers sont en mesure de mener des frappes contre les installations nucléaires iraniennes. Mais sans l’appui d’avions de guerre électronique – type Awacs -, ils restent détectables au radar et donc vulnérables. C’est précisément dans cette optique que les pilotes de chasse israéliens s’entrainent depuis plusieurs années. Appuyés par des appareils de ravitaillement ou de brouillage électronique, ils accentuent leurs vols sur des longues distances.

En Méditerranée, des manœuvres conjointes se déroulent régulièrement avec plusieurs pays de l’OTAN comme la Grèce et l’Italie. En outre, sous l’impulsion d’Ido Nehoushtan, promu commandant de l’armée de l’air en février 2008, la préparation aux duels aériens a été remise au goût du jour. L’hypothèse de « doghfights » est jugée plausible si des frappes stratégiques devaient être ordonnées contre l’Iran et la Syrie. Pour se préparer à une telle éventualité, l’« escadrille rouge » (dite « escadrille 115 ») a été réactivée. Basée à Ovda, près d’Eilat, cette unité non opérationnelle a pour seule mission d’entrainer les « Top Gun » de l’armée israélienne à affronter des chasseurs d’interception ennemis. Pendant les exercices, plus vrais que nature, les pilotes de l’« escadrille rouge » portent une combinaison de l’armée syrienne, et leurs avions sont flanqués d’un drapeau aux couleurs du régime baasiste.

Le plan Tefen accorde par ailleurs de nouveaux moyens à l’armée de l’air. Pour la guérilla urbaine, Tsahal fait commande de 12 hélicoptères d’attaque « Apache Longbow », tandis que les vieux transports de troupes Sikorsky CH-53 sont remplacés par des « Yasur 2000 », d’envergure identique mais plus modernes. La priorité absolue du général Gaby Ashkenazi reste néanmoins le F-35, construit par le géant Lockheed Martin. Dès 2008, la DSCA – l’agence régulant les ventes d’armes américaines à l’étranger – donne un avis favorable à la demande d’Israël de se procurer 25 F-35 Lightning II.

Une option portant sur 50 autres appareils est même suggérée. Mais l’affaire connait des remous. Les responsables israéliens expriment plusieurs objections qui retardent la conclusion d’un accord. Ils voient en particulier d’un mauvais œil le fait que l’Arabie Saoudite et l’Egypte, clients traditionnels des industries de défense américaines, cherchent également à se doter du F-35. L’autre point de friction du dossier résulte de l’insistance de l’Etat hébreu à vouloir remplacer certains composants électroniques du chasseur américain par des équipements de sa propre industrie militaire. Israël cherche en réalité à réduire le coût unitaire de chaque appareil, évalué entre 70 et 100 millions de dollars. Au terme de négociations particulièrement âpres, les deux alliés finissent par s’entendre. En octobre 2010, le ministère israélien de la défense confirme l’achat de 20 F-35 pour un montant de 2,25 milliards de dollars. Ces avions sont également connus sous l’appellation Joint Strike Fighter (JSF)9.

Même si la livraison des premiers appareils n’est prévue qu’en 2015, Tsahal interprète l’acquisition du F-35 comme une grande victoire. Il est vrai qu’avec un appareil doté de la technologie aéronautique la plus avancée au monde, l’aviation israélienne augmente considérablement ses capacités offensives. Du fait de sa furtivité, le F-35 entre dans la catégorie des avions de cinquième génération. Ses ailes triangulaires lui permettent de bénéficier d’une autonomie importante et d’une manœuvrabilité comparable au chasseur F-16. De plus, grâce à ses 7 pylônes externes, il peut transporter jusqu’à 9 tonnes de charges : réservoirs, bombes guidées, missiles de croisière et missiles air-air.

Merveille technologique, son avionique est basée sur un processeur central à très haute capacité de calcul, capable de centraliser et de restituer les informations fusionnées par différents capteurs. Ultime particularité : le pilote du F-35 est équipé d’un casque HMDS (Helmet Mounted Display System), conçu par le fabricant israélien Elbit. Un tel système permet aussi bien de désigner des cibles par un simple mouvement de la tête, que de voir à travers le plancher de l’appareil, pendant les manœuvres d’atterrissage vertical par exemple.

(Deuxième partie).
Maxime Perez

"Les forces armées d'Arabie saoudite demeurent les mieux équipées de tous les Etats de la région excepté Israël", souligne l'International Institute for Strategic Studies (IISS), un think-tank basé à Londres. Les besoins militaires du royaume sont allés croissants en raison de l'engagement depuis 2014 de son armée, traditionnellement dévolue à la défense des frontières du roya...

IsraelValley Desk | Défense

Israel Aerospace Industries (IAI) a signé un contrat pour un montant de 630 millions de dollars avec la société aérospatiale appartenant à l'État Indien Bharat Electronics Limited (BEL). Dans le cadre cet accord, IAI fournira au groupe BEL la version navale du système de défense aérienne Barak 8 pour quatre navires de la Marine Indienne. L'accord faisait partie du programme Indie...

IsraelValley Desk | Défense

Le Salon International de l’Aéronautique et de l’Espace est organisé par le SIAE, filiale du Groupement des Industries Françaises Aéronautiques et Spatiales (GIFAS). La 52e édition du salon aura lieu au Parc des Expositions du Bourget du 19 au 25 juin 2017 et réunira de nouveau l’ensemble des acteurs de l’industrie mondiale autour des dernières innovations technologiques. Les...

Eyal Koren (Tel Aviv) | Défense

Jean-Yves Le Drian est à présent au Quai d’Orsay. Il avait été interpellé au Parlement en décembre 2016 à propos de manœuvres aériennes conjointes entre la France et Israël en Corse, sur la Base 126 de Solenzara. Voici sa réponse écrite au Député Candelier : « Dans le cadre de cet exercice, cinq appareils F15 israéliens ont été déployés aux côtés de Rafale français ...

IsraelValley Desk | Défense

Les discussions sont actuellement en cours entre la société Israélienne de cybersécurité CyGov et le gouvernement de Zambie, pour la mise sur pied d’un Institut de cybersécurité dans le pays. Lors de sa rencontre avec le ministre des Transports et des Communications, Brian Mushimba, le 15 mai 2017 à Lusaka, le général Eli Ben-Meir, directeur stratégique de CyGov, a souligné qu...

IsraelValley Desk | Défense

Etienne Monin pour Radio France : "Au moins 150 pays ont été touchés par la cyberattaque mondiale sans précédent lancée vendredi 12 mai. Parmi les rares pays épargnés : Israël. L'Etat hébreu a fait de la cybersécurité l'une de ses priorités en dotant son armée d'une unité d'élite consacrée à l’informatique et tournée vers la cybersécurité : l’unité 8200. Les futurs exp...

IsraelValley Desk | Défense

L’entreprise israélienne Cellebrite aurait aidé le FBI à déverrouiller le téléphone de l’un des deux terroristes de San Bernardino. Elle travaille avec les polices du monde entier. Le FBI aurait payé environ $900 00 pour casser un code secret. Selon Le Monde : "Un Cellebrite UFED, outil qui permettrait aux enquêteurs d’extraire les données d’un téléphone portable. En ce de...

Ilanit Goldberg (Rehovot) | Défense

L'immeuble est très discret et se trouve à Tel Aviv. IsraelValley a eu l'occasion de rencontrer cette semaine les leaders du CBN en charge des cyberarmes. Les compétences du Cyber Bureau National (CBN) sont larges. Créé il y a plus de deux ans et doté d’un budget annuel de départ de 55 millions de dollars, il dépend du bureau du Premier ministre. Il est chargé d’édicter des dir...

Ilan Kotel (Tel Aviv) | Défense

L'armée israélienne a accusé mercredi l'ONG B'Tselem d'avoir "fabriqué un incident". Dans un film, on peut voir l'un des photographes palestiniens de l'organisation et deux autres personnes s'approcher d'un officier et de ses soldats, qui disent aux trois hommes de ne plus avancer. Le film se poursuit avec une brève altercation essentiellement verbale entre le photographe et l'officier,...

i24News | Défense

DEFENSE. Elbit Systems a annoncé avoir signé un important contrat de "Brazilian Marine Corps". L'objet du contrat de défense (très confidentiel) : la vente de systèmes de communications très sophistiqués. La Marine brésilienne (portugais : Marinha do Brasil) est la branche navale des forces armées brésiliennes. Avec 48 000 hommes et femmes (dont 3 200 appelés), elle met en œuvre ...

Eyal Koren (Tel Aviv) | Défense

Une base militaire israélienne s'est équipée en technologies de réalité virtuelle (VR) pour entraîner ses soldats au combat. Les casques 3D servent à reproduire les conditions d'une attaque dans les tunnels creusés à la frontière avec la bande de Gaza. LE PLUS. L'expression « réalité virtuelle » (ou multimédia immersif ou réalité simulée par ordinateur) renvoie typiqueme...

IsraelValley Desk | Défense

L'ex-Monsieur renseignement de Donald Trump, Mike Flynn, devient conseiller de NSO, le champion israélien des logiciels espions selon Intelligence onLine. JSS News : "Mike Flynn a intégré la société israélienne NSO Group, l’un des leaders mondiaux des malwares et logiciens espions. C’est NSO Group, qui avait réussi a pirater un iPhone – prouvant ainsi que « des failles existent...

IsraelValley Desk | Défense

A l’occasion de son salon dédié à l’innovation, la Direction générale de l’armement en France a réuni plusieurs experts pour s’interroger sur l’utilisation potentielle de la technologie blockchain dans le domaine de la Défense. En Israël depuis déjà des mois les services de recherche de Tsahal et les industriels de la défense s'intéressent également à ce domaine qui fasc...

IsraelValley Desk | Défense

Israël a diffusé lundi une mise en garde « sérieuse » à ses citoyens leur enjoignant à ne pas se rendre sur l’île tunisienne de Djerba, où des centaines de pèlerins juifs célèbreront la fête de Lag Ba’Omer mi-mai. LE PLUS. DANS "JEUNE AFRIQUE" EN 2016. Le pèlerinage juif de la Ghriba, sur l'île tunisienne de Djerba, dans le sud du pays, a débuté mercredi sous haute surve...

IsraelValley Desk | Défense

Les forces de défense israéliennes conduisent depuis plusieurs années l’intégration d’éléments autistes au sein du programme Roim Rachok (« voir loin, prévoir »). Sélectionnés en raison même de leur singularité cognitive, de leur tendance à l’obsession, à la répétition, au perfectionnisme, de leur capacité à s’isoler de l’environnement pour se livrer intégraleme...

Benjamin Wirtz | Défense