May 9

ISRAELVALLEY - LA MODERNISATION DE TSAHAL (DEUXIEME PARTIE). Le blindé Namer, les bombardiers Ra'am et Soufa et autres chasseurs F-35. Panorama.

Authors picture

Maxime Perez | Défense

Headline image

Le plan « Tefen 2012 », vaste programme de restructuration de Tsahal, se concentre sur trois aspects : la modernisation complète des effectifs, la remise à niveau des stocks de munitions et surtout, la planification massive d’exercices.

Dans le cadre du plan, l’armée israélienne introduit progressivement le Namer (Tigre), un nouveau transport de troupes dont la production a officiellement démarré en 2007. Sa principale caractéristique est qu’il reprend le châssis du tank Merkava IV, réputé pour son invulnérabilité. Le 13ème régiment Golani, l’une des principales unités d’infanterie de Tsahal, utilise ce blindé depuis l’offensive « Plomb durci » menée contre la bande de Gaza. D’ici 2014, trois autres régiments Golani devraient être à leur tour équipés du Namer.

Sur le plan logistique, ce véhicule peut transporter jusqu’à onze hommes. Il est aussi doté d’un système optronique particulièrement utile en cas de mauvaises conditions météorologiques, ses caméras offrant une vision panoramique à tous les membres d’équipage. A l’instar du Merkava IV, le Namer comporte un système de communication et de gestion du champ de bataille qui assure l’interface avec les soldats engagés au sol. Selon les modèles, il dispose de deux systèmes de défense active : le système APS (Active Protection System) et le Trophy.

Au niveau de l’armée de l’air, Gaby Ashkenazi a jugé essentiel qu’Israël réaffirme sa suprématie aérienne au Moyen-Orient. Tout au long de son mandat, le chef d’état-major de Tsahal s’est maintes fois inquiété du renforcement des capacités de la Syrie. Après avoir négocié la livraison de deux escadrilles de Mig-29 et Mig-31, le régime de Bachar Assad tenterait d’arracher à la Russie plusieurs armements défensifs de pointe, notamment le redoutable système anti-aérien SA-300. Dans le même temps, Ashkenazi est conscient que les velléités nucléaires de l’Iran imposent l’élaboration d’une réponse militaire d’envergure en cas d’échec de la diplomatie. Pour ses missions de longue portée, l’aviation de Tsahal abrite dans ses hangars 27 F-15I (« Ra’am ») et 102 F-16I (« Soufa »). En principe, ces deux bombardiers sont en mesure de mener des frappes contre les installations nucléaires iraniennes. Mais sans l’appui d’avions de guerre électronique – type Awacs -, ils restent détectables au radar et donc vulnérables. C’est précisément dans cette optique que les pilotes de chasse israéliens s’entrainent depuis plusieurs années. Appuyés par des appareils de ravitaillement ou de brouillage électronique, ils accentuent leurs vols sur des longues distances.

En Méditerranée, des manœuvres conjointes se déroulent régulièrement avec plusieurs pays de l’OTAN comme la Grèce et l’Italie. En outre, sous l’impulsion d’Ido Nehoushtan, promu commandant de l’armée de l’air en février 2008, la préparation aux duels aériens a été remise au goût du jour. L’hypothèse de « doghfights » est jugée plausible si des frappes stratégiques devaient être ordonnées contre l’Iran et la Syrie. Pour se préparer à une telle éventualité, l’« escadrille rouge » (dite « escadrille 115 ») a été réactivée. Basée à Ovda, près d’Eilat, cette unité non opérationnelle a pour seule mission d’entrainer les « Top Gun » de l’armée israélienne à affronter des chasseurs d’interception ennemis. Pendant les exercices, plus vrais que nature, les pilotes de l’« escadrille rouge » portent une combinaison de l’armée syrienne, et leurs avions sont flanqués d’un drapeau aux couleurs du régime baasiste.

Le plan Tefen accorde par ailleurs de nouveaux moyens à l’armée de l’air. Pour la guérilla urbaine, Tsahal fait commande de 12 hélicoptères d’attaque « Apache Longbow », tandis que les vieux transports de troupes Sikorsky CH-53 sont remplacés par des « Yasur 2000 », d’envergure identique mais plus modernes. La priorité absolue du général Gaby Ashkenazi reste néanmoins le F-35, construit par le géant Lockheed Martin. Dès 2008, la DSCA – l’agence régulant les ventes d’armes américaines à l’étranger – donne un avis favorable à la demande d’Israël de se procurer 25 F-35 Lightning II.

Une option portant sur 50 autres appareils est même suggérée. Mais l’affaire connait des remous. Les responsables israéliens expriment plusieurs objections qui retardent la conclusion d’un accord. Ils voient en particulier d’un mauvais œil le fait que l’Arabie Saoudite et l’Egypte, clients traditionnels des industries de défense américaines, cherchent également à se doter du F-35. L’autre point de friction du dossier résulte de l’insistance de l’Etat hébreu à vouloir remplacer certains composants électroniques du chasseur américain par des équipements de sa propre industrie militaire. Israël cherche en réalité à réduire le coût unitaire de chaque appareil, évalué entre 70 et 100 millions de dollars. Au terme de négociations particulièrement âpres, les deux alliés finissent par s’entendre. En octobre 2010, le ministère israélien de la défense confirme l’achat de 20 F-35 pour un montant de 2,25 milliards de dollars. Ces avions sont également connus sous l’appellation Joint Strike Fighter (JSF)9.

Même si la livraison des premiers appareils n’est prévue qu’en 2015, Tsahal interprète l’acquisition du F-35 comme une grande victoire. Il est vrai qu’avec un appareil doté de la technologie aéronautique la plus avancée au monde, l’aviation israélienne augmente considérablement ses capacités offensives. Du fait de sa furtivité, le F-35 entre dans la catégorie des avions de cinquième génération. Ses ailes triangulaires lui permettent de bénéficier d’une autonomie importante et d’une manœuvrabilité comparable au chasseur F-16. De plus, grâce à ses 7 pylônes externes, il peut transporter jusqu’à 9 tonnes de charges : réservoirs, bombes guidées, missiles de croisière et missiles air-air.

Merveille technologique, son avionique est basée sur un processeur central à très haute capacité de calcul, capable de centraliser et de restituer les informations fusionnées par différents capteurs. Ultime particularité : le pilote du F-35 est équipé d’un casque HMDS (Helmet Mounted Display System), conçu par le fabricant israélien Elbit. Un tel système permet aussi bien de désigner des cibles par un simple mouvement de la tête, que de voir à travers le plancher de l’appareil, pendant les manœuvres d’atterrissage vertical par exemple.

(Deuxième partie).
Maxime Perez

Le 15 septembre dernier, le Wall Street Journal a publié que Lockheed Martin, le plus grand contractant au monde dans le domaine de la défense, a formé un filiale spécialisée dans la technologie en Israël, afin de signer des contrats avec la défense israélienne, selon un cadre de la société américaine. La branche israélienne de la société, Lockheed Martin Israël Ltd., se concentrera sur la c...

Elad Ratson | Défense

Un projet de vente d'armes israéliennes à l'Ukraine, y compris de drones, a été bloqué par crainte de mécontenter la Russie, a rapporté la deuxième chaîne de télévision israélienne. Une délégation ukrainienne avait visité Israël en vue de l'acquisition de matériel militaire, y compris des drones à utiliser contre les séparatistes pro-russes, a rapporté la chaîne. Le ministère israélien de la...

i24News | Défense

Rafael est aujourd’hui une entreprise publique, dont les ventes se sont élevées à 2,05 milliards de dollars (7,4 milliards de shekels) en 2013, soit une hausse de 15 % par rapport à 2012. Ses bénéfices sont considérables : plus de 100 millions de dollars l’an dernier. Elle emploie 7 000 travailleurs et génère également de nombreux emplois dans la chaîne de son important réseau de sous-trait...

Shlomo Meital (JPost) | Défense

Une quarantaine d’officiers et soldats de réserve de la plus prestigieuse unité de renseignement militaire israélien ont décidé de ne plus servir, refusant de participer aux « abus » commis selon eux contre les Palestiniens, dans une lettre publiée vendredi dans la presse. Si elle est authentique, la lettre, dont les extraits sont parus dans le quotidien à grand tirage Yediot Aharonot, est l...

IsraelValley Desk | Défense

A Mérignac (Gironde) se tient pendant trois jours deux salons aéronautiques, un dédié à la défense, l'autre aux drones civils. L'ADS Show consacré au maintien en condition opérationnelle aéronautique de défense (2e édition) et l'UAV Show, dédié aux drones civils (3e édition), ont ouverts leurs portes à six entreprises israéliennes, dont IAI. "Cette présence est liée au partenariat existant entr...

IsraelValley Desk | Défense

Etant donné que la majorité des conflits actuels sont asymétriques, opposant une armée conventionnelle à des groupes terroristes disséminés au milieu de populations civiles, il devient toujours plus difficile de se protéger des snipers cachés dans ces zones habitées. Durant l’opération « Bordure Protectrice » à Gaza, l’armée israélienne a perdu trois soldats victimes de tirs de snipers. La soci...

Zoé Kauffman | Défense

Israël recevra bientôt son quatrième sous-marin «Dolphin». « Ils sont actuellement en chemin entre l’Allemagne et Israël » a déclaré le numéro 2 de la marine militaire israélienne, le Vice-Amiral Ran Rothberg, lors de la cérémonie de clôture de la formation des nouveau soldats de la marine. « Ce sous-marin est capable de plonger plus profond, plus loin et pour des périodes plus longues, et p...

JSS News | Défense

Les entreprises britanniques autorisent toujours L’exportation d’armes et de composantes d’armes à Israël, en dépit de l’annonce de la Grande-Bretagne la semaine dernière selon laquelle elle suspendrait ses licences d’exportation en cas de reprise des hostilités, a déclaré un porte-parole du gouvernement britannique mercredi. « Nous avons affirmé que nous suspendrons les licences s’il y avait u...

IsraelValley Desk | Défense

DES CHIFFRES. Selon des sources européennes : "Israël est engagé dans des recherches, des entraînements et des développements militaires et sécuritaires conjoints avec des pays à travers le monde. Les firmes de défense israéliennes participent aux programmes de recherche européens. Pour la période 2007/2013 les compagnies du secteur militaire israélien ont participé à des projets de recherche q...

IsraelValley Desk | Défense

IsraelValley dispose d'un réseau d'experts de premier plan qui nous aide à éliminer les annonces de propagandes militaires courantes et "naturelles" en temps de conflits (la désinformation-intox est utilisée pour tromper la partie adverse). Cette information très intéressante publiée dans i24News nous a été confirmée par des sources très fiables : i24News (Copyrights) : "Le nouveau système, ...

i24News et IsraelValley | Défense

INFO ? INTOX ? Les femmes qui cherchent des donneurs de sperme veulent un profil idéal pour leur enfant à naître », a déclaré Dina Aminpour, chef de la banque de sperme du Rambam Medical Center. « La bravoure des soldats de Tsahal a servi à préciser les traits de personnalité qui sont importants pour ces dons. » (JSS News) Cette information est certainement exacte car lors du questionnaire p...

IsraelValley Desk | Défense

Tsahal est en train de modifier complètement son caractère. Avec son énorme déménagement qui est en train de se réaliser, l'armée israélienne va certainement éliminer quantité de matériels informatiques obsolètes. Impossible pour les équipes de soldats de Tsahal de ne pas aussi tomber sous le charme du desert comme cela a été le cas pour David Ben Gourion. Pascal Lacorie, à Jérusalem (Copyr...

P.L | Défense

Yahalom est une unité d’élite de Tsahal spécialisée en explosifs, sabotages, déminages, reverse-engineering et IEDs Extrait des archives Nano & Mitz (http://nanojv.wordpress.com) à propos de l’unité d’élite Yahalom: "l’activité phare, sur laquelle se fonde la renommée internationale de Yahalom, est l’analyse des explosifs (artisanaux ou industriels) confisqués à l’ennemi, puis leur "reverse...

Nano & Mitz | Défense

REVELATIONS. Les leaders israéliens installés à la Kiria, le Pentagone israélien situé au coeur de Tel Aviv, sont perplexes et se posent des questions (avant la guerre Gaza/Israël les militaires israéliens étaient "muets" sur les méga-deals d'armes avec le Qatar) : quel est l'état réel de la coopération entre le Qatar, qui finance le Hamas, et les producteurs d'armes américains ? Le corresp...

Philippe Eyal-Koren (Tel Aviv) | Défense

Ce n'est pas par erreur que nous avons mis en illustration de cet article une photo d'un studio d'une chaîne Moyen-Orientale. En effet, dans de nombreux cas, la palme du non-équilibre dans les reportages de guerre revient à i>TELE qui a choisi une ligne rédactionnelle volontairement défavorable à Israël et assez proche, dans certains cas, de Al Jazeera. Un miracle a cependant eu lieu. La parol...

Youval Barzilay (Tel Aviv) | Défense