May 8

ISRAELVALLEY - LA MODERNISATION DE TSAHAL.(Première partie). Dissuasion, alerte précoce, recherche d’effets militaires décisifs et riposte systématique à des attaques terroristes.

Authors picture

Maxime Perez | Défense

389677 309924339087299 220226118057122 58697556 2039893090 n Pour parfaire sa marche vers le futur, l’armée israélienne s’est engagé dans une modernisation des ses effectifs. En 1998, sous l’impulsion de Shaul Mofaz, l’état-major amorce une révision de sa stratégie et de ses modes de fonctionnement. Sa nouvelle doctrine s’appuie sur quatre éléments clés : la dissuasion, l’alerte précoce, la recherche d’effets militaires décisifs et la riposte systématique à des attaques terroristes.

A cette époque, nombre d’experts tentent d’influencer sur les travaux et les réflexions des généraux de Tsahal. Jugeant l’armée trop volumineuse, ils prônent une réduction drastique du nombre de troupes par l’abandon du service militaire obligatoire. Ce processus doit, selon eux, s’accompagner d’une professionnalisation graduelle des forces armées, ce qui implique à moyen terme la suppression totale des unités de réserve. En outre, ils préconisent un réajustement du mode de combat, davantage axé sur la destruction des capacités ennemies que sur l’occupation de territoires.

L’état-major israélien n’est pas convaincu. Il ne suit que très partiellement ces recommandations et opte pour son propre plan de restructuration : « Catapulte 2008 ». Ce programme autonomise un peu plus les quatre régions militaires (nord, centre, sud et intérieur) dans l’échelle de décision. Ainsi, le contrôle opérationnel des forces armées passe sous l’autorité directe des commandants de région. L’état-major ne conserve plus qu’un rôle de conception, de planification et de supervision, perdant au passage sa mainmise sur les forces spéciales. En conséquence, huit postes de généraux et vingt postes de colonels sont supprimés.

Trois nouvelles structures apparaissent : le département logistique et technologique, la division des relations internationales – chargée de la coopération interarmées – et l’académie militaire des officiers, dispensant aux plus prometteurs d’entre eux une formation universitaire. Ces réformes affectent de plein fouet les trois corps d’armées, notamment l’aviation qui recrute davantage de professionnels et accepte une féminisation de ses unités. Suivant l’exemple de Roni Zuckerman, première femme pilote de F-16 en 2001, plusieurs jeunes appelées font leur entrée dans l’école de l’armée de l’air. D’autres mesures suivent, comme la création d’un commandement de l’armée de terre (Mazi) chargé de veiller à l’entrainement et à la préparation des troupes. Car ce sont les forces terrestres qui s’apprêtent à subir le remaniement plus important.

Après sa réoccupation militaire en 2002, la Cisjordanie est découpée en sept secteurs correspondant chacun à la zone de déploiement d’une brigade d’infanterie. Au total, 10.000 hommes sont stationnés dans le territoire palestinien, l’équivalent du contingent britannique en Irlande du nord. Le plan « Catapulte 2008 » aboutit enfin à la suppression de quatre brigades de réserve et de nombreux bataillons. En contrepartie, un budget conséquent est réinvesti dans la qualité du matériel porté par le fantassin (casque, gilet céramique et production du fusil-mitrailleur Tavor). L’artillerie et le génie militaire bénéficient également de nouveaux équipements modernes.

Cette refonte structurelle ne résout cependant pas tout. Au moment où éclate la seconde Intifada en 2000, de nombreuses voix s’élèvent dans l’establishment sécuritaire, reprochant à Tsahal d’être resté une armée lourde et pléthorique. Si la brigade Kfir – 6000 hommes – est constituée pour mener des opérations de guérilla urbaine, la qualité des entrainements est sérieusement remise en cause. A l’exception des forces spéciales, le niveau des différentes unités d’infanterie est jugé trop irrégulier.

Pendant l’été 2006, la guerre contre le Hezbollah dévoile au grand jour les lacunes de l’armée israélienne qui voit sa réputation d’invincibilité sérieusement ternie. La liste des défaillances est longue : mauvaise préparation des soldats, absence ou manque de soutien logistique aux troupes positionnées en tête de pont et enfin, multiplication des ordres et des contre-ordres. Ce manque avéré de coordination déclenche un mouvement de protestation des réservistes, soutenu par l’opinion. Rapidement, plusieurs hauts gradés annoncent leur démission ou sont tout simplement écartés, à l’instar de Gal Hirsch et d’Oudi Adam, chef du commandement nord.

Pour résorber ce déficit de confiance, l’Etat hébreu lance « Tefen 2012 », un vaste programme de restructuration de Tsahal. Lancé par le général Gaby Ashkenazi, successeur de Dan Haloutz au poste de chef d’état-major, ce plan quinquennal ambitionne de redonner à l’armée israélienne sa pleine force de dissuasion, de sorte qu’elle redevienne une puissance militaire incontestable au Moyen-Orient. Tefen se concentre sur trois aspects : la modernisation complète des effectifs, la remise à niveau des stocks de munitions et surtout, la planification massive d’exercices.

Prenant en compte les recommandations de la commission Winograd, le plan Tefen accorde une attention toute particulière à l’armée de terre. Sous la houlette d’Ashkenazi, troupes régulières et réservistes sont soumis à rude épreuve, sans aucun traitement de faveur. Les manœuvres s’intensifient : elles sont plus longues, plus dures mais aussi plus variées. Le plateau du Golan redevient un terrain d’entrainement privilégié pour l’armée israélienne, au même titre que le désert du Néguev. A proximité de Beer Sheva, la base de Tsehilim ouvre un centre de combat en zone urbaine (« Mali ») construit sur le modèle des villes palestiniennes. Depuis 2006, 150 000 soldats israéliens s’y rendent chaque année pour suivre une formation poussée aux techniques de contre-guérilla.

(Première partie).

Maxime Perez

C'est connu et documenté : la Chine s'intéresse particulièrement à l'innovation et au talent technologique d'Israël dans des domaines tels que la cybersécurité, l'agriculture, l'intelligence artificielle et l'Internet des objets. Un autre domaine, souvent peu analysé en profondeur : les Chinois s'intéressent beaucoup aux technologies israéliennes de défense. Et ce n'est pas par h...

Ilan Dreyfus | Défense

Les relations commerciales entre Israël et l’Inde sont en constante expansion, notamment dans le domaine militaire. Un site indien spécialisé a révélé que le Premier ministre indien Narendra Mody a autorisé la signature d’une transaction avec Israël d’un montant de 9,2 milliards de shekels (2,5 milliards de dollars). Ce contrat porte sur la fourniture de stations de lancement ...

IsraelValley Desk | Défense

En l’espace de cinq ans, les transferts d’armes dans le monde ont atteint un niveau sans précédent depuis la Guerre froide, selon l’Institut international de recherche pour la paix de Stockholm (Sipri). En cause : la demande croissante en provenance d’Asie et du Moyen-Orient. Entre 2012 et 2016, les transferts d’armes ont augmenté de 8,4% par rapport à la période précédente....

IsraelValley Desk | Défense

L’armée israélienne, en collaboration avec Motorola, a mis au point un système d’alerte mobile qui peut prévenir en 25 secondes d’un tir de barrage de mortier. L’état-major a décidé d’accélérer le déploiement de centaines de ces sirènes dans les prochains mois le long de la frontière avec la bande de Gaza contrôlée par le Hamas, qui avait tiré plusieurs milliers d...

IsraelValley Desk | Défense

L’année prochaine, un nouveau bataillon mixte sera déployé au sud de la Vallée du Jourdain, le long de la frontière jordanienne. Ce nouveau bataillon combattant mixte est en cours de préparation et rejoindra, dès 2018, les trois bataillons mixtes déjà existants. À la fin de l’année 2018, l’objectif de Tsahal est de disposer de 1100 soldats au sein de ses bataillons combatt...

IsraelValley Desk | Défense

REVELATIONS. Lockheed Martin a dépensé plus d'un milliard de dollars en achats réciproques (compensation) depuis 2010, lorsque Israël a signé les accords pour l’achat d’avions de chasse F-35. Depuis 2010, lorsque le ministère de la Défense a signé le premier de trois accords pour la fourniture de 50 chasseurs furtifs F-35, le constructeur américain Lockheed Martin a dépensé pl...

Aharon Kahn | Défense

Le salon international Aero India est un salon professionnel important dans le secteur de l'aéronautique, du spatial et de la défense en Inde. Il a lieu tous les deux ans. La 11ème édition se déroule du 14 au 18 février 2017 toujours à Bangalore. D'après le site air-cosmos, le but du Ministère de la défense indien, qui aujourd'hui opère une flotte d’avions de combat à 95% pilot...

Aharon Kahn | Défense

Que pouvez-vous apprendre en trois semaines ? Apprendre une langue ? Écrire un livre ? Et pourquoi pas faire comme les soldats de Tsahal et créer un bracelet qui peut sauver d’innombrables vies.   RÉSOUDRE UN PROBLÈME Dans le cadre de la formation des officiers spécialisés dans la technologie, les cadets avaient pour mission de trouver un problème au sein de Tsahal et de le réso...

IsraelValley Desk | Défense

Gâce au logiciel de la société israélienne eVigilo, plusieurs dizaines de milliers de personnes ont pu être alertées de l’imminence d’un tremblement de terre au Chili. „Notre firme est spécialisée dans les alertes massives et nous pouvons diffuser un nombre incalculable d’informations via n’importe quelle plate-forme numérique“ a expliqué le PDG de l’entreprise, Lio...

IsraelValley Desk | Défense

Elbit Systems remporte un énorme contrat étalé sur cinq ans dans un pays tenu "secret". Il s'agit d'un pays d'Asie (Israelvalley n'est pas autorisé à donner le nom) qui souhaite upgraderses hélicoptères Mi-17. Le Mil Mi-17 est un hélicoptère de transport lourd soviétique puis russe. Il a été développé à partir du Mi-8. La désignation Mi-17 est conçue pour l'exportation ; l'...

Eyal Koren | Défense

La Roumanie a suspendu les procédures suite à sa sélection de l'avion sans pilote Orbiter 4 d'Aeronautics Defense Systems basé à Yavné en Israël, après un appel contre la décision lancée par des fabricants israéliens rivaux. Des rapports contradictoires ont été émis pour savoir si le choix de l'UAV a été suspendu ou annulé, mais des sources en Roumanie indiquent qu'il est pr...

Aharon Kahn | Défense

La Roumanie a choisi l'avion sans pilote Orbiter 4 d'Aeronautics Defense Systems basé à Yavné en Israël pour répondre aux besoins de son armée. L'Orbiter 4 était en concurrence avec deux autres modèles israéliens: le BlueBird ThunderB et le BirdEye 650D d'Israel Aerospace Industries (IAI). Les deux perdants tentent de renverser la sélection, affirmant que leurs systèmes sont m...

Aharon Kahn | Défense

Les soldats et les commandants seront en mesure de partager des informations classifiées en toute sécurité L'armée israélienne (Tsahal) a récemment sorti un nouveau smartphone militaire, en coopération avec Motorola, qui peut se connecter au réseau 4G et aux réseaux militaires. En utilisant ces nouveaux smartphones, les soldats et les commandants de Tsahal seront en mesure de par...

i24news | Défense

Alain Bauer, professeur de criminologie au Conservatoire National des Arts et Métiers (Paris) et Fudan (Shanghai), président du Conseil Supérieur de la Formation et de la Recherche Stratégique (CSFRS) ainsi que du Conseil National des Activités Privées de Sécurité (CNAPS), était l’invité d’honneur du dîner du CRIF Sud-Est. Actualité Juive: Quels thèmes avez-vous abordés ? ...

IsraelValley Desk | Défense

James Hirshfield, mannequin et égérie de la marque Hugo Boss, a immigré en Israël et s'est enrôlé dans l'armée Israélienne. Il commencera son service militaire en Avril. Dès son plus jeune age, la famille de James est partie vivre à Londres. À l'âge de 20 ans, il a voyagé aux États-Unis pour ses études, et il y a reçu des offres pour devenir top model. James a participé à ...

David Ilouz | Défense