Aug 8

TSAHAL ISRAËL - VALSE DES GENERAUX - Annonce du départ prochain du Commandant des Renseignements militaires (Aman) dont le titulaire général Amos Yadlin, est en fonction depuis 5 ans.

Authors picture

IsraelValley Desk | Défense

Headline image

Ce jour dans le JDD : "Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a ordonné dimanche au procureur d’Israël Yehuda Weinstein d’enquêter sur l’origine des fuites dans la presse sur une querelle entre généraux pour décrocher le poste de chef d’état-major. Le quotidien à grande diffusion Yediot Aharonot a évoqué le “grand embarras” pour l’image et la cohésion de l’armée de la publication d’une information voulant qu’un des candidats à la succession d’Ashkenaszi ait fait appel à un agent publicitaire pour dénigrer son principal rival. La seconde chaîne de télévision dit avoir la preuve écrite que le général Yoav Glant, commandant du front sud durant l’offensive de Tsahal à Gaza à l’hiver 2008-2009, a cherché à discréditer son homologue Benjamin Gantz, chef des forces terrestres sur le front nord lors de la guerre de l’été 2006 contre le Hezbollah au Sud-Liban."

Ehoud Barak, entame ses consultations pour désigner celui qui remplacera dans six mois Gaby Ashkenazy (photo) au poste de chef d’Etat-major de Tsahal, et sera ainsi le 20e du nom depuis la naissance de l’armée israélienne. Ehoud Barak a annoncé officiellement la liste des cinq généraux nominés dont sortira le futur chef de Tsahal : Yoav Galant, actuel Commandant de la Région Sud, Benny Gantz, actuel chef d’Etat-major adjoint, Gaby Eizencot, actuel Commandant de la Région Nord, Avi Mizrahi, actuel Commandant de la Région Centre, et enfin Gadi Shamni, qui est actuellement Attaché militaire auprès de l’Ambassade d’Israël à Washington.

Le Bureau du ministre de la Défense a pris soin de préciser très rapidement « que tout le processus qui débute se fait en étroite coordination avec le chef d’Etat-major », car personne n’ignore que les relations entre Ehoud Barak et Gaby Ashkenazy se sont fortement détériorées depuis de nombreux mois. Il y a une année, la tension entre les deux hommes étaient arrivée à son comble lorsqu’ils n’étaient pas arrivés à se mettre d’accord sur la nomination d’un adjoint au chef d’Etat-major, chacun voulant imposer son candidat favori.

Finalement, un compromis avait été trouvé…en nommant un candidat qu’aucun des deux n’avait pressenti, en la personne du général Benny Gantz. L’incompatibilité entre Barak et Ashkenazy avait été quasi officialisée il y six mois, lorsque le ministre de la Défense avait annoncé « que le mandat du chef d’Etat-major ne serait pas prolongé d’une année », comme Ashkenazy l’aurait souhaité, ce qui constituait un désaveu clair.

Dans la même idée, certains officiers supérieurs ont confié « que le fait de débuter du processus de choix d’un nouveau chef d’Etat-major six mois déjà avant la fin du mandat de l’actuel titulaire, n’est pas fortuit, et qu’en plus de l’affront infligé à Gaby Ashkenazy, il risque en plus de perturber le travail de l’Etat-major durant les mois qui viennent, ce qui n’est pas judicieux au vu de le situation régionale ».

Mais au Ministère de la Défense, on « dément toute intention malveillante dans le choix de la date d’ouverture des consultations ». Quant aux chances de chacun des cinq candidats, selon les spécialistes militaires, trois d’entre eux « tiennent la corde » pour remplacer Gaby Ashkenazy : Yoav Galant – qui était déjà le candidat d’Ehoud Barak au poste de chef d’Etat-major adjoint – Benny Gantz, et Gaby Eizencot.

Et sur ces trois généraux, ce serait Yoav Galant qui serait le favori…car il est celui qui a le moins les faveurs de Gaby Ashkenazy. De toute façon, c’est le ministre de la Défense qui proposera le nom du prochain chef d’Etat-major au Premier ministre, et il est peu probable que ce dernier s’oppose à ce choix. Par ailleurs, et sans rapport avec la nomination du futur chef d’Etat-major, de nouvelles nominations devront avoir lieu dans les mois qui viennent à l’Etat-major, et notamment au poste de Commandant des Renseignements militaires (Aman), dont le titulaire, général Amos Yadlin, est en fonction depuis 5 ans déjà.

Source: JPost (Copyrights)

Un satellite d’image de haute résolution israélien renforcera la sécurité lors des Jeux Olympiques et Paralympiques qui auront lieu à Rio en août et septembre L’annonce a été faite par le ministre de la Défense brésilien Raul Jungmann, qui a déclaré que le satellite permettra des inspections très détaillées de la ville lors des événements sportifs, a annoncé le portail d’information G1 vendr...

IsraelValley Plus | Défense

Selon La Tribune : "Défense. S’agit-il d’un progrès technique pour améliorer la sécurité de tous ou d’une dérive technologique de plus pour faciliter la surveillance de masse ? La startup israélienne Magen (bouclier, en français) a mis au point un dispositif capable de voler les mots de passe (boîte mail, réseaux sociaux…) à distance, en piratant votre smartphone. Destiné aux services de re...

IsraelValley Plus | Défense

Ynet, le site du quotidien à grand tirage Yedioth Ahronot, rapporte une déclaration alarmiste du chef de la division de la cybernétique chez Israel Aerospace Industries qui considère que les avions de ligne commerciaux "sont exposés à des cyber-attaques." Selon le responsable, "il n'y a pas assez de coordination entre les autorités aéroportuaires, les compagnies aériennes et les constructeur...

i24News | Défense

Parc des expositions de Villepinte (Seine-Saint-Denis), au nord de Paris. Au 25e salon Eurosatory, qui s’est tenu du 13 au 17 juin, les industriels de l’armement s’exposent : 56 pays représentés, plus de 1 500 exposants et une centaine de délégations nationales présents sur plus de 174 000 m2… Sur les stands se côtoient chars et fusils d’assaut, équipements vestimentaires et drones dernier c...

IsraelValley Plus | Défense

"Secret" de polichinelle. Il est certain que de nombreuses firmes de sécurité israéliennes sont impliquées dans l'Euro 2016 qui se déroule en France actuellement. Le Groupe israélien Elbit, très présent aux Jeux Olympiques de Rio, en parle... très discrètement. Selon boursorama. : "Ran Kril, vice-président du marketing international de Elbit Systems, un des plus importants fabricants d'arme...

IsraelValley Plus | Défense

Philippe Trouchaud associé au sein du cabinet PWC (PricewaterhouseCoopers) consacre un chapitre à Israël, dans son ouvrage intitulé « la cybersécurité au-delà de la technologie » publié aux éditions Odile Jacob et préfacé par Jean-Baptiste Rudelle, fondateur et PDG de Criteo. Dans l’extrait qui suit Philippe Trouchaud évoque notamment trois raisons qui ont placé Israël sur l’avant-scène mondial...

Dominique Bourra | Défense

Une "Carte" de la Cyber-industrie en Israël a été présentée lors d'une conférence. Selon la carte, il y aurait en Israël 430 entreprises qui travaillent sur les Cyber-technologies, la grande majorité sont des entreprises privées et seulement 19 sont des entreprises publiques. Environ 9% de ces entreprises génèrent des revenus pour plus de 10 millions de dollars. Chaque année, 60 nouvelles ...

IsraelValley Plus | Défense

Les nanotechs israéliennes n'occupent pas encore l'avant-scène industrielle de manière spectaculaire et massive car elles sont pour l'essentiel en gestation dans les laboratoires de recherche. La partie émergée de l'iceberg ne représente qu'une centaine de sociétés de nanotechnologie, 142 selon les décomptes le plus généreux, dont une quinzaine de grandes compagnies (1). Mais une révolution...

Dominique Bourra | Défense

DRONES. Qui fournira le remplaçant des petits drones DRAC de l’armée de terre ? Les industriels français (Airbus, Thales et Safran) et israéliens (Elbit et Aeronautics) s’affrontent au salon Eurosatory pour un contrat de 200 drones, estimé à 100 millions d’euros. Selon Challenges.fr (Copyrights) : "Le Skylark de l'israélien Elbit Systems est candidat au contrat de mini-drones de l'armée de t...

IsraelValley Plus | Défense

Le ministère de la Défense a annoncé qu’il présentera des dizaines d’innovations technologiques avancées lors du Salon international de Défense et de Sécurité – Eurosatory 2016 – qui a ouvert hier au Parc des expositions de Villepinte (Paris). Parmi les dernières inventions des industries israéliennes, une nouvelle génération de drones, des robots multifonctions, des véhicules terrestres té...

IsraelValley Plus | Défense

Embraer a annoncé récemment que son Phenom 100 avait été sélectionné par Affinity Flying Training Services pour l'entraînement des pilotes militaires britanniques. Cinq exemplaires du petit biréacteur seront ainsi livrés au Royaume-Uni. Un avion additionnel est aussi prévu en option. Affinity, coentreprise entre l'américain KBR et l'israélien Elbit Systems, s'est en effet vue confier par le ...

IsraelValley Plus | Défense

Le petit robot baptisé "Dogo" est une véritable arme de guerre développée par la société israélienne General Robotics pour des missions de combat rapproché en milieu urbain ou des opérations antiterroristes. Extrêmement compact, le petit robot de 12kg, en forme de tank, embarque néanmoins un véritable pistolet Glock 9mm tirant 14 cartouches ainsi qu'un équipement non létal composé d'un spray...

IsraelValley Plus | Défense

PHOTO DU JOUR. Oded Balilty (AP). Cette photo étonnante et très inhabituelle représente des jeunes engagés dans Tsahal à l'entraînement à Yakum. Le Monde : "Il est pilote de F15, un spécialiste des frappes massives qui fut de toutes les opérations importantes. Il sert Tsahal depuis trente ans. Pourtant, « pendant les vingt-quatre premières années de ma carrière, il ne s’est rien passé », ­...

IsraelValley Plus | Défense

REVELATIONS. Cyberstratégie : De quoi NCB est-il le nom? Le NCB, National Cyber Bureau, également appelé l'INCB, ou le Bureau, a pour fonction de conseiller le Premier Ministre, le gouvernement et les comités spéciaux. L'une des fonctions majeures du NCB est d'anticiper les futures menaces dans le cyberespace physique et logique. Via des mesures préventives et défensives, le NCB doit...

Dominique Bourra | Défense

Israël recevra trois nouveaux avions de transport militaires "Super Hercules" d'ici la fin de l'année 2016 dans le cadre du programme d'aide militaire des États-Unis. Les trois avions "Super Hercules" coûtent 75 millions de dollars chacun, et viendront compléter trois autres que l'armée israélienne détient actuellement dans le cadre de sa flotte aérienne à la base de Nevatim dans le sud d'Is...

i24News | Défense