Mar 30

ISRAEL - CASHER BIEN TROP CHER ? FALAFEL STORY : TO BE CASHER, OR NOT TO BE.

Authors picture

Israelvalley Desk | Culture

Au premier abord le certificat de Cacherout de Falafel HaKikar à Tel Aviv ressemble à tous les autres certificats assurant la conformité de la cuisine à la loi juive concernant l’alimentation. Cependant, en regardant de plus près, on découvre que le certificat en question n’a pas été émis par le Grand Rabbinat, mais par une organisation alternative intitulée Michmar HaKodech.

Le propriétaire du stand vendant des falafels, Moshé Sigman, explique qu’il a décidé de louer les services de supervision de Cacherout proposés par la compagnie Michmar HaKodech car il ne pouvait plus se permettre de payer les sommes facturées par le Grand Rabbinat.

“Mon commerce est encore cacher et tout est fait en accord avec la loi juive”, affirme Sigman. Et d’ajouter : “C’est simple. Le Grand Rabbinat me facture plus du double et je n’ai pas l’intention de débourser si cher. La nouvelle compagnie que j’emploie ne me fait pas payer.”

Sigman n’est pas le seul. Ces derniers mois, le Grand Rabbinat a remarqué que de plus en plus de commerces choisissent de louer les services de dizaines de nouvelles organisations alternatives.

Les propriétaires des entreprises de restauration expliquent que les prix élevés – selon eux – demandés par le Grand Rabbinat ne leur laissent pas d’autre choix.

D’après la loi de l’Etat juif, seul le Rabbinat a le droit d’émettre des certificats de Cacherout en Israël. Une entreprise d’alimentation doit détenir un certificat émis par un rabbinat local, quelle que soit la taille de la ville du rabbinat qui le délivre. En plus de ce certificat, il est tout à fait permis d’en avoir un supplémentaire, comme c’est le cas lorsque les entreprises choisissent de détenir un certificat du Badatz, du Hatam Sofer ou de la Eda Harédit par exemple.

Cette semaine, le Grand Rabbinat a publié une liste d’organisations émettant illégalement des certificats de Cacherout et a appelé le public à faire attention à ce phénomène. On peut en effet se demander si ces organisations sont aptes à remplacer le Grand Rabbinat, car elle sont privées et la question est de savoir qui les supervise. Le Grand Rabbinat a également porté plainte contre ces organisations.

D’après le rabbinat, il convient de toujours vérifier si en plus des divers certificats disponibles, le magasin détient un certificat local. Il faut également vérifier si le certificat “privé” correspond au certificat du rabbinat local. Si un rabbinat choisit de remettre un certificat mentionnant uniquement une cacherout normale et non Méhadrin, on ne pourra pas forcément se fier au certificat privé pour affirmer que la nourriture vendue par le commerce en question est Méhadrin.

Mordekhaï Assor, le directeur de l’organisation Mor Valevona qui remet des certificats de cacherout à des dizaines de restaurants du nord du pays, repousse les critiques du Grand Rabbinat. Assor a travaillé comme superviseur de cacherout pour le rabbinat pendant de longues années. Il affirme que sa compagnie respecte des standards très stricts.

“Des centaines de commerces sont fatigués de payer des sommes aussi élevées pour recevoir un certificat… Je prends nettement moins et la demande ne fait qu’augmenter”, explique Assor.

D’autres organisations privées appellent à mettre un terme au monopole du Rabbinat sur la supervision de la cacherout des commerces. Selon ces compagnies, la concurrence permettrait de diminuer les prix de ces services et d’aider les entreprises de restauration.

La question du prix demandé par le rabbinat pour octroyer un certificat de cacherout est un problème en soi. Comme dans tous les domaines de la vie moderne impliquant un côté financier, l’attribution de certificats de cacherout moyennant paiement peut être source d’abus.

Si une pizzeria à Kiryat Arba reçoit un certificat de cacherout du rabbinat local, dirigé par le grand rabbin Dov Lior Shlita, pour la somme unique de mille shekels par an, certains endroits se voient demander d’avoir un Mashgiah (qui contrôle la Cacherout) à plein temps (qui coûte donc une paie mensuelle de plus). Certains rabbinats imposent aux restaurateurs d’acheter leur viande à un endroit particulier.

Autre problème rencontré cette année de Shémita : le Grand Rabbinat refusait d’octroyer des certificats de cacherout aux endroits utilisant des légumes issus de champs vendus à des non-Juifs dans le cadre du Heter Mékhira. Le grand rabbinat a toutefois permis aux rabbinats locaux le désirant, d’octroyer des certificats. Mais que pouvaient faire les magasins situés dans le domaine d’influence d’un rabbinat s’y refusant ? Certains ont choisi de demander un certificat à un rabbinat local d’une autre ville. Cette pratique est légale étant donné que les quelques rabbins qui s’occupent de cela sont des rabbins renommés et connus par le Grand Rabbinat comme le rav Lior de Kiryat Arba, par exemple, qui octroie ces certificats aux commerces du sud et de Judée Samarie.—

Source: Yael Ancri de Aroutz 7

Après les succès des deux précédentes éditions, l’Institut français d’Israël et le Goethe Institut proposent cette année encore une Nuit de la Philosophie à Tel Aviv, en partenariat, avec l’Institut polonais, l’Institut Van Leer, l’Institut Cohn et l’Université de Bar-Ilan. L’événement, coordonné par le philosophe Raphael Zagury-Orly, qui en assure le commissariat, Ti...

IsraelValley Desk | Culture

EXCLUSIF ISRAELVALLEY. L'annonce a été faite très récemment lors du diner de Gala du Technion France organisé par Muriel Touaty à Haïfa. Israël devrait rejoindre Eurimages qui est le Fonds du Conseil de l'Europe pour l'aide à la coproduction, à la distribution et à l'exploitation d'œuvres cinématographiques européennes. Créé en 1988 sur la base d'un accord partiel, il réunit à...

Dan Rosh (Tel Aviv) | Culture

Meïr Dizengoff, né le 25 février 1861 à Akimovici en Bessarabie et décédé le 23 septembre 1936, est l'un des pionniers du mouvement des "Amants de Sion". Homme d'affaires reconnu, il fonde de nombreuses institutions financières publiques et devient le premier maire de Tel Aviv. Avant de se tourner vers le sionisme, il a adhéré à des mouvements révolutionnaires russes. C'est ...

Jonathan Hess (Tel Aviv) | Culture

Des milliers de personnes se sont rendues à Meron pour la fête de Lag baomer. Ils ont dormi dans d'immenses dortoirs. Matelas au sol! Meron est un moshav situé en Haute Galilée, dans le nord d'Israël. Il est particulièrement connu pour abriter les tombes de Rabbi Shimon bar Yohaï et de son fils, Rabbi Eléazar bar Rabbi Shimon, lieu d'un pèlerinage important à Lag Ba'omer. À ce...

Eyal Aviv | Culture

Le Concours Eurovision de la chanson 2017 était la 62e édition du Concours et avait lieu à Kiev, en Ukraine. Cette édition est remportée par la chanson Amar pelos dois, interprétée par le chanteur portugais Salvador Sobral avec 758 points. C'est la première victoire portugaise au Concours, qui met fin à une attente de 53 ans, la première participation du pays remontant à 1964. C'...

Dan Rosh (Tel Aviv) | Culture

Plus de 500 000 personnes vont se déplacer en direction de Meron ce dimanche. Résultats qui fait polémique (chez les non religieux) : tous les bus du pays ont été réservés pour cette fête. Aucun bus n'est disponible pour le transport scolaire. (DR) En Israël, des milliers de juifs croyants se rendent tous les ans sur la tombe de Rabbi Shimon Bar Yohaï à Méron, pour y célébrer s...

Jacques Bendelac | Culture

Lag Ba'omer est une fête juive d’institution rabbinique. La fête est mentionnée pour la première fois dans la littérature rabbinique médiévale qui la rattache à Rabbi Akiva. Une tradition l’associe fortement à Rabbi Shimon bar Yohaï, légendaire auteur du Zohar, tandis que le sionisme y célèbre la vaillance de Shimon bar Kokhba. Elle a lieu le 18 iyar (généralement en mai d...

Ilan Kotel (Tel Aviv) | Culture

Imri Ziv a réussit sa qualification pour la finale du fameux télé-crochet qui se tient cette année à Kiev. Un groupe affilié au mouvement de boycott anti-israélien BDS (Boycott, Desinvestissment, Sanctions) avait appelé cette semaine à ne donner aucun point à Imri Ziv, le représentant d'Israël à l'Eurovision, qui devait se qualifier hier soir pour la finale du fameux télé-cr...

Ilan Kotel (Tel Aviv) | Culture

Il existe une grande diversité d'oiseaux en Israël, cette vie animale est due à la proximité des trois continents, l'Afrique, l'Asie et l'Europe. C'est grâce à cette proximité que nous pouvons observer des oiseaux rares. De plus, les terres agricoles, les vergers, les vignes, les forêts de pins et de chênes et les oasis sont autant d'habitats pour les oiseaux. Il a été répertorié 5...

Ilan Kotel (Tel Aviv) | Culture

En 2010, Tel-Aviv comptait 850 établissements cacher; il y en a plus de 1 000 aujourd'hui. Si ce n'est pas encore une lame de fond, c'est en tout cas le signe d'une évolution dans la ville censée être le bastion de la laïcité israélienne. Plus que l'ouverture de nouveaux restaurants, c'est d'abord le passage à la cacherout des chefs les plus célèbres qui attire l'attention. Me...

Pascale Zonszain (AJ) | Culture

IsraelValley (Rishon). C'est finalisé et les autorisations administratives signées : "Bezalel Academy of Arts and Design" aura un nouveau site de 45,000 mètres carrés (aussi large que le Tel Aviv Museum). Plus de $100 millions vont être investis pour ce magnifique building qui sera construit à Jérusalem. L'École Bezalel a été fondée en 1906 par Boris Schatz. Theodor Herzl et les p...

Eyal Aviv (Kikar hamedina) | Culture

Les chinois en Israël forment plusieurs groupes distincts. Les travailleurs temporaires en bâtiment s'imposent au niveau effectif. Il y a aussi quelques petits groupes de juifs venant de Chine suite à une aliyah, et des étudiants étrangers venus étudier dans les universités israéliennes. Sara Imas fut la première immigrante juive venue de Chine. Son père était juif allemand et sa ...

Eyal Aviv (Kikar hamedina) | Culture

SPECIAL ISRAELVALLEY. Il existe des concepts de franchise de restaurants, magasins, qui marchent partout ailleurs... sauf en Israël. IsraelValley a beau sillonner la Startup Nation, nous n'avons toujours pas trouvé d'Anticafe. Au fait, de quoi s'agit-il? Selon (1) : "A quelques pas de la place République, au cœur de Paris, un Anticafé. Le nom, original, sied tout à fait à ce nouveau c...

Dan Rosch (Tel Aviv) | Culture

1. Notre égérie : le Knafeh Loin d’être un simple ersatz du cheesecake, cette pâtisserie d’origine arabe fourrée au fromage est composée de deux fines couches croustillantes de nouilles kadaif (petites vermicelles très populaires dans la pâtisserie orientale, appelées aussi “cheveux d’anges”, pensez baklava), enrobant délicatement un fromage frais, nappées de sirop et saup...

IsraelValley Desk | Culture

Les cérémonies officielles de Yom Hashoah débuteront ce soir en Israël et se termineront demain à la tombée de la nuit. Le jour de la Shoah commémore le génocide de près de 6 millions de Juifs par les nazis. À cette occasion, des sirènes retentissent dans le pays, invitant les Israéliens à se recueillir en silence pendant une minute. Soudain, tout s’arrête, on descend même de v...

IsraelValley Desk | Culture