La Page High-Tech de Sébastien Fortin


Sébastien Fortin est consultant pour un groupe technologique international. Diplômé d’une Grande Ecole d’Ingénieurs, il a participé au lancement de plusieurs start-up franco-israéliennes. Il est l’auteur de nombreux articles sur les domaines scientifiques et technologiques israéliens.

ISRAELVALLEY – LE SECRET DE L’INNOVATION EN ISRAËL : L’ESPRIT PIONNIER.

Le 25 Août 2011

De nombreux articles et livres ont été consacrés à la “Start-up Nation” pour décrypter le succès de l’innovation israélienne. Les facteurs-clés de l’Israel Valley les plus souvent cités sont sa main-d’œuvre qualifiée (plus fort pourcentage d’ingénieurs au monde), ses nombreux incubateurs technologiques, l’importance du capital-risque et des investissements étrangers ou encore l’influence de l’armée. Ces éléments bien qu’essentiels ne permettent pas à eux seuls de comprendre en quoi les israéliens sont de grands innovateurs. Le secret de l’innovation israélienne réside en réalité dans l’esprit pionnier des israéliens.

En effet comment devient-on un innovateur ? Une équipe de chercheurs de Harvard a mené une enquête approfondie à ce sujet auprès de milliers de dirigeants d’entreprise. Selon cette étude, la principale qualité d’un innovateur est sa capacité d’association. Steeve Jobs, co-fondateur et Pdg d’Apple, a déclaré : “Créer, c’est relier des choses entre elles, c’est tout.”

C’est ainsi que l’israélien Dov Moran, inventeur de la clé USB, explique comment cette idée lui est venue à partir d’une association :

“L’invention de la clé USB n’est pas le fruit d’une inspiration géniale. Je ne suis pas un Einstein, qui a inventé une théorie à partir de rien. En 1998 je me suis rendu à New York. Pendant le vol, j’ai travaillé à ma présentation Powerpoint. Je n’ai pas fermé correctement mon ordinateur portable. La batterie s’est vidée. Et l’ordinateur n’a plus voulu redémarrer. Quelqu’un était prêt à me prêter son ordinateur, mais la présentation était inatteignable dans mon ordinateur inutilisable. J’en conclu que je devais stocker ma présentation en un endroit sûr de manière à pouvoir travailler sur n’importe quel ordinateur. Je savais que tout ordinateur portable a une fiche d’accès USB. Je voulais y connecter des disquettes de stockage et des caméras digitales. Voilà mon idée, elle résultait non d’une inspiration, mais de la nécessité de résoudre un problème urgent.”

Un innovateur réussit donc à établir des connexions pertinentes entre des idées, des solutions ou des questions qui concernent des domaines différents. Et plus nos expériences et nos connaissances sont diversifiées, plus notre cerveau est en mesure de créer ces liens.

L’apport de nouveaux savoirs suscite de nouvelles associations, dont certaines se concrétisent en idées innovantes. Le secret de l’innovation consiste donc à percevoir les choses avec l’esprit d’un pionnier.

Le Dr Gabriel Iddan, inventeur de la capsule endoscopique, illustre cet esprit pionnier israélien. Gilad Mamlok, directeur financier de Given Imaging, raconte l’origine de cette innovation :

“L’inventeur de la capsule endoscopique, le Dr Gabriel Iddan, cherchait une technique d’imagerie qui permettrait l’exploration de l’intestin de façon confortable et indolore. En tant qu’ancien ingénieur au sein de la société Rafael, le Dr Iddan a dérivée le concept de capsule endoscopique d’une technologie de défense basée sur des équipements électro-optiques pour les missiles. Des milliers de personnes ont déjà avalé la petite capsule produite par Given Imaging, sans même savoir que c’était grâce à la technologie des missiles de Tsahal.”

“Au début, personne ne croyait à ce projet, les gens pensaient que le Dr Gabriel Iddan se considérait comme un nouveau Asimov (un écrivain de science-fiction). Il a emprunté quelques idées dans le domaine technologique, comme la façon de guider un missile. Mais, bien sûr, la capsule endoscopique représente beaucoup plus que cela. Personne auparavant n’avait pensé à cette idée d’avaler une capsule censée naviguer à travers le corps tel un petit sous-marin.”

Shimon Peres, Président de l’Etat d’Israël, a déclaré en septembre 2010 à la tribune de l’Assemblée Générale des Nations-Unies : “Israël est le produit d’un état d’esprit pionnier.” Les pionniers d’hier faisaient fleurir le désert dans les kibboutz. Aujourd’hui, les sciences et les technologies ont remplacé la terre. Daniel Sheck, ancien ambassadeur d’Israël en France, a déclaré lors d’une conférence à HEC : “Les pionniers israéliens ne sont plus au kibboutz, ils ont fondé des start-up.”

De nombreux groupes internationaux tels Google, IBM, Intel, ou encore Microsoft, ont ouverts des centres de recherche en Israël. Ce n’est pas tant la main-d’œuvre qualifiée, les incubateurs technologiques, le capital-risque ou l’influence de l’armée qu’ils viennent chercher ici mais une ressource plus rare : l’esprit pionnier.

ISRAELVALLEYFRANCE EDUCATION – UN ENSEIGNEMENT NUMERIQUE REVOLUTIONNAIRE : La société israélienne Time To Know va déployer sa plateforme pédagogique en France.

Le 14 Août 2011

Initialement fondée dans un but philanthropique par Mr Shmuel Meitar, la start-up israélienne Time To Know a développé une plateforme d’enseignement numérique révolutionnaire. Véritable système d’exploitation pédagogique, cette plateforme offre aux enseignants un très grand nombre d’outils leur permettant de véritablement piloter leur classe en utilisant les équipements et ressources numériques. Avec plus de 120 millions de dollars d’investissement, la société basée à Tel-Aviv compte aujourd’hui 350 salariés.

La plateforme Time To Know est actuellement utilisée par plus de 150 établissements scolaires en Israël et aux Etats-Unis. La ville de New-York vient de sélectionner cette solution pour la déployer dans 120 classes.

La start-up israélienne cherche aujourd’hui à se développer sur le marché francophone. Ainsi le fondateur de Time To Know, Mr Shmuel Meitar (co-fondateur de la société israélienne Amdocs valorisée aujourd’hui à plus de 6 milliards de dollars) a mandaté le groupe de business développement international BrightStar la mission de représenter Time To Know sur le marché français.

Mr Sébastien Adjiman, Managing Director chez BrightStar, a déclaré à IsraelValley avoir déjà rencontré les principaux groupes d’édition scolaire français dans le but de monter un partenariat stratégique, afin de créer des contenus numériques adaptés aux exigences du programme scolaire français et ainsi pouvoir proposer la solution Time To Know sur le marché français. Mr Adjiman a également confié à IsraelValley avoir été reçu avec les dirigeants de Time To Know par le Ministère de l’Education Nationale ainsi que par le Ministère de l’Economie, des Finances et de l’Industrie.

Nestlé Waters (Vittel, Contrex, Perrier…) a été acquis par l’israélien Eden Springs pour 9,5 millions d’euros.

Le 23 Novembre 2010

La société israélienne Eden Springs vient de faire l’acquisition de Nestlé Waters SAS pour un montant de 9,5 millions d’euros. Nestlé Waters SAS, spécialiste du marché des eaux en bouteille, emploie 150 salariés et dispose de plus de 38 000 entreprises clientes en France. Eden Springs devrait investir 5,5 millions d’euros supplémentaires dans la société.

Selon Eden Springs, les activités de Nestlé Waters SAS ont diminué et son chiffre d’affaires atteint aujourd’hui seulement 18,5 millions d’euros par an, alors qu’il dépassait les 25 millions en 2008. La compagnie israélienne attribue en partie cette baisse au fait que Nestlé s’est concentré sur les activités plus rentables en délaissant celles qui l’étaient moins.

Eden Springs est une société internationale de distribution d’eau créé en 1982 en Israël. Depuis les années 1990, elle joue un rôle important sur le marché de la distribution d’eau en grands contenants au bureau et à domicile (HOD).
Eden Springs a développé ses activités en France depuis une dizaine d’années. La société dispose aujourd’hui de plus de 60 000 clients français. L’acquisition de Nestlé Waters SAS va permettre à Eden Springs de devenir le leader français de ce secteur, avec 25% de parts de marché.

En plus d’Israël, Eden Springs opère dans 15 pays européens, où il livre 23 millions de conteneurs d’eau par an pour ses 625 000 clients. La compagnie israélienne possède 20% du marché en Europe occidentale et 10% en Europe de l’Est.

ASSYA CAPITAL, société d’investissement française, envisage une émission de dettes sur le TASE.

Le 09 Novembre 2010

Selon des sources israéliennes, la société d’investissement française, Assya Capital, présidée par Thierry Leyne, envisagerait une émission de dette à la Bourse de Tel Aviv (TASE). Assya dispose d’une capitalisation boursière de 42 millions d’euros, et prévoit de lever entre 20 et 30 millions de dollars en obligations. Suite à une récente fusion, la capitalisation boursière d’Assya devrait atteindre les 100 millions d’euros.

Assya prévoit d’utiliser le produit de l’émission obligataire afin d’étendre ses activités en Israël. La société française a ouvert un bureau à Tel Aviv et recruté une équipe de 15 personnes. La société Cuckierman & Co. est le représentant exclusif d’Assya Capital en Israël.

Société d’investissement cotée sur le Marché Alternext d’Euronext Paris, Assya Capital intervient pour compte propre dans des sociétés cotées et non cotées de taille moyenne en tant qu’actionnaire significatif et actif. La société opère en France, en Belgique, au Luxembourg et en Suisse. Assya estime son chiffre d’affaires en 2010 à 25 millions d’euros par an.

Israël est sur le point de lancer un programme spatial civil doté d’un budget de 80 millions de dollars par an.

Le 1 Octobre 2010

Israël est sur le point de lancer un programme spatial doté d’un budget de 80 millions de dollars par an sur les cinq années à venir. L’objectif est de créer une industrie spatiale civile florissante et lucrative. Israël possède des bases très solides pour se lancer sur ce nouveau marché : une industrie de la défense lucrative de 5 milliards de dollars par an, combiné à un secteur des télécommunications développé et une industrie high-tech très innovante. Les hautes technologies israéliennes devraient donc connaître un vrai essor dans le domaine du spatial civil.

Pour soutenir le développement de cette industrie, le gouvernement israélien a promis d’injecter 80 millions de dollars chaque année pendant cinq ans. Cet investissement devrait permettre d’atteindre rapidement quatre pourcent du marché spatial mondial estimé à 250 milliards de dollars par an.

Israël a commencé à s’intéresser au spatial suite au traité de paix avec l’Égypte en 1979. L’Etat hébreu ne pouvant plus envoyer d’avions au-dessus du territoire égyptien pour surveiller les activités dans le désert du Sinaï, le pays a décidé d’utiliser des satellites dans l’espace. Les satellites de reconnaissance américains n’étaient pas en vente, c’est pourquoi Israël a décidé de construire ses propres satellites.

En 1983, l’Agence Spatiale israélienne a été fondée pour les missions de reconnaissance contre les états ennemis l’Iran, l’Irak et la Syrie. Israel Aerospace Industries (IAI) a remporté le marché et a conçu la première fusée israélienne Shavit et son premier satellite Ofek.

Depuis plusieurs années, Israël est devenu un expert dans les technologies liés aux satellites, dans la production de satellites et de stations au sol. Non seulement les satellites israéliens sont plus légers que ceux conventionnels (cinq fois plus légers que les américains ou les européens avec les mêmes capacités) mais Israël a également développé ses compétences dans l’optique et les photographies radars que fournissent les satellites.

Cette expertise a encouragé de nombreux pays à prendre part à des projets communs de R&D avec Israël dans les domaines de recherche solaire et planétaire, des trous noirs et de l’univers. L’Etat hébreu a signé des accords de coopération dans le secteur spatial avec notamment le CNES en France, la NASA aux Etats-Unis, l’ASC au Canada ou encore le RKA en Russie.

Bien que l’industrie spatiale israélienne ai démarré à des fins militaires, elle s’oriente de plus en plus aujourd’hui vers les applications civiles. Le Général Itzhik Ben-Israël, Président de l’Agence Spatiale israélienne et ancien directeur de recherche au Ministère de la Défense, a déclaré : “Un satellite de défense israélien peut être envoyé au dessus de l’Iran pour une mission de reconnaissance, mais vous pouvez prendre le même satellite et l’utiliser sur votre propre territoire pour détecter la pollution, et ce qui se passe dans la mer, ou encore étudier le réchauffement climatique. Une fois que vous l’avez, la même infrastructure peut servir pour d’autres applications, civiles ou scientifiques. Les satellites sont des technologies duales qui peuvent être produits sur les mêmes lignes d’assemblage que les entreprises israéliennes comme IAI utilisent déjà pour construire les satellites pour la défense.”

En 2005, Israël a signé un accord avec le CNES pour développer une technologie d’observation de la terre avec des applications agricoles et environnementales. D’ici la fin de l’année l’ISA devrait mener des essais sur une technologie innovante en collaboration avec l’Agence Spatiale italienne, l’ASI. Par ailleurs de nombreuses coopérations existent également avec la NASA dans le domaine scientifique.

Aujourd’hui, l’industrie spatiale israélienne exporte seulement 800 millions de dollars chaque année, mais le potentiel est énorme. L’aide gouvernementale sera onéreuse, mais, selon le quotidien Ha’aretz, Israël y gagnera plus qu’une simple fierté nationale : “Si les domaines à forts potentiels de l’industrie aérospatiale locale sont développés, les retombées économiques pourraient être énormes, et de la même façon l’éducation, la technologie et la société israélienne en général pourraient connaître un formidable bond”.

Le Général Itzhik Ben-Israël, a déclaré : “Nous voulons vendre plus. Nous n’avons qu’un demi-pied dans le marché des applications spatiales civiles. Nous voulons un pied entier”. Dans le cadre de ce nouveau programme de cinq ans, l’Agence Spatiale israélienne a demandé à 25 sociétés du secteur de la défense dont les leaders IAI, Elbit et Rafael de commencer à cibler le marché civil.

En tant qu’un des cinq premiers exportateurs d’armes dans le monde, Israël a produit jusqu’à présent des satellites, des missiles, des caméras, des technologies de propulsion, des dispositifs de communication… Mais selon Zvi Kaplan, directeur général de l’Agence Spatiale israélienne, l’espace offre bien plus encore : il permet aux jeunes d’une nation de rêver. Et les rêves sont exactement la base de la mentalité d’Israël, la “Start-up nation”.

ISRAEL START-UP : Google rachète la start-up israélienne QuikSee.

Le 13 Septembre 2010

Après le rachat de LabPixies en avril 2010, Google réalise cette semaine sa deuxième acquisition en Israël avec Quiksee. Le montant de la transaction est estimé à plusieurs millions de dollars. Les deux compagnies n’ont pour l’instant pas souhaité commenter cette annonce.

Quiksee a été fondée en 2007 par Gadi Royz (CEO), Rony Amyra (VP R&D), Assaf Harel (CTO) et Pavel Yosifovich. Le logiciel développé par la start-up israélienne permet aux internautes de transformer de simples vidéos en vidéos interactives. Les utilisateurs peuvent photographier un lieu avec un appareil photo numérique ou un téléphone portable, charger ensuite les fichiers sur Google Maps et participer à la cartographie dynamique du monde.

Selon Gadi Royz (CEO), la technologie de Quiksee permet essentiellement de compléter Google Street View en permettant aux internautes d’entrer virtuellement dans des hôtels, des bureaux, des lieux touristiques…

La société aurait levé plus de 3 millions de dollars depuis sa création auprès des fonds Docor International (Van Leer Group Foundation) et Ofer Hi Tech Ltd.

En avril, Google avait réalisé sa première acquisition israélienne avec LabPixies qui développe des outils de personnalisation des pages web iGoogle, ainsi que des gadgets pour les téléphones portables.

Ces acquisitions représentent une étape stratégique majeure pour le moteur de recherche en Israël. Google a lancé ses activités en Israël en 2005 et n’avait jusqu’à cette année réalisée aucune acquisition alors que dans le même temps de nombreuses start-up israéliennes étaient rachetées par Microsoft, Yahoo ou encore eBay.

Le professeur Yossi Matias, directeur de Google Israël, avait déclaré lors de l’acquisition de LabPixies : “Google croit en l’innovation et la créativité israéliennes, et nous continuerons dans l’avenir à renforcer notre collaboration avec des sociétés et des start-up locales”. Google devrait donc annoncer prochainement de nouvelles acquisitions de start-up israéliennes.

ISRAEL FRANCE : Le groupe Alstom remplace Veolia Environnement et devient le nouveau partenaire de Brightsource pour la construction de la centrale solaire d’Ashelim.

Le 9 Juillet 2010

alstom Selon des sources israéliennes, BrightSource Energy et le français Alstom envisagent de faire une offre commune de plus d’un milliard de dollars pour la construction de la centrale solaire d’Ashelim. Bright Source a annoncé la semaine dernière être en discussion avancée avec le président du comité des appels d’offres, Gil Shabtai. Alstom remplacera la société française Dalkia, filiale de Veolia Environnement, et sera le nouveau partenaire de BrightSource.

Le mois dernier, le journal économique Globes avait annonce que Dalkia était sur le point de quitter l’appel d’offre d’Ashelim, considéré comme un projet phare des énergies renouvelables en Israël. Les négociations avec Alstom pour rejoindre le consortium du projet qui comprend également Minrav, Electra et l’allemand Solar Millennium, se sont débloquées la semaine dernière. Alstom aurait investi 55 millions de dollars.

JEUX VIDEOS ISRAEL : Interview exclusive de Guy Bendov, co-fondateur et CEO de Side-kick, studio israélien de développement de jeux vidéo par détection de mouvements.

Le 07 Juin 2010

Sidekick Le studio israélien de développement de jeux vidéo par détection de mouvements, Side-kick, a annoncé avoir réalisé son premier tour de table auprès de plusieurs investisseurs dont le fonds Kima Ventures de Jérémie Berrebi et Xavier Niel. Guy Bendov, co-fondateur et CEO de Side-kick, répond aux questions d’IsraelValley :

- S.F. : Guy Bendov, vous êtes co-fondateur de Side-kick. Pouvez-vous nous présenter votre société ?

-G.B. : Certainement. Side-kick est un studio de développement de jeux vidéo, spécialisé dans la production de “casual game” avancés, basés sur les technologies de détection de mouvements. Nous développons des jeux vidéo utilisant de nouvelles interfaces basées sur les gestes humains, ce qui inclut le projet Natal de Microsoft, la Playstation Move et bien sûr la Nintendo Wii. Nous pensons que ce marché va se développer très rapidement dans les prochaines années grâce à l’introduction de ces nouvelles interfaces. Nous croyons qu’en raison de cette révolution de l’industrie des jeux vidéo, c’est le moment idéal pour créer un studio de production spécialisé sur ces technologies spécifiques.

-S.F. : Vous avez fondé Side-kick depuis seulement trois mois ?

-G.B. : Notre équipe travaillait déjà ensemble sous forme d’équipe ad-hoc. Nous avons formalisé cela depuis quelques mois. Et nous venons juste de réaliser notre première levée de fonds. L’équipe est composée de plusieurs vétérans de l’industrie des jeux vidéo. Assaf Sela, co-fondateur, possède une solide expérience de l’industrie des jeux vidéo, et Tal Raviv, co-fondateur et ancien directeur technique d’Eidos, est spécialisé sur les aspects techniques et développement. Les autres membres de l’équipe possèdent une forte expertise dans les technologies de développement de jeux vidéo, de production et d’animation. Le cœur de l’équipe se compose de sept personnes et devrait rapidement passer de quinze à vingt personnes en fonction des projets qui arrivent. Nous avons déjà plusieurs projets en production.

-S.F. : Avez-vous déjà achevé le développement d’un ou plusieurs jeux ?

-G.B. : Nous développons actuellement les premières productions. Les principales interfaces devraient arriver sur le marché à la fin de cette année. Et c’est à cette date que nous prévoyons de nous positionner et d’avoir plusieurs jeux prêts fin 2010, début 2011, pour faire partie de ce marché.

-S.F. : Quelles catégories de jeux vidéos allez-vous développer ?

-G.B. : C’est une question très intéressante. Quel type de jeux est le plus approprié à ces nouvelles interfaces ? Nous sommes spécialisés dans les “casual games” avancés. Les jeux interactifs sont très importants pour les nouvelles interfaces, comme par exemple des jeux avec des mouvements tels que le fitness.

-S.F. : Vous venez d’annoncer la réalisation de votre premier tour de table. Pouvez-vous nous parler de cette levée de fonds ?

-G.B. : Ce premier tour de table a rassemblé plusieurs investisseurs dont deux très stratégiques. Le fonds Kima Ventures de Jérémie Berrebi et de Xavier Neil, fondateur d’Iliad et propriétaire de Free, réalise avec Side-kick son premier investissement en Israël. C’est un grand honneur pour nous que ces personnes s’intéressent et investissent dans Side-kick. Leur expertise du secteur high-tech a une grande valeur pour nous. Le deuxième investisseur majeur est Wekix qui va apporter son expertise du marché de la production de médias interactifs. Ces deux investisseurs majeurs sont véritablement stratégiques pour nous.

Les fonds levés vont être utilisés pour chercher et trouver des co-producteurs et des partenaires pour des jeux vidéo basés sur la détection de mouvements. Nous sommes actuellement en contact avec des éditeurs de jeux vidéo. Une partie des investissements sera également consacrée aux productions actuelles.

-S.F. : Parmi vos investisseurs plusieurs sont français, notamment Jérémie Berrebi et Xavier Niel. Envisagez-vous de développer vos activités en France ou en Europe?

-G.B. : La France est spécifiquement un pays important dans le monde de l’édition des jeux vidéo avec en particulier Ubisoft mais il y a de nombreuses autres sociétés. Nous envisageons un éventuel partenariat avec eux. La France possède une forte culture et une forte expertise des jeux vidéo. Nous sommes actuellement dans une phase de recrutement notamment de Français, soit à distance, soit après une alyah, soit au travers de stages. Nous serions très heureux que plusieurs Français intègrent notre équipe.

ISRAEL EUROPE : 34 projets communs israélo-européens remportent 17 millions d’euros de subventions de l’Union Européenne.

Le 03 Mai 2010

Dans le cadre du programme-cadre de recherche européen FP7, le cinquième appel à proposition pour des projets communs en logiciel, matériel et communications, a permis la création de 34 projets entre des sociétés israéliennes et européennes, pour un budget total de 17 millions d’euros de subventions.

Les vainqueurs israéliens de ce cinquième appel à proposition incluent des grands groupes comme Alvarion, Israël Aerospace Industries, Mellanox Technologies ou encore Afcon Industries ; des start-up telles que Comsys Mobile, Ethernity Networks, Emza Visual Sense et LiveU ; ainsi que des filiales israéliennes de sociétés internationales comme IBM Israël, SAP Israël, Applied Materials Israël et KLA-Tencor Israël.

Les compagnies israéliennes dirigent cinq de ces projets européens, ce qui est une réussite selon le Bureau du Chef Scientifique (OCS). Le Dr Eli Opper, Chef Scientifique également à la tête de l’ISERD (Israel-European R&D Directorate), a déclaré : “Les résultats de cet appel à proposition témoigne de l’importance de la participation israélienne dans les programmes européens, et les synergies créées entre les industries européennes et israéliennes.”

ISRAEL START-UP : GOOGLE fait sa première acquisition en Israël avec LabPixies. Yossi Matias, directeur de Google Israël :“Google croit en l’innovation et la créativité israéliennes”.

Le 28 Avril 2010

google Google a annoncé avoir fait l’acquisition de sa toute première start-up israélienne, LabPixies, qui développe des outils de personnalisation des pages web iGoogle, ainsi que des gadgets pour les portables. Le groupe américain n’a pas souhaité révéler le montant de la transaction, mais des sources israéliennes l’évaluent à 25 millions de dollars.

Cette acquisition est une étape stratégique pour le moteur de recherche en Israël. De nombreuses start-up israéliennes ont été rachetées par Microsoft, Yahoo ou encore eBay. Les activités de Google en Israël ont été lancées en 2005, et aucune acquisition n’avait été réalisée jusqu’à présent. LabPixies, qui emploi 12 salariés, sera complètement absorbée par Google Israël.

Les gadgets développés par LabPixies fournissent différents services et informations aux internautes, comme par exemple l’actualité, la météo, des jeux, un accès rapide à ses emails… Google a déclaré avoir racheté LabPixies car la start-up est spécialisée dans le développement d’applications “cloud computing”, permettant aux informaticiens de créer des applications pour des utilisateurs dans le monde entier, ce qui renforcera le produit iGoogle.

LabPixies a été fondée en 2006 par Ran Ben-Yair, président, Oded Poncz, responsable R&D, Nir Tzemah, responsable du développement commercial, et d’Udi Graff, directeur de la création. La société a levé plus d’un million de dollars auprès d’investisseurs privés depuis sa création. Le New York Times fait partie de ses clients.

Ran Ben-Yair a déclaré : “Nous avons fondé LabPixies pour créer une navigation sur internet personnalisée et pour développer des gadgets utiles à la navigation quotidienne. L’accord avec Google constitue une occasion unique pour notre équipe de rejoindre un environnement de travail qui partage notre passion de donner à des millions d’utilisateurs la meilleure expérience en ligne.”

Le professeur Yossi Matias, directeur de Google Israël, a précisé : “Nous accueillerons l’équipe de LabPixies au sein du centre R&D de Google Israël. Nous croyons que l’intégration de cette équipe talentueuse dans le centre nous permettra de continuer à renforcer la plate-forme internet en la rendant plus attrayante que jamais pour les développeurs et les internautes du monde entier. Google croit en l’innovation et la créativité israéliennes, et nous continuerons dans l’avenir à renforcer notre collaboration avec des sociétés et des start-up locales.”

ISRAEL FRANCE MOBILE : AMDOCS RACHETE LA START-UP FRANCAISE STREAMEZZO.

Le 24 Avril 2010

Streamezzo Il est très fréquent de voir des start-up israéliennes se faire racheter par des groupes américains ou européens. L’inverse est cependant plus rare. Amdocs, leader mondial des logiciels de facturation automatique, a annoncé cette semaine avoir signé un accord pour acquérir la start-up française Streamezzo.

Dov Baharav, CEO d’Amdocs, a annoncé : “Nous venons juste de signer cette semaine un accord pour acquérir Streamezzo, plateforme de développement d’applications pour l’internet mobile, et nous devrions finaliser la transaction au troisième trimestre de cette année”.

Fondée en 2004 à Paris, Streamezzo édite une plateforme logicielle Rich Media permettant de réaliser et de déployer rapidement n’importe quels types d’applications mobiles compatibles avec les principaux systèmes d’exploitation (iPhone, Android, BlackBerry, Linux, Windows Mobile…). La jeune pousse permet ainsi aux développeurs, aux opérateurs mobiles, aux fournisseurs de contenus et aux équipementiers de s’affranchir des différences technologiques inhérentes au marché de la mobilité en n’ayant qu’une seule version de leur application à développer et à maintenir.

Basée sur une architecture client-serveur, la technologie Rich Media de Streamezzo permet de créer des contenus attractifs avec une navigation adaptée aux spécificités des mobiles. Les applications ainsi embarquées sont ergonomiques et simples d’utilisation.

Depuis sa création, Streamezzo a levé plus de 45 millions de dollars auprès d’investisseurs tels qu’Innovacom, Sofinnova, Qualcomm, Axa Private Equity ou encore France Telecom Technologies Investments.

Basé à Raanana, Amdocs est le leader mondial des logiciels de facturation automatique et a reçu le prix du “Meilleur produit de l’année 2005” pour ses solutions de convergences dédiées à l’IPTV. Amdocs a simplement inventé le concept de “billing” automatisé, et détient une part de marché inégalée.

ISRAEL CLEANTECH : IBM investit dans les technologies vertes israéliennes. “Ce nouveau programme d’investissement vise à atteindre plusieurs dizaines de projets par an avec les start-up israéliennes.”

Le 12 Avril 2010

Selon des sources israéliennes, IBM Israël devrait annoncer ce mardi un programme d’investissement dans les technologies vertes (énergie et eau) en coopération avec le Ministère du Commerce et de l’Industrie israélien. Le géant informatique s’intéresse au domaine du cleantech depuis plusieurs années après avoir identifié ce secteur comme un marché porteur.

La collaboration entre le Ministère du Commerce et de l’Industrie israélien et IBM n’est pas nouvelle. Le Ministère encourage les relations entre les compagnies internationales et les sociétés technologiques locales en apportant un soutien financier pour adapter le produit d’une société locale aux besoins d’un groupe international. En contrepartie la compagnie internationale participe au processus d’adaptation, tant sur le plan financier et que sur le plan marketing.

Selon Jacob Fisher, qui dirige le fonds d’investissement Tnufa, ce programme d’IBM diffère des précédents car jusqu’à présent le groupe américain n’avait investit en Israël que dans son secteur de prédilection, à savoir les technologies de l’information. “Jusqu’à maintenant, IBM avait 5 à 6 projets par an en Israël,” a déclaré Jacob Fisher, “Ce nouveau programme d’investissement vise à atteindre plusieurs dizaines de projets par an avec les start-up israéliennes.”

Après le lancement officiel du programme, ce mardi, le Ministère israélien et IBM publieront un appel à propositions pour les jeunes pousses vertes israéliennes. Israël est l’un des seuls pays dans lesquels IBM a l’intention d’investir avec un tel programme d’investissement dédié.

REVELATIONS ISRAELVALLEY : Morpho Detection, filiale de Sagem Sécurité, fournira son système de détection d’explosifs Itemiser DX aux agences gouvernementales israéliennes.

Le 26 Mars 2010

Morpho Detection Sagem Morpho Detection, société de l’activité Sécurité du groupe français Safran, a annoncé que son système de détection de traces d’explosifs Itemiser DX avait été accepté par le Bureau du Premier Ministre israélien. Ce système sera utilisé par les agences gouvernementales israéliennes pour contrôler les passages aux frontières, aux installations de transport aérien et terrestre, et aux infrastructures civiles.

C’est la première fois qu’une solution de détection de traces d’explosifs de Morpho Detection a été acceptée par le Bureau du Premier Ministre israélien. Certifié par le TSA (Transportation Security Administration) en juillet 2009, le système Itemiser DX utilise la technologie ITMS (Ion Trap Mobility Spectroscopy) pour analyser simultanément les ions positifs et négatifs d’un seul échantillon, fournissant une détection sans précédent des menaces.

Dennis Cooke, Président-Directeur Général de Morpho Detection, a déclaré : “Cette désignation du Bureau du Premier Ministre israélien reflète notre engagement à développer les solutions les plus avancées afin de relever les défis de sécurité les plus difficiles au monde”, avant d’ajouter : “Nous sommes ravis de pouvoir offrir cette technologie de nouvelle génération aux gouvernements, aux lieux de transport, aux installations de fret et aux sites sécurisés partout dans le monde. En identifiant rapidement et avec précision les traces de matières explosives potentielles, le système Itemiser DX offre les fonctionnalités nécessaires pour protéger les sites les plus sensibles.”

Yaron Yezersky, responsable marketing chez Hypertech Systems (partenaire stratégique de Morpho Detection en Israël), a déclaré : “L’avantage stratégique qu’Itemiser DX fournira est important pour relever les défis de sécurité rencontrés dans cette région.”

Pour en savoir plus sur Morpho Detection :

Morpho Detection, société de Sagem Sécurité (groupe Safran), est l’un des premiers fournisseurs de systèmes de détection d’explosifs et de narcotiques pour les agences gouvernementales, les installations de transport aérien et terrestre, les infrastructures critiques dans le secteur de l’énergie et autres sites à risques, ainsi que pour les complexes militaires. Morpho Detection regroupe des technologies de détection de traces, de tomographie assistée par ordinateur, de diffraction par rayons X et de spectroscopie par rayons X et Raman au sein d’une offre commerciale unique, dont la vocation est de contribuer à la précision, à la productivité et à l’efficacité d’un large éventail d’activités de sécurité. Morpho Detection aide ses clients à protéger les hommes, leurs actifs et leurs communautés.

ISRAEL FRANCE SECURITE : Succès de Promisec en France qui a doublé ses revenus en 2009.

Le 15 Mars 2010

Promisec, spécialiste des solutions de gestion sans agents des postes clients, a annoncé avoir doublé ses revenus en France au cours de l’année 2009. Déjà en décembre 2007, la start-up israélienne avait reçu un trophée de la Chambre de Commerce France-Israël pour “sa réussite dans son processus de pénétration et d’implantation sur le marché français qui, en 18 mois, a vu la société nouer de solides partenariats de revente de ses produits avec des acteurs reconnus du domaine de la sécurité de l’information et remporter la reconnaissance du marché, cette dernière s’étant traduite par de nombreux contrats auprès des clients français parmi lesquels la CNAM, les Assurances AGF ou bien encore le Crédit Immobilier de France”.

En 2009, Promisec a su séduire de nouveaux clients en particulier dans le secteur financier avec par exemple Sofinco Finaref, Natixis ou encore certaines divisions du Crédit Agricole. La jeune pousse israélienne a également remporté des contrats avec des nouveaux clients du secteur public comme l’agence française pour l’innovation OSEO.

Par ailleurs, Promisec a signé un important partenariat avec la société française Advens qui a intégré le savoir-faire israélien au sein de son offre de services managés Adguard. Des dizaines de clients à travers la France utilisent Adguard pour réaliser des contrôles de conformité et des analyses de vulnérabilités. Joseph Graceffa, Directeur technique d’Advens, a déclaré : “Dans le cadre de notre offre de services managés dédiée au contrôle permanent, nous avons retenu la solution Promisec pour couvrir le périmètre des postes de travail. La facilité de déploiement et la richesse fonctionnelle de cette solution ont été des éléments différentiateurs déterminants dans notre choix”.

Hilik Kotler, co-fondateur et responsable du Business Development de Promisec, a indiqué : “Un des avantages majeurs de Promisec repose sur l’extrême légèreté et flexibilité de ses solutions qui ne s’appuient pas sur des agents lourds sur les postes clients pour assurer la conformité”.

Pour en savoir plus sur Promisec :

Fondée en 2004 en Israël par d’anciens experts en intelligence militaire, Promisec apporte à l’industrie de la sécurité réseau son immense expérience en la matière. La société est devenue en quelques années un fournisseur majeur de solutions de gestion de la sécurité des postes clients et des serveurs. Ses solutions Spectator Professional et InnerSpace ne nécessitent le déploiement d’aucun agent et sont reconnues pour leur flexibilité et leur efficacité dans la détection de menaces internes et la réparation de violations de sécurité, apparaissant sur les stations malgré les mesures de protection mises en place. Les solutions Promisec permettent ainsi aux organisations d’avoir un aperçu de l’état de sécurité de leur réseau en mesurant de manière fine le niveau de conformité de l’ensemble des postes clients composant leur réseau interne avec leur politique de sécurité. Promisec est aujourd’hui représentée sur tous les segments de clientèle tant dans le domaine secteur public que privé avec toutefois une présence plus forte dans le domaine financier.

ISRAEL EUROPE MOBILE : Le directeur technique d’Alvarion, Dr. Ze’ev Roth, a été nommé responsable du consortium européen BuNGee, projet de 4,7 millions d’euros financé par le 7ème programme-cadre de la Commission Européenne.

Le 11 Mars 2010

BuNGee Une nouvelle initiative dans le domaine des télécommunications vient d’être lancée par la Commission Européenne. Nommé Beyond Next-Generation Mobile Broadband (BuNGee), ce projet a pour objectif d’accroître sensiblement la densité de capacité des infrastructures mobiles larges bandes.

L’initiative de 4,7 millions d’euros sera financée en grande partie par la Commission Européenne et s’appuiera sur la collaboration entre les membres du consortium composé de prestataires de service européens, de fournisseurs d’équipements technologiques, d’universités et d’organismes de recherche.

Organisé dans le cadre du septième programme-cadre de recherche et développement technologique (FP7), le principal but du consortium BuNGee sera d’augmenter la densité de capacité des infrastructures des réseaux mobiles avec l’objectif d’atteindre 1 Gigabit par seconde par kilomètre carré. Le projet identifiera les nouvelles stratégies de déploiement réseau, en particulier pour les environnements urbains denses où les demandes d’accès aux réseaux sans fil large bande sont les plus élevées. Le consortium BuNGee est prévu de durer jusqu’en juin 2012.

L’Israélien Alvarion, premier fournisseur mondial de solutions 4G WiMAX et haut débit sans fil, aura un rôle de leader au sein de ce projet. Son directeur technique, Dr. Ze’ev Roth, a été en effet nommé coordinateur du consortium BuNGee. Il travaillera en étroite collaboration avec les autres membres du consortium : Centre Tecnologic de Telecomunicacions de Catalogne (Espagne), Cobham Antenna Systems, Microwave Antennas (Royaume-Uni), University of York (Royaume-Uni), Thales Communications S.A. (France), Université catholique de Louvain (Belgique), Polska Telefonia Cyfrowa (Pologne), Siklu Communications Ltd (Israël) et ARTTIC (Belgique).

Dr Ze’ev Roth a déclaré : “Nous sommes très heureux et honorés de l’opportunité de travailler dans le cadre du septième programme-cadre de l’Union Européenne. Nous nous réjouissons de collaborer avec nos collègues pour relever le défi d’augmenter la densité de capacité à 1 Gigabit par seconde par kilomètre carré pour les réseaux mobiles large bande de demain.”

Pour de plus amples informations sur le consortium BuNGee, veuillez consulter le site : www.ict-bungee.eu

ISRAEL FRANCE : La 3ème SSII française, Steria, signe un partenariat avec FTS pour lancer l’offre Steria Agile Billing destinée aux opérateurs des télécommunications.

Le 18 Février 2010

fts La troisième SSII française, Steria, vient de signer un partenariat avec la société israélienne FTS (Formula Telecom Solutions) pour lancer l’offre “Steria Agile Billing”. L’objectif est de proposer aux opérateurs de télécommunications une solution permettant à leur service marketing d’exprimer toute la richesse et la complexité de leur offre de services, dans des délais très courts, tout en s’affranchissant des contraintes techniques. Plaçant les usages au cœur du moteur de valorisation, la solution de FTS donne toute latitude pour personnaliser finement les offres, et permettre à la fois une meilleure expérience client et une optimisation des coûts.

Multiplication des accès (3G, ADSL…), des offres de services et des fournisseurs de contenu (musique, vidéo, jeux, applications…) mais également des modes de paiement (à la demande, à la carte, via un abonnement…) : l’époque de la simple facturation basée sur les temps de communication est révolue. L’offre “Steria Agile Billing” préfigure d’une nouvelle relation entre les opérateurs et leurs clients, en permettant de passer au “paiement à l’usage” avec pour objectif final de faire bénéficier chaque consommateur de l’offre de services totalement adaptée à ses besoins.

Nir Asulin, VP Operations chez FTS, a déclaré : “Notre solution replace le consommateur au cœur du système de valorisation, en tirant parti en temps-réel des différents événements associés à ses usages. Un système de modélisation extrêmement intuitif permet de transcrire l’ensemble de ces usages, avec toute la richesse et la complexité des choix effectués par le consommateur, en un arbre de décision directement exploitables par le marketing qui peut ainsi construire des règles et modèles de valorisation idoines. Nous sommes très contents de ce partenariat avec Steria, d’autant plus que la complémentarité de nos sociétés nous permet d’étendre nos perspectives communes futures.”

Thierry Gohon, Directeur du Développement Télécoms chez Steria France, a déclaré : “L’expertise de Steria sur le marché des télécommunications et notre maîtrise des enjeux métiers de ce secteur nous permet aujourd’hui de proposer une offre de billing de nouvelle génération correspondant aux évolutions du marché dont nous sommes les témoins privilégiés. Tester une nouvelle offre, attirer une cible particulière vers un nouveau type de service, récompenser certaines pratiques comme le fait de contribuer en publiant son propre contenu : la réactivité de “Steria Agile Billing” permet aujourd’hui aux opérateurs de répondre à leurs enjeux métiers majeurs que sont la valorisation, la personnalisation et la réactivité. Des enjeux au cœur des projets de transformation que nous menons aujourd’hui pour les plus grands acteurs d’un marché en constante évolution."

Steria est présent en Israël depuis 2005, date à laquelle le groupe a ouvert un bureau de veille technologique afin de proposer des solutions innovantes à ses clients européens. Les succès les plus marquants concernent le domaine de SAP, avec une offre de mise à jour de version sans équivalent sur le marché, selon Steria, ou une solution créée à partir des outils du champion israélien du test logiciel Mercury, racheté par HP.

A propos de FTS :

Fondée en 1997 à Herzliya, Formula Telecom Solutions (FTS) est un fournisseur mondial de solutions de gestion de la relation client (CRM) et de la facturation pour les prestataires de services et de contenus et le secteur des télécommunications. Comptant plus de 70 clients sur six continents, FTS propose des solutions de bout en bout et modulaires aux operateurs traditionnels.

ISRAEL FRANCE : La star du net franco-israélienne, Jérémie Berrebi et le fondateur d’Iliad et propriétaire de Free, Xavier Niel, lancent un nouveau fonds d’investissement dans les start-up, Kima Ventures.

Le 16 Février 2010

kima La star du net franco-israélienne, Jeremie Berrebi, et le fondateur d’Iliad et propriétaire de Free, Xavier Niel, viennent d’annoncer le lancement d’un nouveau fonds d’investissement, nommé Kima Ventures, et destiné aux start-up spécialisées dans les télécoms, internet et les jeux vidéos.

Les deux entrepreneurs piloteront directement le fonds et ambitionnent d’investir dans 100 start-up en deux ans en les finançant le plus tôt possible dans leur développement avec des investissements allant de 5 à 150 000 euros par société.

Entretien avec Jérémie Berrebi, cofondateur de Kima Ventures, pour Frenchweb.fr sur Vimeo

A propos de Jérémie Berrebi :

Jérémie Berrebi est une star du net. Sa connaissance de ce secteur est légendaire et sa manière d’expliquer la netéconomie est unique. Son sens pédagogique est inné. Il a déjà animé une soirée en mai 2009 à Tel-Aviv auprès d’étudiants de l’ESCP Europe et les participants ont pu apprécier ses qualités exceptionnelles. Il a également participé à une conférence IsraelValley à Paris le 10 décembre dernier sur le thème “QUEL FUTUR POUR LA NETECONOMIE ? ISRAEL HIGH TECH EN 2020”.

Viendra certainement le jour où Jérémie Berrebi racontera en détail dans un livre comment à un très jeune âge il s’est retrouvé couronné par la presse française “jeune prodige du net”. Il est entrepreneur, fondateur de Net2one.com (revendu à TNS en 2004) et de Zlio.com (Bloggueur: http://www.Berrebi.org) et… religieux-orthodoxe, père de 7 enfants il habite à Bnei Brak.

ISRAEL FRANCE : MyHeritage.com fait l’acquisition de son concurrent français familleunie.fr et devient la plus grande plate-forme familiale internationale.

Le 07 Février 2010

MyHeritage MyHeritage.com, réseau communautaire de création d’arbres généalogiques, vient d’annoncer une étape majeure de son développement international. La start-up israélienne vient en effet d’acquérir le groupe OSN (Online Social Networking), propriétaire du site français familleunie.fr et de ses diverses déclinaisons locales comme Verwandt.de en Allemagne ou Dynastree.com aux Etats-Unis.

Gilad Japhet, fondateur et Pdg de MyHeritage.com, a déclaré : “MyHeritage.com a su gagner la confiance des familles du monde entier sur internet. En réunissant ces deux leaders du marché de la généalogie en ligne sur une seule et même plate-forme, nous faisons un pas de plus vers notre objectif : connecter les familles du monde entier”, avant d’ajouter : “C’est avec grand plaisir que nous accueillons des millions de nouvelles familles sur notre réseau. Nous sommes certains que les avantages de nos deux réseaux combinés et de leurs technologies respectives permettront aux utilisateurs de continuer à explorer l’histoire de leurs familles et à partager leurs souvenirs”.

La start-up israélienne a su séduire des millions d’utilisateurs aux Etats-Unis, en Angleterre, au Canada et en France. Cette acquisition lui permet de renforcer sa présence sur d’autres marchés européens comme l’Allemagne, la Pologne et les Pays-Bas, ainsi que sur les marchés sud-américains comme le Mexique, l’Argentine et le Chili. Avec désormais 47 millions d’utilisateurs et 530 millions de profils, MyHeritage.com devient ainsi la plus grande plate-forme familiale internationale.

Saul Klein, membre du conseil d’administration de MyHeritage.com et partenaire du fonds Index Ventures, a déclaré : “Facebook a su créer un incomparable réseau de connections sociales tout comme Xing ou Viadeo ont su le faire avec les contacts professionnels. De la même manière, MyHeritage.com devient le réseau international de référence reliant le passé et le présent de nos familles. Grâce à l’extension géographique de son réseau généalogique, MyHeritage.com permet à des millions d’utilisateurs de partager en toute sécurité l’histoire de leur famille et devient un acteur incontournable de notre identité virtuelle.”

Pour en savoir plus sur MyHeritage.com :

MyHeritage.com a été fondé par une équipe désirant combiner sa passion pour la généalogie avec les avancées technologiques spectaculaires permises par internet. Depuis son lancement en novembre 2005, MyHeritage.com est devenu le plus important réseau international dédié aux familles. Un taux de croissance rapide combiné aux acquisitions de Pearl Street Software (2007), Kindo.com (2008) et OSN (2009) font désormais de MyHeritage.com, une plate-forme de 47 millions d’utilisateurs actifs à travers le monde pour 530 millions de profils généalogiques. Basée à Bnei Atarot près de Tel-Aviv, la start-up bénéficie du financement des fonds d’investissement Accel Partners et Index Ventures.

ISRAEL EUROPE : EDOUARD CUKIERMAN LANCE Go4Europe, l’une des conférences israéliennes les plus prestigieuses, lundi 15 mars à Tel-Aviv.

Le 03 Février 2009

LOGOGO4EUROPE2 Go4Europe est la plus importante conférence dans le domaine du développement des affaires entre Israël et l’Europe. Elle se caractérise par une approche unique des enjeux auxquels font face les entreprises souhaitant développer des partenariats entre l’Europe et Israël. La 8ème conférence Go4Europe se tiendra le lundi 15 mars 2010 à l’hôtel Hilton de Tel-Aviv.

IsraelValley, partenaire média de Go4Europe, va couvrir cet événement phare de la coopération France-Israël en 2010. Il y a deux ans, IsraelValley avait un stand lors de cette manifestation exceptionnelle qui rassemble traditionnellement le ghotta des industriels européens et israéliens dans la capitale économique d’Israël.

Organisé par Cukierman & Co Investment House et Catalyst Capital Fund, l’évènement va accueillir de très nombreux hommes d’affaires et investisseurs israéliens et étrangers. Plus de 1000 participants sont attendus pour cette 8ème édition.

Au cours de la journée, les tables rondes aborderont la crise économique, les stratégies d’investissements, les politiques d’acquisition suite à la récession, et soulèveront des questions telles que : Comment finaliser les opérations de fusion et acquisition en temps de crise ? Comment lever des fonds pendant et après une crise ? Quelle est la meilleure façon de lever des fonds en Europe ? D’autres sujets seront également abordés comme le financement de projets innovants, les technologies vertes et le réchauffement climatique. Par ailleurs, neuf start-up innovantes israéliennes présenteront en une minute leurs activités et leurs produits aux investisseurs potentiels : Mainsoft, B.O.S, Commtouch, Dori Media, APOS, Tufin, Sensomatix, W2P et Miba Plast.

Des intervenants prestigieux participeront aux tables rondes : Michel Cicurel, Président du Directoire de LCF Rothschild; Henri Proglio, nouveau Pdg d’EDF (à confirmer); Nathalie Boulanger, Directrice des Opérations Stratégiques et Marketing de France Telecom; Galia Maor, Directrice de la Banque Leumi (à confirmer); Eli Hurwitz, Président de Teva; Ronald Kent, Vice-Président du NYSE Euronext; Dr. Georg Schwegler, Pdg de T-Venture Holding.

Go4Europe

Pour s’inscrire à la conférence ou pour des informations complémentaires, veuillez consulter le site de la conférence Go4Europe.

FRANCE ISRAEL : Orpak créée une joint-venture avec Ingenico pour développer des terminaux de paiement sécurisés pour les stations-service automatiques.

Le 15 Janvier 2009

Le groupe israélien O.R.T Technologies a annoncé, le 14 janvier 2010, la création d’une joint-venture entre sa filiale Orpak Systems et la société française Ingenico afin de distribuer des terminaux de paiement automatiques pour les stations-service automatiques.

Alex Milner, Président d’Orpak, a déclaré au journal économique Globes : “Nous avons achevé le développement d’un produit appelé Secure Outdoor Payment Terminal, et nous avons signé un accord avec Ingenico qui adoptera notre équipement pour en faire son standard mondial.”

La société israélienne Orpak est le leader des solutions de bout en bout pour le marché de la distribution de carburant et le secteur de la gestion de flotte. Ces solutions incluent des contrôleurs de station, des terminaux de paiement en extérieur et des systèmes de point de vente, de back office, d’administration centrale, ainsi que de ravitaillement en carburant.

En une quinzaine d’années, les systèmes et produits d’Orpak ont été déployés dans plus de 10 000 stations-service et 1,9 million de véhicules dans 30 pays. La société compte parmi sa clientèle internationale des sociétés pétrolières, des grandes entreprises de gestion de flottes, des municipalités, des administrations locales, des aéroports et des entreprises.

Christopher Justice, président d’Ingenico Amérique du Nord, a déclaré : “Grâce à sa forte expertise de l’industrie pétrolière, Orpak est un excellent partenaire pour les terminaux spécialisés pour les distributeurs de carburant. Orpak a installé plus de 40 000 terminaux dans plus de 30 pays”, avant d’ajouter : “Avec l’augmentation du prix du pétrole et la diminution du budget des consommateurs, les distributeurs de carburant évoluent dans un environnement très compétitif et ils essaient de fidéliser leurs clients. Ils ont absolument besoin des mêmes services, rapides et de qualité, à la pompe que ceux qu’ils offrent déjà à l’intérieur de leurs magasins.”

Créée en France en 1980, Ingenico est une société spécialisée dans les systèmes de paiements automatiques et les lecteurs de cartes bancaires. Avec 2 850 salariés dans le monde, Ingenico a déployé plus de 15 millions de terminaux dans 125 pays. Basée à Neuilly, la société a généré un chiffre d’affaires de 728 millions d’euros en 2008.

ISRAEL FRANCE : La Compagnie Financière LCF Rothschild souhaiterait acquérir 30 à 40% de la société Veolia Environment Israel.

Le 05 Janvier 2010

rothschild Selon le journal économique Globes, la compagnie française LCF Rothschild souhaiterait acquérir 30 à 40% de la société Veolia Environment Israel. Il y a quelques mois, La Compagnie Financière Edmond de Rothschild a mandaté le groupe Cukierman & Co. Investment House pour mener les vérifications préalables sur Veolia Israel et ses activités.

Dirigée par Arnon Fishbain, Veolia Israel opère dans ce pays depuis seize ans. La société est une filiale du groupe français Veolia Environnement qui avec 336 000 salariés opère dans 105 pays et a généré 36,2 milliards euros de revenus en 2008.

Veolia Environment Israel est constitué de quatre divisions : Veolia Environmental Services ; Veolia Transport Israel ; Veolia Water qui possède la moitié de l’usine de désalinisation d’Ashkelon ; et Dalkia Energy & Services qui détient 20% d’Ofer Power Stations. Avec 1600 salariés, les revenus de la filiale israélienne sont estimés à 350 millions de dollars.

Il y a quelques mois, Veolia Transport a décidé de vendre ses 5% d’actions et son contrat d’exploitation du consortium CityPass pour le tramway de Jérusalem au groupe de transport israélien Dan. Les médias avaient alors suggéré que l’une des raisons de cette vente était liée au lobbying de groupes pro-palestiens sur Veolia Environment.

ISRAEL FRANCE : Selon le magazine “Defense News” RAFAEL pressenti pour remporter un important contrat de missiles en France.

Le 3 Décembre 2009

Selon le magazine “Defense News”, le missilier israélien Rafael aurait de grandes chances de remporter un important contrat pour fournir une large quantité de missiles antichars Spike à l’armée française. Le groupe Rafael est en compétition avec les géants américains Lockheed-Martin et Raytheon.

Jusqu’à maintenant le missile Javelin construit conjointement par Lockheed-Martin et Raytheon avait la préférence de la Délégation Générale de l’Armement pour le futur missile antichars de l’armée française. Mais la situation aurait apparemment évolué.

Selon “Defense News” l’armée française souhaiterait remplacer ses anciens missiles antichars Milan d’ici 2015. Or la production des dernières versions du Javelin de Lockheed-Martin et Raytheon n’est pas prévue avant 2017. C’est ce point qui aurait récemment fait basculer le choix en faveur de Rafael.

Un responsable de Rafael a déclaré au magazine “Defense News” : “Nous serons prêts”. Il a ajouté que sa société était en contact avec le missilier français MBDA, filiale d’EADS, pour collaborer sur la fabrication de la dernière version du Spike.

ISRAEL FRANCE : FRANCE TELECOM ORANGE a inauguré son developer centre en Israël en présence de l’Ambassadeur de France en Israël, Christophe Bigot, et de l’entrepreneur israélien, Yossi Vardi.

Le 20 Novembre 2009

france telecom France Telecom Orange vient d’inaugurer son developer centre de Tel-Aviv en présence de l’Ambassadeur de France en Israël, Christophe Bigot, et du célèbre entrepreneur israélien, Yossi Vardi.

Le nouveau France Telecom Orange developer centre de Tel-Aviv fait partie d’une série de centres pour développeurs mis à disposition par Orange Partner. Ce nouveau centre est situé dans la ville de Ra’anana en Israël.

Le developer centre est une infrastructure où les partenaires d’Orange peuvent profiter de ses ressources pour finaliser les tests et le développement de leur contenu et de leurs applications mobiles.

Le France Telecom Orange developer centre de Tel-Aviv offre toute une gamme de terminaux Orange plus des réseaux live 2G et 3G, ainsi qu’une connexion Internet. Les utilisateurs pourront utiliser tous ces terminaux Orange, équipés de cartes SIM connectées au réseau Orange britannique, et ainsi réaliser leurs tests dans les meilleures conditions.

Retrouvez la série vidéo Co-innover avec Israël de France Télécom Orange.

ISRAEL FRANCE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE : DASSAULT SYSTEMES confie à la start-up israélienne artizone son logiciel Enovia SmarTeam V5.

Le 11 Novembre 2009

Dassault Systèmes vient d’annoncer cette semaine son intention de confier les activités de développement et de maintenance d’Enovia SmarTeam V5, solution de gestion collaborative du cycle de vie des produits, à la start-up israélienne artizone.

Dassault Systèmes a déclaré : “La création d’artizone par d’anciens professionnels de l’équipe Enovia SmarTeam garantit la continuité et la pérennité de l’engagement de Dassault Systèmes en faveur d’Enovia SmarTeam V5”. Le groupe français a précisé que cet accord de sous-traitance fera l’objet d’un contrat d’exclusivité.

Artizone est une toute jeune société fondée en Israël par des anciens cadres et dirigeants de Dassault Systèmes. Alex Zeltcer, ancien directeur général des produits SmarTeam et responsable de la chaîne de valeur de Dassault Systèmes, devrait être nommé directeur d’artizone.

Alex Zeltcer a déclaré : “artizone est basée sur le logiciel Enovia SmarTeam et la société bénéficie du même personnel et de la même expertise produit. En créant une entité qui repose sur une relation solide avec Dassault Systèmes d’une part, tout en développant de nouvelles solutions pour l’avenir, tout le monde y gagne : les clients de Dassault Systèmes, Dassault Systèmes lui-même et les salariés d’artizone".

Dassault Systèmes reste très actif sur le marché israélien avec un bureau de vente proposant un portefeuille complet de produits de l’éditeur de logiciel. Gilad Friedman devrait devenir le nouveau directeur de Dassault Systèmes Israël.

Pour en savoir plus sur artizone :

Le fournisseur de logiciels et de services israélien, artizone, a été créé en 2009, par d’anciens dirigeants de Dassault Systèmes Israël. La start-up emploie aujourd’hui 70 salariés. Fondée sur une forte expertise des logiciels de gestion de cycle de vie, artizone s’apprête à développer et à maintenir la gamme de produits Enovia SmarTeam V5 pour les clients de Dassault Systèmes. Par ailleurs, artizone a d’ores-et-déjà annoncé souhaiter développer et fournir une nouvelle plateforme d’achat en ligne facile à utiliser et intuitive.

ISRAËL FRANCE : SEMICONDUCTEURS – Le Groupe Français Dolphin Intégration ouvre un centre de compétence à Netanya.

Le 8 Novembre 2009

Poursuivant sa stratégie pour être à la fois global et proche de ses marchés, la société française Dolphin Intégration a annoncé la semaine dernière l’ouverture d’un nouveau centre de compétence à Netanya en Israël. Son objectif est d’enrichir les compétences des lignes de produits du groupe en circuits avancés de mémoires, analogiques et mixtes. La phase de lancement est déjà amorcée avec deux spécialistes expérimentés.

Selon le groupe Dolphin, la raison première motivant cette initiative est la disponibilité en Israël de nombreux concepteurs à haute technicité. Cette densité professionnelle appuyée sur un vrai esprit d’entreprise est le fondement d’une base exceptionnelle de fournisseurs de semi-conducteurs. Une telle densité assure également la présence d‘analystes marketing dotés d’une compréhension rare des opportunités mondiales pour les composants virtuels de propriété immatérielle.

Par ailleurs, en ouvrant un centre de compétence en Israël, Dolphin se rapproche de nombreux utilisateurs traditionnels de ses produits. La société espère ainsi créer de nouvelles opportunités notamment en participant à des projets communs de R&D.

Ce lancement de Dolphin Intégration en Israël vient compléter ses sites à l’étranger, Doplhin Integration GmbH à Duisburg en Allemagne, spécialisée dans les modèles MEMS et leur simulation, et d’Intégration Dolphin Inc. à Montréal au Québec, spécialisée en régulateurs de puissance enfouis et sans inductance.

Retrouvez tous les articles de Sébastien Fortin