Sont autorisés à travailler en Israël les Israéliens disposant du statut de « résident » permanent ou temporaire et les étrangers disposant d’un permis de travail. La Loi sur l’Entrée en Israël interdit explicitement aux détenteurs d’un visa de « visite », comme B/2 (touristes) et B/3 (séjour de moins d’un mois), et aux détenteurs d’un visa de séjour temporaire, comme A/2 (étudiants étrangers) et A/3 (personnel religieux), de travailler en Israël.

Pour travailler en Israël, les obligations de visa seront donc différentes selon le statut légal de l’individu :

1) En vertu de la « Loi du Retour », un nouvel immigrant juif (« Olé ») peut obtenir le statut de « résident permanent » ou de « résident temporaire » (A/1) qui lui permet de travailler librement.

2) Un ressortissant étranger non juif dont le conjoint est juif se verra accorder, dans un premier temps, un visa temporaire d’une durée de six mois (B/1) qui lui permet de travailler. Si sa demande de résidence permanente est acceptée, il se verra octroyer un visa de résidence temporaire (A/5) qui lui permettra de travailler durant les quatre années suivantes, jusqu’à l’obtention de la nationalité israélienne.

3) Un ressortissant étranger qui vient en Israël dans le but de travailler devra se procurer un statut autre que celui de « touriste ». Les visas de travail sont délivrés par le ministère israélien de l’Intérieur. Les types de visa les plus fréquents qui donnent le droit à un non-résident de travailler sont le visa B/1 pour les salariés temporaires ou B/4 pour les volontaires travaillant sans percevoir de salaire.

De façon générale, l’octroi d’un permis de travail à un non juif est limité par la loi israélienne et par la politique du gouvernement. L’employeur potentiel qui désire employer un résident étranger doit adresser une demande de visa de travail au ministère israélien de l’Intérieur.

Conseil pratique :

Après les vérifications d’usage, le Ministère israélien de l’Intérieur délivre un visa de travail pour une durée déterminée (généralement, la durée ne peut dépasser 27 mois) et il est valable seulement pour travailler chez l’employeur qui en fait la demande. Après cette période, le résident étranger doit quitter le pays et ne peut revenir en Israël qu’après avoir déposé une nouvelle demande de visa. Les conjoints étrangers de travailleurs étrangers se voient accorder un visa renouvelable chaque année et qui ne leur accorde pas le droit de travailler.

Dernière mise à jour le 6 février 2011