Mar 28

Henri Cukierman : "Les accusations d’apartheid d'Israël sont sans fondement"

Authors picture

IsraelValley Desk

Headline image

Bref extrait d’un article écrit par Henri Cukierman et à paraître prochainement dans le magazine de l’X. Titre : “Des Chambres de Commerce, Pour rattraper notre retard en Israël”

“Si j’ai pris la présidence de la Chambre de Commerce France Israël, CCFI, ça n’est pas seulement parce qu’on a oublié de me proposer celle de la Chambre de Commerce France Amérique, mais parce que c’est un défi passionnant.

L’écart est tel entre son image et la réalité qu’Israël a évidemment intérêt à redresser cette image, mais les dénis de réalité ne sont bons pour personne, ils conduisent à se tromper de cibles commerciales, de partenaires et de « best practice », c’est à dire d’exemples dont il est bon de s’inspirer.

Si la réalité israélienne vaut effectivement le détour, nous devons mesurer l’évolution de nos échanges et jouer les entremetteurs pour renforcer sensiblement ces échanges entre la France et Israël.

Pour comprendre la réalité rien de tel que d’aller sur place. Les entrepreneurs qui se rendent en Israël pour la 1ère fois sont surpris de voir un pays en paix avec moins de policiers à Tel Aviv qu’à Paris.

Les accusations d’apartheid sont sans le moindre fondement : le vice président de la Cour Suprême est arabe, le Technion, université classée au 69ème rang dans le classement de Shanghai et avec laquelle l’X a signé un accord de coopération compte 20% d’élève arabes comme dans l’ensemble de la population israélienne, à Hadassah, le plus grand hôpital israélien, la moitié des patients et des médecins sont arabes.

La réalité, c’est que les valeurs humaines israéliennes et françaises sont d’autant plus proches que 15 à 25% des Israéliens sont d’origine francophone".

LE PLUS. (Paru dans israelvalley cette semaine). Un bref extrait d’un article à paraître prochainement et écrit par Henri Cukierman, Président de la CCFI.

“Israël est il d’un partenaire intéressant? Sur le plan macro économique, c’est l’un des pays de l’OCDE qui a le mieux traversé la crise, sa croissance 2016 est de 4%.

Selon l’OCDE, le taux des prélèvements obligatoires est de 36,7%, en 2015, la dette publique est tombée à 65% et le déficit public à 2,1% du PIB, enfin le taux de chômage est de 4,3%.

Intéressant, non? Ceci ne veut pas dire que c’est un pays parfait : 2 segments de la population, les Juifs orthodoxes et les familles arabes traditionnelles sont pauvres car il s’agit de familles nombreuses dont un seul parent travaille, le mari dans les familles arabes et la femme chez les Juifs orthodoxes car les maris étudient les textes sacrés toute la journée.

De même, la proportionnelle intégrale conduit à un grand nombre de partis politiques et à des gouvernement dont la vie est courte.

Comment expliquer les points forts d’Israël alors que son environnement géostratégique lui impose un budget militaire élevé et que ses ressources gazières récemment découvertes commencent à peine à être exploitées?

Son surnom lui va comme un gant : dans la « Start up nation », la R&D représente 5% du PIB à comparer à environ 2% pour l’UE, par rapport à sa population, on trouve en Israël la plus forte densité au monde de start up, d’ingénieurs et de chercheurs et sur le NASDAQ, Israël est en 3ème position derrière les Etats-Unis et la Chine".