Jun 28

ISRAELVALLEY – DES ROSES BLEUES ISRAÉLIENNES POUR CONQUÉRIR LA CHINE. Le ministère israélien de l'Industrie vient de signer un accord de coopération "horticole" avec l'Empire du Milieu.

Authors picture

Laureen Favier (Tel-Aviv) | News

Les capacités technologiques israéliennes séduisent les puissances du monde entier, notamment la Chine, dans des domaines aussi spécifiques que l’horticulture. Le Ministère israélien de l’Industrie, du Commerce et du Travail (MOITAL) et l’Académie des sciences agricoles du Fujian viennent de signer un accord de coopération qui permettra à la Chine de cultiver des roses bleues, développées grâce à une technologie israélienne.

En effet, en Chine, les roses bleues sont considérées comme luxueuses, coûtant trois fois le prix des roses rouges. Le prix d’une rose bleue varie entre 50 à 200 yuans (environ 8 à 32 dollars), excepté pour la Saint-Valentin, période pendant laquelle les prix augmentent et culminent à leur plus haut niveau.
En vertu de l’accord, les sciences agricoles et agro-technologies israéliennes seront présentées dans une ferme de démonstration dans la ville de Fuzhou, capitale de la province du Fujian (sud-est de la Chine).

Dans le folklore chinois, la rose bleue symbolise la victoire de l’amour impossible. Selon un conte populaire, un empereur qui voulait marier sa fille unique à un homme juste annonça que, quiconque présentera une rose bleue épouserait sa fille. La fille de l’empereur tomba amoureuse d’un poète errant, après avoir entendu sa poésie au-delà des murs du palais. Ce poète anonyme vainquit alors d’autres hommes plus forts et plus connus, réussit à trouver la rose bleue et épousa la fille de l’empereur.

Présenter des solutions israéliennes à l’industrie locale
Outre les serres de roses bleues, la ferme de démonstration présentera la pisciculture, les poulaillers propres, le matériel agricole pour l’élevage laitier et les machines de traite avancées – toutes ces technologies étant israéliennes. Le parc industriel exposera des technologies agricoles de pointe en provenance d’Israël, tout en mettant l’accent sur les solutions durables, efficaces et respectueuses de l’environnement.

L’objectif du projet est de faire connaître les produits étrangers aux entreprises locales et aux décideurs et, de ce fait, de les promouvoir sur le marché chinois.
Les centres de démonstration sont fondés par l’Institut de Recherche Agricole chinois, qui encourage les entreprises et les agriculteurs à mettre en œuvre des solutions agricoles. Un corps professionnel détermine les normes de qualité des produits agricoles pour le consommateur final et le fait de coopérer avec ces professionnels représente une grande valeur commerciale pour les entreprises israéliennes.

En vertu de l’accord de coopération, l’institut de recherche chinois se voit obligé de protéger les droits d’auteur des sociétés israéliennes et d’éviter d’utiliser les technologies concurrentes pendant les cinq ans suivants. Selon Avner Shohat, représentant des entreprises israéliennes qui prendront part au projet, « la collaboration entre l’institut de recherche agricole et les entreprises israéliennes sera commerciale et concernera les investisseurs du secteur privé en Chine, tel que l’une des plus grandes chaînes de supermarchés de Chine ».

Laureen Favier (Tel-Aviv)