Jun 3

ISRAELVALLEY. "COCKTAIL ET CULTURE". Le prix des Femmes de Lettres Simone Veil récompense un ouvrage écrit par une femme (roman, essai, histoire).

Authors picture

Daniel Assayah (Tel-Aviv) | Culture

Le prix des Femmes de Lettres Simone Veil a été créé conjointement par l’Association Cocktail & Culture et les Librairies Fontaine. Il récompense un ouvrage écrit par une femme (roman, essai, histoire) ayant comme intérêt principal de faire connaître ou de révéler une ou des femmes marquantes, engagée(s) ou non, de leur époque. Il devra faire écho à la personnalité de Madame Simone Veil.

EN MAI 2012
Le Prix Simone Veil a été attribué à « Le Sel de la Vie » de Françoise Héritier et le Prix Spécial du Jury à « Deux Sœurs » de Dominique Bona.

LE SEL DE LA VIE de Françoise Héritier
Auteur notamment des Deux Soeurs et leur mère et de Masculin/Féminin, Françoise Héritier est professeur honoraire au Collège de France, où elle succédé à Claude Lévi-Strauss et dirigé le Laboratoire d’anthropologie sociale. Elle a été directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales et présidente du Conseil national du sida.

Argument :
Françoise Héritier se dévoile dans ce court livre, petite gourmandise en forme de madeleine, ou elle recense ces petits riens d’une vie auxquelles elle est pourtant attachée.

A la façon du « Je me souviens » de G. Perec, un Perec curieusement qui aurait lu Philippe Delerm, Françoise Héritier égrène ces petits grains de sel de la vie :"avoir un parapluie quand il faut et assez grand pour plusieurs, marcher d’un bon pas, traîner des pieds dans les feuilles mortes, sourire tendrement à la photo de sa grand-mère, écouter les hulottes la nuit et les grillons le jour, faire un bouquet de fleurs de talus, regarder glisser les nappes de brouillard, suivre la course d’un lièvre à travers champs ou celle de Trintignant autour du port de Nice… Un brin de nostalgie teinté d’humour, « Le sel de la vie » se lit d’une traite et donne bonne mine. Intime et universelle ces petits instants qu’elle évoque avec simplicité forment au final un magnifique éloge de la vie.

Présentation de l’éditeur :
« II y a une forme de légèreté et de grâce dans le simple fait d’exister, au-delà des occupations, au-delà des sentiments forts, au-delà des engagements, et c’est de cela que j’ai voulu rendre compte. De ce petit plus qui nous est donné à tous : le sel de la vie". Dans cette méditation tout en intimité et en sensualité, l’anthropologue Françoise Héritier traque ces choses agréables auxquelles notre être profond aspire, ces images et ces émotions, ces moments empreints de souvenirs qui font le goût de notre existence, qui la rendent plus riche, plus intéressante que ce que nous croyons souvent et dont rien, jamais, ne pourra être enlevé à chacun »

Mot de l’auteur :
« Il y a une forme de légèreté et de grâce dans le simple fait d’exister, au-delà des occupations, au-delà des sentiments forts, au-delà des enseignements, et c’est de cela que j’ai voulu rendre compte. De ce petit plus qui nous est donné à tous, le sel de la vie ».

DEUX SŒURS de Dominique Bona
Biographe et romancière, Dominique Bona est l’auteur, entre autres, de Romain Gary (1987, Grand prix de la biographie de l’Académie française), Malika (1992, prix Interallié), Stefan Zweig, Le Manuscrit de Port-Ebène (1998, Prix Renaudot), Berthe Morisot, le secret de la femme en noir (2000, bourse Goncourt de la biographie), Camille et Paul, et Clara Malraux.

Argument :

Les deux sœurs dont il est question ici sont les filles du peintre, aujourd’hui oublié, Henry Lerolle. Peintre sans génie mais pas sans talents. Car en plus d’être un peintre doué Henri Lerolle a la bonne fortune d’être aussi un collectionneur avisé. Il encourage très tôt aussi bien Degas que Renoir et les impressionnistes .C’est aussi un amateur de musique, violoniste et pianiste il aurait tout aussi bien pu embrasser une carrière de musicien. Il a le bon goût en outre de réunir autour de lui, dans son hôtel particulier de l’avenue Duquesne ce que la fin du XIX siècle produit de mieux dans tous les domaines de la culture : poésie, peinture, musique… « Mon cher ami, écrit-il en 1896 à Pierre Louÿs, voudriez-vous me faire l’amitié de venir dîner chez moi mardi prochain, avec quelques amis? Il y aura Degas, Renoir, Debussy et quelques autres». En bon père attentif c’est donc dans cet environnement brillant que grandissent ses filles, les sœurs Lerolle. Mais hélas pauvres petites filles riches et cultivées ! Celles-ci connaîtront en effet un sort assez peu enviable après leur mariage. Portrait d’une époque et comme toujours avec Dominique Bona merveilleusement raconté.

Présentation de l’éditeur
« Tout le monde connaît les sœurs Rouart… sans pourtant les connaître : peintes par Renoir, au piano, elles sont aussi mythiques que les Danseuses de Degas ou les Tournesols de Van Gogh. Leurs visages sont des icônes de l’Impressionnisme.

Filles du peintre et collectionneur Henry Lerolle, les belles Yvonne et Christine ont grandi au milieu d’artistes de génie. Renoir, Degas, mais aussi Debussy, Ernest Chausson, ou encore Claudel, Gide et Mallarmé étaient des familiers, toujours enclins à peindre ces deux jeunes filles modèles, à les photographier, à jouer du piano avec elles. Elles avaient tout pour être heureuses… L’amour sera leur grande blessure. Leurs mariages, par des chemins détournés, les conduiront de l’insouciance au désenchantement. Jusqu’à la tragédie. Derrière les lourds rideaux de ces hôtels particuliers fréquentés par tant d’artistes exceptionnels, ou dans les ateliers des peintres, c’est tout un univers qui renaît avec ses passions et des drames, ses secrets et ses ombres. Ce monde, Dominique Bona le fait revivre dans cette biographie foisonnante, à travers l’aventure de deux sœurs au destin brisé ».

ISRAELVALLEY PLUS
Communiqué (extrait) : "Le prix des Femmes de Lettres Simone Veil a été créé conjointement par l’Association Cocktail & Culture et les Librairies Fontaine. Il récompense un ouvrage écrit par une femme (roman, essai, histoire) ayant comme intérêt principal de faire connaître ou de révéler une ou des femmes marquantes, engagée(s) ou non, de leur époque. Il devra faire écho à la personnalité de Madame Simone Veil.

Membres du Jury
Le Jury est composé pour l’année 2012 des personnalités suivantes :
Eliette Abecassis, Marie Billetdoux, Huguette de Broqueville, Chantal Chawaf, Irène Frain, Michèle Kahn, Vénus Khoury-Ghata, Kenizé Mourad et Guillemette de Sairigné.
Remise du Prix

Le trophée du prix Simone Veil, dessiné et réalisé par Daum, a été remis solennellement remis le 31 mai par Maître Jean Veil lors du 4ème Salon des Femmes de Lettres le 31 mai à 21 heures au Cercle National des Armées, 8 place Saint Augustin, Paris VIIIème.

Le 4ème Salon des Femmes de Lettres est placé sous le haut patronage de Carla Bruni-Sarkozy et parrainé par Jean-Marie Rouart de l’Académie Française.

Ce Salon, qui réunit une quarantaine d’auteurs féminins est placé sous le patronage du Ministre de la Culture et de la Communication, du Recteur de l’Académie, Chancelier des Universités de Paris, du Maire du VIIIème arrondissement de Paris et du Président du Cercle National des Armées".