May 8

ISRAELVALLEY - INTERNET BUSINESS. Le site Mako, propriété du groupe « Keshet », a commencé les négociations quant au rachat du site nana10.

Authors picture

Lionel Yrhi (Netanya) | High-Tech

Le site Mako, propriété du groupe « Keshet », a commencé les négociations quant au rachat du site nana10. Parallèlement, Ynet du groupe « Yediot Aharonot », démontre aussi un vif intérêt quant à cette transaction et propose également sa candidature. En 2009, le site était estimé entre 12 et 15 millions de shekels, il a vu aujourd’hui sa valeur grimpé à environ 18,6 millions de shekels.

Depuis 2007, nana10 est dirigé par Cellcom (Netvision) et Arutz 10. Selon les données officielles, c’est le 4ème site le plus visité par les internautes israéliens. Des pics s’élevant à 30,6 % du trafic internet sont atteints. Récemment, les relations entre les deux sociétés se sont faites de plus en plus instables, ce qui a engendré le déplacement du célèbre programme de Arutz 10 : « 24/7 Hador Haba » vers le site walla, entrainant ainsi la revente de la plateforme.

Pour Arutz 10, il s’agirait de plusieurs millions de shekels qui pourraient permettre à la société de mettre fin à la crise qu’elle traverse actuellement, notamment à cause de son nombre décroissant d’investisseurs.

Pour Cellcom, il s’agit plus d’un capital investissement qui servirait à se reconcentrer sur le site NRG du groupe « Maariv », tout en supprimant le fardeau de la maintenance informatique. Il avait été question, à l’époque, de faire fusionner les site nana10 et NRG, sans toutefois que le projet n’aboutisse.

Cet accord, s’il est réalisé, ne concernera cependant pas les éléments de Arutz 10, puisque la chaîne tient à transférer son contenu vers un autre site conséquent non communiqué à ce jour, mais qui pourrait probablement être Walla.

En 2007, Arutz 10 avait acquis 50% des parts de nana10, alors que la valeur du site était estimée à 22,5 millions de dollars. Nana avait ensuite perdu près de 40% de sa valeur. L’une des causes de cette effondrement fulgurant fût la baisse considérable de la demande de bannières publicitaires sur le marché.

Lionel Yrhi (Netanya)