Zurich, Chengdu, Bobruisk… pour Rosh hachana le chofar sonnera.

By |2018-09-11T07:49:56+00:00septembre 11th, 2018|Categories: CULTURE|
Partager

Ecouter le Chofar dans trois endroits du monde…

Rabbi Shaul Chavavo, Bobruisk, Biélorussie

Dans la ville de Bobruisk, dans le district de Mohilev, des Juifs vivent depuis des centaines d’années. À la fin du XIX e siècle, quelque 21 000 Juifs y vivaient, soit 60% de la population. Aujourd’hui, seuls quelques centaines de juifs vivent dans la ville. À Roch Hachana, le rabbin Chavavo et son épouse organisent un grand dîner de fête pour les habitants de la ville, avec environ 150 participants. Le lendemain matin, des prières auront lieu, auxquelles un grand nombre de personnes sont attendues.

« L’attraction principale de la fête est de marcher jusqu’à la rivière voisine pour faire tashlik, ce qui suscite l’intérêt de la population locale pour la coutume », déclare le rabbin Chavavo, qui lira également une lettre spéciale du président à la communauté locale.

Rabbi Dubi Honig, Chengdu, Chine

La communauté juive de la ville – la capitale de la province du Sichuan – compte environ 200 personnes, dont 80% d’Israéliens. La zone est définie comme la « Silicon Valley » de la Chine, où le gouvernement investit pour que les entreprises occidentales construisent des centres. Dans environ deux semaines, une ligne directe sera ouverte ici, ce qui augmentera la présence israélienne.

A Rosh HaShana seront accueillis par le rabbin Honig, l’émissaire local de Chabad, environ 150 personnes, y compris des voyageurs, « parce que de nombreux membres de la communauté retournent en Israël pour fêter avec leur famille ».

Rabbi Noam Hartig, Zurich, Suisse

Le rabbin de la communauté de l’Union à Zurich parle d’une ancienne communauté juive, fondée en 1862 après que les Juifs eurent été autorisés à vivre à Zurich. Ils venaient également du sud de l’Allemagne, d’Alsace, de France et de Pologne. Rosh Hashana est célébrée ici depuis des centaines d’années, par des personnes religieuses et des personnes qui ne le sont pas vraiment.

« Aujourd’hui, il y a environ 2.600 membres de la communauté, et elle est responsable de toute la vie juive: écoles, cimetières casher, etc. Avant Roch Hachana, j’invite le jardin d’enfants communautaire (80 enfants âgés de 5 à 6 ans) à prier Sur Roch Hachana.  »

ISRAELVALLEY VOUS EXPLIQUE… Le chophar ou chofar est un instrument de musique à vent en usage dans le rituel juif depuis l’Antiquité. Le livre de Josué décrit notamment son utilisation par les Hébreux contre les murailles de Jéricho lors de la conquête du pays de Canaan.

On le classe dans les cornes puisqu’il est fabriqué avec une corne de bélier ou de grand koudou, selon les régions et les rites.
Son extrémité étroite sert d’embouchure.

Le chofar est utilisé, à la fin de l’office du matin, du dimanche au vendredi inclus durant le mois d’Eloul et lors des fêtes de Roch Hachana et de Yom Kippour. Il est de coutume chez certains juifs de tradition algérienne d’en sonner avant « véhou ra’houm vé’hanoun » après le Kaddish de la prière du soir, après le jeûne de Tisha Beav.

Les sonneries du chofar prennent place, juste avant et pendant les offices de Moussaf, les deux jours de Roch Hachana, avec quatre types de sonneries distinctes :

  • Teqiʿa : son long et ininterrompu ;
  • Terouʿa : série de 9 sons saccadés ;
  • Chevarim : 3 sons brefs ;
  • Teqiʿa Guedola : très long son ininterrompu.

Le jour du Yom Kippour, cet instrument est destiné à annoncer la fin du jeûne dans chaque synagogue au son d’une grande Tequiya.

 

Partager

Les Articles Les Plus Lus

Leave A Comment