Grâce à Israël, un attentat d’envergure à l’explosif évité sur le sol français?

Partager

Binyamin Netanyahou assistait au 70e anniversaire de l’attaque contre la prison d’Acre (Akko). Lors de son intervention il a violemment attaqué l’attitude de l’Iran: “Cette semaine, nous avons eu un nouvelle exemple de l’hypocrisie et du toupet sans nom de l’Iran. La même semaine où le président Rohani rencontrait des dirigeants européens pour tenter de trouver une parade aux sanctions, l’Iran projetait un attentat d’envergure à l’explosif sur le sol français”. Et de rajouter: “Cet attentat a été évité, et ce n’est pas un hasard!”. Une allusion à peine voilée.

Binyamin Netanyahou parlait d’un attentat qui était projeté par un couple belge d’origine iranienne lors d’un rassemblement organisé à Villepinte par le Conseil national de la résistance iranienne (CNRI). A ce rassemblement assistaient également des personnalités américaines dont l’ancien maire de New York Rudolph Giuliani et l’ancien président de la chambre des représentants Newt Gingrich.

Lors de l’arrestation de couple de terroristes, 500 grammes d’explosif ont été trouvé dans leur voiture. D’autres suspects ont été appréhendés en France, en Belgique et en Allemagne. Certains ont été remis en liberté, d’autres sont encore en garde à vue. (Source : lphinfo.com)

Le Conseil national de la résistance iranienne, CNRI fédère une faction de l’opposition iranienne à l’étranger, contre la République islamique d’Iran. Il est présidé par Massoud Radjavi. Il est essentiellement composé de l’Organisation des moudjahiddines du peuple iranien, basée à Paris et de l’Organisation des Guérilleros Fédaïs du Peuple d’Iran (organisation d’extrême gauche).

Le CNRI est composé de cinq organisations d’opposition iranienne dont l’Organisation des moudjahiddines du peuple iranien, qui en compose la majorité des membres, et de quelques personnalités indépendantes. Il regroupe également des groupuscules d’extrême-gauche. Le CNRI s’est doté d’un parlement en exil composé de 550 membres dont 52 % sont des femmes. Il a adopté des plans pour l’autonomie du Kurdistan, l’égalité des sexes, la séparation de la religion et de l’État. L’ensemble des composantes du CNRI sont pour un État laïque et démocratique. En 1993 le CNRI a élu Maryam Radjavi comme future présidente de Conseil national pour la période de transition. L’organisation est placée sur la liste officielle des organisations terroristes des États-Unis de 1997 à septembre 2012.

Partager

Les Articles Les Plus Lus

Leave A Comment