L’Eurovision 2019 en Israël remis en question. Universal Music attaque « Toy » pour plagiat.

Partager

SPECIAL ISRAELVALLEY. La télévision israélienne en a fait sa « Une ». Hier soir on a appris que la chanson « Toy » pourrait être une copie d’une chanson déjà existante. Si cela est le cas le Concours de l’Eurovision 2019 en Israël pourrait être annulé, car Israël perdrait de fait son titre de gagnant de l’édition 2018 (le pays gagnant organise l’édition suivante). Universal Music Group a attaqué les auteurs de la chanson qui a gagné l’Eurovision pour copie illégale de The White Stripes ,’Seven Nation Army’. Selon des avocats interrogés par IsraelValley, Universal a très peu de chances de gagner contre « Toy ». Certain également : les avocats des deux parties en conflit vont gagner beaucoup d’argent…

Universal Music Group (UMG), aussi connu sous le nom d’Universal, est un label de musique américain appartenant à Vivendi. Autrefois inclus dans Universal Pictures, dont les activités de musique et de cinéma ont été séparées en 1998, UMG est aujourd’hui indépendant des studios Universal, propriété de NBCUniversal. Universal MG est la plus grande des trois majors du disque ; au premier semestre 2011, elle représente 38,9 % des ventes mondiales.

SPECIAL ISRAELVALLEY. ACTUALITE SUR L’EUROVISION 2019.

Citant les règlements du concours de la chanson de l’Eurovision, Israël a décidé de ne pas diviser son diffuseur national Kan. Le parlement israélien a approuvé mardi un projet de loi visant à annuler son projet de transformer la division de nouvelles Kan en une entité indépendante séparée.

En mai, la chanteuse israélienne Netta Barzilai a remporté le trophée au concours Eurovision avec sa chanson « Toy ». La compétition annuelle est normalement organisée par le pays qui a gagné l’année précédente. Cependant, le projet de loi a cité des lettres de l’Union Européenne de Radio-Télévision (UER) déclarant que la scission pourrait annuler l’adhésion de Kan à l’UER, ce qui signifie que l’événement ne pourrait avoir lieu en Israël en 2019.

Le projet de loi a passé sa première lecture sans opposition avec 54 voix, et doit encore passer une deuxième et une troisième lecture pour devenir loi.

La demande de scission de Kan est originaire du Premier ministre Benjamin Netanyahu lorsque le radiodiffuseur a commencé à fonctionner l’année dernière suite à une réforme qui l’a vu réincorporé. Netanyahu fait actuellement l’objet de deux enquêtes distinctes concernant des tentatives présumées d’influencer deux médias locaux importants en échange de faveurs réglementaires.

Une de ces enquêtes concerne des négociations que Netanyahou a eues avec Arnon Mozes, l’éditeur du quotidien israélien Yedioth Ahronoth, prétendument pour affaiblir un journal concurrent en échange d’une couverture favorable dans le journal et sur le site d’information en ligne Yedioth Ynet. Calcalist fait partie du groupe de médias Yedioth Ahronoth.

Source : israelValley & Calcalist

Partager

Les Articles Les Plus Lus

Leave A Comment