Lanceurs de cerfs-volants : « Ils ont osé bruler 30 ruches dans le Sud d’Israël ».

Partager
Un post sur Facebook de Nathalie Sosna-Ofir (journaliste):  « Les communautés scientifique et écologique ne cessent de rappeler l’importance des abeilles dans notre écosystème mais pas un seul homme courageux pour dénoncer le Hamas qui a déjà brûlé à l’aide de cerfs-volants incendiaires 30 ruches dans le Sud d’Israël alors que 70 autres ont dû être évacuées…des dizaines d’hectares de champs où les abeilles viennent se fournir en nectar sont aussi parties en fumée….indignation sélective ! »

Selon identitejuive.com : « Le Conseil israélien du miel a annoncé que les incendies dans la région de la ceinture de Gaza provoqués par des incendies criminels provoqués par des cerfs-volants inflammables et des ballons d’hélium ont causé des centaines de milliers de shekels aux ruches du kibboutz Erez et du kibboutz Yad Mordechai.

Les incendies ont complètement détruit 30 systèmes de ruches et en ont endommagé 30 autres avant qu’ils puissent être évacués, ainsi qu’environ 170 acres de champs les entourant. Bien qu’ayant évacué avec succès de nombreuses ruches des champs avant qu’elles ne soient détruites, un problème subsistant est l’absence d’un autre emplacement où elles peuvent être transférées.

Pour les apiculteurs des environs “Il est très difficile de voir les incendies détruire les terres agricoles et les ruches”, a déclaré Alon Sagron, un apiculteur d’Erez qui a aidé à évacuer les ruches menacées. “Après beaucoup de travail, certaines ruches ont été sauvées, mais le problème principal est qu’il n’y a aucun endroit où placer les ruches sauvées pour le moment. Par conséquent, la production de miel cette saison va prendre un coup. ”

Ze’ev Midan, directeur général de l’Israel Honey Board, a déclaré que l’impossibilité de placer des ruches dans les zones brûlées peut avoir des effets néfastes au-delà d’une baisse de la production de miel, car les abeilles ne pollinisent pas les champs ».

ISRAËL ET APICULTURE. Selon (1): La situation des abeilles est alarmante. Leur nombre diminue de façon spectaculaire sur toute la planète pour des raisons qui ne sont pas encore parfaitement comprises. Pourtant, en Israël, la population des abeilles décroit moins qu’ailleurs et la production de miel est bonne. Les abeilles jouant un rôle crucial dans l’agriculture car pollinisant les légumes et les fruits, la diminution de leur nombre est très préoccupante et cette baisse qui atteint 30 à 50% au Etats-Unis a conduit Barack Obama a lancer un plan de stratégie nationale pour les sauvegarder.
Le problème est nettement moins grave en Israël pour les raisons suivantes :
– Des espèces de plantes aux floraisons hivernales ont été introduites afin que les apiculteurs ne soient plus obligés de nourrir les abeilles avec de l’eau sucrée, une pratique coûteuse et qui produit un miel de qualité moyenne. “Nous ne faisons pas de recherches sur les abeilles, mais nous cherchons toujours à savoir quelles plantes et arbres les abeilles aiment. Nous travaillons avec des scientifiques qui trouvent des solutions pour elles.», explique Hagay Yavlovich, spécialiste des semences et des pépinières.
– La recherche israélienne cible toutes les stratégies biologiques et botaniques.”Nous essayons toutes sortes de choses”, déclare Hertzel Avidor, PDG israélien de Honey Board, jusqu’à stimuler le système immunitaire des abeilles en développant des plantes riches en nectar.
– Israël aide 500 apiculteurs à mettre en œuvre des tactiques novatrices pour soutenir 110 000 ruches collectives. La légère diminution du nombre d’abeilles n’affecte pas l’approvisionnement en miel parce que chaque année, plus de colonies sont introduites pour compenser les pertes. Le climat est la principale variable pour atteindre un rendement annuel idéal de 3.000 tonnes de miel.
– Une autre stratégie recommandée est de produire du miel de qualité provenant de l’eucalyptus où les abeilles sont plus saines et plus abondantes, bien que l’eucalyptus soit un arbre menacé par l’urbanisation. Ainsi, des eucalyptus ont été plantés le long des frontières israéliennes.

– Les apiculteurs ont des terres mais n’ont pas assez de fleurs et d’arbustes pour attirer les abeilles. Depuis 20 ans, les apiculteurs coopèrent avec des organisations écologiques pour rendre les terres plus verdoyantes afin d’attirer les abeilles. Pour les apiculteurs ce projet est révolutionnaire. Auparavant, ils devaient disposer leurs ruches à travers le pays pour maximiser les zones d’alimentation, conduisant à des coûts élevés.

Partager

Les Articles Les Plus Lus

Leave A Comment