Big Business. La Fintech israélienne attire la Citibank, la Barclays et bien d’autres.

Depuis une décennie, l’industrie mondiale du commerce électronique est en plein essor. Elle devrait dépasser les 4 milliards de dollars d’ici 2020, soit 14,6% de toutes les dépenses de consommation. Il n’est donc pas surprenant que les plateformes de paiement en ligne émergent comme l’un des domaines les plus dynamiques, couvrant un large éventail de technologies innovantes dans lesquelles Israël s’avère être à la pointe.

A l’ère digitale, une grande partie de la technologie financière (fintech) vient d’Israël. Cette activité s’étend des portefeuilles numériques aux cryptomonnaies, en passant par les paiements biométriques. Une des raisons expliquant la hausse de l’utilisation des transactions via Internet vient des progrès de la cybersécurité, champ dans lequel l’Etat hébreu figure comme le leader mondial. Ceci lui a permis de prendre de l’avance dans les échanges électroniques d’argent où la sécurité se révèle primordiale.

La Fintech israélienne se place donc comme le champion des échanges en ligne et se voit reconnue pour exceller dans cette branche. Sa réputation a attiré quelque 650 millions de dollars de fonds cumulés en capital-risque pour les jeunes pousses du secteur des technologies financières. D’ailleurs, des institutions bancaires, de la Citibank à la Barclays, ont établi des laboratoires d’innovation et des accélérateurs en Israël.

Ces dernières années, de plus en plus de banques et autres acteurs de fintech viennent y proposer des projets novateurs. Le pays compte ainsi plus de 500 startups de technologie financière qui développent des produits destinés aux opérations monétaires, allant de la banque numérique à la collecte de fonds.

Source : http://israelmagazine.co.il

Les Articles Les Plus Lus

Leave A Comment