Le Rotem 1200, mini drone à décollage vertical né en Israël.

Eurosatory qui a ouvert ses portes lundi a confirmé l’engouement pour les machines qui ont vocation à remplacer l’homme sur le champ de bataille ou assurer la sécurité.

Les gradés de quasiment toutes les armées du monde y viennent en effet tous les deux ans faire leur shopping afin d’équiper leurs troupes et dépenser de faramineux budgets militaires. Ce salon réservé aux professionnels assure le rôle de vitrine des technologies militaires qui auront une application civile, et peut-être plus respectable aux yeux de certains, dans un cycle de 5 à 10 ans.

Il permet également de faire un état des lieux de l’évolution des dispositifs militaires qui ont pour objectif de réduire le coût humain des conflits. C’est le cas de la nouvelle génération de drones militaires ou de robots pilotés à distance.

Selon une étude du cabinet spécialisé WinterGreen Research, le marché des robots armés (drones inclus) pourrait dépasser les 10 milliards de dollars (8,65 Mds€) dès 2021.

Baptisé Rotem 1200, un  mini drone israélien à décollage vertical préfigure peut-être les guerres où les UAV (véhicules aériens sans pilote) ne seront plus chargés de tirer sur une cible mais plutôt de fondre sur elle. Cet engin de 5,8 kg du fabricant IAI est équipé d’une caméra et de capteurs mais aussi de deux grenades.

L’Harop, un autre drone israélien s’écrase et explose sur les défenses anti-aériennes. Le Rotem lui s’infiltre dans les bâtiments jusqu’à 10 km de distance pour repérer et frapper sa cible de près.

Source Actu Orange et http://koide9enisrael.blogspot.com

Les Articles Les Plus Lus

Leave A Comment