Partager

Malgré des appels incessants du BDS, de merveilleux et virtuoses musiciens américains vont se rendre en tournée en Israël au début juin. L’orchestre de Philadelphie est en tournée planifiée en coordination avec le gouvernement israélien. Arrivé à Jérusalem, l’orchestre s’affichera trois fois dans le programme officiel de célébration des 70 ans de l’Etat d’Israël.

Fondé en 1900, l’Orchestre de Philadelphie (The Philadelphia Orchestra) est, avec celui de Cleveland, le benjamin des grands orchestres américains. Ses deux premiers chefs permanents sont allemands : Fritz Scheel (1900-1907) et Carl Pohlig, un ancien assistant de Gustav Mahler (1907-1912). Fritz Kreisler se produit en soliste dès la première saison, Richard Strauss vient diriger ses œuvres en 1904, Arthur Rubinstein et Camille Saint-Saëns font leurs débuts américains avec l’Orchestre de Philadelphie…

Dès 1902, il donne des séries de concerts à Washington et à New York. Avec la nomination de Leopold Stokowski en 1912, l’orchestre entre dans une ère de stabilité exceptionnelle puisqu’il ne connaîtra que quatre directeurs musicaux jusqu’au début du xxie siècle : Leopold Stokowski (1912-1938), Eugene Ormandy (1938-1980, après avoir partagé la direction avec Stokowski entre 1936 et 1938), Riccardo Muti (1980-1992) et Wolfgang Sawallisch (1993-2003). Les mandats se raccourcissent ensuite : Christoph Eschenbach prend la relève (2003-2008), suivi par Charles Dutoit (2008-2012), puis Yannick Nézet-Séguin (à partir de 2012).

A SAVOIR. INSOLITE. Quelle meilleure manière de passer le temps lorsque votre vol accuse trois heures de retard? Ecouter un concert de musique classique pardi!

C’est exactement ce qui s’est passé pour les passagers d’un vol, bloqués plusieurs heures sur le tarmac de l’aéroport de Pékin. Présents dans l’avion, les membres de l’orchestre philharmonique de Philadelphie n’ont pas hésité à dégainer leur instrument, livrant une prestation sonore au milieu des sièges et du couloir de l’appareil. Pour le plus grand bonheur des passagers, les musiciens ont joué « American » String Quartet N°12 Finale d’Antonin Dvorak.

 Cette performance peu banale de cinq minutes a été suivie d’un tonnerre d’applaudissements de la part de l’auditoire.

 

Partager