Vu d’Israël. Belles gaffes culturelles : la Harvard Review donne des conseils.

By |2018-05-16T00:49:15+00:00mai 16th, 2018|Categories: CULTURE|
Partager

Impossible d’éviter les gaffes quand on évolue au quotidien dans une culture qui n’est pas la sienne. La très sérieuse Business Havard Review explique comment limiter les dégâts en milieu professionnel.

Il n’y a pas qu’en Chine qu’on n’aime pas perdre la face. Une plaisanterie qui tombe à plat, une réaction jugée incongrue, un contresens sur un contexte culturel mal connu et patatras… sans l’avoir voulu, vous venez de froisser votre interlocuteur.

Pas de panique ! On peut très bien se sortir de ce genre de faux pas – et même en tirer de précieuses leçons. Deux spécialistes des relations interculturelles expliquent comment dans la Harvard Business Review.

 1. Oublier son obsession de la performance

Quand on sait que les boulettes sont inévitables, mieux vaut en prendre son parti. C’est pourquoi les perfectionnistes ont tout faux, expliquent Melissa Hahn et Andy Molinsky. Obsédés par la perspective de commettre une bourde ou par le souci de la réparer, les obsédés du sans fautes perdent toute spontanéité. Or naturel et sincérité sont “essentiels pour établir une relation”.

Un état d’esprit ouvert à l’apprentissage est beaucoup plus productif et agréable. S’améliorer prend du temps et il faut être conscient qu’en attendant on va continuer à commettre des impairs.”

2. S’informer, observer, questionner

Ces impairs peuvent évidemment se produire dans le flux de la vie quotidienne. Il est en revanche certaines situations courantes dans la vie d’un professionnel expatrié – rendez-vous ou prises de parole, par exemple – qui peuvent et doivent faire l’objet d’une préparation spécifique. Il s’agit de se renseigner très précisément sur les comportements appropriés. Bref, une bonne préparation est essentielle.

On ne s’excuse pas de la même façon à Shanghai et à New York. Et les gestes – sourire, inclination de la tête ou du buste, regard détourné – sont aussi importants que les mots. En milieu culturel inconnu ou simplement différent, l’observation est aussi vitale que dans la jungle !

Enfin, il faut tirer parti des relations privilégiées nouées avec des amis ou des collègues : ils vous aiment bien, ils sont donc prêts à beaucoup vous pardonner !

Une part importante de votre préparation consiste à profiter des relations que vous pouvez nouer à l’avance. Si ceux avec qui vous travaillez régulièrement ont de l’estime pour vous, ils considéreront vos erreurs comme des efforts bien intentionnés pour vous comporter de façon appropriée. Vos tentatives pour vous adapter à une autre culture en seront facilitées.”

3. Garder son sang-froid

Sachez que la façon dont vous réagirez après avoir commis une bourde aura autant d’importance que la bévue elle-même. Pour commencer, il s’agit de ne pas se tromper sur sa gravité :

Certaines gaffes sont simplement amusantes et n’appellent qu’un sourire gêné. D’autres exigent des excuses en bonne et due forme.”

Si des excuses sont nécessaires, commencez par respirez un bon coup : puisque vous vous êtes bien préparé, vous savez à quoi ressemblent des excuses sincères (et appropriées) dans la culture où vous vous trouvez. Alors à vous de jouer !

4. Analyser ce qui s’est passé

S’excuser quand il est temps permet certes de limiter les dégâts mais, au-delà, le plus important est de tirer les leçons d’une situation gênante. Un débriefing en règle n’est jamais superflu. Nos deux experts dressent la liste des bonnes questions à se poser :

Qu’avez-vous fait ? Comment vos interlocuteurs ont-ils réagi ? Comment avez-vous compris que vous veniez de commettre une erreur ? Quelles étaient les autres réponses possibles et pourquoi avez-vous opté pour celle-là ? Qu’avez-vous compris de travers ? Comment vous y prendrez-vous la prochaine fois ?”

5. Solliciter ses interlocuteurs

Vous êtes en phase d’apprentissage. La bonne attitude est donc de vous montrer ouvert aux observations de votre entourage. Cette attitude est même “la pierre angulaire de tout processus d’apprentissage culturel”.

Renseignez-vous régulièrement auprès de ceux avec qui vous avez noué de bonnes relations et demandez-leur s’ils ont remarqué dans votre comportement quelque chose qui pourrait être culturellement inapproprié. Ils comprendront vite que vous êtes demandeur de ce type d’observations et pourront même, qui sait ? improviser avec vous des sessions d’entraînement pour préparer une rencontre ou un événement particulier.

Avec un peu de chance, des interlocuteurs que vous rencontrerez pour la première fois pourront également devenir d’excellents alliés. A une condition :

Plutôt que de tenter de dissimuler votre ignorance des usages, mettez-la en avant.”

Cette tactique peut se révéler particulièrement utile dans les situations où les gens ne peuvent pas deviner que vous appartenez à une culture totalement différente de la leur.

“Les faux-pas culturels, tout le monde aimerait les éviter, mais au final ils sont riches d’enseignements.” Il suffit d’en faire autant d’opportunités pour apprendre, concluent avec optimisme Melissa Hahn et Andy Molinsky.

Partager

Les Articles Les Plus Lus

Leave A Comment