Le Maire de Gennevillliers, pro-BDS, Patrice Leclerc, refoulé par Israël.

Partager

Les ministères israéliens de l’Intérieur et des Affaires Stratégiques ont révélé lundi que le maire communiste français de Gennevilliers, près de Paris, s’est vu interdire l’accès du territoire israélien en raison de son soutien au BDS.

« Dans la mesure où il s’agit de quelqu’un qui soutient le BDS, il a été décidé de ne pas l’autoriser à se rendre en Israël », a précisé un communiqué des deux ministères.

« Nous ne permettons pas à ceux qui agissent contre Israël d’entrer dans le pays pour s’y livrer à des provocations », a affirmé le ministre de l’Intérieur Arieh Deri.

Patrice Leclerc a été refoulé à la frontière avec la Jordanie par les autorités israéliennes.

Le ministre des Affaires stratégiques et de la sécurité intérieure Gilad Erdan, a pour sa part souligné que l’interdiction d’entrée en Israël est appliquée d’autant plus sévèrement que ceux qui « appellent à un boycott exercent des fonctions officielles ».

En novembre, Israël avait interdit l’accès de son territoire à plusieurs élus français, issus du PCF et de La France insoumise, dont Clémentine Autain, les accusant de soutenir le mouvement anti-israélien Boycott, désinvestissement, sanctions (BDS), et leur reprochant de vouloir rencontrer le dirigeant palestinien emprisonné Marwan Barghouthi.

La campagne mondiale non-gouvernementale BDS est destinée à exercer des pressions sur Israël pour mettre notamment fin à la présence israélienne en Cisjordanie, jugée illégale par communauté internationale.

En mars 2017, le Parlement israélien avait voté une loi interdisant l’entrée en Israël des partisans du mouvement « BDS ».

Le gouvernement a ensuite publié en janvier une liste d’une vingtaine d’organisations dont les membres sont interdits d’entrée en Israël, dont onze européennes, comme BDS France, Palestine Solidarity Campaign ou l’Association France-Palestine Solidarité.

Par ailleurs, un dossier de recherche publié par l’ONG Monitor avait révélé que le gouvernement français finance des ONG impliquées dans des campagnes de boycott contre Israël et ayant des liens présumés avec des groupes terroristes.

Source : i24News (Avec agence)

Ailleurs sur le web

Partager

Les Articles Les Plus Lus

Leave A Comment