En Israël, le désengagement des résidents étrangers du marché du luxe.

By |2018-04-05T09:41:32+00:00avril 5th, 2018|Categories: IMMOBILIER|
Partager

Après une longue période au cours de laquelle les transactions de 3 à 5 millions d’euros et plus étaient légions à Tel-Aviv, force est de constater que désormais le marché de l’immobilier de luxe est bien difficile dans la Ville Blanche.

Les tours Yoo, ou encore la tour Meyer sur le Boulevard Rothschild ont connu l’an dernier une baisse conséquente de leurs transactions. Cette baisse que connait le marché du luxe est à corréler avec le retrait des résidents étrangers du marché israélien qui connait son plus bas chiffre depuis la seconde Intifada en 2003.

Le second trimestre 2017 a connu une baisse de 11 % des ventes comparativement au premier trimestre 2017. Plusieurs facteurs expliquent ce désengagement des résidents étrangers du marché du luxe : le cours des devises, la politique des banques et les taxes. De fait, les trois grandes devises, à savoir le Dollar américain, la Livre sterling et l’Euro ont connu une dépréciation de leur cours face au shekel.

Concernant le volet bancaire, les banques sont devenues extrêmement «regardantes» quant à la provenance des fonds virés sur les comptes banc aires de leurs clients et nécessaires au financement de leur future acquisition. Enfin, pour ce qui est des taxes, elles sont de 8 % du montant des acquisitions jusqu’à 4 000 000 de shekels, puis de 10 % au delà. Ainsi, un bien d’une valeur de 5 000 000 de shekels coûtera la bagatelle de 420 000 shekels en terme de taxes d’acquisition à son acquéreur.

Article (réactualisé) extraits du ww.lemag.co.il

 

Partager

Les Articles Les Plus Lus

Leave A Comment