Contrefaçons du Champagne. En Israël, les cas vont devenir très rares.

En Champagne, la filière viticole se porte bien. 307,3 millions de bouteilles ont été expédiées en 2017, soit 0,4% de plus qu’en 2016 pour un chiffre d’affaires de près de 5 milliards d’euros. Ces résultats records sont tirés notamment par les exportations.

Si les principaux marchés des champagnes sont le Royaume-Uni, les États-Unis et le Japon (Israël reste un marché important), les cas de contrefaçon ne sont pas rares. Certaines marques ont trouvé leurs solutions pour tracer et identifier leurs produits et les vignerons indépendants auront, eux aussi, désormais un outil à leur disposition.

À première vue, rien ne la distingue d’une coiffe ordinaire. Cette capsule en aluminium plastifié ou en étain qui recouvre le bouchon retenu, lui, par un muselet. Mais en y regardant de plus près… on découvre sur la coiffe un hologramme doté d’un QR code.

Voici Cloé, la coiffe intelligente, fruit de six années de recherches en collaboration avec Advanced Track and Trace (ATT). Malgré son nom anglais, ATT est une société française spécialisée dans la protection des marques. Parmi ses fabricants, on retrouve Seticap, une société française passée sous le pavillon espagnol.

En janvier 2018, l’entreprise auboise a été rachetée par la multinationale espagnole Ramondin, spécialiste de la fabrication de capsules à haute valeur ajoutée dans le secteur du vin, des champagnes et des liqueurs. Quant à l’autre fabricant de Cloé, il s’agit de Vipalux, l’entreprise familiale située au cœur du vignoble champenois.

Source : RFI

Les Articles Les Plus Lus

Leave A Comment

INSCRIVEZ-VOUS A NOTRE NEWSLETTER

Pour recevoir les meilleurs articles d'Israelvalley directement sur votre boîte mail, remplissez le formulaire ci-dessous :