Fiscalité et dons. Au dîner du CRIF le repas est-il si cher? Foie gras, vin, tout casher.

Partager

Après le repas du CRIF nous avons joint des invités de ce dîner » super-sympa « qui a eu lieu hier soir. Nos interviewés étaient très heureux. Ils ont un seul regret : « le repas est d’une banalité affligeante, mais les discours ne le sont jamais « . « Bon vin ». « Service irréprochable ». « Bien trop cher pour un repas livré au pas de charge ». Les journalistes sont souvent étonnés par le prix du repas qui semble très élevé pour le commun des mortels. De nombreuses personnalités (ministres, religieux, diplomates, députés, maires, politiques…) sont des invités gratuits et l’équilibre budgétaire de ce genre d’évènement (un budget énorme de repas et sécurité pour 1200 personnes), contrairement à ce que l’on croit, est assez précaire. En fait le prix d’entrée inclus un don. Yonathan Arfi (V.P. du CRIF) l’a expliqué  à des journalistes :
« Le quotidien Métronews revient sur le prix pour la participation au dîner du Crif et la déduction fiscale de 66%. Joint par Arrêt sur images, Yonathan Arfi, vice-président du Crif, s’explique. « Non, l’Etat ne rembourse pas 800 euros. La mention indique seulement que sur les 900 euros dépensés pour participer au dîner, seuls 800 euros sont considérés comme un don, les 100 euros restants sont le prix du repas uniquement. Et seuls les 800 euros ouvrent droit à une déduction fiscale, et non un remboursement ».
Sur ces 800 euros donc, 66% sont déductibles d’impôt, comme tout don à une association. Ainsi, les participants-donateurs peuvent potentiellement déduire du fisc 528 euros. Les contribuables sont de cette manière mis à contribution pour financer la soirée. Mais le vice-président du Crif, Yonathan Arfi, tient à préciser que de nombreuses personnalités sont invitées et ne versent ainsi pas un centime au bénéfice du Crif. »
LE PLUS.
Le dîner du Crif, instauré en 1985, était à l’origine un dîner de charité organisé au profit des différentes institutions de la communauté juive. Chaque place est aujourd’hui facturée 900 euros, qui sont reversés ensuite à des oeuvres caritatives.

Le Crif et son dîner annuel ont acquis une visibilité médiatique dans les années 1980. L’ambition de l’organisation créée en 1943 est clairement affichée: il s’agit de porter la voix politique des juifs de France et d’instaurer un dialogue avec les pouvoirs publics. Dès sa création, le Crif a voulu s’inspirer de l’exemple américain de l’American Jewish Committee pour exister en tant que lobby.
«C’est un moment de rencontre et de dialogue entre les institutions juives et les responsables politiques», confirme au Figaro Hervé Mariton, député-maire Les Républicains de Crest (Drôme), et lui-même de confession juive. «C’est l’occasion pour les juifs d’affirmer leur ancrage dans la nation, tout en évoquant les préoccupations de leur communauté, comme l’antisémitisme et le terrorisme», explique-t-il. Les politiques eux-mêmes ont contribué à faire de ce dîner l’évènement qu’il est devenu. Premiers ministres et présidents l’utilisent comme une tribune.

Partager

Les Articles Les Plus Lus

Leave A Comment