Corée. Pour assurer la protection des JO, des firmes israéliennes en action.

ISRAELVALLEY SPECIAL. EXCLUSIF. Les Jeux olympiques d’hiver de 2018, officiellement appelés les XXIIIes Jeux olympiques d’hiver, se déroulent du 9 février au 25 février à Pyeongchang en Corée du Sud. De nombreuses firmes israéliennes ayant collaboré à des projets officiels binationaux (Corée-Israël) de sécurité (Samsung et RAD) ont été contactées par la Corée pour assurer la protection des JO. Il s’agit de systèmes de vidéos-caméras de sécurité ultra-perfectionnés le plus souvent.

La Corée du Sud et Israël ont établi des relations diplomatiques le 10 avril 1962. Israël a une ambassade à Séoul depuis août 1968, et la Corée du Sud a installé son ambassade à Tel-Aviv en décembre 1993. Les Coréens ont-ils suivis les Russes en matière de sécurité? Il est important de savoir que lors des Jeux olympiques d’hiver de Sotchi, en Russie, les autorités russes avaient mis en place en coordination avec une société israélienne, un dispositif sécuritaire sans précédent pour parer à toute éventualité d’attaque terroriste.

Créée en 2001, la Fondation Corée du Sud-Israël pour la recherche et le développement industriels a financé un total de 99 projets R&D jusqu’à présent, dont 63 ont été achevés et 23 commercialisés. Le fabricant sud-coréen Keva Drone Co. et l’israélien Aerodrome ont été choisis pour mettre au point ensemble un drone capable de se poser sur l’eau grâce à un matériel léger et résistant aux chocs.

Les Coréens sont très au courant des efforts des japonnais pour assurer la sécurité de leurs prochains JO de 2020. « Israël et le Japon ont annoncé des plans pour un mémorandum d’accord, établissant les bases d’efforts conjoints en cybersécurité entre les deux pays avant les Jeux de 2020, a rapporté The Nikkei.

Les autorités japonaises cherchent également auprès de leurs homologues israéliens à se préparer à des attaques plus conventionnelles, en particulier des attaques terroristes impliquant des situations d’otages et des négociations critiques.

Selon un rapport du journal Israël Hayom, des agents de renseignement et de sécurité de six pays se sont rendus en Israël pour rencontrer des membres des services de sécurité israéliens dans le cadre d’une récente conférence antiterroriste organisée par la police israélienne, se concentrant sur les négociations à l’ère du terrorisme islamique mondial, une question d’intérêt particulier pour les responsables japonais qui se préparent pour 2020. « Le monde peut beaucoup apprendre de notre expérience avec le terrorisme, » a déclaré un haut responsable de la police à Israël Hayom. « Mais aujourd’hui, il y a aussi beaucoup à apprendre du reste du monde. »

Selon (1) « Pour sécuriser un million de spectateurs et 92 délégations internationales, 60 000 personnes vont veiller chaque jour face aux très nombreux risques les visant à Pyeongchang. C’est le défi de chaque pays organisateur des JO. Sous les yeux du monde entier, la Corée du Sud, hôte des Jeux d’hiver 2018, a la lourde charge d’assurer la sûreté et la sécurité d’un million de touristes venus voir 2900 sportifs issus de 92 pays.

Un cauchemar logisitique, auquel Séoul semble s’être bien préparé. Mais en plus, depuis plus d’un an, un quartier général spécial organise tout le dispositif sécuritaire autour de l’événement sportif international, dans un contexte de risques accrus entre l’essor global du terrorisme et la menace précise de son voisin ennemi, la Corée du Nord, même si le pays fait partie des participants à la compétition ». (1) L’Express.

LE PLUS. La Corée du Sud envisage d’utiliser un satellite espion israélien afin de récolter des informations sur les installations militaires et nucléaires nord-coréennes dans le but de renforcer ses capacités de défense en réponse aux récentes menaces de Pyongyang,

Les Articles Les Plus Lus

Leave A Comment