Vu d’Israël. Un an après l’élection de Trump, un bilan économique aux Etats-Unis,

 Article de LPH : « Le P’tit Hebdo: Etes-vous de ceux qui ont été surpris par l’élection de Donald Trump?

Daniel Rouach (1) : Franchement non ! La présidence Obama a été catastrophique. Les Américains ont souhaité révolutionner l’offre politique.

Quelques jours avant l’élection, je me trouvais en présence de Dominique Moïsi, politologue bien connu en France. Il faisait ses prévisions et donnait Hilary Clinton vainqueur. J’ai manifesté ma désapprobation en lui demandant ce qu’il avait contre Trump. Il m’a alors rétorqué qu’il n’aimait pas sa personnalité. Pour moi, cet argument était clairement insuffisant. Je lui ai fait remarquer que ce que Trump disait était tout à fait censé bien que non conventionnel, qu’Obama avait mis le Moyen-Orient à feu et à sang et qu’Hilary Clinton avait fait preuve d’incompétence au Secrétariat d’Etat.

Lph: Qu’est-ce qui caractérise le Président américain? Son franc-parler?

D.R.: Son franc-parler, sa marque de fabrique, peut être catastrophique comme sa dernière sortie raciste avec « les pays de merde ». Donald Trump a pris son courage à deux mains et agit. Son moteur politique se résume en deux mots : « America First ». C’est en réalité l’objectif de chaque Etat dans le monde mais lui, tout comme Israël d’ailleurs, n’essaie pas de le cacher derrière des fioritures hypocrites.

Les Etats-Unis financent 22% du budget de l’ONU. Des millions d’Américains se demandent pourquoi ils devraient financer cette institution à une telle hauteur alors qu’ils obtiennent un « retour sur investissement » très limité. Il en va de même pour les aides substantielles que les Etats-Unis fournissent à certains pays comme le Pakistan. Donald Trump dit les choses et agit.

Lph: Ce chamboulement ne représente-t-il pas une menace pour l’ordre diplomatique établi?

D.R.: La politique américaine actuelle ne représente pas une menace. L’ordre établi a mis la Syrie à feu et à sang. La Libye a mal tourné. Les Etats-Unis nous protègent  notamment contre l’Iran conquérante et terriblement dangereuse. Je peux en parler puisque j’ai moi-même été la cible d’un terroriste pakistanais commandité par l’Iran, probablement parce que je suis à la fois français et israélien. L’espion a été arrêté avant d’avoir pu commettre son acte. Il me parait fondamental que le président américain désigne l’Iran comme il le fait. Les mauvais diplomates sont ceux qui ne connaissent rien au terrain.

Lph: Donald Trump est décrit comme un  »attardé », un  »débile », un  »fou ». Qu’est-ce que cela vous inspire?

D.R.: Il suffit de se rendre à New York au pied de la  »Trump Tower » pour s’apercevoir du ridicule de ces accusations. C’est un homme d’affaires de premier plan. S’il était tout cela, il n’aurait jamais bâti cet empire. Ces attaques sont gratuites, il est le Président des Etats-Unis et en cette qualité il prend des décisions, qui, il faut le dire, produisent des résultats. Il n’y a qu’à voir l’économie américaine qui redémarre ou le chômage qui baisse. Cet homme est plutôt raciste, iconoclaste, imprévisible. Mais il parle aux Américains.

Lph: On constate tout de même que les deux chefs d’Etat qui sont le plus décriés dans la presse internationale sont Donald Trump et Binyamin Netanyahou. Quel point commun y voyez-vous?

D.R.: Le formatage idéologique de ceux qui écrivent. Je suis affligé par l’arrogance de certains médias.

Lph: Comment pensez-vous que le visage du Moyen-Orient va évoluer si Donald Trump poursuit sa politique?

D.R. Le visage de cette région ne va pas changer ! La politique de Donald Trump est celle d’un homme qui agit d’abord en fonction des intérêts exclusivement américains. Il peut retourner sa veste si l’intérêt américain le demande ! Israël le sait. L’Etat hébreu a appris qu’il ne pouvait compter sur personne. Israël est aujourd’hui suffisamment imaginatif pour trouver des solutions non-conventionnelles. La Russie, l’Inde, la Chine, l’Allemagne sont des amis réels de l’Etat hébreu. La France l’est aussi ».

Propos recueillis par Guitel Ben-Ishay

(1) Cet article n’engage que son auteur à titre personnel. Il n’engage en aucune manière la CCFI et CCIIF.

Les Articles Les Plus Lus

Leave A Comment