Taux de chômage de 4% aux Etats-Unis. Du jamais vu depuis 18 ans.

Un an après l’entrée en fonction de Donald Trump, l’économie américaine se porte bien. « Elle se porte même très bien. La croissance dépasse les 3%. Le taux de chômage avoisine les 4% seulement, du jamais vu depuis 18 ans. Plus de 2 millions d’emplois ont été créés l’an dernier. Une économie en pleine forme qui donne confiance aux investisseurs. La bourse de New York a battu un nouveau record cette semaine », rapporte Élisabeth Guédel.

Les belles performances économiques des États-Unis sont à attribuer en partie à l’administration américaine précédente, à l’accélération de la croissance économique mondiale, mais aussi un peu à Donald Trump. « Sa réforme fiscale qui va entraîner des baisses d’impôt et ses décrets pour déréguler la finance ont certainement insufflé un climat d’optimisme. Cela va-t-il profiter aux plus démunis ? Beaucoup en doutent. Cela va-t-il durer alors qu’il y a un blocage au Congrès sur le budget de l’État ? Les États-Unis sont entrés dans une période de ‘shutdown’, ce qui veut dire la paralysie de l’administration américaine », explique la journaliste. (francetvinfo.fr)

Les États-Unis sont la première puissance économique mondiale. En 2016, le PIB (PPA) est de 18 861 milliards de dollars, soit environ un cinquième du PIB mondial. Son État le plus riche, la Californie, serait la huitième puissance économique mondiale (PIB PPA) si elle était indépendante.

Pays industrialisé, aujourd’hui largement tourné vers le secteur tertiaire et misant massivement sur l’innovation, les États-Unis sont également riches en ressources naturelles et un grand exportateur de biens culturels. Leur PIB par habitant est parmi les plus élevés au monde et on y compte plus de 150 millions de travailleurs. Les universités américaines attirent vers le pays les étudiants les plus brillants, et placent les États-Unis à la pointe du progrès technologique, en particulier pour les « technologies du futur » (biotechnologies, technologies de l’information et de la communication, etc.) dont la Silicon Valley au sud de San Francisco est le fer de lance. La Californie à elle seule représente un quart de la totalité des brevets déposés aux États-Unis. Le New York Stock Exchange (Wall Street) et surtout le NASDAQ ont drainé des capitaux du monde entier dans les années 1990 vers le financement de l’économie américaine, même si les entreprises cotées réduisent leurs capitaux propres depuis les années 2000. Les infrastructures développées, le niveau d’imposition faible, le dynamisme en termes d’innovation, l’esprit de libre-entreprise qui découle du libéralisme économique, et la libéralisation économique font de l’économie des États-Unis une des plus compétitives du monde. En 2010, les États-Unis restent la première destination des Investissements directs à l’étranger (IDE) avec 110 milliards de dollars.

Les Articles Les Plus Lus

Leave A Comment