Quand un écosystème bouillonne, il attire. C’est ce qui se passe pour Israël.

Les premiers accélérateurs ont été lancés dès 2011 en Israël, influencés par la démarche américaine. Ces programmes, souvent privés mais également publics (secteurs stratégiques clés), privilégient la rapidité de la croissance. En 3 ou 6 mois, les cohortes, ces « promotions » de startups véritables stages commandos de jeunes pousses aux dents longues, comptent en jours et en semaines quand encore beaucoup trop de lieux d’accompagnement d’entreprises en France comptent en mois.

L’expérience américaine d’une jeune pousse de la cyber sécurité m’avait éveillé à cette différence fondamentale, le modèle d’accélération en Israël confirme l’efficacité de cette vitesse (certains projets mettront cependant beaucoup plus de temps à émerger, il n’y a pas ici d’exclusive) lorsqu’elle est accompagnée avec la compétence nécessaire.

Quand un écosystème bouillonne, il attire. C’est ce qui se passe pour Israël avec l’arrivée, en grand nombre, d’entreprises qui comptent bien profiter de ce terreau pour voir émerger idées, technologies de ruptures et autres nouveaux modèles avec par exemple : Microsoft a inauguré la démarche suivi par IBM, Citibank, Barclays (le lieu est exploité par TechStars), Samsung, Orange, AOL (Nautilus) et Yahoo! et Plus Ventures (Sigma Labs)… De quoi faire rêver bien des régions françaises.

Les success sorties se multiplient avec notamment Waze l’outil phare d’aide à la conduite que mon associé au sein de ZeVillage, Benjamin Morin spécialiste médias des Tech, avait eu l’occasion de rencontrer lors d’une mission dans le pays par la Fondation France Israël il y a plusieurs années. Ces réussites, alliées à un modèle d’accélérateur qui rassure les investisseurs, ont rapidement attirés les fonds d’investissements qui arrosent les jeunes pouces prometteuses. QUi ne font pas qu’arroser d’ailleurs, qui accompagnent leur croissance. (https://zevillage.net)

Les Articles Les Plus Lus

Leave A Comment