Anti-fake News. Israël nous informe sur les dessous de « l’enfant de la propagande ».

Le 15 décembre 2017, les Palestiniens du village de Nabi Saleh (au nord-ouest de Ramallah) ont organisé leur « émeute hebdomadaire ». Pendant l’émeute, des Palestiniens locaux ont filmé deux jeunes filles agressant et provoquant des soldats de Tsahal. Dans la vidéo, une des filles est vue en train de donner des coups de pied et de frapper deux soldats. Les soldats ont fait preuve de retenue et n’ont pas répondu à la provocation. Apparemment, la vidéo a été mise en scène par les Palestiniens à des fins de propagande anti-israélienne dans l’espoir que les soldats réagiraient à la provocation et utiliseraient la force pour arrêter les filles. Quelques jours après que la vidéo ait été filmée, elle a été téléchargée sur Internet et les réseaux sociaux.

Ahed Tamimi, 17 ans, du village de Nabi Saleh, et son cousin, Nur Tamimi, 21 ans. Ahed Tamimi est la fille de Bassem Tamimi, importante personnalité palestinienne dans le village de Nabi Saleh. Ce n’était pas la première fois qu’Ahed Tamimi était accusé de raillerie

Le clan Tamimi et leur fille Ahed ont une longue histoire de provocations lors d’affrontements avec les forces de sécurité israéliennes. Il y a deux ans, elle a été filmée en train de mordre un soldat qui était venu arrêter son frère lors d’une des émeutes hebdomadaires à Nabi Saleh. Dans un autre cas, elle a été filmée en train de crier sur un membre des forces de sécurité israéliennes dans le but de lui faire perdre son calme.

Ø  Quelques jours après l’événement en cours, Ahed Tamimi et sa mère ont été arrêtées et emmenées pour être interrogées par les Forces de Défense d’Israël. Le père a écrit sur sa page Facebook que les forces de Tsahal « ont envahi sa maison » et détenu sa fille après que les médias israéliens « l’aient attaquée ». Il a affirmé que les soldats avaient volé leurs téléphones, appareils photo et ordinateurs portables et avaient frappé sa femme et ses enfants. Il a fait appel, « Libérer Ahed Tamimi » (Page Facebook de Bassem Tamimi, 16 décembre 2017).

Le clan Tamimi et les provocations précédentes d’Ahed Tamimi

Ø  Ahed Bassem Tamimi, 17 ans, est la fille d’une famille connue pour ses activités anti-israéliennes. Son père, Bassem Tamimi, a été détenu neuf fois, sa mère cinq fois, et son frère a également été détenu. Deux de ses oncles ont été tués par le feu des FDI. Selon son père, elle a participé à toutes les activités anti-israéliennes dans le village depuis l’âge de 4 ans (Nabi Saleh a été l’un des points focaux pour les émeutes hebdomadaires organisées pour protester contre la barrière de sécurité frontalière depuis 2009). Il a dit que c’était la première fois qu’elle est détenue bien que par le passé elle ait été emmenée plusieurs fois pour être interrogée. Selon des sources palestiniennes, Ahed Tamimi a été blessée trois fois par des balles en caoutchouc, et s’est cassée le bras dans l’un des affrontements anti-israéliens (Palinfo et la nouvelle agence de Watan, 19 décembre 2017).

Ø  Le clan dirige une agence de presse appelée Tamimi Press, qui se concentre sur la réalisation de films sur les émeutes hebdomadaires à Nabi Saleh. Ahed Tamimi (comme les autres membres du clan) a eu un rôle principal en tant qu’ « enfant de la propagande » palestinienne (et plus tard, en tant que jeune femme) symbolisant les affrontements contre des soldats des Forces de Défense d’Israël.

Ø  Ahed Tamimi a attiré l’attention du public en août 2012, alors qu’elle avait douze ans, pleurant, ses bras retenus derrière elle par un soldat des Forces de Défense d’Isarël après que sa mère ait été détenue. Après l’incident, elle, sa mère et sa sœur ont été invitées au bureau de Mahmoud Abbas, qui considère les émeutes de Nabi Saleh comme une expression de la « résistance populaire », qu’il soutient (y compris les cas où la « résistance populaire » s’est transformée en terrorisme populaire).

Ø  Quelques mois après cet incident, en novembre 2012, une vidéo d’Ahed Tamimi a été publiée la montrant lors d’une des émeutes à Nabi Saleh. Elle est vue en train de maudire et de frapper des soldats de Tsahal. La vidéo est devenue virale et elle est devenue célèbre dans le monde entier. Le Premier ministre turc Erdogan, qui a été impressionné par les images, l’a invitée, elle et sa mère, à se rendre en Turquie et les a rencontrer. Lors de sa visite en Turquie, il lui a décerné un « prix du courage » lors d’une cérémonie à Istanbul (al-Anadolu News, 20 décembre 2012).

 

Les Articles Les Plus Lus

Leave A Comment

INSCRIVEZ-VOUS A NOTRE NEWSLETTER

Pour recevoir les meilleurs articles d'Israelvalley directement sur votre boîte mail, remplissez le formulaire ci-dessous :