Merkel réprimande l’Iran sur l’espionnage de Daniel Rouach et R. Robbe. La presse israélienne relaye ce dossier.

ISRAELVALLEY SPECIAL.  Eyal Koren (Tel-Aviv). On vient d’apprendre ce jour, au travers d’une dépêche de Reuters, que fin décembre 2017, l’Allemagne a officiellement réprimandé l’Iran dans un dossier d’espionnage qui a fait la « Une » des médias en Allemagne et en Israël.  Le Dr Daniel Rouach (Professeur ESCP Europe) et Reinhold Robbe (ex-député Allemand) ont été suivis à Paris et à Berlin par une équipe d’espions payés par l’Iran et qui avait pour objectif final des assassinats ciblés.
Selon l’Agence Reuters (ci-dessous l’article publié en Anglais dans Ynet en Israël ce jour ) l’Ambassadeur d’Iran en Allemagne a été convoqué en Décembre 2017. L’espion iranien, Mustufa Haidar Syed-Naqfi, d’origine Pakistanaise a été condamné à plusieurs années de prisons à Berlin. Il avait fait appel auprès de la justice Allemande. Cet appel a été rejeté en Décembre 2017 par la justice Allemande.

A SAVOIR. Selon i24News : « Daniel Rouach, universitaire franco-israélien, auteur de livres économiques et président de la Chambre de Commerce et Industrie Israël – France (CCIIF) à Tel-Aviv avait été l’invité exclusif d’i24NEWS. Il était revenu sur l’affaire d’espionnage dont il a été victime, impliquant un Pakistanais de 31 ans qui a œuvré pour le compte des renseignements iraniens et qui a fait l’objet d’un procès à Berlin.

« Ce qui est très précis c’est que j’ai été suivi physiquement… on voit mon visage sur des photos trouvées dans l’ordinateur de l’espion, on voit quand je sors de l’ESCP, on voit des éléments extrêmement troublants et on s’est rendu compte qu’il y avait effectivement quelqu’un qui me suivait et qui avait filmé », a expliqué Daniel Rouach sur i24NEWS. Le Pakistanais Haidar Syed Mustufa a espionné sur le campus de l’ESCP en 2015 le professeur franco-israélien, puis en Allemagne l’ancien député social-démocrate et ex-président de la Société germano-israélienne (DIG) Reinhold Robbe, deux cibles potentielles pour les renseignements iraniens. « D’après la presse allemande, il y avait probablement une autre personne avec Syed qui était à Paris et qui me suivait avec une volonté de m’abattre si Israël venait à attaquer l’Iran », a-t-il ajouté.

Daniel Rouach a expliqué sur i24NEWS qu’il avait pris la décision d’avoir recours aux services d’un tireur d’élite pour assurer sa sécurité dans tous les événements importants auxquels il participait avant même de connaître l’affaire et a avoué n’avoir pas été surpris d’apprendre qu’il était une cible lorsqu’il a été contacté par les services français sur la demande des services de contre-espionnage allemands.

« J’ai comme un sonar personnel qui me dit ‘il y a quelque chose qui se passe’, comme beaucoup d’Israéliens quand ils repèrent des choses dans la rue qui sont anormales. Quand j’étais à Paris dans les lieux où je suis habituellement, je me suis rendu compte qu’il y avait quelque chose autour de moi… », a-t-il expliqué. Interrogé sur les raisons pour lesquelles il a été pris comme cible, Daniel Rouach suppose qu’ « on cherchait probablement une cible qui soit israélienne et qui soit française. « Je suis professeur, je suis expert dans un domaine technologique très complexe et l’un des points qui a attiré l’attention de Haidar Syed Mustufa, c’est le fait que je suis expert dans les transferts de technologie. », a-t-il également souligné.

L’espion avait remis à son contact iranien un dossier fournissant d’abondantes informations sur les mesures de sécurité en vigueur sur le campus de l’ESCP, les vigiles présents ou les postes de police à proximité. Le parquet Allemand reproche à Haidar Syed Mustufa d’avoir travaillé pour la Force Al-Qods, une unité spéciale des Gardiens de la Révolution qui forme des recrues pour espionner à l’étranger. « Le véritable choc n’est pas du tout de savoir qu’il y a quelqu’un qui a envie d’abattre un franco-israélien. Le fait est que j’étais très loin d’imaginer que derrière cette affaire on pouvait trouver la force Al-Qods, une unité spéciale des Gardiens de la Révolution, puisque je n’ai jamais écrit sur l’Iran et que je me garde bien de parler de ce sujet », a fait savoir Daniel Rouach. Le professeur franco-israélien était en 2017 à Berlin pour assister au procès de l’espion ».

Avertissement : étant le Rédacteur en Chef d’IsraelValley, il m’est impossible de raconter tout l’enfer que j’ai vécu durant des mois à Paris et Berlin autour de ce dossier très sensible. J’ai décidé de ne jamais écrire et raconter la véritable histoire. Les conséquences de cette affaire ont été très lourdes pour moi. De nombreux amis et ma famille, m’ont aidé de manière extraordinaire en France, Israël, Allemagne. Mon garde du corps, surtout lors du procès à Berlin, a été essentiel pour surmonter toutes les difficultés. Qu’ils soient remerciés très sincèrement. (DR)
 AGENCE REUTERS (Article adapté par IsraelValley). Publié ce jour par Ynet en Israël. « Germany reprimands Iran for anti-Israel spying on its territory ». Iranian ambassador told in December that spying on people close to Israel is an ‘egregious violation of German law’; reprimand comes after Pakistani man was convicted in March for spying for Iran on former head of the German-Israel Friendship Society, and Dr Daniel Rouach, an Israeli-French economics professor in Paris. (Reuters)

“Spying on people and institutions with special ties to the state of Israel on German soil is an egregious violation of German law,” a ministry official said. The official said Philipp Ackermann, acting director of the Foreign Ministry’s political section, had told the Iranian ambassador that “such activities would not be tolerated and were completely unacceptable”. News of the meeting comes days before the foreign ministers of Iran, Germany, France and Britain are due to meet in Brussels to discuss a 2015 landmark nuclear agreement with Iran, and growing concerns about Iran’s crackdown on anti-government protesters.

Germany, which helped negotiate the nuclear deal, has sought to balance its interest in expanding trade ties with Iran with its strong commitment to human rights.It has played a key role in European efforts to persuade Washington to keep the nuclear accord in place, an issue that will come up again late this week, when US President Donald Trump must decide whether to reimpose oil sanctions lifted under the agreement.Germany’s domestic intelligence service, which handles counterespionage, highlighted Iran’s spying activities in its annual report in July, noting that Tehran was focused heavily on Israeli or pro-Jewish targets.

 

Les Articles Les Plus Lus

Leave A Comment