Séduction et Sexyness en Israël. « Les engueulades ne durent jamais longtemps ».

Partager

Le soleil, la plage, les températures qui montent, les soirées qui n’en finissent plus… Israël est une incitation à l’amûûûr et à la séduction, et moi, voulant absolument m’immerger dans la culture de mon pays d’accueil, je n’y ai pas résisté. Voici ce que j’en retiens ! C’est un fait avéré selon mon observatoire personnel de la sexyness. Mon explication à cela, c’est la diversité caractéristique d’Israël. Explications.

L’État d’Israël existe –seulement- depuis 65 ans, et par nature, c’est une terre d’immigrants. De ce fait, tout le monde « vient de quelque part ». Pour résumer, il y a principalement deux grandes catégories « ethniques » en Israël : d’un côté il y a les ashkénazes, populations juives originaires d’Europe de l’Est (dont la langue d’origine est le yiddish, cet extraordinaire mélange d’allemand, de russe et d’hébreu). Il y a par exemple une grosse communauté russe en Israël. Et de l’autre côté, il y a les séfarades, qui étaient au départ les Juifs de la péninsule ibérique, mais qui désignent communément aujourd’hui les populations originaires du bassin méditerranéen et du reste du Moyen-Orient. Les Israéliens d’origine marocaine ou yéménite par exemple sont séfarades.

À chaque communauté ses petits préjugés d’ailleurs. On dit souvent que les ashkénazes ne sont pas chaleureux et que les séfarades, quant à eux, ne sont pas distingués. Si ton truc à toi c’est les grand blonds à la vodka facile, ou plutôt les mâles bronzés à la pilosité torsale certaine, Israël est ton terrain de chasse idéal ! (Oui, c’est cliché, mais c’était trop tentant.) On trouve aussi en Israël des populations qui viennent d’Afrique : les Falashas, Juifs originaires d’Ethiopie, et d’autres immigrés économiques venant du Soudan et d’Erythrée.

Un bon gros mélange donc : il y en a pour tous les goûts. Et c’est ce métissage qui fait dire à de nombreux Israéliens que les hommes et les femmes d’ici sont les plus beaux du monde, rien que ça. Personnellement, j’avoue un gros faible pour le physique séfarade !

« NON » est un mot qui n’existe pas pour les Israéliens

Ta cible en tête, tu le vois, buvant nonchalamment un petit verre d’arak (une boisson anisé typique du pays, comparable à l’ouzo en Grèce ou le raki turc) au bar : ça y est, tu vas te lancer. Avant d’entamer toute parade nuptiale avec un Israélien, il faut savoir à quoi tu t’exposes, en particulier le risque de sortir de cette escapade avec un gros stalker à tes trousses. Parce que l’Israélien peut insister, BEAUCOUP insister. Il m’est déjà arrivé de franchement vexer un mec parce que je ne voulais pas rester au petit déjeuner et de devoir me justifier lourdement, ou de devoir affronter une avalanche de textos inquisiteurs post-rencontre comme si j’avais signé un contrat de mariage la veille.

Ça vaut aussi dans l’autre sens. Si tu plais à un Israélien, il t’abordera très facilement pour te proposer d’aller boire un verre ou pour avoir ton numéro. Et généralement, dire simplement « Non merci » ne suffit pas. Tant qu’il n’aura pas reçu un nombre suffisant de signes indiquant ton non-intéressement, il n’abandonnera pas sa quête. À toi alors, quitte à être désagréable, de lui faire comprendre que ton « NON merci » veut bien dire « NON merci ». À noter cependant que, contrairement à certains Français, aucun Israélien ne m’a jamais insultée ou quoi que ce soit après que je l’ai gentiment envoyé balader.

Les Israéliens sont très directs, quitte à manquer parfois de tact

Tu as passé l’étape de la première rencontre, tu t’imagines maintenant roucoulant avec ce bel Israélien, main dans la main sur la plage, à siroter un bon jus de fruits frais. Vient alors ces moments inévitables de réflexions intenses : est-ce que je lui envoie un message en premier ? Quand ? Est-ce que je mets des points de suspension ou pas ? Oh et s’il met 2h à répondre, j’attendrai 4h pour lui répondre moi ! Ce genre de prises de têtes risque bien de ne servir à RIEN avec un Israélien. C’est l’une des premières choses qu’on m’a apprise ici quand j’avais l’impression de ramer avec un jeune homme qui me plaisait bien. En fait, les Israéliens sont toujours très directs dans leurs rapports, ils ne passent pas par quatre chemins pour dire ce qu’ils pensent, et si quelque chose ne va pas, ils ne prendront pas de pincettes pour te le faire savoir.

Alors quand il s’agit des relations hommes-femmes, c’est la même chose. Inutile de réfléchir 3h à une subtile manière de dire à un jeune homme que tu as envie de passer la soirée avec lui, il ne relèvera sûrement même pas. Tu veux le voir ? La meilleure façon d’arriver à tes fins est de le dire clairement, du genre « On se voit ce soir ? 21h ? ». La forme en fait n’a aucune importance, seul le fond importe. Et quand tu veux quelque chose avec un Israélien, il ne faut pas te tracasser pour faire en sorte d’arriver à tes fins, il faut simplement dire ce que tu veux et le demander.

Ça peut être très déroutant au début pour un Française. Pour moi, dire clairement à un mec « Je t’aime bien, j’ai envie de te voir, tu viens chez moi ? », c’est dire au revoir à un petit bout de ma dignité, mais ici c’est normal. Et tout comme il faut dire explicitement ce qu’on veut, les Israéliens disent explicitement ce qu’ils pensent au moment où ils le pensent : « Mais qu’est-ce que tu as mauvaise mine aujourd’hui », « Non, demain je veux voir mes potes plutôt » et autres joyeusetés ne sont pas à prendre personnellement, c’est juste de l’honnêteté.

Pas de fioritures et de tours autour du pot avec un Israélien, c’est le meilleur moyen de ne jamais obtenir ce que tu veux ! Les rapports à l’israélienne, c’est toujours « droit au but ». Certain-e-s disent que c’est un manque de politesse et/ou de considération de l’autre, ce à quoi un Israélien répondra toujours : vous préférez cette gentillesse hypocrite que vous appelez « politesse », plutôt que l’honnêteté ?

Les Israéliens ont une vraie fraîcheur de vivre

Last but not least, être avec un Israélien, c’est une grosse bouffée d’air frais dans mon petit cœurs aigri de Française. Les Israéliens ne se prennent pas la tête, ils vivent au jour le jour et profitent de l’instant présent. Je n’ai jamais entendu un Israélien râler pour une broutille, s’enliser dans une prise de tête interminable ou stresser pour quelque chose à venir, au point de gâcher un bon moment. Ils reprochent souvent aux Français et autres occidentaux de trop penser notre vie au lieu de la vivre, de ne pas assez profiter de ses plaisirs. Fréquenter des Israéliens t’entraîne donc dans une relativisation permanente de tes petits soucis, et t’apprend à vraiment profiter de tes moments de bonheur, notamment en couple. Les engueulades ne durent jamais bien longtemps aussi, et ça, ça fait toujours du bien pour la stabilité mentale !

L’explication la plus commune à cet état d’esprit, c’est l’environnement dans lequel vivent et grandissent les Israéliens. Quoi qu’on en dise, Israël vit entouré de pays qui lui sont majoritairement hostiles, les attentats étaient encore monnaie courante il y a quelques années, et comme on l’a vu en novembre dernier, une vague de violence peut se déclencher à n’importe quel moment. L’insécurité n’est pas palpable au quotidien, mais reste présente dans tous les esprits. C’est alors assez commun pour un Israélien de se dire : vivons à fond cette journée parce que je ne sais pas de quoi sera fait demain.

http://www.madmoizelle.com/flirt-israel-156004

Partager

Les Articles Les Plus Lus

Leave A Comment