Ranking des Compétences en lecture. France, 34ème place. Israël 29ème rang.

Partager

L’Etat hébreu a reculé de 11 places dans l’examen international Pirls qui mesure, tous les cinq ans les compétences en lecture et compréhension de textes.

Les élèves israéliens de CM1 sont arrivés à la 29e place dans l’examen international de lecture et de compréhension de textes Pirls, qui se déroule tous les cinq ans et auquel participent 50 pays. Israël a reculé de 11 places par rapport au précédent examen qui remonte à 2011.  L’étude Pirls a testé, en 2016, 320 000 écoliers âgés de 9 à 10 ans, ayant suivi quatre années de scolarité obligatoire, sur leurs capacités à comprendre des textes littéraires ou purement informatifs dans leur langue maternelle. En Israël, cette étude a porté sur 4 000 enfants dans 160 écoles, formant un échantillon représentatif de la population scolaire. Dans l’étude Pirls 2016, 34 pays (sur 50) obtiennent un score supérieur à la moyenne fixée à 500 points.  La Russie, Singapour, Hong Kong, l’Irlande et la Finlande sont, dans cet ordre, les plus performants, tandis que le Maroc, l’Egypte et l’Afrique du Sud ferment la marche.

La France, 34e

Dix pays se distinguent par une baisse significative de leur classement en comparaison avec l’évaluation faite il y cinq ans : il s’agit de la Belgique, du Canada, du Danemark, de la France, de l’Iran, de Malte, d’Israël, de la Nouvelle-Zélande, du Portugal et des Etats-Unis. La France se classe à la 34e place avec une note en baisse de 11 points (511) par rapport à 2011.

Ce qui frappe en Israël, c’est l’importance des disparités. Il existe une différence de près de 100 points entre les élèves juifs et arabes. Les premiers obtiennent en moyenne 557 points tandis que la note des seconds n’est que de 461 points. Le recul observé par rapport à l’enquête de 2011 est aussi plus prononcé dans le secteur arabe (- 18 points) qu’au sein de la population juive (- 11 points.). On observe une nette influence du niveau socio-économique et il existe également de très fortes disparités entre les élèves les plus brillants et les plus faibles.  En 2011, l’Etat hébreu avait sauté de la 31e place à la 18e. Il a reperdu cette année presque tout le terrain gagné.

Source : http://www.actuj.com par Isabelle Puderbeutel

Partager

Les Articles Les Plus Lus

Leave A Comment